La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•Off 2019• Penetrator Mise à nu, façon uppercut, d'une traumatique dérive

Appart et colocs, intérieur jour, sombre, calme masturbatoire adulescent, imaginaire et fantasme féminins perturbés… vie déstructurée et avenir tagué façon néant, prémices d'une tempête tornade à venir, violence masculine… entre pratiques sexuelles à l'envie gay et viol militarisé…



© Karine Boutroy.
© Karine Boutroy.
Penetrator, choc post-traumatique… Néo brutalisme, théâtre coup-de-poing ou de la provocation… ou, avec plus d'humour, "paf dans ta gueule, reveille-toi jeune citoyen d'un monde en perdition !" Texte à l'écriture rude et crue, situations et séquences violentes sculptées au scalpel, affinées à la lame de rasoir, échanges et répliques au cordeau, en précision millimétrée dans leur brièveté.

L'auteur de la pièce, Anthony Neilson, est de ceux qui initièrent le courant théâtral nommé "In-Yer-Face" (notamment par le critique de théâtre Aleks Sierz dans son ouvrage "In-Yer-Face Theatre", 2001) lancé au Royaume-Uni dans les années quatre-vingt-dix.

Cette nouvelle génération de jeunes dramaturges désabusés(es) par le thatchérisme (Anthony Neilson, Mark Ravenhill, Rebecca Prichard, puis Martin McDonagh, Sarah Kane), influencée, pour certains, par la tradition du théâtre de la cruauté d'Antonin Artaud, ou le surréalisme et le théâtre de l'absurde, apparaît dans ces années sombres en prônant une dramaturgie de l'inconfort, tant visuel que physique, affirmant que "tout ce qui agit est cruauté"… et que "l'acteur doit brûler les planches comme un supplicié sur son bûcher".

© Karine Boutroy.
© Karine Boutroy.
Début en mode oisiveté adolescente… Ça commence anodin, petites discussions entre amis résidents du même univers locatif, rêves de nanas aimantes mais aux capacités érotiques insoupçonnées - genre "dans tes rêves !" -, le tout accompagné de l'habituel cocktail drogue, musique, et dance floor imaginaire. Confidences et retour de peluches comme on retombe en enfance, souvenir d'un vieux monde protégé par nos nounours et autres Sophie, ongulées ruminantes africaines.

L'arrivée de David - ex-militaire ayant précipitamment déserté sa garnison, venant trouver refuge chez son ami d'enfance Max et son colocataire Alan - va modifier très notablement l'ambiance résidentielle de nos deux lascars aux préoccupations flemmardes. Tout bascule pour passer rapidement aux pas chassés et vifs du boxeur sur le ring. À la fois apeurée et tonitruante, toute en colère et brutalité retenues, le déserteur va créer la confusion, et une certaine terreur involontaire.

À demi-mots effrayants au début, puis, de plus en précisément, dans une paranoïa logique de proie violentée, il passe de l'animal en fuite terrifié au survivant, prêt à tout pour échapper à de nouveaux sévices physiques ou mentaux. Sa raison est-elle intacte, son histoire et ses frayeurs sont-elles réelles ? Chaque spectateur percevra sa part de vérité…

Incisif, fougueux, le texte de Nielson est brusque, âpre et ardent, indéniablement bousculant chacun d'entre nous. Chaque mot, chaque réplique est quasiment un uppercut, une droite ou un crochet redoutablement bien assénée… La mise en scène d'Olivier Sanquer, nerveuse, pleine de vivacité, aux séquençages concis et secs ne retire rien, insufflant au contraire un tempo rapide et soutenu à l'ensemble.

Les comédiens sont au diapason avec un jeu court mais très dense, donc speed, parfait pour Nielson et son théâtre coup de poing, "dans ta gueule". Attention, le spectateur peut sortir groggy de la performance hors du commun que propose "Penetrator", mais comme on sort d'un match dont on a compris que les enjeux vont bien plus loin que les limites de la surface de jeu !

"Penetrator"

© Karine Boutroy.
© Karine Boutroy.
Texte : Anthony Neilson.
Adaptation : Fabienne Maitre.
Mise en scène : Olivier Sanquer.
Avec (en alternance) : Frédéric Alves, Nicolas Argudin, Axel Arnault, Maxime Peyron, Alexandre Simoens.
Conception sonore : François Leclerc.
Éclairages : Patrick Massip.
Scénographie : Karine Boutroy.
Durée : 1 h.
À partir de 16 ans.

•Avignon Off 2019•
Du 5 au 28 juillet 2019.
Tous les jours à 22 h.
Théâtre Notre-Dame, Salle Bleue
13 à 17, rue du Collège d'Annecy.
Résrvations : 04 90 85 06 48.
>> theatrenotredame.com

Gil Chauveau
Samedi 13 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019