La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.



"Le Souper" © Pascal Gely.
"Le Souper" © Pascal Gely.
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Artaud-Passion © Patrice Trigano.
Artaud-Passion © Patrice Trigano.
Servi par une bonne mémoire, je me réserve le temps de la pensée pour préserver l'exigence. Aucunement mercenaire, je mets un point d'honneur à être le plus pro, le plus engagé possible avec mes partenaires et ceux qui m'ont fait confiance en sachant que je peux résister à la fatigue liée à cette somme de projets et de rôles.

Pendant longtemps, j'ai travaillé exclusivement avec ma propre compagnie ou avec mon père à qui je dois Le Prince de Hombourg et Hamlet, des rôles m'ayant marqué à jamais. Je l'en remercie infiniment et ai toujours grand plaisir à jouer avec lui "Le souper"… mais le fait d'avoir décidé d'aller vers d'autres horizons, m'a autorisé à vivre d'autres aventures, de côtoyer des gens ayant un regard autre sur le théâtre et y ai pris goût.

J'aime le théâtre parce que j'aime les gens qui le font. Durant les juillets d'Avignon, je vais habituellement voir 20 à 35 spectacles. Le mouvement de la création me nourrit.

Amour des gens de théâtre mais aussi des textes. La fibre littéraire qui vous anime trame votre parcours. On se souvient des "Mémoires d'un fou" du jeune Gustave Flaubert où, au milieu des feuillets éparpillés sur le plateau, visage couvert de blanc de clown et yeux exorbités, vous retrouviez ses tourments et exaltations. Là, vous jetez votre dévolu sur Victor Hugo, William Shakespeare, Antonin Artaud, ainsi que quelques contemporains. Diriez-vous avec Fernando Pessoa que "la littérature est la preuve que la vie ne suffit pas" ?

W. M. - Oui ! Mes sœurs et moi avons baigné dès notre enfance dans la littérature. Ont suivi des études littéraires, khâgne, maîtrise à la Sorbonne et mémoire sur le théâtre de Beckett. Les grands auteurs m'ont de tout temps accompagné. Aussi ai-je toujours mis un point d'honneur à défendre les projets "nobles" porteurs d'une culture, d'une pensée forte. Marivaux, Molière, Victor Hugo, Ibsen, Calderón, Beckett, Ionesco, des classiques mais aussi des contemporains. De même pour les textes philosophiques, Jacques Derrida mais aussi Kant et Platon. Aux côtés de mon père, j'ai travaillé de manière passionnée et passionnelle autour du sens, de ce que les mots disent, et il m'aurait été inconcevable de m'aventurer dans des choses moyennes, légères, qui auraient à voir avec le divertissement.

"Macbeth" © Mélisande de Serre.
"Macbeth" © Mélisande de Serre.
Je ne vous dis pas que de temps en temps… "Chagrin pour soi" de Virginie Lemoine est une comédie. C'est la première fois que je m'aventurais sur ce territoire.

Cette pièce effectivement relève d'une autre inspiration que les autres…

W. M. - J'y interprète pas moins de douze personnages, le défi était de s'aventurer sur un terrain inconnu en compagnie de Virginie Lemoine et Sophie Forte, expertes en humour et sens de la repartie. Ce choix a eu l'effet d'une respiration… Pour autant ma prédilection va aux auteurs des textes littéraires, à leur puissance, à leur réflexion qui ne nous laisse jamais en repos…

… comme votre prédilection pour les rôles que vous avez choisis d'endosser ! Fouché, l'ancien ministre de la police, Macbeth, le régicide en proie aux affres de la culpabilité dévorante, ou encore Antonin Artaud, l'auteur de "Van Gogh, le suicidé de la société". Outre leurs destins hors du commun, ils sont porteurs chacun à leur manière d'une humanité tourmentée. C'est ce destin qui vous rend "captif" de leur aura et vous lie à eux ? C'est vous qui choisissez les rôles ou ce sont eux qui vous choisissent ?

W. M. - J'ai pris souvent la responsabilité de m'aventurer près de personnages intranquilles. Dans "Noces de sang", j'interprétais l'amant. Dans "Les Mystères de Paris", Rodolphe. Dans "Ruy Blas", Salluste, qui ne passe pas non plus pour être fréquentable. Quand j'ai joué "Pascal/Descartes" avec mon père, l'évidence était que Pascal, tremblant et maladif, m'était réservé. Dans "Le Souper", je me suis jeté à corps perdu dans le rôle de Fouché.

En revanche, pour "Macbeth", on est venu me chercher (après avoir imaginé le "Caligula" de Camus !). De même pour le texte au vitriol d'"Artaud-Passion". Je me sens comme aimanté par ces figures. Qu'est-ce qui fait que sur scène, je suis comme "un autre" ? Blond, la peau claire, les yeux bleus, je ne suis pas dans la ténèbre, ne suis ni mon père, ni Denis Lavant, je n'ai pas cette capacité innée à raconter des choses terribles. "Ça" me dépasse. Faire "Chagrin pour soi", c'était amusant, une salutaire respiration, mais au fond de moi, quand je lis le texte d'Artaud, je jubile.

"Le Souper" © Pascal Gely.
"Le Souper" © Pascal Gely.
Artaud me nourrit, Artaud me déstabilise, il me rend heureux de dire ses mots. Il y a une intelligence, une force, une puissance que certains textes ne proposent pas, tout simplement et c'est pour ça que j'ai évité l'écueil de séries pourries, de publicités indigentes, parce que je voulais rester sur le terrain de l'exigence, de l'excellence, de la noblesse du propos dans un monde qui part à vau l'eau et où la bêtise et l'ignorance sont souvent reines.

Il faut défendre ces îlots de résistance d'une pensée de haute volée pour résister à ceux qui ne veulent plus faire d'effort et qui ont finalement l'arrogance de l'ignorance et veulent imposer une pensée majoritaire, "l'ignorance crasse" comme disait Tchekhov. Artaud tombe des mains de beaucoup de gens parce qu'il dit des choses terrifiantes dérangeant la "bien-pensance" théâtrale, la frilosité ambiante. Or il faut continuer à batailler pour ces textes-là. Je ne suis pas Antonin Artaud, ne le serai jamais, mais porter cette parole me ravit au plus haut point.

Artaud-Passion © Patrice Trigano.
Artaud-Passion © Patrice Trigano.
La vie, me semble plus anodine, plus tiède que sur les planches, dans ce rapport particulier qui nous lie de façon charnelle à un auditoire, à ceux et celles qui se sont donné rendez-vous pour entendre un texte, voir un regard, ressentir de l'émotion. Je me dis que c'est là que je suis le plus moi-même et le plus heureux peut-être. Le fait de m'écrouler sur scène crée quelque chose que je ne peux ressentir ailleurs, dans la vie ordinaire je ne peux pas m'écrouler dans la rue.

Sur scène, je suis comme un autre en moi-même… Peut-être la volonté de prouver à moi-même, à mon père, que je suis capable. C'est un peu sans fin, à ce jeu il faut faire attention à ne pas se brûler les ailes… Certains craignent pour ma santé. Cet été, il va faire chaud, il y aura des tensions, les rôles sont exigeants, c'est quotidiennement plus de cinq heures sur scène. Je ne suis pas une machine, ai fait du sport de haut niveau, sais ce que c'est que l'effort, mais… Je suis très excité à l'idée de ce festival, très impatient. Sur la scène d'un théâtre, je me sens vivre.

Propos recueillis le 2 mai.

Les neuf spectacles de William Mesguich programmés en juillet à Avignon :
"Une histoire vraie" à 11 h 20 à La Luna.
"Artaud-passion" à 12 h 30 au Roi René.
"Liberté ! (avec un point d'exclamation)" à 13 h 10 à l'Essaïon.
"Le corbeau blanc" à 14 h 05 à La Luna.
"Misérables" à 17 h 20 à l'Espace Roseau Teinturiers.
"Macbeth" à 17 h 50 au Théâtre des Gémeaux.
"Le Souper" à 19 h 30 au Théâtre des Gémeaux.
"Fluides" à 20 h 15 au Coin de la Lune.
"Chagrin pour soi" à 20 h 45 au Théâtre des Gémeaux.

Yves Kafka
Mardi 25 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019