La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•Off 2019• Lampedusa Beach Migration en eaux profondes

Émergeant des nappes d'obscurité qui l'absorbaient, la comédienne réfugiée troue le noir des flots qui déjà la recouvrent. Le corps en partie figé, elle va, le temps de sa coulée à la verticale vers les fonds marins, "revivre" le naufrage de cette embarcation de fortune (ironie d'un mot à double sens) où elle, et sept cents "afffricains" s'étaient entassés pour tenter d'atteindre l'eldorado convoité.



© Barbara Buchmann.
© Barbara Buchmann.
Lumières bleutées des éclairages, lilliputien baquet d'eau au premier plan évoquant dans une autre dimension la mer immense (une Alice au pays des désastres), cubes esthétiquement entassés figurant la cabine de pilotage du rafiot… le décor offrant le cadre de ce récit des profondeurs étant planté, Shauba, la jeune fille africaine, va pouvoir raconter - se raconter - l'histoire de ses origines et de ses rêves "échoués".

Mahama au grand cœur, qui faisait siffler les f et les autres consonnes comme seuls les "Afffricains" n'étant pas passés par l'école savent le faire, c'est à elle, à cette tante bien-aimée qu'elle adresse ses dernières paroles. C'est elle à qui elle doit son "évasion" de la terre bénie d'Afrique où elle avait cependant faim, trois années d'économie et de préparatifs. C'est elle qu'elle implore maintenant pour l'aider à mourir dans les eaux de la Mare nostrum des Romains, faute de ne pouvoir atteindre la Ville éternelle et d'y réaliser ses rêves fous d'études et de travail.

Effrayants, les poissons qui tournent autour d'elle mêlant leur danse au ballet des cadavres en suspension. Et pourtant "le voyage" avait été minutieusement préparé… Jusqu'aux lunettes de soleil pour affronter la lumière vive du pont et pouvoir ainsi contrôler que les passeurs s'acquittent de la destination prévue, Lampedusa, aisé à reconnaître grâce aux cartes postales montrées. Et la mer était calme et le temps serein… Alors pourquoi ce naufrage ?

La lubricité des passeurs qui s'étaient plu à entasser les femmes et les hommes en les accouplant créant une pyramide instable, elle "convoitée" par un jeune matelot bientôt mis en concurrence avec un plus vieux qui entendait bien profiter de celle qui veut venir en Europe pour s'enrichir avec les "capitttalllistes", la lutte des deux hommes pour s'approprier le corps de la jeune fille, et le déséquilibre fatal de la gîte qui s'ensuivit, jusqu'à en faire chavirer l'embarcation.

© Barbara Buchmann.
© Barbara Buchmann.
La jeune fille, réfugiée tout en haut des cubes instables de la cabine de pilotage pour tenter en vain d'échapper à ses prédateurs, le jeu de miroirs reflétant les profondeurs des eaux mouvantes sous leurs pieds, tout dans la scénographie sert l'illusion du réel présenté à notre imaginaire. De même, lorsque plongeant sa tête dans le baquet d'eau, on entend sa respiration s'étouffer, le bruit des bulles d'air venant crever à la surface, la mise en jeu se révèle d'une étonnante efficacité.

Et puis ce cri empreint d'humour décalé qui, en créant une rupture de ton, nous permet à nous de reprendre notre respiration altérée par le tragique des situations représentées… I["Au moment où je me noie, j'ai besoin de te le dire, les Africaines doivent aller en Europe en avion, pas en bateau !"]I. Pause vite interrompue par la vision monstrueuse d'un espadon dévorant le contenu encore chaud de l'estomac d'un cadavre dépecé.

Mais le plus inacceptable peut-être pour celle qui sait que les minutes lui sont comptées, c'est de mourir accompagnée par les mots assénés par le passeur prédateur afin de l'humilier. Ces mots résonnent en elle comme une vérité effrayante : n'a-t-elle pas trahi elle-même son Afrique en cédant aux chants des sirènes du "capitttalllisme" triomphant ? Quitter sa terre pour l'appât de l'argent ?... Et touchant alors le fond, elle rejoint le sable sous-marin de Lampedusa Beach, sa dernière demeure humide, elle dont les derniers désirs furent pour le soleil d'Afrique.

Émouvante traversée d'une odyssée fictionnelle faisant écho à celle vécue réellement par les I["18 400 personnes mortes ou disparues en Méditerranée depuis 2014"]I - chiffre donné par Amnesty International -, Lampedusa Beach "réalise" un exploit. Celui de nous immerger dans un univers dont la beauté scénographique et les éclairages bleutés contrastent avec l'inhumanité du sort réservé aux réfugiés I["qui crèvent comme des chiens, des chiens qui disparaissent au fil de l'eau, et vont pourrir au loin"]I.

"Lampedusa Beach"

Premier volet de "La Trilogie du Naufrage de Lina Prosa".
Traduction de l'italien : Jean-Paul Manganaro.
Mise en scène : Eleonora Romeo.
Interprétation : Stefania Ventura.
Création lumière : Damien Gandolfo et Franck Michallet.
Musiques originales : Jamespange et Éric Craviatto.
Conception graphique : Johann Fournier.
Cie ERRE.
Production Le Buro Avignon.
Durée : 1 h 10.
Tout public à partir de 14 ans.

•Avignon Off 2019•
Du 5 au 24 juillet 2019.
Tous les jours à 22 h 30, relâche les 11 et 18.
Théâtre des Carmes André Benedetto
6, place des Carmes.
Réservations : 04 90 82 20 47.
>> theatredescarmes.com

Yves Kafka
Jeudi 18 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022