La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•Off 2019• Lampedusa Beach Migration en eaux profondes

Émergeant des nappes d'obscurité qui l'absorbaient, la comédienne réfugiée troue le noir des flots qui déjà la recouvrent. Le corps en partie figé, elle va, le temps de sa coulée à la verticale vers les fonds marins, "revivre" le naufrage de cette embarcation de fortune (ironie d'un mot à double sens) où elle, et sept cents "afffricains" s'étaient entassés pour tenter d'atteindre l'eldorado convoité.



© Barbara Buchmann.
© Barbara Buchmann.
Lumières bleutées des éclairages, lilliputien baquet d'eau au premier plan évoquant dans une autre dimension la mer immense (une Alice au pays des désastres), cubes esthétiquement entassés figurant la cabine de pilotage du rafiot… le décor offrant le cadre de ce récit des profondeurs étant planté, Shauba, la jeune fille africaine, va pouvoir raconter - se raconter - l'histoire de ses origines et de ses rêves "échoués".

Mahama au grand cœur, qui faisait siffler les f et les autres consonnes comme seuls les "Afffricains" n'étant pas passés par l'école savent le faire, c'est à elle, à cette tante bien-aimée qu'elle adresse ses dernières paroles. C'est elle à qui elle doit son "évasion" de la terre bénie d'Afrique où elle avait cependant faim, trois années d'économie et de préparatifs. C'est elle qu'elle implore maintenant pour l'aider à mourir dans les eaux de la Mare nostrum des Romains, faute de ne pouvoir atteindre la Ville éternelle et d'y réaliser ses rêves fous d'études et de travail.

Effrayants, les poissons qui tournent autour d'elle mêlant leur danse au ballet des cadavres en suspension. Et pourtant "le voyage" avait été minutieusement préparé… Jusqu'aux lunettes de soleil pour affronter la lumière vive du pont et pouvoir ainsi contrôler que les passeurs s'acquittent de la destination prévue, Lampedusa, aisé à reconnaître grâce aux cartes postales montrées. Et la mer était calme et le temps serein… Alors pourquoi ce naufrage ?

La lubricité des passeurs qui s'étaient plu à entasser les femmes et les hommes en les accouplant créant une pyramide instable, elle "convoitée" par un jeune matelot bientôt mis en concurrence avec un plus vieux qui entendait bien profiter de celle qui veut venir en Europe pour s'enrichir avec les "capitttalllistes", la lutte des deux hommes pour s'approprier le corps de la jeune fille, et le déséquilibre fatal de la gîte qui s'ensuivit, jusqu'à en faire chavirer l'embarcation.

© Barbara Buchmann.
© Barbara Buchmann.
La jeune fille, réfugiée tout en haut des cubes instables de la cabine de pilotage pour tenter en vain d'échapper à ses prédateurs, le jeu de miroirs reflétant les profondeurs des eaux mouvantes sous leurs pieds, tout dans la scénographie sert l'illusion du réel présenté à notre imaginaire. De même, lorsque plongeant sa tête dans le baquet d'eau, on entend sa respiration s'étouffer, le bruit des bulles d'air venant crever à la surface, la mise en jeu se révèle d'une étonnante efficacité.

Et puis ce cri empreint d'humour décalé qui, en créant une rupture de ton, nous permet à nous de reprendre notre respiration altérée par le tragique des situations représentées… I["Au moment où je me noie, j'ai besoin de te le dire, les Africaines doivent aller en Europe en avion, pas en bateau !"]I. Pause vite interrompue par la vision monstrueuse d'un espadon dévorant le contenu encore chaud de l'estomac d'un cadavre dépecé.

Mais le plus inacceptable peut-être pour celle qui sait que les minutes lui sont comptées, c'est de mourir accompagnée par les mots assénés par le passeur prédateur afin de l'humilier. Ces mots résonnent en elle comme une vérité effrayante : n'a-t-elle pas trahi elle-même son Afrique en cédant aux chants des sirènes du "capitttalllisme" triomphant ? Quitter sa terre pour l'appât de l'argent ?... Et touchant alors le fond, elle rejoint le sable sous-marin de Lampedusa Beach, sa dernière demeure humide, elle dont les derniers désirs furent pour le soleil d'Afrique.

Émouvante traversée d'une odyssée fictionnelle faisant écho à celle vécue réellement par les I["18 400 personnes mortes ou disparues en Méditerranée depuis 2014"]I - chiffre donné par Amnesty International -, Lampedusa Beach "réalise" un exploit. Celui de nous immerger dans un univers dont la beauté scénographique et les éclairages bleutés contrastent avec l'inhumanité du sort réservé aux réfugiés I["qui crèvent comme des chiens, des chiens qui disparaissent au fil de l'eau, et vont pourrir au loin"]I.

"Lampedusa Beach"

Premier volet de "La Trilogie du Naufrage de Lina Prosa".
Traduction de l'italien : Jean-Paul Manganaro.
Mise en scène : Eleonora Romeo.
Interprétation : Stefania Ventura.
Création lumière : Damien Gandolfo et Franck Michallet.
Musiques originales : Jamespange et Éric Craviatto.
Conception graphique : Johann Fournier.
Cie ERRE.
Production Le Buro Avignon.
Durée : 1 h 10.
Tout public à partir de 14 ans.

•Avignon Off 2019•
Du 5 au 24 juillet 2019.
Tous les jours à 22 h 30, relâche les 11 et 18.
Théâtre des Carmes André Benedetto
6, place des Carmes.
Réservations : 04 90 82 20 47.
>> theatredescarmes.com

Yves Kafka
Jeudi 18 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019