Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•Off 2019• L'histoire du communisme racontée aux malades mentaux Une folle histoire…

Quand il s'agit de faire (ré)écrire l'histoire du communisme pour "édifier" les malades d'une institution psychiatrique - qui eux aussi ont droit à avoir accès aux arcanes de la naissance de l'Homme Nouveau -, on convoque une baudruche d'écrivain qui, sous la surveillance active aux allures débonnaires du directeur médecin-chef, va devoir, suant à grosses gouttes, s'atteler à cette tâche hors du commun(isme). Et ce, sous le regard de Staline, le petit père des peuples, dont le portrait géant trône en fond de scène…



© Muriel Culmet.
© Muriel Culmet.
Lorsque ce sont les pensionnaires du Centre hospitalier de Montavet qui sont chargés de jouer les personnages accompagnés de leurs encadrants, les frontières entre véritables (?) malades, dissidents placés là par le régime en vue de leur rééducation, ou encore réactionnaires venus s'y cacher sous le masque de l'aliénation (on ne sait trop), et entre patients et personnel d'encadrement deviennent labiles à souhait : où se cachent les vrais (?) fous ? Surtout lorsque le parti pris de Matéi Visniec, l'auteur, est de proposer délibérément une farce aussi grotesque que grinçante, ridiculisant les agents de la propagande dans des tableaux au vitriol…

Lorsqu'une malade, équipée de sondes respiratoires, ouvre le bal en écartant les épais rideaux rouges pour pointer sa tête avant de s'avancer vers un micro - bien trop haut pour elle - afin de lancer vers la salle un retentissant et aigu "vive le camarade Staline !", repris en chœur quelques instants après par l'ensemble des malades alignés face à l'icône géante, on se dit que le Père Ubu n'est pas loin.

L'infirmière nymphomane hystérisant son amour pour Staline… et pour l'écrivain d'État… et pour tout le personnel… et pour les malades, y compris les plus atteints (ce qui indigne joliment le directeur, "les débiles moyens, passe, mais les débiles profonds, non ! vous faites le jeu du capitalisme !") jusqu'à démultiplier ses rapports sexuels de manière exponentielle, souligne le comique de situation propre à faire penser que, décidément, ceux qui idolâtrent le "stalinisme" ne peuvent être pris au sérieux.

Le premier chapitre rédigé par l'écrivain à la solde du régime est consacré au mot "utopie" dont la définition n'est pas, elle non plus, piquée des vers : "une utopie, c'est quand on est dans la merde et qu'on veut en sortir". Et quand le directeur médecin-chef le félicite de faire entendre le grand Staline aux malades, car "le communisme guérit de tout, l'autisme, la schizophrénie, les névroses" et plus si affinités, l'absurde triomphe.

Dans le quartier de haute sécurité où les patients vivent en autogestion, les éléments dits réactionnaires affublent d'un gros nez rouge le Grand Staline qui reçoit en cadeau une camisole de force, poursuivant dans la dérision le déboulonnage en règle de la statue du Commandeur. Et, déjà, confirmant la décadence, sont annoncées les pertes de l'Ukraine et de la Crimée. Décidément il y a quelque chose de pourri au royaume du communisme stalinien…

Le clou de la dérision se trouvant sans conteste dans la surprise réservée par la chute aux pensionnaires qui n'en croient pas leurs yeux d'aliénés mentaux… Même décédé, Staline survivrait-il à sa mort tant le communisme, valeur inaliénable, n'est pas négociable ?
Cette fable décapante, hilarante et grinçante, projette une caricature - à prendre au sens du grossissement du trait, et non déformation du modèle original - du communisme stalinien expliqué aux nuls… déficients mentaux que nous sommes tous, victimes des aveuglements idéologiques. La performance artistique, impeccablement mise en jeu et interprétée par de vrais malades, trouble à l'envi les limites entre normalité et folie, pour questionner tout projet de société faisant du bonheur des masses une affaire d'État.

Si "l'utopie de l'Homme Nouveau" se révèle une dystopie grotesque et cauchemardesque, le Théâtre de l'Autre Scène s'affirme, lui, de création en création, être un réel laboratoire "subversif" (au sens de subvertir l'ordre établi), stimulant les zygomatiques et les neurones au travers de propositions artistiques gaiement "anormales" (au sens de hors normes).

"L'histoire du Communisme racontée aux malades mentaux"

© Muriel Culmet.
© Muriel Culmet.
Texte : Matéi Visniec.
Mise en scène : Pascal Joumier.
Avec : Marjorie Audibert, Nicolas Barriere, Agnès Boinon, Alexandre Bourgue, Pierre Chalaron, Valérie Chardon, Charlène Cuisset, Catherine Gemon, Carole Guidotti, Fabrice Scaramelli.
Régie son et lumière : Muriel Culmet Cornillon.
Régisseuse plateau : Magali Mazars.
Par le Théâtre de l'Autre Scène.
Durée : 1 h 15.

•Avignon Off 2019•
Du 6 au 27 juillet 2019.
Tous les jours à 14 h 15, relâche le mardi, mercredi, vendredi et dimanche.
Fabrik Théâtre
10, route de Lyon, impasse Favot.
Réservations : 04 90 86 47 81.
>> fabriktheatre.fr

Yves Kafka
Jeudi 25 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021