Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•Off 2019• En réalités Toute la misère du monde remise en jeu

Pierre Bourdieu et son équipe de sociologues avaient lancé un pavé de 1 472 pages dans la mare de la France "balladurienne" de 1993, alors même qu'une marée de droite déferlait sur les législatives, en publiant concomitamment, aux Éditions du Seuil, "La Misère du monde". Clin d'œil de l'Histoire se jouant des calendriers démocratiques, cette somme de témoignages de terrain, recueillis durant trois années d'intense labeur, avait connu un très vif succès de librairie.



© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
Animés par une fougue communicative, Alice Vannier et ses interprètes s'emparent quelque vingt-cinq années plus tard de l'œuvre-monde du réalisateur de "La sociologie est un sport de combat" (autre opus marquant), pour réitérer l'exploit physique et intellectuel sur un plateau de théâtre… en y ajoutant la composante "spectaculaire" de leur touche artistique.

Dans une scénographie grouillante de trouvailles bureautiques et autres, se (re)construit devant nous, avec force humour dans la forme et beaucoup de sérieux dans le fond, l'œuvre "bourdésienne". On pénètre dans les arcanes de sa fabrication en assistant de visu au travail d'une équipe, jeune et impliquée, affairée à réunir les différents feuillets pour remettre le lendemain matin au Seuil la dernière mouture avant qu'elle ne reçoive l'aval du "bon à tirer".

L'effervescence qui règne sur le plateau, ménageant de nombreux flashbacks où les entretiens sont joués en direct, crée une dynamique euphorisante propre à évoquer l'excitation suscitée par la construction d'un tel ouvrage monumental. Sans jamais faiblir, le rythme tient en haleine. Alternant interrogations théoriques de haut vol - toujours portées par des personnages volontairement typés inspirant humour et sympathie - et entretiens concrets "donnant corps" aux analyses qui s'ensuivent, le propos se déplie tout "naturellement" et nous aspire infailliblement dans son sillage.

© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
D'abord définir la méthode scientifique ayant présidé au recueil des données de terrain, recueil inspiré par une approche empathique du "sujet qui n'est pas la source du mal, mais un de ses lieux de manifestations". Mettre ainsi à l'abri de tout jugement les personnes conviées à confier, de là où elles sont, la "version" singulière de leur expérience. Comme le rappelle un des acteurs-sociologues citant Spinoza : "ne pas se moquer, ne pas déplorer, ne pas détester mais comprendre".

Le premier tableau de témoins convoque trois lycéennes issues de collèges différents et racontant toutes combien le lycée leur apparaît le lieu-usine de la déshumanisation, préparant l'exclusion de celles et ceux qui, n'étant pas pas armés des codes susceptibles de passer outre le manque d'attention porté à leur personne, se sentent très vite "hors-je(u)". Elles s'expriment, comme les autres témoins le feront, dans une oralité correspondant à leur âge et classe d'appartenance, ce qui confère aux propos une vérité criante.

Quant au discours récurrent lié à la propagande de la seule voie royale qui vaille, tenu indirectement par l'institution, relayé directement par les professeurs et amplifié par les parents, chacun étant "la voix de son maître", il participe d'un tri non dissimulé visant à l'estampillage des élèves en les classant d'emblée par catégories hiérarchisées.

© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
D'où la question surgissant de ce recueil de témoignages sur le rapport à l'institution scolaire : "Quelle est la responsabilité de l'école dans la perpétuation des inégalités sociales si l'institution scolaire entérine et promeut les écarts existants ?"

D'autres tableaux se succéderont posant chacun, après l'exposé des témoignages, une question soumise à la réflexion collective.

Déposition d'une femme en recherche d'emploi ayant eu à subir les propositions de son supérieur réputé pour ce type d'agissements en direction du corps féminin. La question posée ensuite prend en compte l'ambiguïté des propos de la femme, condamnant le supérieur… tout en vantant étonnamment ses grandes qualités, comme si, malgré ses comportements abjects, il suscitait en elle une admiration secrète. La trajectoire sociale des deux présentant des similitudes, quel impact a-t-elle sur l'identification positive à son prédateur ?

Autre témoignage, sur fond des infos diffusées à la radio concernant les voitures incendiées de Vaulx-en-Velin, celui d'un gardien d'immeuble ayant toujours vécu là, communiste et s'interrogeant sur l'éventualité d'un vote Le Pen - "pour essayer, un an seulement" - tant l'évolution de son quartier le déconcerte. La question de la spirale descendante vécue par ceux qui ne disposent pas de filet social de protection, les faisant glisser du prolétariat au sous-prolétariat, est ainsi posée.

© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
Quant à la question de la justice (l'injustice) sociale, elle trouve une réponse, "pimentée" : "si on ne réagit pas maintenant (1990), dans trente ans, on se retrouve avec un banquier au pouvoir…". Suivront d'autres témoignages comme ceux de ce jeune couple de SDF, exposé depuis l'enfance à des galères en chaîne, ou en encore de ce vieux travailleur algérien ayant vécu le drame du déracinement redoublé du conflit de loyauté envers son pays d'origine ; nulle part chez lui, il vit les affres de l'émigration.

Mais, si rudes soient les misères du monde, allant se nicher dans des positions inattendues, le dispositif scénique allège la pesanteur des témoignages en créant des moments de jubilation partagée, telles les saillies drôles des "sociologues acteurs" ou encore les feuillets de l'œuvre-monde volant comme des confettis avant d'être frénétiquement rassemblés pour… le mettre au monde.

Quant au post-scriptum, il provoque un puissant et salutaire désir d'action : "ce que le monde social a fait, le monde social peut, armé de ce savoir, le défaire". Un message "riche" d'enseignements, porté avec énergie, humour et intelligence par une troupe débordante d'intuitions prospectives.

"En réalités"

© Luc Jacquin.
© Luc Jacquin.
D'après "La Misère du monde" de Pierre Bourdieu.
Adaptation Marie Menechi et Alice Vannier.
Mise en scène : Alice Vannier.
Assistante à la mise en scène : Marie Menechi.
Avec : Anna Bouguereau, Margaux Grilleau, Judith Zins, Adrien Guiraud, Hector Manuel, Sacha Ribeiro.
Scénographie : Camille Davy.
Conception lumière : Clément Soumy.
Son : Manon Amor.
Cie Courir à la Catastrophe/Antisthène.
Durée : 1 h 30.
Spectacle double lauréat du Prix Théâtre 13/Jeunes metteurs en scène 2018.

•Avignon Off 2019•
Du 5 au 23 juillet 2019.
Tous les jours impairs à 11 h 40.
Théâtre Le Train, Salle 1.
40, rue Paul Saïn.
Réservations : 04 90 82 39 06.
>> theatredutrainbleu.fr

© Luc Jacquin.
© Luc Jacquin.

Yves Kafka
Lundi 22 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021