Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•Off 2019• En réalités Toute la misère du monde remise en jeu

Pierre Bourdieu et son équipe de sociologues avaient lancé un pavé de 1 472 pages dans la mare de la France "balladurienne" de 1993, alors même qu'une marée de droite déferlait sur les législatives, en publiant concomitamment, aux Éditions du Seuil, "La Misère du monde". Clin d'œil de l'Histoire se jouant des calendriers démocratiques, cette somme de témoignages de terrain, recueillis durant trois années d'intense labeur, avait connu un très vif succès de librairie.



© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
Animés par une fougue communicative, Alice Vannier et ses interprètes s'emparent quelque vingt-cinq années plus tard de l'œuvre-monde du réalisateur de "La sociologie est un sport de combat" (autre opus marquant), pour réitérer l'exploit physique et intellectuel sur un plateau de théâtre… en y ajoutant la composante "spectaculaire" de leur touche artistique.

Dans une scénographie grouillante de trouvailles bureautiques et autres, se (re)construit devant nous, avec force humour dans la forme et beaucoup de sérieux dans le fond, l'œuvre "bourdésienne". On pénètre dans les arcanes de sa fabrication en assistant de visu au travail d'une équipe, jeune et impliquée, affairée à réunir les différents feuillets pour remettre le lendemain matin au Seuil la dernière mouture avant qu'elle ne reçoive l'aval du "bon à tirer".

L'effervescence qui règne sur le plateau, ménageant de nombreux flashbacks où les entretiens sont joués en direct, crée une dynamique euphorisante propre à évoquer l'excitation suscitée par la construction d'un tel ouvrage monumental. Sans jamais faiblir, le rythme tient en haleine. Alternant interrogations théoriques de haut vol - toujours portées par des personnages volontairement typés inspirant humour et sympathie - et entretiens concrets "donnant corps" aux analyses qui s'ensuivent, le propos se déplie tout "naturellement" et nous aspire infailliblement dans son sillage.

© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
D'abord définir la méthode scientifique ayant présidé au recueil des données de terrain, recueil inspiré par une approche empathique du "sujet qui n'est pas la source du mal, mais un de ses lieux de manifestations". Mettre ainsi à l'abri de tout jugement les personnes conviées à confier, de là où elles sont, la "version" singulière de leur expérience. Comme le rappelle un des acteurs-sociologues citant Spinoza : "ne pas se moquer, ne pas déplorer, ne pas détester mais comprendre".

Le premier tableau de témoins convoque trois lycéennes issues de collèges différents et racontant toutes combien le lycée leur apparaît le lieu-usine de la déshumanisation, préparant l'exclusion de celles et ceux qui, n'étant pas pas armés des codes susceptibles de passer outre le manque d'attention porté à leur personne, se sentent très vite "hors-je(u)". Elles s'expriment, comme les autres témoins le feront, dans une oralité correspondant à leur âge et classe d'appartenance, ce qui confère aux propos une vérité criante.

Quant au discours récurrent lié à la propagande de la seule voie royale qui vaille, tenu indirectement par l'institution, relayé directement par les professeurs et amplifié par les parents, chacun étant "la voix de son maître", il participe d'un tri non dissimulé visant à l'estampillage des élèves en les classant d'emblée par catégories hiérarchisées.

© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
D'où la question surgissant de ce recueil de témoignages sur le rapport à l'institution scolaire : "Quelle est la responsabilité de l'école dans la perpétuation des inégalités sociales si l'institution scolaire entérine et promeut les écarts existants ?"

D'autres tableaux se succéderont posant chacun, après l'exposé des témoignages, une question soumise à la réflexion collective.

Déposition d'une femme en recherche d'emploi ayant eu à subir les propositions de son supérieur réputé pour ce type d'agissements en direction du corps féminin. La question posée ensuite prend en compte l'ambiguïté des propos de la femme, condamnant le supérieur… tout en vantant étonnamment ses grandes qualités, comme si, malgré ses comportements abjects, il suscitait en elle une admiration secrète. La trajectoire sociale des deux présentant des similitudes, quel impact a-t-elle sur l'identification positive à son prédateur ?

Autre témoignage, sur fond des infos diffusées à la radio concernant les voitures incendiées de Vaulx-en-Velin, celui d'un gardien d'immeuble ayant toujours vécu là, communiste et s'interrogeant sur l'éventualité d'un vote Le Pen - "pour essayer, un an seulement" - tant l'évolution de son quartier le déconcerte. La question de la spirale descendante vécue par ceux qui ne disposent pas de filet social de protection, les faisant glisser du prolétariat au sous-prolétariat, est ainsi posée.

© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
Quant à la question de la justice (l'injustice) sociale, elle trouve une réponse, "pimentée" : "si on ne réagit pas maintenant (1990), dans trente ans, on se retrouve avec un banquier au pouvoir…". Suivront d'autres témoignages comme ceux de ce jeune couple de SDF, exposé depuis l'enfance à des galères en chaîne, ou en encore de ce vieux travailleur algérien ayant vécu le drame du déracinement redoublé du conflit de loyauté envers son pays d'origine ; nulle part chez lui, il vit les affres de l'émigration.

Mais, si rudes soient les misères du monde, allant se nicher dans des positions inattendues, le dispositif scénique allège la pesanteur des témoignages en créant des moments de jubilation partagée, telles les saillies drôles des "sociologues acteurs" ou encore les feuillets de l'œuvre-monde volant comme des confettis avant d'être frénétiquement rassemblés pour… le mettre au monde.

Quant au post-scriptum, il provoque un puissant et salutaire désir d'action : "ce que le monde social a fait, le monde social peut, armé de ce savoir, le défaire". Un message "riche" d'enseignements, porté avec énergie, humour et intelligence par une troupe débordante d'intuitions prospectives.

"En réalités"

© Luc Jacquin.
© Luc Jacquin.
D'après "La Misère du monde" de Pierre Bourdieu.
Adaptation Marie Menechi et Alice Vannier.
Mise en scène : Alice Vannier.
Assistante à la mise en scène : Marie Menechi.
Avec : Anna Bouguereau, Margaux Grilleau, Judith Zins, Adrien Guiraud, Hector Manuel, Sacha Ribeiro.
Scénographie : Camille Davy.
Conception lumière : Clément Soumy.
Son : Manon Amor.
Cie Courir à la Catastrophe/Antisthène.
Durée : 1 h 30.
Spectacle double lauréat du Prix Théâtre 13/Jeunes metteurs en scène 2018.

•Avignon Off 2019•
Du 5 au 23 juillet 2019.
Tous les jours impairs à 11 h 40.
Théâtre Le Train, Salle 1.
40, rue Paul Saïn.
Réservations : 04 90 82 39 06.
>> theatredutrainbleu.fr

© Luc Jacquin.
© Luc Jacquin.

Yves Kafka
Lundi 22 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020