La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Mon fils, ma bataille… amour, humour...

"Le Bal des Pompiers", Théâtre Dejazet, Paris

J’ai connu Laurent Savard au milieu des années quatre-vingt-dix. Il jouait au Movies, un café-théâtre dans lequel ont débuté Dany Boon, Jean-Luc Lemoine, Stéphane Guillon (avec qui il démarre alors), Djamel et bien d’autres encore et qui, malheureusement, n’existe plus. Son spectacle s’appelait "Une certaine envie de frapper". Son style était déjà affirmé : écriture léchée et humour noir pour dénoncer ce qui ne lui plaisait pas. Puis Laurent a écrit "Y a-t-il un facho dans le frigo ?" qui resta plusieurs mois à l’affiche du Splendid.



© Jeanne Ton.
© Jeanne Ton.
Ensuite, la vie a fait qu’il est devenu papa - le soir du Bal des Pompiers, d’où le titre - d’un petit Gabin qui a changé sa vie. Gabin, qui a aujourd’hui dix ans, est en effet un enfant "différent", diagnostiqué autiste et hyperactif. Il y a deux ans, son papa artiste a décidé de lui consacrer un spectacle. Présenté d’abord au Splendid, ce solo théâtral a, lui aussi, une vie incroyable : mairies, centres culturels et théâtres ont appelé d’un peu partout pour l’accueillir, en France et même à Montréal, et jusqu’à plus de 600 personnes sont venues l’applaudir chaque soir.

Aujourd’hui, ce spectacle se pose quelques jours au Déjazet dont le directeur, Jean Bouquin, m’a confié qu’il l’accueillait gratuitement.

© Jeanne Ton.
© Jeanne Ton.
Laurent Savard nous y invite à partager la vie qu’il mène avec son petit garçon différent. Des scènes courtes, aussi concises qu’explicites, se succèdent : premières inquiétudes du pédiatre quant à l’évolution de Gabin, diagnostic formel, annonce aux grands-parents, pressurisation du couple "Avoir un enfant handicapé est un luxe que tout le monde ne peut pas se permettre"… Nombreuses batailles menées avec (ou plutôt contre) une psy "Et chez vous, il y a forcément un nœud quelque part !", une directrice d’école "Déjà qu’on est obligés d’accepter votre enfant !", des promeneurs lambda "Quand on a un enfant comme ça, on ne le sort pas !" et, heureusement, belles rencontres humanistes dans le quartier de Montmartre où habitait la petite famille… sont autant de pépites étincelantes.

Si vous avez dévoré "Où on va Papa ?" de Jean-Louis Fournier, vous allez adorer "Le Bal des Pompiers" ! Car, Laurent Savard a une propension à un humour noir entièrement salvateur. Rebelle depuis toujours, il n’accepte aucune fatalité, combat au quotidien les diktats de cette société si prompte à rejeter la différence, se heurtant ainsi au manque d’humanité de certains avec une bonne dose de provocation, son autre bouée de sauvetage. Cela donne des scènes à la fois tragiquement drôles et drôlement tragiques d’où est exclu tout pathos.

L’auteur y interprète une bonne quinzaine de rôles, dont le sien, sans excès, avec une justesse éblouissante et une sincérité percutante. Aussi, que vous soyez ou non directement concernés par l’autisme, assisterez vous à un spectacle rare mêlant magnifiquement sens, amour, humour et intelligence. Ne passez pas à côté !!!

"Le Bal des Pompiers"

© Jeanne Ton.
© Jeanne Ton.
Texte : Laurent Savard.
Mise en scène : Bruno Delahaye.
Piano : Anaïs Blin.
Régisseur : Matthieu Mercier.
Spectacle par la Compagnie Au Pied de la Lettre (et Jade Lanza).

Spectacle du 2 au 19 mai 2012.
Du mardi au samedi à 20 h 30.
Théâtre Dejazet, Paris 3e, 01 48 87 52 55.
>> dejazet.com

N.B. : Mardi, mercredi et jeudi (sauf le jeudi de l'Ascension), le spectacle est traduit en langue des signes. Des troupes composées d’artistes sans pathologie et d’autres différentes assurent une première partie : Percujam (musique), le vendredi ; et Woody Bigoudis (humour), le samedi.

Caroline Fabre
Lundi 14 Mai 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020