La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

Malveillance : La vie est un long fleuve pourri

Le psychopathe mis en scène par Jaume Balagueró n’est pas Hannibal Lecter. Il ne dévore pas ses victimes. Du moins pas au sens littéral du terme. Pour être exact, il se contente de les ronger de l’intérieur.



Malveillance © Le Pacte.
Malveillance © Le Pacte.
À première vue, Cesar est un garçon parfait. Il se lève aux aurores, avec précaution pour ne pas déranger la jeune femme qui dort profondément à ses côtés, et, après s’être brossé soigneusement les dents, sort sans plus de bruit de l’appartement pour, quelques étages plus bas, rejoindre son poste de gardien d’immeuble bourgeois. Poste qu’il occupe avec une disponibilité sans bornes, toujours prêt à rendre service, car Cesar est serviable, poli, prévenant, discret. Une perle.

Mais une perle qui a un gros problème : il n’arrive pas à être heureux. Son seul bonheur, c’est le malheur des autres. Rien ne le réjouit plus que de voir couler les larmes. Rien ne le déprime autant qu’un sourire éclairant un visage ou, pire, un éclat de rire. Ceux de Clara, par exemple, jeune femme pétante de santé et de joie de vivre, l’insupportent tout particulièrement. Et l’ennui, c’est que Clara vit dans l’immeuble. Alors, il met tout en œuvre pour effacer ce sourire, pour étouffer cet éclat de rire qui le tourmente tant. Avec zèle, discrétion et efficacité, comme toujours. Dans les ténèbres feutrées de la nuit, pendant que Clara dort, d’un sommeil trop profond, le cauchemar, son cauchemar, se met en place…

Malveillance © Le Pacte.
Malveillance © Le Pacte.
Mientras Duermes. Pendant que tu dors. Le titre original dit toute la perversité qui meut le "héros" de ce thriller aux apparences banales - le cinéma américain déroule au kilomètre ce type d’intrigue formatée où une brave fille, seule dans son appartement, devient la proie d’un maniaque plus ou moins imaginatif -, mais qui suit le fil d’un scénario écrit à l’acide sulfurique. Il ne faut pas se fier au ton très "chronique du quotidien" sur lequel s’ouvre Malveillance, car ce sont précisément ces faux petits riens, ces actes de tous les jours qu’accomplit Cesar, qui révèlent la nature du plan complètement tordu qu’il a mis sur pied et dont on pénètre peu à peu la monstruosité. L’application méticuleuse avec laquelle il s’acharne à pourrir la vie de sa victime, à lui rendre impossible tout bonheur futur, ne passe pas par l’habituelle panoplie d’agressions physiques qui truffent tout scénario hollywoodien qui se respecte, mais par un échafaudage de "malveillances" - une fois n’est pas coutume, le titre français est bien trouvé - touchant essentiellement à l’intime, qui augmentent en intensité à mesure qu’on s’achemine vers le dénouement. Et le choc est, évidemment, bien plus fort.

Malveillance © Le Pacte.
Malveillance © Le Pacte.
Entre deux volets de la franchise "[•rec]" - il a laissé son compère Placo Plaza seul aux manettes de "[•rec]3 Genesis", avant de s’atteler à "[•rec]4 Apocalypse" -, Jaume Balagueró s’est accordé un plaisir coupable en revenant à l’horreur feutrée qui fit sa marque de fabrique ("La Secte sans nom", "Darkness"). Il n’a pas perdu la main. Les zombies hystériques filmés caméra à l’épaule n’ont en rien altéré son goût pour des monstres moins immédiatement repérables, ni son sens du détail qui fait mouche sans vous gicler dans l’œil. Et dans le rôle de Cesar, psychopathe machiavélique d’anthologie, Luis Tosar vaut tous les bouffeurs de chair humaine. Pire, même, puisque lui n’a même pas besoin de vous mordre pour vous transformer en mort-vivant…

Malveillance © Le Pacte.
Malveillance © Le Pacte.
● Mientras duermes (Titre français : Malveillance).
Réalisation : Jaume Balagueró.
Scénario : Alberto Marini.
Avec : Luis Tosar, Marta Etura, Alberto San Juan, Iris Almeida.
En salles depuis le 28 décembre 2011.

>> mientrasduermeslapelicula.com


Gérard Biard
Vendredi 6 Janvier 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019