La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Magnifier l’apprentissage de l’art d'être courtisan

"Le bourgeois gentilhomme", Théâtre de la Porte Saint-Martin, Paris

Il était une fois un bourgeois qui voulait atteindre la grâce d’un gentilhomme de cour et se retrouve puni de ses propres lubies en devenant l’objet d’une bastonnade rituelle. Il est fait sujet du Grand Turc… et se retrouve soliste d’un ballet de cour. Intronisation du personnage. Et hou du balai le bonhomme gesticule en rythme : ce qui fait rire et ravit.



François Morel © Mirco Magliocca.
François Morel © Mirco Magliocca.
"Le bourgeois gentilhomme", comédie ballet de Molière et Lully (ancêtre des opérettes et autres comédies musicales), est un chef-d'œuvre de farce. Le saltimbanque qui joue en miroir des danseurs est l’homme de toutes les situations. Danse, musique, escrime, philosophie, management domestique et bal masqué. Le bourgeois est tourneboulé mais il s’intègre au spectacle du commanditaire : le roi est expert en danse et anoblit qui il veut. C’est dans un exercice d’évitement et d’acceptation simultané de la "tête de turc" qu’est magnifié l’apprentissage de l’art du courtisan.

Jean-Baptiste Poquelin, de lignée bourgeoise, alias Molière, en est un maître et, dans chacun de ces rôles, il y a un Scapin (Scapare) virtuose qui s’échappe et récupère le rire à son avantage.

La proposition de Catherine Hiegel (accompagnée du CADO, centre national d’Orléans, et de l’Ensemble Baroque La Rêveuse) renvoie à une vision historique épurée du "bourgeois gentilhomme". Elle est réjouissante. Elle profite des études de ces dernières décennies sur la période baroque*: c’est, pour le spectateur, enfin la fin de la pompe et de l’ennui, et le retour à des danses au rythme marqué et véloce.

François Morel et Alain Pralon (sociétaire honoraire) © Mirco Magliocca.
François Morel et Alain Pralon (sociétaire honoraire) © Mirco Magliocca.
Les costumes stylisés aux couleurs chaudes accrochent la lumière. Les décors sont peints, la machinerie est simple et visible. Tout renvoie à un imaginaire du théâtre. Beau tout simplement sans excès. C’est le retour aux bosquets et salles de verdure par lesquels le spectateur entre dans un monde enchanté : celui où les plates bandes de fleurs deviennent broderies. Fête à Versailles. Les comédiens virent et voltent.

Ainsi traitée, la pièce de Molière apparait dans la vérité de sa structure : elle est celle d’une farce qui trouve ses comparses et ses complices au fur et à mesure de son déroulement. Elle formée d’une succession de genres, courts morceaux qui s’articulent et s’enchaînent prestement par la précision du texte et s’enroulent pour produire un feu d’artifice final. Musique, danse, théâtre comique fusionnent magnifiquement. C’est une montée au bal masqué qui apporte le vrai sourire. Le spectateur n’est pas hostile. Bien au contraire. Celui-ci prend aise et s’offre au rire. Celui-ci est freiné.

Le bourgeois de cette version porté par François Morel est ahuri,comme pétrifié, entrant dans le jeu comme en retard de l’action. Cette interprétation tenue avec beaucoup de finesse se comprend comme une volonté de s’écarter des interprétations historiques de bourgeois qui accusent les traits du ridicule de caste ou bien sont trop ouvertement à la pantalonnade. Elle est justifiée.

Cela étant, le personnage de Jourdain étant un amplificateur de jeu et un point de retournement des situations, cette position de retrait prend le risque d’une raideur et d’une pose dans le jeu qui entre en contradiction avec la pièce elle-même.

Il appartient à François Morel de trouver au fil des jours la fluence, l’énergie, les effets de syncope par lesquels le comédien et ses avatars - Jourdain, Poquelin, Molière, chef de troupe et comédien - entrent en relation de complicités ; entrainent la troupe qui n’attend que cela et déferlent sur le public.

*Le spectateur à la recherche de la perfection de l’esthétique baroque, qui précéda Louis XIV, peut aller à l’Opéra Comique suivre le travail de Benjamin Lazar sur la fable musicale "Egisto furioso" de Francesco Cavalli (du 1er au 9 février).

"Le bourgeois gentilhomme"

Comédie-ballet de Molière et Jean-Baptiste Lully.
Mise en scène : Catherine Hiegel.
Assistante à la mise en scène : Natacha Garange.
Chorégraphie : Cécile Bon.
Avec : François Morel, Alain Pralon (Sociétaire honoraire de la Comédie-Française), Marie-Armelle Deguy, Olivier Bioret, Anicet Castel, Stephen Collardelle, Joss Costalat, Eugénie Lefebvre, David Migeot, Emmanuel Noblet, Romain Panassie, Camille Pelicier, Gilian Petrovski, Géraldine Roguez, Frédéric Verschoore, Héloïse Wagner et l'Ensemble Baroque La Rêveuse.
Décors : Goury.
Lumières : Dominique Borrini.
Costumes : Patrice Cauchetier.
Direction musicale : Benjamin Perrot.
Coiffures et maquillages : Véronique Soulier-Nguyen.
Travail vocal : Vincent Leterme.
Durée : 3 h, entracte inclus.

Spectacle du 12 janvier au 27 mai 2012.
Du mardi au vendredi à 20 h, samedi à 20 h 30 et dimanche à 15h.
Théâtre de la Porte Saint-Martin, Paris 10e, 01 42 08 00 32.
>> portestmartin.com

Jean Grapin
Jeudi 2 Février 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020