La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Magnifier l’apprentissage de l’art d'être courtisan

"Le bourgeois gentilhomme", Théâtre de la Porte Saint-Martin, Paris

Il était une fois un bourgeois qui voulait atteindre la grâce d’un gentilhomme de cour et se retrouve puni de ses propres lubies en devenant l’objet d’une bastonnade rituelle. Il est fait sujet du Grand Turc… et se retrouve soliste d’un ballet de cour. Intronisation du personnage. Et hou du balai le bonhomme gesticule en rythme : ce qui fait rire et ravit.



François Morel © Mirco Magliocca.
François Morel © Mirco Magliocca.
"Le bourgeois gentilhomme", comédie ballet de Molière et Lully (ancêtre des opérettes et autres comédies musicales), est un chef-d'œuvre de farce. Le saltimbanque qui joue en miroir des danseurs est l’homme de toutes les situations. Danse, musique, escrime, philosophie, management domestique et bal masqué. Le bourgeois est tourneboulé mais il s’intègre au spectacle du commanditaire : le roi est expert en danse et anoblit qui il veut. C’est dans un exercice d’évitement et d’acceptation simultané de la "tête de turc" qu’est magnifié l’apprentissage de l’art du courtisan.

Jean-Baptiste Poquelin, de lignée bourgeoise, alias Molière, en est un maître et, dans chacun de ces rôles, il y a un Scapin (Scapare) virtuose qui s’échappe et récupère le rire à son avantage.

La proposition de Catherine Hiegel (accompagnée du CADO, centre national d’Orléans, et de l’Ensemble Baroque La Rêveuse) renvoie à une vision historique épurée du "bourgeois gentilhomme". Elle est réjouissante. Elle profite des études de ces dernières décennies sur la période baroque*: c’est, pour le spectateur, enfin la fin de la pompe et de l’ennui, et le retour à des danses au rythme marqué et véloce.

François Morel et Alain Pralon (sociétaire honoraire) © Mirco Magliocca.
François Morel et Alain Pralon (sociétaire honoraire) © Mirco Magliocca.
Les costumes stylisés aux couleurs chaudes accrochent la lumière. Les décors sont peints, la machinerie est simple et visible. Tout renvoie à un imaginaire du théâtre. Beau tout simplement sans excès. C’est le retour aux bosquets et salles de verdure par lesquels le spectateur entre dans un monde enchanté : celui où les plates bandes de fleurs deviennent broderies. Fête à Versailles. Les comédiens virent et voltent.

Ainsi traitée, la pièce de Molière apparait dans la vérité de sa structure : elle est celle d’une farce qui trouve ses comparses et ses complices au fur et à mesure de son déroulement. Elle formée d’une succession de genres, courts morceaux qui s’articulent et s’enchaînent prestement par la précision du texte et s’enroulent pour produire un feu d’artifice final. Musique, danse, théâtre comique fusionnent magnifiquement. C’est une montée au bal masqué qui apporte le vrai sourire. Le spectateur n’est pas hostile. Bien au contraire. Celui-ci prend aise et s’offre au rire. Celui-ci est freiné.

Le bourgeois de cette version porté par François Morel est ahuri,comme pétrifié, entrant dans le jeu comme en retard de l’action. Cette interprétation tenue avec beaucoup de finesse se comprend comme une volonté de s’écarter des interprétations historiques de bourgeois qui accusent les traits du ridicule de caste ou bien sont trop ouvertement à la pantalonnade. Elle est justifiée.

Cela étant, le personnage de Jourdain étant un amplificateur de jeu et un point de retournement des situations, cette position de retrait prend le risque d’une raideur et d’une pose dans le jeu qui entre en contradiction avec la pièce elle-même.

Il appartient à François Morel de trouver au fil des jours la fluence, l’énergie, les effets de syncope par lesquels le comédien et ses avatars - Jourdain, Poquelin, Molière, chef de troupe et comédien - entrent en relation de complicités ; entrainent la troupe qui n’attend que cela et déferlent sur le public.

*Le spectateur à la recherche de la perfection de l’esthétique baroque, qui précéda Louis XIV, peut aller à l’Opéra Comique suivre le travail de Benjamin Lazar sur la fable musicale "Egisto furioso" de Francesco Cavalli (du 1er au 9 février).

"Le bourgeois gentilhomme"

Comédie-ballet de Molière et Jean-Baptiste Lully.
Mise en scène : Catherine Hiegel.
Assistante à la mise en scène : Natacha Garange.
Chorégraphie : Cécile Bon.
Avec : François Morel, Alain Pralon (Sociétaire honoraire de la Comédie-Française), Marie-Armelle Deguy, Olivier Bioret, Anicet Castel, Stephen Collardelle, Joss Costalat, Eugénie Lefebvre, David Migeot, Emmanuel Noblet, Romain Panassie, Camille Pelicier, Gilian Petrovski, Géraldine Roguez, Frédéric Verschoore, Héloïse Wagner et l'Ensemble Baroque La Rêveuse.
Décors : Goury.
Lumières : Dominique Borrini.
Costumes : Patrice Cauchetier.
Direction musicale : Benjamin Perrot.
Coiffures et maquillages : Véronique Soulier-Nguyen.
Travail vocal : Vincent Leterme.
Durée : 3 h, entracte inclus.

Spectacle du 12 janvier au 27 mai 2012.
Du mardi au vendredi à 20 h, samedi à 20 h 30 et dimanche à 15h.
Théâtre de la Porte Saint-Martin, Paris 10e, 01 42 08 00 32.
>> portestmartin.com

Jean Grapin
Jeudi 2 Février 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019