La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Mademoiselle Personne" Du côté de chez soi à la recherche du pain perdu

Elle a hérité - allez savoir pourquoi - du patronyme transparent de Personne, elle qui, telle une éponge, va s'imprégner de manière hallucinatoire des identités des clients(es) fréquentant la boulangerie de son premier emploi. Se crée alors une sorte de "roman familial" décalé qui devient, à son corps défendant, son pain quotidien nourrissant la béance d'une existence figée dans les glaces. Mais de quelle quête effrénée cette frêle jeune femme, à peine sortie de l'adolescence, est-elle secrètement porteuse ? Pour se ressentir aussi "à-vide" de la vie des autres, quel manque en soi faut-il combler ? Comment advenir à l'état de sujet "désassujetti" ?



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Didier Delahais, auteur, acteur et metteur en scène bordelais, est (re)connu pour son écriture laissant dans ses déliés une large place au surgissement de l'inquiétante étrangeté, ce quelque chose d'indéfinissable qui nous prend par surprise pour créer en chacun des ondes de choc venues d'un autre temps sinon d'une autre région de nous-mêmes. Son saisissant "Faut voir", mis en scène par Jean-Luc Terrade en 2013, a laissé des traces dans les mémoires.

Seule en scène, l'actrice - Maëlle Gozlan endossant le rôle comme une seconde peau - semble un peu perdue dans l'espace vide du plateau, d'emblée trop grand pour elle. Détentrice d'un bac littéraire, elle vient de postuler - pour des raisons que l'on devine alimentaires - pour un emploi de vendeuse… certes, mais à La Brioche Dorée !!! Sa lettre de motivation inaugurale, débouchant sur le Graal représenté par cette embauche, est articulée avec une application studieuse comme pour faire toucher du doigt ce qui se joue là d'essentiel pour elle.

Premier morceau d'humour, grinçant à souhait, qui en creux révèle l'incurie d'une société convoquant tous les poncifs à mettre en avant pour "réussir" une lettre de motivation répondant aux standards attendus. Se montrer sérieuse, disponible, enjouée, vanter les mérites de ce commerce paré de toutes les vertus imaginables. Surtout, surtout, montrer à quel point ce poste correspond à l'idéal du moi poursuivi depuis toujours, combien il est primordial, vital pour elle de l'obtenir. Cerise sur le gâteau, petite madeleine de Proust, ne pas oublier de terminer par les émotions attachées au parfum des viennoiseries de l'enfance, et - pourquoi pas - rajouter l'odeur du pain perdu préparé par la grand-mère sur le coin de la cuisinière…

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Ainsi, intronisée de plain-pied dans cette fonction "hors pair", elle endosse la tenue et les postures qui vont avec, répétant à satiété les mêmes tâches et gestes… Jusqu'à ce qu'un événement "impensable" advienne, grain de sable venant surprendre son innocence ingénue, dérégler sa mécanique interne. Dès lors, faisant effraction dans son existence, il la fait vaciller de son assise de vendeuse appliquée, la délie. Sa personnalité mise à l'épreuve du réel se fissure pour halluciner des personnages revisités par son imaginaire. Ces clients(es) qu'elle va tour à tour incarner sous nos yeux pour leur donner vie, ont-ils une existence dans la réalité, ou sont-ils recomposés par son psychisme avide de fantaisies stimulantes ?

Dire la vulnérabilité de nos psychés prises dans les glaces d'une organisation régie par la course à la rentabilité revient à comprendre l'impérieuse nécessité de s'évader du monde tel qu'il va (ou ne va pas). Dès lors, les portes du possible s'ouvrent grandes pour échapper à la dégénérescence psychique programmée… Dans la brèche ouverte par ce micro-événement confondu à une double effraction (au propre comme au figuré), surgissent des créatures hautes en couleur sorties du fin fond de sa "réserve" personnelle, tranchant sur la grisaille de sa vie vécue.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Petite robe noire et talons, rouge à lèvres éclatant, Mademoiselle Personne se métamorphose en un tour de main pour vivre le rêve (éveillé) de la séduisante jeune femme suivant dans un Club de Jazz à la mode cet homme par qui le scandale arrive. Ou encore, elle revêt l'identité de cette blonde décolorée au parler franc, une cliente amoureuse elle aussi des alexandrins et ancienne prostituée aujourd'hui à la retraite. Ou bien encore, se glissant dans les habits de cet autre homme, philosophe de comptoir au "parler" schizophrène, elle distille des préceptes propres à "réfléchir" en boucle le monde. Parfois, c'est le souvenir d'"Une dame aux Camélias" revisitée qui fait irruption dans le présent de l'arrière-boutique de la boulangerie.

Ces fragments de discours épars, reliés entre eux par le désir pressant d'échapper au présent mortifère - et dont une cabine d'essayage dressée en bordure du plateau offre le sas propice aux transformations - sont autant de tentatives salutaires pour échapper à une existence sans horizon d'attente. Une nécessaire et saine respiration pour tenter, envers et contre tous diktats, de rencontrer au travers de ces figures existantes et/ou fantasmées des échantillons d'une humanité atypique, permettant de se construire une identité "inaliénable".

"Mademoiselle Personne"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Texte : Didier Delahais.
d'après une idée originale de Maëlle Gozlan.
Mise en scène : Didier Delahais.
Avec : Maëlle Gozlan.
Création lumière et scénographie : Florent Blanchon, Cédric Quéau.
Collaboration musicale : Olivier Gerbeaud.
À partir de 14 ans.
Durée : 1 h.

Vu dans le cadre de représentations réservées aux professionnels données à la Salle des Fêtes du Grand Parc à Bordeaux - Glob Théâtre Hors les murs - les mercredi 3 et jeudi 4 mars 2021 à 14 h 30.

Dates de tournée à venir.

Yves Kafka
Mercredi 17 Mars 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022