La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Macbeth" Un roi non sans divertissement… débordant de folie shakespearienne

La folie de Macbeth, succombant au chant des sorcières lui prédisant - à lui le fidèle guerrier dévoué à son roi - la suprême couronne, n'est plus à conter : manipulé à souhait par l'avidité de sa Lady soufflant sur les braises de son désir coupable, il accomplira son destin d'assassin avant d'être passé au fil de l'épée. Pour redonner des couleurs à la "pièce écossaise" maudite, Anthony Magnier a habillé de rouge incandescent sa scénographie et ses acteurs, desquels se détache la figure de William Mesguich en Macbeth halluciné.



© Anthony Magnier.
© Anthony Magnier.
Le plateau - où se dessine un cercle nu se métamorphosant au gré des péripéties en pièces du château maudit ou encore en la fameuse forêt vivante de Birnam -, livré tour à tour au burlesque débridé et au tragique shakespearien, dissimule autant qu'il révèle derrière un rideau de chaînes métalliques un arrière-plan où aura lieu entre autres le meurtre du roi Duncan. Ce second plan figure ce qui ne peut advenir en pleine lumière tant il recèle de turpitudes inavouables.

A contrario, côté cour, un curieux musicien live, debout derrière son pupitre, ponctuera de manière fantasque le drame par ses notes fabriquées artisanalement à vue (fourchettes ferraillant entre elles pour faire entendre la férocité des combats, respiration haletante mimant le vent déferlant sur le champ de bataille) après qu'une sulfureuse maîtresse de cérémonie, incarnant les trois sorcières et gainée superbement dans une robe-fourreau fendue jusqu'aux cuisses, n'eut accueilli, clin d'œil coquin à l'appui, le public l'immergeant ainsi de plain-pied dans l'action. Complicité spectateurs-acteurs et mélange des genres restituant "à merveille" l'esprit du théâtre élisabéthain, beaucoup moins corseté dans ses codes que le théâtre actuel.

© Anthony Magnier.
© Anthony Magnier.
D'emblée, le ton "délirant" annoncé, le rythme ne faiblira pas faisant alterner - pour ne pas dire coïncider - le comique et le tragique. Ainsi l'annonce du traître, le thane de Cawdor, décapité par le général Macbeth exposant fièrement sur le rempart du château la tronche du félon, s'accompagne-t-elle des accents d'une comptine enfantine pleine d'entrain, "j'entends le loup et le renard chanter…".

Contrastant avec cette insoupçonnable légèreté de l'être, Macbeth resté seul en scène - troublant William Mesguich passant du registre du guerrier triomphant à celui de l'homme torturé déjà par le remords à venir du régicide annoncé - est livré aux affres du doute qui le mine de l'intérieur. Seuls l'ambition de sa Lady et l'amour qu'il lui porte le font se ressaisir… avant d'être l'objet d'hallucinations fantastiques : à qui est ce poignard qui flotte au-dessus de sa tête ? Ce même poignard, on le verra, de sa main tenue, trancher la gorge du Roi Duncan dormant innocemment derrière le rideau métallique.

Accablé, effondré, détruit par un crime plus grand que lui, Macbeth-Mesguich revient titubant sur l'avant-scène. Les yeux hagards, il se bat avec ses mains maculées du sang indélébile dont il ne peut se défaire. Il appelle la mort à la rescousse… Mais, comme l'indique alors la sublime machiavélique maîtresse de cérémonie, les Portes de l'Enfer sont encombrées par la file des loueurs de logements - on est en juillet, Festival d'Avignon oblige… - et sa demande ne peut donc être satisfaite. Du moins en l'instant.

© Anthony Magnier.
© Anthony Magnier.
Les prophéties s'accompliront, "fatalement", les hommes si puissants soient-ils n'étant pas de force à leur opposer leur piètre volonté… Et Macbeth-Mesguich, faisant corps avec sa folie envahissante, de bondir soudain dans les travées pour saisir au col un spectateur, puis un autre, en qui il reconnaît le portrait "vivant" de Banquo. Pourtant son ancien frère d'armes n'a-t-il pas été assassiné sur ses ordres ? "Il fut un temps où l'homme mort était mort. Là, il ressuscite…", laisse-t-il, sidéré, échapper sous le regard goguenard de la facétieuse maîtresse de cérémonie commentant à notre intention : "Il va de mal en pis…".

Le combat ultime qu'il livrera, vêtu d'une simple camisole d'aliéné - la forêt de Birnam s'étant mise en branle et le fils "non né d'une femme" étant bien là, plus aucun espoir ne lui est permis -, le montrera dans un duel digne des morceaux de bravoure des films de cape et d'épée, avec force chutes et rétablissements spectaculaires à la clé.

S'il est vrai que "la vie n'est qu'un fantôme errant, un pauvre comédien qui se pavane et s'agite durant son heure sur la scène et qu'ensuite on n'entend plus, (si) c'est une histoire dite par un idiot, pleine de fracas et de furie, et qui ne signifie rien…" (dixit Macbeth), elle se termine là "en beauté" : la sorcière bienaimée se coiffera de la couronne, un instant vacante, avant de tirer sa révérence sur fond de réflexions philosophiques à méditer.

© Anthony Magnier.
© Anthony Magnier.
Cette "création" à part entière - le texte attribué à William Shakespeare a été traduit, adapté et mis en jeu magistralement par Anthony Magnier, s'emparant avec une liberté vivifiante de ce matériau prestigieux - présente le grand intérêt de porter jusqu'à nous, et sans en trahir à aucun moment l'esprit, l'essence même du théâtre élisabéthain. Il a su réunir les multiples composantes de cette œuvre foisonnante pour en "délivrer" la quintessence sous une forme attrayante, voire carrément jouissive.

Quant au plaisir de faire ainsi société autour de ce moment de théâtre partagé, il se trouve redoublé encore par les interprétations flamboyantes de Sandrine Moaligou et William Mesguich, qui, avec la générosité que l'on leur connaît, chacun dans un registre opposé, ont su transcender leur rôle pour en faire un manifeste à l'usage des jeunes acteurs.

"Macbeth"

© Anthony Magnier.
© Anthony Magnier.
Texte : William Shakespeare.
Adaptation et mise en scène : Anthony Magnier.
Avec : Axel Hache, Nathalie Lucas, William Mesguich, Sandrine Moaligou, Julien Renon, Victorien Robert.
Musique : Axel Hache.
Costumes : Mélisande de Serres.
Décors : Stefano Perrocco.
Lumières : Laurent Taffoureau.
Durée : 1 h 20.

Vu au Théâtre des Gémeaux, lors du festival •Off 2019•.
6 juin 2020 : Festival de Théâtre aux Jardins du Rosey, Rolle (CH).
Tournée en cours de réalisation.

Yves Kafka
Lundi 23 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020