La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Ma, aida"… Théâtre et cirque sous le sacre de l'humour

C'est du théâtre sans parole, de l'animation sans bruit, du cirque sans acrobatie avec des attitudes, des postures et des échanges sans mot autour d'une scénographie qui tient, à dessein, comme un château de cartes. Un frisson, une émotion, un rien et l'équilibre peut être rompu.



© Bozzo.
© Bozzo.
Ce sont des coins de scène dans lesquels se jouent, alternativement, des heurts, des embrassades et des coups physiques. Mais aussi des "rencontres ratées", "une mécanique des couples", "une première partie d'une deuxième partie" et une "fin". Ces différents titres, entre guillemets, surplombent le plateau à chaque scène. La fable se raconte mais ne se dit pas. On nomme, on joue sans dialogue. Ici, le corps vole la vedette au verbe, la scénographie aux répliques, les lumières aux discours.

Tout s'écroule par morceaux, comme la décomposition d'un monde où les rapports humains se lisent dans la scénographie avec ses creux, ses bosses, ses crevasses, ses planches, ses monticules, ses poids et ses ressorts. Autour de ce dédale, un couple qui s'aime sans doute, se déteste peut-être mais qui a assurément des problèmes pour se dire les choses avec des sentiments qui butent, symboliquement, sur une table ou une chaise qui s'enfoncent, une lampe ou une armoire qui oscillent, des planches qui crevassent.

Tout est symbole au travers d'actions physiques telle cette rencontre entre nos deux protagonistes, ralentie puis bloquée par des poids qui la stoppent. Tout est projeté à dessein sur des éléments qui sont le pouls de cette relation. Nous sommes à l'intersection de loupés, ratés, blocages qui font parfois, voire souvent, le nœud des communications humaines.

© Bozzo.
© Bozzo.
Nulle acrobatie, nul tronc qui se dandine. Ici, ce sont les éléments qui font le spectacle avec Camille Boitel et Sève Bernard qui, au travers de différentes séquences, dessinent une fable avec ses différents ressorts. Par le biais de tableaux avec ses luminosités crues ou opaques, toujours dans un mélange de clairs-obscurs, les scénettes se succèdent dans un déhanchement de corps où ceux-ci se percutent, tombent et se relèvent.

La relation du couple est toujours frontale, directe sans la poésie du mot. Le silence habite les échecs, donnant un sentiment de cohabitation presque par nécessité. Ce sont les ressorts de relations qui ne se cachent pas derrière leur silence. Comme ces coulisses au vu de tous.

Le spectacle met le curseur autant sur la scène, avec ses interprètes et sa scénographie, que sur ses techniciens/comédiens montrant la face cachée de celle-ci. L'humour est toujours au rendez-vous dans une incarnation exquise de lâcher-prises, d'arrêts, de tension, de force. Le corps est roi. La lumière est reine. Soit vive, soit tamisée, elle donne du relief à la fable comme un kaléidoscope qui au final peut être vu comme de la photographie ou du cinéma. Et pourtant, l'univers est circassien. Un délice gestuel où le théâtre respire par ses silences et le cirque par ses mouvements où la surprise tient toujours lieu de canne.

"Ma, aida"

© Bozzo.
© Bozzo.
Cirque/Théâtre/Danse
Écriture (chorégraphie, scénographie, lumière, son) : Camille Boitel et Sève Bernard.
Avec : Tokiko Ihara, Jun Aoki, Camille Boitel, Sève Bernard.
Invité spécial (musique) : Nahuel Menendez.
Régie son (à la création) : Yuki Suehiro.
Chef d'atelier : Vincent Gadras.
Construction : l'atelier de la Maison de la Culture de Bourges.
Construction des effets scéniques : Mok et l'ensemble de la compagnie.
Régie générale et son : Michael Schaller.
Régie lumière : Jacques Grislin.
Régie plateau : Mathieu Mironnet et Christophe Velay.
Assistant plateau : Kenzo Bernard.
Durée : 1 h 10.
À partir de 8 ans.

© Bozzo.
© Bozzo.
Du 26 février au 7 mars 2020.
Du mardi au samedi à 20 h 30.
Le CentQuatre, Paris 19e, 01 53 35 50 00.
>> 104.fr

Safidin Alouache
Jeudi 5 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Co-Rennes-A-Virus (Collectif confiné), huit minutes trente de bonheur et de bonne humeur

Un clip jubilatoire et survitaminé de huit minutes trente, un moment exceptionnel qui rassemble soixante-cinq musiciens(nes) chanteurs(ses) et une trentaine de danseurs(ses) confinés(es) à Rennes. Initié par le pianiste Édouard Leys, ce projet représente huit jours de travail, d'enregistrement et de montage pour aboutir à un morceau entièrement composé par des artistes calfeutrés à leur domicile pour lutter contre la propagation du Covid-19. À découvrir d'urgence !

Co-Rennes-A-Virus (Collectif confiné), huit minutes trente de bonheur et de bonne humeur
Collectif rennais confiné mais réuni autour d'un projet collaboratif : écrire, enregistrer et filmer un morceau tous ensemble, à distance, chacun avec les moyens dont il dispose dans son lieu de confinement. Réunir toutes les propositions, certaines enregistrées avec les moyens du bord, les compiler, les agencer et en faire un titre représentant une partie de la diversité de la scène rennaise. Certains mettent leurs talents de monteurs, réalisateurs, techniciens au service de cette entreprise improbable et pharaonique !

8 jours, 65 musiciens, 170 pistes audios et autant d'extraits vidéos plus tard, un clip de 8'30 bluffant, joyeux, bourré d'énergie, émerge, boosté par une trentaine de danseurs rennais venus compléter le tableau de famille ; un morceau très rythmé aux accents groove et funk tantôt chanté, tantôt rappé !

Gil Chauveau
27/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020