La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Liliom" par Bellorini... Une certaine manière de faire se rejoindre la fable et la parabole

"Liliom ou la vie et la mort d'un vaurien", Théâtre Gérard Philipe, Saint-Denis (93)

Le personnage de Liliom, de la pièce éponyme de Ferenc Molnár, est un fait divers ambulant à lui tout seul, il monte même au ciel et en redescend. À la fête foraine où, entre douceurs et brutalités, l'on vient de fort loin pour rêver à de forts lointains, il a mauvaise réputation Liliom. À la fête foraine, il est le boni-menteur que toutes les filles s'arrachent, y compris la patronne du manège.



© Pascal Victor/ArtcomArt.
© Pascal Victor/ArtcomArt.
À la loterie de la vie, certains y gagnent tendresse et stabilité comme Balthazar et Marie qui deviennent couple. D'autres comme Liliom et Julie s'accolent et ne gagnent que fatalité et violence. Liliom bat Julie. Ils font une enfant sans trop savoir. Tous deux emmurés dans leurs silences butés ne trouvent pas les mots et se trouvent séparés.

Cette histoire est si noire que même le commissaire du Bon Dieu, après la mort tragique de Liliom, ne peut la corriger après 16 ans de purgatoire…

Miracle d'un théâtre qui sait faire grincer le social dans une forme d'humour propre aux comédies dramatiques, "Liliom" peut être désopilante et tragique tout à la fois et sa réussite dépend d'une certaine manière de raconter et de montrer. Une certaine manière de faire se rejoindre la fable et la parabole et qui est art de théâtre. Ce que la mise en scène de Jean Bellorini, dans une grande sensibilité pour un art populaire, sait faire dans un bel équilibre entre le réel et l'imaginaire, les affects de rire et de larmes.

À la réalité tangible du décor authentique d'un manège d'autos tamponneuses fait écho la puissance du deus ex machina venu des cintres.

© Pascal Victor/ArtcomArt.
© Pascal Victor/ArtcomArt.
À la partition musicale qui fusionne musique et voix humaine dans une plainte douce à la limite du cri fait écho la parole claire et précise d'un conteur distancié à l'action et porteur de l'imagination des didascalies.

Dans ce dispositif à l'inverse d'un effort de conjonction des contraires, les personnages entrent en vibration et semblent animés par des pôles qui les aimantent. Estompés de blanc et de rose comme par mimétisme, ils semblent naître du décor forain lui-même pour conduire les deux héros à ce point de concrétion qui, de glissements en glissements (de métonymie en métonymies), atteint le point de la collision amoureuse. À la limite, là où justement s'exprime l'attraction, son silence, son trouble et son mystère, à ce point hésitant de la fatalité.

Qui fait que le mot amour ne vient pas pour Liliom car pour lui le point critique est déjà dépassé, pour Julie aussi car la collision a déjà eu lieu trop tôt pour que le mot existe.

Dans cette mise en scène Jean Bellorini tient la fable et la parabole. Il raconte au spectateur comment, après un tour d'auto tamponneuse, une grande roue peut vous faire rejoindre la voute céleste. Ou pas. À condition de savoir y faire.

La morale de cette histoire est que Liliom ne sait pas y faire.

La démonstration par la mise en scène et le jeu éblouit. Le public applaudit.

"Liliom ou la vie et la mort d'un vaurien"

Texte : Ferenc Molnár.
Traduction : Kristina Rády, Alexis Moati, Stratis Vouyoucas.
Mise en scène : Jean Bellorini.
Avec : Julien Bouanich, Amandine Calsat, Julien Cigana, Delphine Cottu, Jacques Hadjaje, Clara Mayer, Teddy Melis, Marc Plas, Lidwine de Royer Dupré, Hugo Sablic, Sébastien Trouvé, Damien Vigouroux
Costumes : Laurianne Scimemi, assistée de Marta Rossi.
Musique : Jean Bellorini, Lidwine de Royer Dupré, Hugo Sablic, Sébastien Trouvé.
Maquillage : Laurence Aué.
Durée  : 2 h.

Du 25 septembre au 12 octobre 2014.
Du lundi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h 30. Relâche le mardi.
Théâtre Gérard Philipe, salle Roger Blin, Saint-Denis (93), 01 48 13 70 00.
>> theatregerardphilipe.com

Jean Grapin
Mardi 7 Octobre 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021