La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Lili Cros et Thierry Chazelle… Artistes distillateurs de chansons de vie aux saveurs poétiques et pétillantes

"Peau neuve", Ciné XIII Théâtre, Paris et en tournée

Avec la bonne humeur accrochée en bandoulière et le sourire affiché comme une signature, Lili Cros et Thierry Chazelle, dans une harmonie en habit de duettiste, font "Peau neuve" pour unir leur poétique et charmeuse fraîcheur en un vocal et musical duo de music-hall.



© Éric Vernazobres.
© Éric Vernazobres.
Dès le début, le ton est donné. On sait qu'on va passer un bon moment, que des éclairs de poésie vont illuminer ce spectacle-concert et que des traits d'humour dessineront des sourires sur nos visages, mais aussi que les textes de chansons et les répliques échangées auront parfois une teneur plus sérieuse, abordant la vieillesse ("Le vieux chien"), la mort d'un ami ("L'éclaireur") - tout en tristesse et tendre beauté, où la voix de Lili bouleverse -, la séparation ("L'anneau"), les problèmes sociaux ("Les petits attributs"), l'enfance meurtrie ("Le petit soldat")…

Mais "Le rythme est amour" et l'harmonisation des voix de Lili Cros et Thierry Chazelle régale, telle une douce friandise, nos pavillons auditifs qui hissent haut… et naviguent - entre acoustique et électrique, entre rire et émotion - sur des musiques au groove chaloupé et sur des phrasés limpides et volubiles, voire aériens et riches en couleurs tonales.

Et l'une des particularités de leur approche artistique de la composition est une pratique bien particulière de la cadence avec des appuis marqués de la voix sur les syllabes accentuées, marquant la répartition rythmique des éléments d'une phrase et créant un système de percussions vocales bâti spécifiquement pour chaque chanson où le procédé est utilisé.

© Éric Vernazobres.
© Éric Vernazobres.
C'est tout à fait remarquable, notamment avec une petite comptine enfantine à la pointe d'humour acide en forme d'avertissements aux parents… "Les petits ça pousse"… Eh oui, "ça pousse tellement qu'à la fin t'es plus qu'un p'tit père ou une petite mère".

Cela donne à l'ensemble du spectacle une incroyable dynamique, une réelle fraîcheur et une ambiance souriante, joyeusement impertinente, et d'une insolente jeunesse. Les influences musicales jouent la transversalité et puisent sans vergogne mais de manière jouissive dans la country, le rock, le blues, le folk, le flamenco, etc., ce qui n'est pas sans rappeler avec bonheur une façon de jouer et de chanter (chaleureuse et communicative) développée par nos amis québécois, cette dernière étant souvent flagrante vocalement chez Lili ; qui pratique également la podorythmie (ou le foot tapping)*.

Sur le plateau, pas de décor, pour une sobriété allant à l'épure. Seules deux planches posées au sol pour le foot tapping et une création lumière audacieuse et élégante, créant les univers adaptés à chacune des chansons, que ce soit des balades ou des compositions puissantes agrémentées de riffs rock très efficaces.

© Stella K.
© Stella K.
Sur cette base, le spectacle se construit avec originalité sur les échanges, parfois vifs et humoristiques, parfois complices et riches de la faconde du conteur, des deux artistes dont l'intelligente entente (et intimité) réjouit le spectateur.

Ainsi quelques intermèdes et petits numéros ponctuent le concert comme une version épicée de l'histoire des Trois Baudets - ou comment le sex-shop Érotika est redevenu la célèbre salle de spectacle créée originellement par Jacques Canetti -, un délicieux dévergondage en mode bon-enfant, ou le solo de Lili façon trompette ou encore une prestation de choriste "allumée" aux érotiques vocalises…

"Peau neuve" est le résultat de la parfaite union de deux artistes aux talents multiples, tout deux auteurs compositeurs interprètes et musiciens hors pair, Thierry Chazelle virtuose de la mandoline et de la guitare, Lili Cros à la basse. Le tout agrémenté d'une exceptionnelle pratique de percussions effectuées sur le corps ou au pied. En résumé, un spectacle-concert jouissif, remède anti-dépressif, qui rend le spectateur heureux et rechargé à l'énergie festive, qui ressort radieux et épanoui.

* Podorythmie : mot inventé par Alain Lamontagne, musicien conteur québécois, reconnu comme en étant le spécialiste.

"Peau neuve"

© Stella K.
© Stella K.
De et avec : Lili Cros et Thierry Chazelle.
Mise en scène : Fred Radix et François Pilon.
Design sonore : Florian Chauvet.
Lumière et scénographie : Éric Planchot.
Costumes : Amélie Gagnot.
Paroles et musiques : Lili Cros et Thierry Chazelle.
Durée : 1 h 30.

Du 10 octobre 2017 au 24 avril 2018.
Mardi à 20 h.
Ciné XIII Théâtre, Paris 18e, 01 42 54 15 12.
>> cine13-theatre.com

Tournée

© Stella K.
© Stella K.
15 avril 2018 : Le Cadran, Ensues-la-Redonne (13).
17 avril 2018 : Ciné 13 Théâtre, Paris (75).
20 avril 2018 : salle des fêtes, Gisors (27).
21 avril 2018 : La Lucarne, Arradon (56).
24 avril 2018 : Ciné XIII Théâtre, Paris 18e.
27 avril 2018 : L'Iris - salle Barbara, Francheville (69).
4 mai 2018 : La Loco, Mézidon-Canon (14).
15 mai 2018 : Espace Culturel le Palace, Surgères (17).
17 mai 2018 : MJC Moulin à vapeur, Olivet (45).
18 mai 2018 : L'Atelier à spectacle, Vernouillet (28).
22 mai 2018 : La Salicorne, Saujon (17).
25 mai 2018 : Forum Léo Ferré, Ivry-sur-Seine (94).
2 juin 2018 : Festival Charivari, Parc de la Sèvre, Vertou (44).
3 juin 2018 : Péniche Spectacle, Saint-Grégoire (35).
8 juin 2018 : Espace Jean-Marie Poirie, Sucy-en-Brie (94).
16 juin 2018 : Festival à portée de voix, La BarAque, Nogent-le-Rotrou (28).
24 juin 2018 : Péniche le Marcounet, Paris 4e.

Organisation d'une grande soirée anniversaire à L'Olympia Paris le 18 mai 2019 pour fêter les 10 ans du duo.

● Lili Cros & Thierry Chazelle "Peau Neuve"
Label : Sofia.
Distribution : L'Autre Distribution.
Sortie : 4 février 2016.

Gil Chauveau
Lundi 16 Avril 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Je vous écris dans le noir" Tragédie d'une femme libre, moderne… en quête de l'impossible amour

Même quand elle est emportée dans les vents de l'amour, Pauline Dubuisson n'échappe pas à son destin… Un destin aux accents de tragédie grecque, comme une filiation à la malédiction des Atrides… Adolescente charnelle et donc collabo "involontaire" durant l'occupation, tondue et violée à 15 ans, meurtrière passionnelle à 24 ans, son passé finira toujours par la rattraper. Entre souhaits d'indépendance, de liberté et désirs de sincérité, de volonté d'aveux voués à l'amour… elle perdra tout espoir de vivre une passion amoureuse "normale" et se suicidera à 36 ans.

© Roland Baduel.
Sensuelle et solaire Essaouira (appelée alors Mogador)… en fond sonore, une entêtante mélopée. En second plan, des voix de femmes parlant en arabe. Pauline est devenue Andrée (son deuxième prénom). Elle est interne dans cet hôpital marocain où elle est arrivée en 1962. Elle rencontre Jean Lafourcade, un ingénieur pétrolier de six ans plus jeune qui souhaite l'épouser. À nouveau l'amour. Mais le souvenir de Félix, qu'elle a tué, est toujours là. Flash-back : Dunkerque, Seconde Guerre mondiale. Apprentissage des plaisirs de la vie et du sexe avec un médecin-chef allemand.

Elle dira la vérité à Félix sur son passé : son statut de femme "tondue" à la libération et violée. Rupture suivie ensuite de fausses retrouvailles… Ils couchent ensemble, font l'amour mais, le lendemain matin, celui-ci la traite comme une prostituée. Elle le tue en tirant au hasard… ou pas. En prison, elle s'évadera par la lecture. Libérée au bout de six ans pour bonne conduite. C'est après la sortie du film d'Henri-Georges Clouzot, "La Vérité" avec Brigitte Bardot (1960), qu'elle fuira en 1962 à Essaouira. Séquence finale, le destin tragique déroule son dénouement… elle donne à Jean ses cahiers où sont contenus les drames de sa vie… Rupture, nouvel abandon… elle se suicide le 22 septembre 1963 à 36 ans.

Gil Chauveau
25/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022