La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Libre, homo, sourire charmeur, l'humour en plus, Jérémy Lorca est "bon à marier" !

"Bon à marier", Alhambra Théâtre, Paris

C'est son premier spectacle. Il est drôle, surprenant, vif, parfois pétillant comme un verre de champagne dans un vernissage "bobo" et, en même temps, doué d'une réelle humanité. Il se nomme Jérémy Lorca, son spectacle est en partie autobiographique et son écriture tout en finesse et sensibilité, à l'humour calibré et à la volonté perfectionniste, l'a aussi conduit au roman*. Bref, un talent prometteur… de nouveau sur scène à L'Alhambra.



© Didier Parsy.
© Didier Parsy.
Pas très simple d'être un Ch'ti gay… Et ce n'est pas forcément plus facile d'être homosexuel à Paris, seul, cherchant l'âme sœur à l'heure où l'on se considère bon à marier pour ne pas finir à 35 ans dans la catégorie fin de séries, ambiance dernière démarque…

Homo ou hétéro, la recherche de l'autre pour "plan cul et plus si affinités" ou la chasse à l'idéal pour construction de couple durable passent par les mêmes sites de rencontres ou quasi identiques s'ils sont plus dédiés à l'orientation sexuelle du quêteur. Et le "swipez matchez discutez" d'applications types Tinder ou Grindr devient vite source d'affolements quasi hystériques par le seul fait d'être entouré de potentialités tout autant sexuelles que matrimoniales.

Dans ce gymkhana à la finalité amoureuse et aux épreuves séductrices, on passe des soirées en night-club - au danse-floor torride - aux aboutissements matinaux déprimants où seuls restent les derniers lots alcoolisés, poudrés, ou parfois liquéfiés par un nombre de verres d'eau de vie écossaise exagéré.

© Didier Parsy.
© Didier Parsy.
Suivent les lendemains qui déchantent où se côtoient la malbouffe, la tyrannie du paraître (beauté extérieure incitant à rêver de celle intérieure), les gosses brailleurs des amis, l'insupportable moniteur d'auto-école… Et seule reste, compagne fidèle à la permanence coupable, la solitude qui n'a pas de sexe, et n'est pas soumise à l'attirance du genre.

Sortant du classique stand-up, Jérémy pose d'emblée un cadre autobiographique d'une franchise déconcertante, parfois légèrement caustique mais toujours pleine de sagacité. Sa sincérité, sa sensibilité et son impertinence sémillante désamorcent les situations les plus grotesques ou caricaturales, celles-ci ayant trait souvent aux relations des trentenaires parisiens.

De plus, il manie l'autodérision avec une joyeuse virtuosité et évite même la vulgarité dans les anecdotes croustillantes. En bonus, car denrée devenue rare chez les comiques, le texte, fin et élégant, nous fait découvrir une écriture intelligente et sensuelle.

Comédien-humoriste accompli (déjà plusieurs participations au cinéma ou à la télé : "99 francs", "Ma vie n'est pas une comédie romantique", "Plus belle la vie", etc.), réalisateur engagé (court métrage "Don du sang pour tous : Next step ?", il est également chroniqueur sur Europe 1 le samedi matin dans l'émission d'Anne Roumanoff et poursuit sa carrière d'auteur avec un prochain roman en cours de rédaction. À suivre donc !

* Son premier roman sortie en mars 2015 s'intitule "Chercher le garçon" (Éditions du Cherche Midi).

"Bon à marier"

© Didier Parsy.
© Didier Parsy.
Textes : Jérémy Lorca.
Mise en scène : Léa Lando.
Avec : Jérémy Lorca.

5, 6, 12 et 19 décembre 2017 à 21 h 30.
Du 11 janvier au 1er mars 2018.

Jeudi à 21 h 30.
Alhambra Théâtre, Paris 10e, 01 40 20 40 25.
>> alhambra-paris.com

Gil Chauveau
Vendredi 15 Décembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020