La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Libre, homo, sourire charmeur, l'humour en plus, Jérémy Lorca est "bon à marier" !

"Bon à marier", Alhambra Théâtre, Paris

C'est son premier spectacle. Il est drôle, surprenant, vif, parfois pétillant comme un verre de champagne dans un vernissage "bobo" et, en même temps, doué d'une réelle humanité. Il se nomme Jérémy Lorca, son spectacle est en partie autobiographique et son écriture tout en finesse et sensibilité, à l'humour calibré et à la volonté perfectionniste, l'a aussi conduit au roman*. Bref, un talent prometteur… de nouveau sur scène à L'Alhambra.



© Didier Parsy.
© Didier Parsy.
Pas très simple d'être un Ch'ti gay… Et ce n'est pas forcément plus facile d'être homosexuel à Paris, seul, cherchant l'âme sœur à l'heure où l'on se considère bon à marier pour ne pas finir à 35 ans dans la catégorie fin de séries, ambiance dernière démarque…

Homo ou hétéro, la recherche de l'autre pour "plan cul et plus si affinités" ou la chasse à l'idéal pour construction de couple durable passent par les mêmes sites de rencontres ou quasi identiques s'ils sont plus dédiés à l'orientation sexuelle du quêteur. Et le "swipez matchez discutez" d'applications types Tinder ou Grindr devient vite source d'affolements quasi hystériques par le seul fait d'être entouré de potentialités tout autant sexuelles que matrimoniales.

Dans ce gymkhana à la finalité amoureuse et aux épreuves séductrices, on passe des soirées en night-club - au danse-floor torride - aux aboutissements matinaux déprimants où seuls restent les derniers lots alcoolisés, poudrés, ou parfois liquéfiés par un nombre de verres d'eau de vie écossaise exagéré.

© Didier Parsy.
© Didier Parsy.
Suivent les lendemains qui déchantent où se côtoient la malbouffe, la tyrannie du paraître (beauté extérieure incitant à rêver de celle intérieure), les gosses brailleurs des amis, l'insupportable moniteur d'auto-école… Et seule reste, compagne fidèle à la permanence coupable, la solitude qui n'a pas de sexe, et n'est pas soumise à l'attirance du genre.

Sortant du classique stand-up, Jérémy pose d'emblée un cadre autobiographique d'une franchise déconcertante, parfois légèrement caustique mais toujours pleine de sagacité. Sa sincérité, sa sensibilité et son impertinence sémillante désamorcent les situations les plus grotesques ou caricaturales, celles-ci ayant trait souvent aux relations des trentenaires parisiens.

De plus, il manie l'autodérision avec une joyeuse virtuosité et évite même la vulgarité dans les anecdotes croustillantes. En bonus, car denrée devenue rare chez les comiques, le texte, fin et élégant, nous fait découvrir une écriture intelligente et sensuelle.

Comédien-humoriste accompli (déjà plusieurs participations au cinéma ou à la télé : "99 francs", "Ma vie n'est pas une comédie romantique", "Plus belle la vie", etc.), réalisateur engagé (court métrage "Don du sang pour tous : Next step ?", il est également chroniqueur sur Europe 1 le samedi matin dans l'émission d'Anne Roumanoff et poursuit sa carrière d'auteur avec un prochain roman en cours de rédaction. À suivre donc !

* Son premier roman sortie en mars 2015 s'intitule "Chercher le garçon" (Éditions du Cherche Midi).

"Bon à marier"

© Didier Parsy.
© Didier Parsy.
Textes : Jérémy Lorca.
Mise en scène : Léa Lando.
Avec : Jérémy Lorca.

5, 6, 12 et 19 décembre 2017 à 21 h 30.
Du 11 janvier au 1er mars 2018.

Jeudi à 21 h 30.
Alhambra Théâtre, Paris 10e, 01 40 20 40 25.
>> alhambra-paris.com

Gil Chauveau
Vendredi 15 Décembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018