La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Temps modernes"... façon Yeung Faï

"Blue Jeans", Monfort Théâtre, Paris

L’histoire de ses origines est une fable… il était une fois un marionnettiste chinois du nom de Yeung Faï. Originaire du Fujian, il a hérité d’une tradition de la marionnette vieille de plus de deux mille ans. Héritage, transmission, finesse et beauté définissent ce maître. Assister à ses créations est toujours un événement. "Hand Stories", son précédent spectacle (aussi au Monfort), était un magnifique hommage à son père. "Blue Jeans", plus dur mais non moins poétique, s’adresse à ses enfants et aux jeunes générations futures. Yeung Faï traite un sujet d’une actualité brûlante, l’exploitation des enfants dans une usine de jeans chinoise.



© DR.
© DR.
Le jean est un symbole de liberté très forte. Avoir choisi ce vêtement pour évoquer le dictat et l’exploitation des usines chinoises n’est donc pas un hasard. La dramaturge Pauline Thimonnier part de la fiction pour traiter du sujet. Les premières images sont celles d’un homme plié en deux pour pousser une meule en pierre. Ce corps fin et nerveux (superbe, l’image très graphique impressionne d’emblée) ne semble jamais s’arrêter.

La vision quasi naturaliste accentuée par un fond sonore très présent (une mouche vient titiller le spectateur et finit presque par énerver) le fait entrer dans cet univers campagnard. Nous sommes en Chine dans une de ces provinces reculées et pauvres. Mais la projection de cette campagne sur des paravents amovibles donne un ton particulier à l’ensemble… le regard posé devient impressionniste, comme plus tard la projection de la grande ville (assourdissante) sera presque vue comme une partition musicale. Ici la poésie prend le pas sur le réalisme du propos.

© DR.
© DR.
Mais la fiction évoquée n’en est pas moins dure. On se heurte à la réalité d’un couple obligé de vendre à la naissance un de ses enfants parce que deux bouches à nourrir, c’est trop. Celle qui restera, Jasmin, sera obligée de partir à l’adolescence. La ville étant le seul endroit où elle peut trouver du travail. Au fur et à mesure de la pièce, nous glissons vers le documentaire qui dénonce l’esclavagisme moderne (l’exploitation des enfants dans une usine de fabrication de jeans) et la pollution (les produits chimiques utilisés par les usines et déversés dans les rivières).

La narration est entrecoupée d’images réelles et de témoignages d’ouvriers. Pendant ce temps, l’homme blanc, désireux de fermer les yeux sur cette triste réalité, se rassure comme il peut… Pendant la représentation, il vérifie tout de même s’il ne porte pas de jean.

© DR.
© DR.
Ils sont trois artistes sur scène pour réussir à nous faire vivre des personnages tendres, touchants ou cocasses. On a beau se dire qu’ils sont faux, la précision du geste est telle, l’expression des marionnettes à gaine est si étonnante qu’on s’y attache comme s’ils étaient faits de chair et d’os. On comprend alors pourquoi sa collaboratrice israélienne Inbal Yomtovian parle "d’événement majeur dans son parcours de marionnettiste" à travailler avec des artistes tels que Faï et Yoann Pencolé.

Dans cette création, Yeug Faï innove en inventant un nouvel espace de jeu qui se démultiplie avec le défilé de paravents qui reviennent indéfiniment et qui glissent comme autant d’écrans. Mais le plus impressionnant, je pense, est la façon dont la marionnette se superpose et interagit avec la vidéo projetée sur ces panneaux. C’est un peu comme si le spectateur assistait à un film en trois dimensions sur un plateau de théâtre. C’est étrange à dire, terrible à raconter et très beau à voir. C’est un récit des temps modernes.

"Blue Jeans"

© DR.
© DR.
Conception, scénographie et marionnettes : Yeung Faï.
Assistant à la mise en scène : Yoann Pencolé.
Dramaturge : Pauline Thimonnier.
Création lumière : Christian Peuckert.
Assistant lumière : Adrien Gardel.
Création vidéo : Stéphane Janvier, Jérôme Vernez.
Musiques et son : Ludovic Guglielmazzi.
Conseiller artistique : Thierry Tordjman.
Regard extérieur : Philippe Rodriguez Jorda.
Construction décor : Ateliers du Théâtre Vidy-Lausanne.
Chansons interprétées par : Élodie Pittet, Huanyu Pittet.
Jeu et manipulation : Yeung Faï, Yoann Pencolé, Inbal Yomtovian, Jean-Pierre Leguay.

© DR.
© DR.
Du 4 au 15 février 2014.
Du mardi au samedi à 20 h 45, le jeudi 13 février à 14 h 30.
Le Monfort Théâtre, Paris 15e, 01 56 08 33 88.
>> lemonfort.fr

Dates de tournée
18 au 21 février 214 : La comédie de Béthune (62).
22 au 26 mai 2014 : Théâtre des marionnettes, Genève.

Jeudi 13 Février 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022