La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Nègres" de Genet par Wilson : Un théâtre cérémoniel et esthétique... étoilé de nègres au firmament

"Les Nègres", Odéon Théâtre de l'Europe, Paris

Dans "Les Nègres" de Jean Genet*, il est question d'un fait divers : de la mise en jugement du meurtrier d'une femme blanche et de ce qui s'en suit. La pièce est jouée par une troupe d'acteurs noirs qui jouent… et les blancs (forcément en posture d'autorité) et les noirs. L'ironie du propos n'échappe à personne, ni sa provocation.



© Lucie Jansch.
© Lucie Jansch.
Le dialogue qui s'appuie sur le balancement d'archétypes met en évidence par effets de miroir l'entrelacs des préjugés chez les uns et les autres, en multiplie les reflets et les reflets de reflets. Les "nègres" (ainsi les nomme-t-on de manière dépréciative) sont hantés par les blancs et, dans un jeu de sortilèges, la pièce est un poème qui prend la dimension d'un contre-sort, d'un jeu de désensorcellement. Au spectateur et sa conscience d'en suivre tous les ricochets, de découvrir son humanité partagé par la médiation de l'Art.

La solution adoptée par Robert Wilson est élégante et efficace. Tout en scintillement, elle reprend en les sublimant les aspects archaïques de l'art théâtral et offre à ses comédiens de multiples variations du jeu qu'ils exploitent à plaisir.

Ainsi la représentation commence-t-elle par un prologue à l'avant-scène qui en donne la dimension tragique. Devant une façade de mansion s'aligne comme un défilé des assassinés de mort violente. Mur des fusillés figés dans l'effroi de la mort alors que montent les fumées comme autant de nuages au ciel. Ce pourrait être tout autant devant un palais africain en torchis qu'un immeuble de Berlin en 1945 ou de New York en 2001.

© Lucie Jansch.
© Lucie Jansch.
Comme en une parade qui révèle des aspects du plus féroce spectacle de l'humanité… tout rire spontané du spectateur est bloqué. L'image théâtrale installe une fascinatoire attention que vient prolonger et approfondir un silence en rêve d'opéra.

Ce théâtre est cérémoniel et esthétique, il s'impose comme un rituel. Rythmé par un bateleur au froid métronomique, des spectres entrent par la porte de l'enfer et le rideau se lève et découvre… une confrérie joyeuse au professionnalisme de Broadway. À la vitalité totale.

La farce qu'on se le dise est vraie. Elle est celle d'un tribunal de music-hall qui maîtrise pleinement ses effets. Se jouant des archétypes, les comédiens imitent l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme. Les nègres présentent de manière magnifique ce pour quoi ils sont censés être faits dans la mythologie des blancs, c'est à dire danseurs chanteurs musiciens. Hors pairs.

© Lucie Jansch.
© Lucie Jansch.
Mais aussi prostituées dans un cabaret, sur le trottoir d'un carnaval… toujours inquiétants sorciers, sauvages recouverts de cendres, barbares, sous le couvert d'une nuit que la pleine lune rend spectres, revenants possédant les vivants et révélant aux blancs leur propre barbarie.

Toujours comédiens sur une scène. Qui révèlent ainsi leur humanité partagée entre la peur et le désir d'amour et la communique au spectateur assis devant eux.

Ce qui pourrait être un clinquant de néon acidulé et de robes en lamé est transcendé par l'interprétation et la lumière et le rythme d'ensemble et le chant et le free jazz. La beauté emporte tout dans une harmonie.

Le spectateur aime ce ciel d'étoiles où apparaissent ces nègres. Le show goes on.

*Poète et voyou comme François Villon.

"Les Nègres"

© Lucie Jansch.
© Lucie Jansch.
Texte : Jean Genet.
Mise en scène, scénographie, lumière : Robert Wilson.
Assistante à la mise en scène : Cerise Guyon.
Dramaturgie : Ellen Hammer.
Collaboration artistique : Charles Chemin.
Collaboration à la scénographie : Stéphanie Engeln.
Avec : Armelle Abibou, Astrid Bayiha, Daphné Biiga Nwanak, Bass Dhem, Lamine Diarra, Nicole Dogué, William Edimo, Jean-Christophe Folly, Kayije Kagame, Gaël Kamilindi, Babacar M'Baye Fall, Logan Corea Richardson, Xavier Thiam, Charles Wattara.
Costumes : Moidele Bickel, assistée de Tifenn Morvan.
Collaboration à la lumière : Xavier Baron.
Musique originale : Dickie Landry.
Maquillage, coiffures : Cécile Kretschmar.
Durée : 1 h 40.

Du 3 octobre au 21 novembre 2014.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Théâtre de l'Odéon, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Tournée :
3 et 4 décembre 2014 : "Automne en Normandie", Le Cadran, Evreux (27).
14 et 15 décembre 2014 : La Comédie, scène nationale, Clermont-Ferrand (63).
Du 9 au 18 janvier 2015 : Théâtre National Populaire, Villeurbanne (69).
Du 25 au 28 janvier 2015 : deSingel - Campus artistique international, Anvers (Belgique).

Jean Grapin
Jeudi 16 Octobre 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020