La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Nègres" de Genet par Wilson : Un théâtre cérémoniel et esthétique... étoilé de nègres au firmament

"Les Nègres", Odéon Théâtre de l'Europe, Paris

Dans "Les Nègres" de Jean Genet*, il est question d'un fait divers : de la mise en jugement du meurtrier d'une femme blanche et de ce qui s'en suit. La pièce est jouée par une troupe d'acteurs noirs qui jouent… et les blancs (forcément en posture d'autorité) et les noirs. L'ironie du propos n'échappe à personne, ni sa provocation.



© Lucie Jansch.
© Lucie Jansch.
Le dialogue qui s'appuie sur le balancement d'archétypes met en évidence par effets de miroir l'entrelacs des préjugés chez les uns et les autres, en multiplie les reflets et les reflets de reflets. Les "nègres" (ainsi les nomme-t-on de manière dépréciative) sont hantés par les blancs et, dans un jeu de sortilèges, la pièce est un poème qui prend la dimension d'un contre-sort, d'un jeu de désensorcellement. Au spectateur et sa conscience d'en suivre tous les ricochets, de découvrir son humanité partagé par la médiation de l'Art.

La solution adoptée par Robert Wilson est élégante et efficace. Tout en scintillement, elle reprend en les sublimant les aspects archaïques de l'art théâtral et offre à ses comédiens de multiples variations du jeu qu'ils exploitent à plaisir.

Ainsi la représentation commence-t-elle par un prologue à l'avant-scène qui en donne la dimension tragique. Devant une façade de mansion s'aligne comme un défilé des assassinés de mort violente. Mur des fusillés figés dans l'effroi de la mort alors que montent les fumées comme autant de nuages au ciel. Ce pourrait être tout autant devant un palais africain en torchis qu'un immeuble de Berlin en 1945 ou de New York en 2001.

© Lucie Jansch.
© Lucie Jansch.
Comme en une parade qui révèle des aspects du plus féroce spectacle de l'humanité… tout rire spontané du spectateur est bloqué. L'image théâtrale installe une fascinatoire attention que vient prolonger et approfondir un silence en rêve d'opéra.

Ce théâtre est cérémoniel et esthétique, il s'impose comme un rituel. Rythmé par un bateleur au froid métronomique, des spectres entrent par la porte de l'enfer et le rideau se lève et découvre… une confrérie joyeuse au professionnalisme de Broadway. À la vitalité totale.

La farce qu'on se le dise est vraie. Elle est celle d'un tribunal de music-hall qui maîtrise pleinement ses effets. Se jouant des archétypes, les comédiens imitent l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme. Les nègres présentent de manière magnifique ce pour quoi ils sont censés être faits dans la mythologie des blancs, c'est à dire danseurs chanteurs musiciens. Hors pairs.

© Lucie Jansch.
© Lucie Jansch.
Mais aussi prostituées dans un cabaret, sur le trottoir d'un carnaval… toujours inquiétants sorciers, sauvages recouverts de cendres, barbares, sous le couvert d'une nuit que la pleine lune rend spectres, revenants possédant les vivants et révélant aux blancs leur propre barbarie.

Toujours comédiens sur une scène. Qui révèlent ainsi leur humanité partagée entre la peur et le désir d'amour et la communique au spectateur assis devant eux.

Ce qui pourrait être un clinquant de néon acidulé et de robes en lamé est transcendé par l'interprétation et la lumière et le rythme d'ensemble et le chant et le free jazz. La beauté emporte tout dans une harmonie.

Le spectateur aime ce ciel d'étoiles où apparaissent ces nègres. Le show goes on.

*Poète et voyou comme François Villon.

"Les Nègres"

© Lucie Jansch.
© Lucie Jansch.
Texte : Jean Genet.
Mise en scène, scénographie, lumière : Robert Wilson.
Assistante à la mise en scène : Cerise Guyon.
Dramaturgie : Ellen Hammer.
Collaboration artistique : Charles Chemin.
Collaboration à la scénographie : Stéphanie Engeln.
Avec : Armelle Abibou, Astrid Bayiha, Daphné Biiga Nwanak, Bass Dhem, Lamine Diarra, Nicole Dogué, William Edimo, Jean-Christophe Folly, Kayije Kagame, Gaël Kamilindi, Babacar M'Baye Fall, Logan Corea Richardson, Xavier Thiam, Charles Wattara.
Costumes : Moidele Bickel, assistée de Tifenn Morvan.
Collaboration à la lumière : Xavier Baron.
Musique originale : Dickie Landry.
Maquillage, coiffures : Cécile Kretschmar.
Durée : 1 h 40.

Du 3 octobre au 21 novembre 2014.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Théâtre de l'Odéon, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Tournée :
3 et 4 décembre 2014 : "Automne en Normandie", Le Cadran, Evreux (27).
14 et 15 décembre 2014 : La Comédie, scène nationale, Clermont-Ferrand (63).
Du 9 au 18 janvier 2015 : Théâtre National Populaire, Villeurbanne (69).
Du 25 au 28 janvier 2015 : deSingel - Campus artistique international, Anvers (Belgique).

Jean Grapin
Jeudi 16 Octobre 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020