La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Nègres" de Genet par Wilson : Un théâtre cérémoniel et esthétique... étoilé de nègres au firmament

"Les Nègres", Odéon Théâtre de l'Europe, Paris

Dans "Les Nègres" de Jean Genet*, il est question d'un fait divers : de la mise en jugement du meurtrier d'une femme blanche et de ce qui s'en suit. La pièce est jouée par une troupe d'acteurs noirs qui jouent… et les blancs (forcément en posture d'autorité) et les noirs. L'ironie du propos n'échappe à personne, ni sa provocation.



© Lucie Jansch.
© Lucie Jansch.
Le dialogue qui s'appuie sur le balancement d'archétypes met en évidence par effets de miroir l'entrelacs des préjugés chez les uns et les autres, en multiplie les reflets et les reflets de reflets. Les "nègres" (ainsi les nomme-t-on de manière dépréciative) sont hantés par les blancs et, dans un jeu de sortilèges, la pièce est un poème qui prend la dimension d'un contre-sort, d'un jeu de désensorcellement. Au spectateur et sa conscience d'en suivre tous les ricochets, de découvrir son humanité partagé par la médiation de l'Art.

La solution adoptée par Robert Wilson est élégante et efficace. Tout en scintillement, elle reprend en les sublimant les aspects archaïques de l'art théâtral et offre à ses comédiens de multiples variations du jeu qu'ils exploitent à plaisir.

Ainsi la représentation commence-t-elle par un prologue à l'avant-scène qui en donne la dimension tragique. Devant une façade de mansion s'aligne comme un défilé des assassinés de mort violente. Mur des fusillés figés dans l'effroi de la mort alors que montent les fumées comme autant de nuages au ciel. Ce pourrait être tout autant devant un palais africain en torchis qu'un immeuble de Berlin en 1945 ou de New York en 2001.

© Lucie Jansch.
© Lucie Jansch.
Comme en une parade qui révèle des aspects du plus féroce spectacle de l'humanité… tout rire spontané du spectateur est bloqué. L'image théâtrale installe une fascinatoire attention que vient prolonger et approfondir un silence en rêve d'opéra.

Ce théâtre est cérémoniel et esthétique, il s'impose comme un rituel. Rythmé par un bateleur au froid métronomique, des spectres entrent par la porte de l'enfer et le rideau se lève et découvre… une confrérie joyeuse au professionnalisme de Broadway. À la vitalité totale.

La farce qu'on se le dise est vraie. Elle est celle d'un tribunal de music-hall qui maîtrise pleinement ses effets. Se jouant des archétypes, les comédiens imitent l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme. Les nègres présentent de manière magnifique ce pour quoi ils sont censés être faits dans la mythologie des blancs, c'est à dire danseurs chanteurs musiciens. Hors pairs.

© Lucie Jansch.
© Lucie Jansch.
Mais aussi prostituées dans un cabaret, sur le trottoir d'un carnaval… toujours inquiétants sorciers, sauvages recouverts de cendres, barbares, sous le couvert d'une nuit que la pleine lune rend spectres, revenants possédant les vivants et révélant aux blancs leur propre barbarie.

Toujours comédiens sur une scène. Qui révèlent ainsi leur humanité partagée entre la peur et le désir d'amour et la communique au spectateur assis devant eux.

Ce qui pourrait être un clinquant de néon acidulé et de robes en lamé est transcendé par l'interprétation et la lumière et le rythme d'ensemble et le chant et le free jazz. La beauté emporte tout dans une harmonie.

Le spectateur aime ce ciel d'étoiles où apparaissent ces nègres. Le show goes on.

*Poète et voyou comme François Villon.

"Les Nègres"

© Lucie Jansch.
© Lucie Jansch.
Texte : Jean Genet.
Mise en scène, scénographie, lumière : Robert Wilson.
Assistante à la mise en scène : Cerise Guyon.
Dramaturgie : Ellen Hammer.
Collaboration artistique : Charles Chemin.
Collaboration à la scénographie : Stéphanie Engeln.
Avec : Armelle Abibou, Astrid Bayiha, Daphné Biiga Nwanak, Bass Dhem, Lamine Diarra, Nicole Dogué, William Edimo, Jean-Christophe Folly, Kayije Kagame, Gaël Kamilindi, Babacar M'Baye Fall, Logan Corea Richardson, Xavier Thiam, Charles Wattara.
Costumes : Moidele Bickel, assistée de Tifenn Morvan.
Collaboration à la lumière : Xavier Baron.
Musique originale : Dickie Landry.
Maquillage, coiffures : Cécile Kretschmar.
Durée : 1 h 40.

Du 3 octobre au 21 novembre 2014.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Théâtre de l'Odéon, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Tournée :
3 et 4 décembre 2014 : "Automne en Normandie", Le Cadran, Evreux (27).
14 et 15 décembre 2014 : La Comédie, scène nationale, Clermont-Ferrand (63).
Du 9 au 18 janvier 2015 : Théâtre National Populaire, Villeurbanne (69).
Du 25 au 28 janvier 2015 : deSingel - Campus artistique international, Anvers (Belgique).

Jean Grapin
Jeudi 16 Octobre 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019