Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

Les Marches du pouvoir : à la guerre comme à la guerre

Le beau George Clooney est de retour, dans un film qu’il interprète, qu’il réalise, qu’il coproduit et qu’il a co-écrit. Cet homme sait tout faire… Comme casquette, il ne lui reste plus qu’à endosser celle qu’il brigue dans cette fable politique très cynique : président des États-Unis.



© 2011 Metropolitan Film.
© 2011 Metropolitan Film.
La politique transforme-t-elle en pourris jusqu’aux plus intègres ? À cette question, à laquelle les populistes répondront "oui" sans hésitation, Les Marches du pouvoir apporte une réponse plus subtile. Quand on évolue dans un bassin plein de requins, il est difficile de rester un gentil dauphin bien longtemps. Pour survivre, on est obligé de se laisser pousser des dents de squale. Plus ou moins longues selon son appétit.

C’est ce qui va arriver à Stephen Meyers (Ryan Gosling), jeune mais surdoué expert en communication, bras droit du directeur de campagne du gouverneur Mike Morris, lequel est engagé dans un match au finish pour décrocher l’investiture démocrate et, dans la foulée, la Maison Blanche. En dépit d’un léger cynisme qui commence à pointer sous la cravate, Meyers reste bourré d’idéaux et est bien décidé à faire élire son candidat, qu’il considère comme le meilleur.

© 2011 Metropolitan Film.
© 2011 Metropolitan Film.
De fait, le gouverneur Morris a toutes les qualités : il est humaniste, écolo, pacifiste, il croit en la justice, il est pour le partage des richesses et il veut faire la peau aux lobbies pétroliers et aux spéculateurs financiers. Qui plus est, il ne semble pas prêt à toutes les compromissions pour atteindre son but. Bref, un rêve d’homme politique. Pour ne rien gâcher, il a la gueule et le charisme de George Clooney, qui s’est attribué un vrai rôle-fantasme. Imaginez : George président des États-Unis, George maître du monde… What Else ? En dehors du fait qu’il faudrait dépenser une fortune en gardes du corps pour protéger la veinarde qui aura décroché le pompon de first lady de la jalousie meurtrière de quelques millions d’envieuses, l’idée a de quoi faire saliver…

Naturellement, le principe de réalité de la campagne, entre manipulations et coups tordus, rattrapera tout ce beau monde politicien. Le communicant, avec amertume mais sans surprise, troquera son charmant sourire de jeune idéaliste contre un superbe rictus de winner. Sans surprise, car Les Marches du pouvoir mise moins sur un dénouement attendu que sur les mécanismes qui y conduisent. Le titre original, The Ides of March, - les Ides de Mars, jour festif romain dédié au dieu de la guerre, fût également la date choisie par les conspirateurs pour assassiner Jules César - nous indiquant d’emblée que nous n’allons pas assister à un épisode des Bisounours.

Défini par son réalisateur comme "un thriller politique", le quatrième film de George Clooney tire son "suspense" non pas d’une "révélation" finale évidente, mais des éléments du puzzle qui amèneront le personnage principal à devenir celui qu’on attend qu’il devienne. Comme s’il était établi que le spectateur-électeur avait encore moins d’illusions sur la politique que les politiciens eux-mêmes… Clooney, d’ailleurs, ne se défend pas de nous servir un plat très vinaigré : "Nous avons travaillé sur le scénario pendant un an et demi quand Obama a été élu avec la vague d’enthousiasme et d’espoir que l’on sait. Ce n’était pas le bon moment pour faire le film : les gens étaient trop optimistes pour un film aussi cynique ! Un an plus tard, tout le monde est redevenu cynique, et nous avons pensé que nous pouvions enfin faire ce film !". Autrement dit, il fallait attendre que le public - que certains nomment "le peuple" - redevienne lui-même pour emporter la mise.

Pari réussi. Avec un double effet kiss cool : non seulement on se délecte des magouilles qui s’enchaînent à l’écran, mais on finit pas se dire que, placé dans la même situation, on ne se gênerait pas non plus. Encore une fois, tout est question de survie… Une façon élégante, très "clooneysque", de nous suggérer que nous ne sommes pas forcément de bonne foi quand nous faisons semblant de découvrir, indignés, les turpitudes politiciennes. Quelque part, ce film encore plus noir qu’il n’y paraît nous rappelle qu’en démocratie, on a les hommes politiques qu’on mérite. Et qu’il y a certainement mieux à faire pour y remédier que de crier "Tous pourris !".

© 2011 Metropolitan Film.
© 2011 Metropolitan Film.
• Les Marches du pouvoir (The Ides of March),
un film de George Clooney.
Scénario : George Clooney, Grant Heslov et Beau Willimon, d’après sa pièce "Farragut North".
Avec : Ryan Gosling, George Clooney, Philip Seymour Hoffman, Paul Giamatti, Evan Rachel Wood, Marisa Tomei, Jeffrey Wright.
En salles à partir du 26 octobre.

Gérard Biard
Mercredi 26 Octobre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021