La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

Les Marches du pouvoir : à la guerre comme à la guerre

Le beau George Clooney est de retour, dans un film qu’il interprète, qu’il réalise, qu’il coproduit et qu’il a co-écrit. Cet homme sait tout faire… Comme casquette, il ne lui reste plus qu’à endosser celle qu’il brigue dans cette fable politique très cynique : président des États-Unis.



© 2011 Metropolitan Film.
© 2011 Metropolitan Film.
La politique transforme-t-elle en pourris jusqu’aux plus intègres ? À cette question, à laquelle les populistes répondront "oui" sans hésitation, Les Marches du pouvoir apporte une réponse plus subtile. Quand on évolue dans un bassin plein de requins, il est difficile de rester un gentil dauphin bien longtemps. Pour survivre, on est obligé de se laisser pousser des dents de squale. Plus ou moins longues selon son appétit.

C’est ce qui va arriver à Stephen Meyers (Ryan Gosling), jeune mais surdoué expert en communication, bras droit du directeur de campagne du gouverneur Mike Morris, lequel est engagé dans un match au finish pour décrocher l’investiture démocrate et, dans la foulée, la Maison Blanche. En dépit d’un léger cynisme qui commence à pointer sous la cravate, Meyers reste bourré d’idéaux et est bien décidé à faire élire son candidat, qu’il considère comme le meilleur.

© 2011 Metropolitan Film.
© 2011 Metropolitan Film.
De fait, le gouverneur Morris a toutes les qualités : il est humaniste, écolo, pacifiste, il croit en la justice, il est pour le partage des richesses et il veut faire la peau aux lobbies pétroliers et aux spéculateurs financiers. Qui plus est, il ne semble pas prêt à toutes les compromissions pour atteindre son but. Bref, un rêve d’homme politique. Pour ne rien gâcher, il a la gueule et le charisme de George Clooney, qui s’est attribué un vrai rôle-fantasme. Imaginez : George président des États-Unis, George maître du monde… What Else ? En dehors du fait qu’il faudrait dépenser une fortune en gardes du corps pour protéger la veinarde qui aura décroché le pompon de first lady de la jalousie meurtrière de quelques millions d’envieuses, l’idée a de quoi faire saliver…

Naturellement, le principe de réalité de la campagne, entre manipulations et coups tordus, rattrapera tout ce beau monde politicien. Le communicant, avec amertume mais sans surprise, troquera son charmant sourire de jeune idéaliste contre un superbe rictus de winner. Sans surprise, car Les Marches du pouvoir mise moins sur un dénouement attendu que sur les mécanismes qui y conduisent. Le titre original, The Ides of March, - les Ides de Mars, jour festif romain dédié au dieu de la guerre, fût également la date choisie par les conspirateurs pour assassiner Jules César - nous indiquant d’emblée que nous n’allons pas assister à un épisode des Bisounours.

Défini par son réalisateur comme "un thriller politique", le quatrième film de George Clooney tire son "suspense" non pas d’une "révélation" finale évidente, mais des éléments du puzzle qui amèneront le personnage principal à devenir celui qu’on attend qu’il devienne. Comme s’il était établi que le spectateur-électeur avait encore moins d’illusions sur la politique que les politiciens eux-mêmes… Clooney, d’ailleurs, ne se défend pas de nous servir un plat très vinaigré : "Nous avons travaillé sur le scénario pendant un an et demi quand Obama a été élu avec la vague d’enthousiasme et d’espoir que l’on sait. Ce n’était pas le bon moment pour faire le film : les gens étaient trop optimistes pour un film aussi cynique ! Un an plus tard, tout le monde est redevenu cynique, et nous avons pensé que nous pouvions enfin faire ce film !". Autrement dit, il fallait attendre que le public - que certains nomment "le peuple" - redevienne lui-même pour emporter la mise.

Pari réussi. Avec un double effet kiss cool : non seulement on se délecte des magouilles qui s’enchaînent à l’écran, mais on finit pas se dire que, placé dans la même situation, on ne se gênerait pas non plus. Encore une fois, tout est question de survie… Une façon élégante, très "clooneysque", de nous suggérer que nous ne sommes pas forcément de bonne foi quand nous faisons semblant de découvrir, indignés, les turpitudes politiciennes. Quelque part, ce film encore plus noir qu’il n’y paraît nous rappelle qu’en démocratie, on a les hommes politiques qu’on mérite. Et qu’il y a certainement mieux à faire pour y remédier que de crier "Tous pourris !".

© 2011 Metropolitan Film.
© 2011 Metropolitan Film.
• Les Marches du pouvoir (The Ides of March),
un film de George Clooney.
Scénario : George Clooney, Grant Heslov et Beau Willimon, d’après sa pièce "Farragut North".
Avec : Ryan Gosling, George Clooney, Philip Seymour Hoffman, Paul Giamatti, Evan Rachel Wood, Marisa Tomei, Jeffrey Wright.
En salles à partir du 26 octobre.

Gérard Biard
Mercredi 26 Octobre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020