La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

Les Marches du pouvoir : à la guerre comme à la guerre

Le beau George Clooney est de retour, dans un film qu’il interprète, qu’il réalise, qu’il coproduit et qu’il a co-écrit. Cet homme sait tout faire… Comme casquette, il ne lui reste plus qu’à endosser celle qu’il brigue dans cette fable politique très cynique : président des États-Unis.



© 2011 Metropolitan Film.
© 2011 Metropolitan Film.
La politique transforme-t-elle en pourris jusqu’aux plus intègres ? À cette question, à laquelle les populistes répondront "oui" sans hésitation, Les Marches du pouvoir apporte une réponse plus subtile. Quand on évolue dans un bassin plein de requins, il est difficile de rester un gentil dauphin bien longtemps. Pour survivre, on est obligé de se laisser pousser des dents de squale. Plus ou moins longues selon son appétit.

C’est ce qui va arriver à Stephen Meyers (Ryan Gosling), jeune mais surdoué expert en communication, bras droit du directeur de campagne du gouverneur Mike Morris, lequel est engagé dans un match au finish pour décrocher l’investiture démocrate et, dans la foulée, la Maison Blanche. En dépit d’un léger cynisme qui commence à pointer sous la cravate, Meyers reste bourré d’idéaux et est bien décidé à faire élire son candidat, qu’il considère comme le meilleur.

© 2011 Metropolitan Film.
© 2011 Metropolitan Film.
De fait, le gouverneur Morris a toutes les qualités : il est humaniste, écolo, pacifiste, il croit en la justice, il est pour le partage des richesses et il veut faire la peau aux lobbies pétroliers et aux spéculateurs financiers. Qui plus est, il ne semble pas prêt à toutes les compromissions pour atteindre son but. Bref, un rêve d’homme politique. Pour ne rien gâcher, il a la gueule et le charisme de George Clooney, qui s’est attribué un vrai rôle-fantasme. Imaginez : George président des États-Unis, George maître du monde… What Else ? En dehors du fait qu’il faudrait dépenser une fortune en gardes du corps pour protéger la veinarde qui aura décroché le pompon de first lady de la jalousie meurtrière de quelques millions d’envieuses, l’idée a de quoi faire saliver…

Naturellement, le principe de réalité de la campagne, entre manipulations et coups tordus, rattrapera tout ce beau monde politicien. Le communicant, avec amertume mais sans surprise, troquera son charmant sourire de jeune idéaliste contre un superbe rictus de winner. Sans surprise, car Les Marches du pouvoir mise moins sur un dénouement attendu que sur les mécanismes qui y conduisent. Le titre original, The Ides of March, - les Ides de Mars, jour festif romain dédié au dieu de la guerre, fût également la date choisie par les conspirateurs pour assassiner Jules César - nous indiquant d’emblée que nous n’allons pas assister à un épisode des Bisounours.

Défini par son réalisateur comme "un thriller politique", le quatrième film de George Clooney tire son "suspense" non pas d’une "révélation" finale évidente, mais des éléments du puzzle qui amèneront le personnage principal à devenir celui qu’on attend qu’il devienne. Comme s’il était établi que le spectateur-électeur avait encore moins d’illusions sur la politique que les politiciens eux-mêmes… Clooney, d’ailleurs, ne se défend pas de nous servir un plat très vinaigré : "Nous avons travaillé sur le scénario pendant un an et demi quand Obama a été élu avec la vague d’enthousiasme et d’espoir que l’on sait. Ce n’était pas le bon moment pour faire le film : les gens étaient trop optimistes pour un film aussi cynique ! Un an plus tard, tout le monde est redevenu cynique, et nous avons pensé que nous pouvions enfin faire ce film !". Autrement dit, il fallait attendre que le public - que certains nomment "le peuple" - redevienne lui-même pour emporter la mise.

Pari réussi. Avec un double effet kiss cool : non seulement on se délecte des magouilles qui s’enchaînent à l’écran, mais on finit pas se dire que, placé dans la même situation, on ne se gênerait pas non plus. Encore une fois, tout est question de survie… Une façon élégante, très "clooneysque", de nous suggérer que nous ne sommes pas forcément de bonne foi quand nous faisons semblant de découvrir, indignés, les turpitudes politiciennes. Quelque part, ce film encore plus noir qu’il n’y paraît nous rappelle qu’en démocratie, on a les hommes politiques qu’on mérite. Et qu’il y a certainement mieux à faire pour y remédier que de crier "Tous pourris !".

© 2011 Metropolitan Film.
© 2011 Metropolitan Film.
• Les Marches du pouvoir (The Ides of March),
un film de George Clooney.
Scénario : George Clooney, Grant Heslov et Beau Willimon, d’après sa pièce "Farragut North".
Avec : Ryan Gosling, George Clooney, Philip Seymour Hoffman, Paul Giamatti, Evan Rachel Wood, Marisa Tomei, Jeffrey Wright.
En salles à partir du 26 octobre.

Gérard Biard
Mercredi 26 Octobre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019