La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques, musicales et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !



© Aristide Barraud.
© Aristide Barraud.
Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

© Aristide Barraud.
© Aristide Barraud.
Sur les guitares, quatre garçons et une fille. Jeux acrobatiques… un premier tombe, puis deux, puis trois, etc., et on recommence. Équilibre sur une guitare à un, puis à deux… Morceau instrumental pour guitare, violon, contrebasse et caisse à percussion. Saltos simple et double, flip arrière, saut volant, main à main… Acrobaties aériennes originales ou inattendues, avec souvent la musique en élément central dans l'ensemble des numéros. Parfois point de cohésion entre ceux-ci, vecteur d'enchaînements, complémentaire et/ou aboutissement de la prouesse réalisée.

Captivante maîtrise technique sur tous les registres, au sol, au trapèze (double portique coréen), aux différents agrès, etc. Sauts variés, avec assureur/réceptionniste ou pas, à travers un double montage de guitares, reprenant le principe des sauts de cerceaux. Équilibre sur plusieurs guitares posées l'une sur l'autre une à une, l'acrobate étant en place dès la première, c'est lui que les ajoute, 2, 3, 4 puis 5. Il joue de la 6e. Puis mise en place du montage avec six guitares. Danse et main à main mixte entre Basile Forest et Alice Barraud, mélange de technicité virtuose, d'élégance, et de légèreté.

Et tout doucement, par subtiles touches musicales ou tableaux esthétiques (le câlin, le cercle, etc.), la performance - bien que toujours présente - s'efface, se fait discrète, au profit de la poésie, de la musique et d'une danse passionnée. Puis désarçonnant, singulier et espiègle, un cercle de guitare comme une piste originelle et équestre où les dodos se transforment en chevaux, pour des numéros équins, simulacres de dressage, passage étonnant réussi, bluffant à la fois de dérision et de réalisme.

"Les Dodos", Alice Barraud, Pablo Escobar, Basile Forest, Louison Lelarge et Charly Sanchez, nous offrent un cirque résolument libre, sortant des codes classiques circassiens, avec un impressionnant travail technique. Même Alice Barraud se fait porteuse… elle impressionnante dans la gestion de son corps, danseuse ou équilibriste ! Tout ce que nous présentent les artistes est empreint de beaucoup d'aisance, de virtuosité déconcertante. Ils tournoient, virevoltent dans les airs, et s'ils osent le périlleux, c'est toujours marqué d'une réelle grâce, propre aux acrobates confirmés. Et le plaisir qu'ils prennent à nous présenter leur création transparaît dans la réalisation de leurs performances, de leurs jeux.

Allez, retournez au spectacle, il est encore vivant, et il y a vraiment des créations incroyables à voir… où des artistes se donnent à 100 % !

* Tous deux ont passé huit ans au sein de la Cie Les Arts Sauts et sont cofondateurs du spectacle "Kayassine" qui connut un succès mondial.

"Les Dodos"

© Aristide Barraud.
© Aristide Barraud.
Le P'tit Cirk
Cirque sous chapiteau pour tout public.
Création collective de et avec : Alice Barraud, Pablo Escobar, Basile Forest, Louison Lelarge et Charly Sanchez.
Accompagnés à la mise en piste par : Sky de Sela, Christophe Lelarge, Danielle Le Pierrès.
Régisseur chapiteau/lumières : Maël Velly.
Technicien plateau : Marco Le Bars ou Christophe Lelarge ou Alex Olléac.
Scénographie, construction : Guillaume Roudot.
Création lumières : Dominique Maréchal.
Accompagnement pour les costumes : Anouk Cazin.
Mise en son : Philippe Ollivier.
Durée 1 h 25.
Tout public dès 6 ans.
Production Compagnie Le P'tit Cirk.

Tournée 2022
Spectacle sous chapiteau.

Du 25 décembre au 2 janvier 2022 : Parme (Italie).
Du 14 au 30 janvier 2022 : L'Azimut chapiteau, Espace Cirque, Antony (92).
Du 8 au 14 avril 2022 : Accueil Le Moulin du Roc - Scène nationale de Niort, Chapiteau situé rue des Moulins, Frontenay Rohan-Rohan (79).
Du 21 au 23 avril 2022 : Accueil Les Bords de Seine, Chapiteau situé Ferme de Mons, Athis-Mons (91).
Du 28 au 30 avril 2022 : Accueil Le TCM, Chapiteau au Parc des Expositions, Charleville-Mézières (08).
Du 13 au 15 mai 2022 : Festival Cirque ou Presque, Pire-sur-Seiche (35).
Du 30 mai au 5 juin 2022 : La fête du cirque, Château de Gromesnil, Saint-Romain-de-Colbosc (76).
Du 10 au 18 juin 2022 : Cirque théâtre d'Elbeuf, Elbeuf (76).

© Katelijne Boonen.
© Katelijne Boonen.

Gil Chauveau
Jeudi 23 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022