La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Le sens de la vie... via The Oliver Saint John Gogarty Pub

Ne cherchez pas dans le titre un véritable lien réel avec le célèbre pub irlandais (situé au cœur de Temple Bar, le quartier bohème artistique et culturel de Dublin), si ce n'est la "descente" de pintes de bières successives (habituelle dans ce type d'Irish Bar) qui aurait pu éventuellement amener, lors de leur passage à Dublin, les Chiche Capons à aiguiser leur imagination. Mais la rencontre avec les consommateurs dudit pub a suffi pour laisser naître dans leurs cerveaux de clowns farfelus et fertiles l'idée de ce spectacle. Et l'histoire ainsi créée, traitée sous forme de cabaret, complétement loufoque, est un pur moment de bonheur !



Les Chiche Capon © Thierry Guillaume.
Les Chiche Capon © Thierry Guillaume.
Que l'enquête d'opinion qu'ils nous disent avoir effectuée ait eu lieu ou pas, peu importe... Le résultat, bien qu'il aurait pu paraître improbable, donne un spectacle étonnant, joyeusement décalé et incroyablement jubilatoire où nous est contée l'histoire de l'homme en quatre tableaux, burlesques et absurdes... que n'aurait pas renié les Marx Brohters. Fred Blin, Matthieu Pillard et Ricardo Lo Giudice nous prouvent que leur maîtrise de l'art clownesque est aboutie et qu'ils peuvent se jouer de toutes les subtiles mécaniques de cet art du cirque depuis longtemps sorti de sa piste originelle. De répliques absurdes ou répétitives en fausses maladresses, tout est calé au millimètre près, nous donnant parfois l'agréable illusion de situations improvisées... mais il n'en est rien !

Les Chiche Capon © Thierry Guillaume.
Les Chiche Capon © Thierry Guillaume.
Nos trois clowns, reprenant les codes du triptyque "clown blanc, auguste et contre-pitre", y apportent une dimension supplémentaire en testant les rapports de pouvoir entre les hommes... Mais ici sur un mode "comico-dérisoire". Et leurs personnages retranscrivent parfaitement cela. Matthieu Pillard, le grand "dadais" du trio, à la dégaine rappelant celle de John Cleese (parfois même le "chaloupé" d'un Tati) joue subtilement une partition allant du dégingandé maladroit à l'insolence faussement naïve d'un Laurel. Son numéro de l'échelle est remarquable et incroyablement réussi, de bout en bout, jusqu'au rappel. Fred Blin se dévoile immédiatement en perturbateur mais toujours sur un fil tendu entre poésie et franc délire... un Harpo Marx qui aurait retrouvé la parole et ne voudrait plus la quitter ! Quand à Ricardo Lo Giudice, il est le costaud de la bande, clown roi sans cesse détrôné mais aux gags irrésistibles, passant du chanteur d'opérette (mémorable numéro du Duc d'Italie) à la performance d'human beatbox bluffant !

Et le burlesque trio nous entraîne entre mots et silences, gags désopilants et chutes spectaculaires, dans une histoire de l'homme - sans évidemment aucune véracité historique - qui met à rude épreuve nos zygomatiques et nous laisse une sacrée "banane" à la sortie... Le remède efficace, en somme, pour lutter contre les frimas de l'hiver.

"Les Chiche Capon présentent Le Oliver Saint John Gogerty"

(Vu le 15 novembre 2010)

Spectacle écrit, mis en scène et interprété par les Chiche Capon.
Les Chiche Capon : Fred Blin, Matthieu Pillard et Ricardo Lo Giudice.
Avec les complicités de Patrick de Valette, Grégory Lackovic, Doriane Moretus.

Du 11 octobre au 27 décembre 2010.
Tous les lundis à 21 h.
Reprise à partir du 13 janvier 2011 à 19 h.
La Pépinière théâtre, Paris 2e, 01 42 61 44 16.

Gil Chauveau
Lundi 10 Janvier 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019