La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Le réel mis en fiction, les merveilleux voyages du Bruit du Frigo à travers les quartiers…

Bruit du Frigo, né des élucubrations artistiques de deux "apprentis" architectes, éprouve après onze années de parcours nomades le désir de s'assagir (?!) en posant ses bagages dans les locaux flambant neufs de La Fabrique Pola.



Station Mue © Bruit du Frigo.
Station Mue © Bruit du Frigo.
Dédiée aux pratiques artistiques et culturelles, "Pola" accueille pour son acte de (re)naissance "La Mêlée", événement atypique dont le thème cette année - "Rester groupé" - résonne comme une invitation à résister aux dérives "isolationnistes". Un engagement réel au service de la petite fabrique ludique d'une cité habitée par de vrais humains, tel est le crédo de cette première "Mêlée" débordant d'inventivité et d'humanité à fleur de peau.

Du 29 juin au 14 juillet - jour de la prise de la Bastille et des flonflons populaires - s'exposera in vivo, sur quelque 287 m2 d'installations architecturales et scénographiques bordant la Garonne, le retour des "Convois exceptionnels". Durant trois ans, ces convois ont associé étroitement les habitants de quartiers populaires de la Nouvelle Aquitaine et sept artistes. De leurs rencontres et des échanges qui s'ensuivirent, les artistes crédités d'une carte blanche ont "mis en récit" le réel pour proposer chacun des œuvres en lien avec son champ artistique.

Ainsi, on pourra découvrir les créations du vidéaste Benoît Grimalt ("Tout va bien pour l'instant"), la nappe basque de cinq mètres de long brodée et cousue de fils et sequins de la plasticienne Sophie Fougy ("Souvenir du temps disparu"), les affiches recomposées de l'illustratrice Camille Lavaud, celles iconoclastes de Pipocolor ("La publicité & la Poésie"), les quarante portraits et quatre paysages du plasticien Jo Brouillon ("Ce Convoi et ce qu'on ressent"), le film de la réalisatrice Julie Chaffort ("Summertime") et les textes écrits par l'autrice Brigitte Comard ("Personne était là à attendre rien" et "Je n'ai pas vu le départ arriver"). Le fil rouge reliant ces œuvres étant à rechercher du côté du vécu ressenti métamorphosé en matière artistique.

Convois exceptionnels © Anne-Cécile Paredes.
Convois exceptionnels © Anne-Cécile Paredes.
Ces "expositions" d'expériences partagées entre habitants et artistes seront intégrées à une scénographie d'une tentaculaire "maille en bois" où chacun pourra retrouver les sensations délivrées par les voyages, en dégustant entre autres quelques douceurs associées afin de se souvenir que l'art ne peut se déguster qu'en tant que matière vivante. Conçu essentiellement comme un espace à vivre, le lieu des déambulations scénarisées par des comédiens et médiateurs offrira des lits où pouvoir marquer une pause, se reposer, voire dormir.

Mais "La Mêlée" entend bien ne pas se limiter à "un retour sur images" des "Convois exceptionnels", si vives soient ces expériences. Elle se propose d'initier aussi sept actions collectives ayant vocation de retourner la tête du voyageur. Ainsi de l'odyssée de quinze heures d'affilée du Tourbus, concoctée par l'Agence fantasque Fluxus, organisant la grande traversée d'un (petit) territoire péri-urbain et rural où la proximité avec les habitants marque l'abolition des frontières entre l'Art et les vies minuscules. De même des deux nuits entières (sic) passées au cœur de l'installation sous l'égide de la même agence à inspiration surréaliste.

Convois exceptionnels © Anne-Cécile Paredes.
Convois exceptionnels © Anne-Cécile Paredes.
Ainsi de la randonnée urbaine à l'assaut des confins de la métropole, de l'atelier (ré)créatif d'affiches et de slogans, sans oublier le Repas de Gala, préparé par deux grands chefs cuisiniers et un pâtissier de renom, réunissant les habitants, acteurs de terrain, aux autres participants. De quoi satisfaire tous les goûts.

Et, pour ouvrir le feu des festivités, le vernissage de l'exposition des sept artistes présents sera accompagné de dégustations et de vins "sincères et vivants" - Bordeaux oblige… Quant à la seconde partie de la soirée, animée par deux groupes haut en couleur, un DJ à l'unisson et un joyeux collectif de danseurs, elle "ouvrira le bal"… au propre comme au figuré.

"La Mêlée", un événement Bruit du Frigo.
Du 29 juin au 14 juillet 2019.
La Fabrique Pola de Bordeaux,
10, quai de Brazza (rive droite au pied du pont Chaban Delmas).

Programme détaillé et réservation en ligne :
>> lamelee.bruitdufrigo.com

Yves Kafka
Lundi 1 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019