La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le père"… Admirable Hirsch !

"Le père", Comédie des Champs Elysées, Paris

La mise en scène de Ladislas Chollat met en lumière les relations entre un père et sa fille dans lesquelles les lieux, les personnages et le temps sont appréhendés par leurs points de vue différents. Le jeu de Robert Hirsch est admirable de naturel, campant un père superbe de truculence.



© Lot.
© Lot.
La scène laisse apparaître l'intérieur d'une salle de séjour de couleur clair, aéré et composé d'un canapé, d'une table et de chaises. Anne a proposé à son père André, d'un certain âge, de s'installer dans son appartement.

L'histoire est à triple foyer théâtral avec un temps, des personnages et des lieux, décalés respectivement dans la chronologie, dans les comportements et dans des espaces miroirs. Le temps est omniprésent, symbolisé par cette montre que le père (Robert Hirsch) cherche et réclame souvent.

L'histoire se déroule dans des villes, Paris et Londres, dans des couples, marié et divorcé, dominé par un sentiment multiple et ambivalent envers un père qui prend une place dans le couple, devenant sujet d'attention, de souci ou de remords pour sa fille, ou de violence presque physique pour son compagnon. Tout se mêle intelligemment déroutant le spectateur dans la perception qu'il peut avoir de la pièce.

© Lot.
© Lot.
La mise en scène de Ladislas Chollat croise intelligemment les lieux et les personnages. Tout se mélange avec harmonie mettant les spectateurs dans la même disposition que le père, perdu dans le temps et les lieux. C'est une tragédie comique. Derrière les rires, les situations presque cocasses, un drame se dessine. Ce lieu, qui est le même pour la fille, est à chaque fois différent pour le père. Tout change et pourtant, rien n'a changé selon le point de vue adopté par le père ou la fille. Qui croire ?

Au-delà d'une vieillesse qui fait perdre au père ses repères, le drame est aussi sentimental pour Anne dont son père a une préférence pour son autre fille, pourtant loin de lui. C'est un sacrifice aveugle, sans retour, d'une fille pour son père. Cruels destins à la fois pour la fille et le père.

C'est un regard à la fois tendre et violent, marqué de remords, d'incompréhension ou d'amour, sur les rapports que nous entretenons avec nos parents ou les personnes du troisième âge.

Le jeu de Robert Hirsch est de très grande qualité. Il campe un père truculent et superbe de vérité, de naturel. Il incarne jusque dans sa voix, son corps et ses attitudes, ce père dans les dernières forces de l'âge. La dernière scène est un miracle de résurrection. On voit le père, atteint de vieillesse ultime, tremblant, le visage froissé par les rides avec des attitudes et des propos enfantins. Le retour à l'enfance de la vieillesse.

"Le père"

© Lot.
© Lot.
Texte : Florian Zeller.
Mise en scène : Ladislas Chollat.
Assistant à la mise en scène : Jeoffrey Bourdenet.
Avec : Robert Hirsch, Florence Pernel, Jean-Pierre Bouvier, Sophie Bouilloux en alternance avec Marie Parouty, Élise Diamant, Emmanuel Patron.
Décor : Emmanuelle Roy.
Lumières : Alban Sauve.
Musique et sons : Frédéric Norel.
Costumes : Jean-Daniel Vuillermoz.
Durée : 1 h 30.

Du 17 janvier au 28 juin 2015.
Du mercredi au samedi à 20 h 30, dimanche à 16 h.
Comédie des Champs Elysées, Paris 8e, 01 53 23 99 19.
>> comediedeschampselysees.com

Safidin Alouache
Vendredi 27 Février 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020