La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le malade imaginaire" mise en scène par Michel Didym : de quoi rendre fier Molière !

"Le malade imaginaire", Théâtre Dejazet, Paris

Choisir de représenter, une énième fois, une des pièces les plus réputées de Molière, c’est accepter de jouer devant un public qui vous attendra au tournant. "Le malade imaginaire" est un théâtre vu et revu. Pour conquérir des spectateurs de plus en plus exigeants, il va falloir faire preuve d’un certain talent.



© Éric Didym.
© Éric Didym.
Le rideau s’ouvre sur André Marcon, sous les traits d’Argan, en train de faire ses comptes. Déjà, le sourire nous monte aux lèvres, suivi de près du rire. Tout autour du comédien, le décor est présent, joli, pas trop chargé ; il n’est là que pour accompagner l’œuvre. Il en est de même pour ce qui concerne les costumes, esthétiques et légers. Tout est fait pour mettre en valeur l’intrigue ainsi que les acteurs. La scénographie se place au second plan de la comédie.

La représentation est tout simplement géniale. Chacun des comédiens campe son personnage à la perfection. Tous proposent une semblable qualité de jeu, ils sont au même niveau et celui-ci est très haut. Angélique et Thomas Diafoirus sont les deux caractères les plus voyants car les plus extravagants au niveau de la mise en scène, mettant donc en avant leurs interprètes.

Jeanne Lepers, grande blonde longiligne, joue le rôle d’Angélique, la fille aînée d’Argan. Sa posture, sa gestuelle, son intonation de voix, tout son corps est engagé dans la volonté burlesque du spectacle. Nous ne sentons aucune retenue ni aucune pudeur dans son jeu, elle s’offre totalement. Elle incarne à merveille le personnage de cette jeune femme, pleine de volonté et sûre d’elle-même. Un très beau personnage moliéresque.

© Éric Didym.
© Éric Didym.
Bruno Ricci est tout aussi impressionnant dans l’interprétation qu’il fait de trois personnages différents. Il joue le rôle du notaire, celui de Monsieur Fleurant et de Thomas Diafoirus. Pour ce dernier, il emprunte les codes du bouffon et alors, chacune de ses répliques, chacune de ses interventions, est formidablement drôle.

Molière méprisait les médecins et s’en moquait bien allègrement dans son théâtre. Ce dédain trouve ici son paroxysme en la scène finale, représentant l’accession d’Argan au titre de médecin. Elle est organisée tel un rituel d’initiation, où chacun est vêtu d’une longue robe noire et d’un chapeau similaire à ceux des sorcières, baragouinant dans une sorte de faux latin, conférant à ce sacre une ambiance très mystique.

Michel Didym fait le choix de réintégrer les intermèdes musicaux qui sont habituellement effacés de la scène. C’est peut-être ce qui fait l’originalité et le succès de la reprise. C’est surtout parce que ceux-ci se révèlent être des moments où nous sommes secoués par les rires, où l’on en redemande, l’on ne voudrait surtout pas que cela s’arrête… À la fin du spectacle retentissent les applaudissements, se multiplient les bravos.

"Le malade imaginaire"

© Éric Didym.
© Éric Didym.
Texte : Molière.
Mise en scène : Michel Didym.
Assistante à la mise en scène : Anne Marion-Gallois.
Avec : André Marcon ou Michel Didym, Norah Krief ou Agnès Sourdillon, Jeanne Lepers ou Pauline Huruguen, Catherine Matisse, Bruno Ricci, Jean-Marie Frin, Barthélémy Meridjen ou François de Brauer, Jean-Claude Durand ou Didier Sauvegrain et en alternance une fillette dans le rôle de Louison : Lou Beauverger, Clotilde Caudron, Inès Duchene, Rose Pariaud, Adèle Saglio, Lou Vilgard-Nizard pour les représentations au Théâtre Dejazet.
Musique : Philippe Thibault.
Scénographie : Jacques Gabel.
Lumières : Joël Hourbeigt.
Costumes : Anne Autran.
Chorégraphie : Jean-Charles Di Zazzo.
Maquillage et perruque : Catherine Saint Sever.
Enregistrement et mixage musique : Bastien Varigault.
Avec le Quatuor Stanislas : Laurent Causse, Jean de Spengler, Bertrand Menut, Marie Triplet.
Modiste : Catherine Somers.
Couturières : Liliane Alfano, Anne Yarmola.
Durée : 2 h.

Du vendredi 3 novembre au dimanche 31 décembre 2017.
Du mardi au samedi à 20 h 45, samedi à 16 h et dimanche 24 et 31 décembre à 14 h.
Théâtre Dejazet, Paris 3e, 01 48 87 52 55.
˃˃ dejazet.com

Ludivine Picot
Vendredi 10 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019