La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le cirque aux mille mirages… fascinant !

Rythme frénétique, énergie quasi démoniaque, on regarde, écoute, admire le duo Yanowski-Parker. Le geste fascine, la voix séduit, la musique captive. Ces diables d’illusionnistes nous embarquent littéralement dans l’antre de leur "Cirque des Mirages". En tournée dans toute la France jusqu’au mois de juillet, leur dernière escale se fera au Festival d’Avignon.



Fred Parker et Yanowski © D.R.
Fred Parker et Yanowski © D.R.
Pour les définir, on fait appel au théâtre expressionniste. Oui, il y a bien un peu de cela. Des récits de vie montrés dans le reflet d’un miroir déformant. L’usage suggestif de l’ombre et de la lumière exagère les formes, saccade le rythme, découpe les gestes. Les « r » sont roulés et les mots distordus. Un accent de vieux Paris populaire aussi, un vent de nostalgie souffle sur le jeu de Fred Parker (au piano) et de Yanowski (au chant, au jeu et à la voix). Mais ce serait bien vite résumer leur talent. Bien malheureux ceux qui aiment mettre les artistes dans des cases. À mi-chemin entre cabaret et théâtre, impossible d’enfermer ces deux génies… pourtant résolument modernes et absolument déroutants. Leur spectacle ? Un cri fantasmagorique. Des chimères racontées en chanson.

Ici, un pianiste au regard torve nous entraîne avec une dextérité impressionnante dans les méandres d’un univers tout en trompe-l’œil. Là, un homme aux allures indéfinissables : le mélange d’un Klaus Nomi et d’un Maximilian Schreck (Nosferatu). Presque inquiétantes, ces figures allégoriques plantent le décor et installent le spectateur dans un univers fascinant. La gestuelle de Yanowski est aussi précise et habile que celle d’un magicien : le corps est étiré. Souple et léger, il captive. Surtout les mains, qui sont longues et effilées. Cette gestuelle est un vrai défi à elle toute seule. Elle est réglée avec une "précision de métronome" entre deux complices au duo impeccable. Bluffant !

Mais encore, s’il n’y avait que cela. Un peu de poudre de perlimpinpin sur un travail bien huilé… Les textes, cyniques et corrosifs, sentent le stupre et l’alcool de Baudelaire, respirent le Faust de Goethe et attirent comme Gautier devant son Omphale. On flotte dans une sorte d’irréalité poétique, à l’amour à la mort. Entre cruauté et gouaille, le rire nous chatouille aussi. Ce "cirque" aux mille "mirages" est une foire aux monstres. Une respiration tout en "men-songe" dans laquelle on est littéralement happé.

Ce cabaret est un leurre intense, une belle lumière stellaire qui porte et nous transporte dans un univers artistique qui repousse un peu plus les frontières du dicible. Mais comme ils disent : "C’est bon de croire aux mirages".

Le Cirque des Mirages

Fred Parker © D.R.
Fred Parker © D.R.
(vu le 7 mars 2011, au Théâtre du Petit Saint-Martin)

Avec : Yanowski et Fred Parker.
Lumière : Fred Brémond.
Costumes : LM Tailors.

Du 8 juillet au 31 juillet 2011 : Festival d’Avignon.
22 h 30, Théâtre Le Chien Qui Fume,
75, rue des Teinturiers, Avignon.
Tél. : 04 90 85 25 87.

Le 29 avril 2011 : Cachan.
Du 5 au 8 mai 2011 : Lutry (Suisse).
Le 18 juin 2011 : La Puce à l'Oreille / Riom.
Le 1er juillet 2011 : Festival de Carqueiranne.
www.cirquedesmirages.com/

Lundi 25 Avril 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020