La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le champ des possibles"… et le meilleur pour la fin…

Le passage à l'âge adulte, une aventure et de beaux lendemains qui continuent au Théâtre du Rond-Point ! Élise Noiraud m'a permis de faire un test. Cela fait plus de deux ans maintenant (en juin 2019) que j'ai assisté à son seul(e) en scène au Théâtre de la Reine Blanche où cette comédienne intense a posé sa couronne sur un plateau immense.



© Baptiste Ribrault.
© Baptiste Ribrault.
Au même moment se déroulait le festival de Cannes. Rapport : aucun ! Si ce n'est que, de ce festival, je n'ai rien retenu excepté ce film "Parasite" qui a raflé la Palme. Pour le reste, je m'excuse… mais cela fait des années que je suis dans l'incapacité de dire qui a gagné quoi ou qui portait quoi ou, pire, qui sortait avec qui ? (rire). En revanche, Élise Noiraud, je ne l'oublie pas.

Si, après lecture des journaux, j'apprends que les frères Dardenne encouraient pour une troisième Palme à Cannes, Élise, elle, revenait sur scène avec son troisième opus - "Le Champ des possibles" - après "La banane Américaine" et "Pour que tu m'aimes encore" ! Et c'est à elle que j'attribue une nouvelle Palme. Les frères Dardenne n'étant pas tout à fait repartis bredouilles, ils peuvent aussi lui proposer un prochain rôle au cinéma.

De la trilogie de cette auteure comédienne à la fois drôle, tendre et indiscutablement douée, je n'ai vu, c'est vrai que le dernier volet. Avant celui-ci, elle racontait l'enfance, puis l'adolescence, et cette fois le champ s'élargit puisqu'elle passe le cap : elle débarque de son Poitou pour le grand Paris. Enfin ! Celui dont on sait qu'il va nous changer un peu la vie. Nous, les "provinciaux" qui, pour atteindre nos rêves, montons voir la grande, l'immense ville. C'est si bien écrit. On rit, beaucoup. J'ai ri beaucoup ce soir-là ! Entre deux reniflements dus au pollen omniprésent (il faisait beau dehors en ce temps-là, pas comme aujourd'hui), je n'ai pas retenu les émotions qui, tout au long de ce solo, m'ont envahie.

© Baptiste Ribrault.
© Baptiste Ribrault.
Décidément ! Que de perle en perle unique, je ne fais que rencontrer. Après Dorothée Girot en solo, c'est donc au tour d'Élise Noiraud. Cette dernière, non seulement se raconte, mais aussi incarne tous les personnages de son parcours. Tous drôles, légers, rondement menés. Le plus réussi, le plus poignant aussi est celui qui revient le plus souvent : la maman. Sa mère… la mère… quelle mère ! Il y a quelque chose d'Hélène Vincent dans le comportement. Elle incarne tellement et précisément les failles, les angoisses, le manque de démonstration affective par moments… Mais ce qui est absolument remarquable, c'est ce qui très ou trop souvent, nous suit. Tous, les enfants un jour partis du nid : la culpabilité. "Ne pas inquiéter"… même quand on se retrouve dans un cagibi la première année.

C'est en cela que "Le Champ des possibles" est un coup de génie. Les désirs, les envies, les rêves… Avancer pour s'épanouir et puis soudain ! Se retourner, voir sa mère pleurer, son père ne rien dire, ses amis là-bas laissés et ne plus savoir où vraiment se situer. Chacun d'entre nous se reconnaît en Élise, chacun de nous un jour envolés pour cette immense cité qu'est Paris, ne restera pas insensible au conte de cette sublime comédienne investie, épatante et si précise dans son récit.

Ce "seule en scène" est époustouflant ! Cet adjectif, je l'ai choisi parce qu'il me rappelle Roberto Benigni et le grand prix du Jury à Cannes en 1998. Il y a 21 ans…

Inutile de dire qu'on se souvient tout le temps des coups de génie ! 21 ans… "La vie est belle", 21 ans, à quelques années près, l'âge du personnage interprété par Élise Noiraud sur scène qui prend son envol et je lui garantis que la vie, pour elle aussi, sera belle.

La Reine du théâtre ce soir-là ! C'était elle. Du Poitou à Paris… se pose sur la scène… toute l'étendue de son talent.

Vu au Théâtre de la Reine Blanche en juin 2019.

"Le Champ des possibles"

© Baptiste Ribrault.
© Baptiste Ribrault.
Trilogie "Élise", publiée dans son intégralité chez Actes Sud.
Chapitre 1 : "La Banane américaine",
Chapitre 2 : "Pour que tu m'aimes encore",
Chapitre 3 : "Le champ des possibles".
Texte et mise en scène : Élise Noiraud.
Interprétation : Élise Noiraud.
Collaboration artistique : Baptiste Ribrault.
Création lumière : François Duguest.
Durée : 1 h 25.
Tout public à partir de huit ans.
Par la Compagnie 28.
Spectacle créé au Théâtre La Reine Blanche - Scène des Arts et des Sciences (Paris 18e) du 18 mai au 22 mai 2019.

Du 23 novembre au 19 décembre 2021.
Du mardi au samedi à 20 h 30.
Intégrale de la trilogie les dimanches 5, 12 et 19 décembre à 14 h 30.
Théâtre du Rond-Point, Salle Roland Topor, Paris 8e, 01 44 95 98 21.
>> theatredurondpoint.fr

Tournée
8 janvier 2022 : Le Carré - Scène nationale, Château-Gontier-sur-Mayenne (53).
14 janvier 2022 : La Queue-lez-Yvelines (78).
15 janvier 2022 : La Norville (91).
20 janvier 2022 : L'Ilyade, Seyssinet-Pariset (38).
21 janvier 2022 : Centre culturel Charlie Chaplin, Vaulx-en-Velin (69).
27 janvier 2022 : Espace culturel Sainte-Anne, Saint-Lyphard (44).
28 janvier 2022 : Le Son du Fresnel, Beaucouzé (49).
29 janvier 2022 : L'Escale culture, Sucé-sur-Erdre (44).
8 février 2022 : Le Prisme, Élancourt (78).
11 février 2022 : Théâtre, Marcoussis (91).
12 et 13 février 2022 : Espace Sorano, Vincennes (94).
22 février 2022 : Ève Scène universitaire, Le Mans (72).
24 février 2022 : Montfort-sur-Meu (35).
8 mars 2022 : Théâtre de l'Espace de Retz, Machecoul (44).
10 mars 2022 : Villages en scène, Bellevigne-en-Layon (49).
31 mars 2022 : Théâtre, Fresnes (94).
5 avril 2022 : Théâtre du Briançonnais, Briançon (05).
16 avril 2022 : Théâtre, Lognes (77).
11 juin 2022 : Vaour (81).

Isabelle Lauriou
Jeudi 25 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024