La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Tiers Temps" Fin de partie pour un pensionnaire en quête d'auteur

Tout a existé. La silhouette longiligne au visage taillé à la serpe de ce dramaturge irlandais de naissance, ayant troqué l'anglais pour le français, langue de son exil volontaire. La maison de retraite "Le Tiers Temps" situé dans le XIVe arrondissement de Paris où il finit ses jours, en 1989. Sauf que tout est faux… Les derniers mois de l'existence de Samuel Beckett, mis en scène ici par Guy Lenoir, sont nés de la plume d'une écrivaine (Maylis Besserie, bordelaise aussi) ayant laissé libre cours à son imaginaire fécond pour livrer un "passé recomposé" ressemblant à ce qui aurait pu être… sans avoir été.



© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
"Ceci n'est pas du Beckett", mais l'une de ses représentations, pourrait-on dire en plagiant René Magritte ("La trahison des images"). Autant dire, une gageure pour celui qui joua naguère "En attendant Godot" de porter à la scène ce roman foisonnant, aux antipodes de l'écriture à l'os du dramaturge irlandais. Grâce à la complicité du comédien au physique "taillé pour", Bernard Blancan - excellent dans ce rôle, si bien que lorsque le portrait de Beckett apparaîtra en surimpression on aura l'impression d'un fondu enchaîné - il réussit à extraire l'essence du texte de la romancière, en le donnant à entendre dans une mise en jeu séduisante.

Sur le petit plateau du Théâtre des Beaux-Arts, une chambre avec lit médicalisé - celui occupé par le vieux Sam - apparaît derrière un voile où viendront s'inscrire des extraits rendant compte des voix des accompagnants (essentiellement le personnel médical), lorsque celles-ci ne seront pas délivrées en voix off. Sur l'avant-scène, un jardin constitué d'un gazon artificiel et de fleurs qu'arrosera régulièrement un passant égaré (Guy Lenoir dans un rôle muet, renvoyant à un Vladimir compulsif et privé de parole) s'aventurant parfois sur scène, comme des traces hallucinatoires des personnages peuplant l'univers de Beckett.

© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
Alterneront, avec les comptes rendus médicaux d'une précision clinique méticuleuse relatant par le menu les moindres déplacements et non événements de ce corps sous surveillance constante, les saillies du corps désirant du vieil homme assailli par des bouffées de nostalgie… Ainsi seront évoqués, comme des rêves ou bien des cauchemars éveillés, la lune rousse, celle de James Joyce, l'auteur ami dont il dut à son corps défendant se séparer. Lucia, la fille de Joyce avec laquelle il eut naguère une brève relation avant qu'elle ne soit internée.

Ou encore, sa propre mère qui l'accabla de son amour sombre au point où il aurait souhaité la tuer avant qu'il ne naisse (chronologie, on l'avouera, hautement improbable) afin de lui épargner la souffrance d'une existence torturée. Ses déambulations dans les rues de Dublin et sa baie. La mort prématurée de son père, le silence qui s'ensuivit… résonnant avec les hurlements perçant la cloison de sa chambre. Le passé et le présent confondus dans le même temps. Ainsi de l'ambulance dans laquelle il est conduit, devenant l'écho de celle qu'il conduisait rageusement durant la guerre, à Saint-Lô, entre les ruines de désolation que seule l'ivresse jusqu'à l'aube pouvait dissiper.

Les pensées tournoient en sa tête, l'emportent jusqu'à la colère, pendant que le corps s'exerce à ne pas faillir, à faire sagement les exercices physiques recommandés par le corps médical. "Lui qui était arrivé dans l'existence par accident et resté par négligence. Lui qui avait fait mine d'oublier la solitude. Lui qui plus seul qu'un rat souhaitait l'être au-delà de tout", comment pourrait-il admettre (autodérision assumée) être ce vieillard cacochyme, réduit dans une maison de retraite à un animal de compagnie devant lequel on déblatère ?

© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
Une archive mythique d'"En attendant Godot" monté par Roger Blin, réveille son désir intact de théâtre, projet qui n'a pu se réaliser que grâce à Suzanne, l'épouse attentionnée transportant ses manuscrits. Aussi, lorsque sont répétées en boucle les dernières répliques de Vladimir et Estragon - "Si on se pendait, avec quoi ? Attends y'a ma ceinture, c'est trop court" - on sent que le sort de ce qui a été au centre de la recherche théâtrale de S.B., la décomposition tant du sujet que du réel, attend son incarnation au plateau. Dans un baroud d'honneur, il en finira de manière hallucinatoire avec l'auteure… de ses jours.

Même si - les puristes de Beckett ne manqueront pas de le pointer - la proposition présente s'écarte du langage beckettien articulé autour de l'échec à dire, il n'en reste pas moins que "Le Tiers Temps", si explicite soit-il dans sa façon de représenter la fin de vie du dramaturge irlandais, rejoint une fantaisie transgressive ayant ses propres vertus. En choisissant délibérément de rester fidèle à la fiction - c'en est une - assumée par Maylis Besserie dans son roman, Guy Lenoir s'inscrit peut-être en faux avec la lettre de Samuel Beckett, mais il en respecte l'esprit qu'il donne à voir avec bonheur.

Vu le mercredi 5 octobre, pour la première, au Théâtre des Beaux-Arts de Bordeaux. A été représenté du 5 au 8 octobre et du 12 au 15 octobre 2022, dans le cadre du Festival Lire en Poche de Gradignan.

"Le Tiers Temps"

© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
Adapté du roman éponyme de Maylis Besserie ("Le Tiers Temps", Éditions Gallimard, Goncourt du premier roman 2020).
Mise en scène : Guy Lenoir.
Avec : Bernard Blancan.
Contribution artistique : Caroline Corbal (art numérique).
Son : Karina Ketz.
Arts plastiques : Barbara Schroeder.
Chant : Jeanne Lavaud.
Scénographie et lumières : Éric Blosse.
Piano : Zola Ntondo.
Régie : Tom Rojouan.
Avec la participation de : Pascale Célérier, Christophe Boery, Béatrice et Jacques Franceschini, Zouhir Zouaoui.
Durée : 1 h 30.

>> theatre-beauxarts.fr

Yves Kafka
Jeudi 3 Novembre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022