La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le Pacte des sœurs, une entente familiale à l'origine de deux femmes d'exception

"Le Pacte des sœurs, Marie Curie et Bronia Dluska", en tournée

Marie Curie a-t-elle eu une vie, une famille, une jeunesse avant d'être celle dont la Terre entière se souvient pour avoir changé le cours de l'humanité ? Réponse… Oui ! Et c'est ce que nous raconte le "Pacte des deux sœurs", une mise en lumière de deux personnalités extraordinaires, hors du commun, dont incontestablement Bronia est la moins connue des deux, le travail de Marie et de son mari ayant eu une portée universelle.



© François Régis Salefran.
© François Régis Salefran.
Voilà une pièce qui redonne une humanité sensible et intelligente à l'icône des sciences qu'est Marie Curie. Derrière la figure historique doublement primée et sa célèbre blouse de laborantine, se dévoilent une adolescente naïve, puis une jeune femme détentrice d'une jeunesse, d'une intimité, d'une volonté naissante qui se construira avec le soutien de sa sœur Bronia. De leur exceptionnelle complicité naîtra un "Pacte" qui fera d'elles, chacune à leur manière, deux femmes accomplies et épanouies qui bouleverseront à bien des égards le statut "féminin" de leur époque, servant encore de guide possible aujourd'hui pour le féminisme.

C'est cette entente (et la période s'y rapportant) entre les deux jeunes filles qui nous fait sortir complètement de la vision habituelle de la vie de Marie Curie, du portrait classique de la scientifique dont on occulte l'âge de l'adolescence puis des études. Cette époque met en lumière le lien indéfectible qui unit les deux sœurs et le pacte qu'elles scellent pour aller étudier à la Sorbonne. Il naît d'un même rêve qui les habite depuis l'enfance (parents enseignants) : étudier pour devenir "quelqu'un".

Au cœur de la Pologne sous domination russe, le "Pacte" est signé : Bronia partira la première faire des études de médecine à Paris et, une fois installée, elle fera venir Marie pour que celle-ci puisse étudier à son tour. L'une deviendra la grande et remarquable Marie Curie, l'autre l'une des premières gynécologues femme au monde.

© François Régis Salefran.
© François Régis Salefran.
"Le Pacte des sœurs" est une création réussie et "instructive", grâce notamment à une pertinente adaptation par Isabelle Lauriou du livre de Natacha Henry, très documenté, abordant les aspects familial, social, politique et féministe ; et à une mise en scène talentueuse, toute en subtilité et sensibilité, usant de séquences courtes, en manière de "tempo adagio", donnant un rythme agréable, posé…

Et créant deux espaces au plateau. Dans un premier temps, Marie Sklodowska en Pologne à jardin et Bronia à l'université en France à cour ; puis une fois toutes deux à Paris, Marie Curie et le labo sont côté jardin tandis que la poursuite de la vie de sa sœur (mariage, naissance, retour au pays, etc.) reste à cour.

La musique participe à la rythmique et à la cohésion de l'ensemble, habillant dans la pénombre les changements à vue avec d'étonnantes et légères compositions musicales, scintillantes, mélodiques et rythmiques à la fois, où des vagues d'harmoniques éphémères envahissent l'espace. Mihasane Pan joue pour cela du Hang. Le Hang un instrument de musique acoustique, de la famille des percussions. Pour faire simple, il s'agit est d'un volume lenticulaire creux, composé de deux coupelles métalliques embouties. La partie haute (plus "aiguë") de l'instrument émet une note fondamentale et sept ou huit notes entourant celle-ci. La partie "basse" est une surface lisse dotée d'un trou en son centre.

Les comédiennes sont au diapason malgré une logique assurance à venir… au fil des prochaines représentations. Marie-Hélène Aubert nous propose une Bronia toute en densité et sérieux face aux défis à relever dans une Pologne sous le joug de la Russie, puis dans une France où, même à la Sorbonne, les femmes ne sont pas les bienvenues et sont souvent mal accueillies (parmi les 776 étudiants de la faculté parisienne où elle s'inscrivit, les filles étaient alors moins de 20 en 1891). Et elle distille en toute élégance un personnage incroyablement humain, exprimant parfaitement l'amour qu'avait Bronia pour sa sœur.

Clémentine Stepanoff endosse le rôle de Marie Curie avec retenue au début, ne donnant pas trop d'ampleur à son interprétation, afin ainsi de ne pas tomber dans le piège de la forte personnalité de la chimiste devenue célèbre. De ce fait, elle retranscrit avec délicatesse et légèreté le tempérament plein de jeunesse de Marie avec la pointe de naïveté et de grâce permettant de découvrir la grande scientifique sous un jour nouveau. Si, parfois, les traits de caractère semblent manquer de relief, le jeu de la comédienne s'affine au fur et à mesure de l'avancée temporelle de la pièce. Incontestablement, les deux comédiennes font preuve de beaucoup de complicité et d'une réelle générosité dans leur interprétation.

Ainsi "Le Pacte des sœurs" a permis la réalisation d'une aventure extraordinaire pour deux femmes indépendantes et volontaires, qui devinrent exceptionnelles et singulières, ayant marqué chacune à leur manière l'Histoire. Et c'est ce récit que nous propose avec réussite et talent la Compagnie du Saut de l'Ange.

"Le Pacte des sœurs, Marie Curie et Bronia Dluska"

Adaptation du roman "Marie et Bronia, le Pacte des sœurs" de Natacha Henry (Éditions Albin Michel).
Adaptation et mise en scène : Isabelle Lauriou.
Avec : Marie-Hélène Aubert et Clémentine Stepanoff.
Musique : Mihasane Pan.
Compagnie du Saut de l'Ange.

Créé le 16 mars à la Mairie du IVe.
Le spectacle a été joué le vendredi 27 avril 2018
dans le cadre du Printemps de la Création au Théâtre 14, Paris 14e.

Prochaines dates
20 mars 2019,
à 20 h 30,
Foyer international des étudiantes,
93 Boulevard Saint-Michel,
75005 Paris.
Réservation par retour de mail à l'adresse suivante et paiement par chèque ou sur place :
ciecorpsetames@gmail.com

>> ciedusautdelange.com

Pour mémoire…

© François Régis Salefran.
© François Régis Salefran.
- Marie Sklodowska est née à Varsovie en 1867. La Pologne est alors sous la domination de la Russie.
- Elle décède au sanatorium de Sancellemoz (Haute-Savoie) le 4 juillet 1934.
- Elle arrive à Paris à l'âge de 24 ans (en 1891) pour suivre des cours de mathématiques et de physique.
- Prix Nobel de physique en 1903 et prix Nobel de chimie en 1911. Seule femme, encore aujourd'hui, a avoir reçu deux prix Nobel.
- La découverte du radium est l'œuvre de Pierre et Marie Curie qui l'ont extrait de la pechblende.
- Le pechblende est l'oxyde naturel d'uranium, composé essentiellement d'uraninite (UO2), le plus important minerai d'uranium, dont on extrait le radium.
- 1898 : le polonium, deux ans plus tard le radium... La radioactivité est née.
- Elle passera le restant de sa vie à mettre à profit les effets du radium sur les organismes vivants pour soigner les cancers. La "curiethérapie", pratique qui consiste à implanter des aiguilles contenant du radium pour irradier localement une tumeur, est mise au point. En 1914, l'institut du radium (aujourd'hui institut Curie) est fondé à Paris afin d'associer différentes disciplines scientifiques dans la recherche de nouvelles thérapies.
- En 1995, François Mitterrand salue "la première femme de notre histoire honorée pour ses propres mérites" lors du transfert des cendres de Marie et Pierre Curie au Panthéon.

© François Régis Salefran.
© François Régis Salefran.

Gil Chauveau
Jeudi 3 Mai 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022