La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Le Dragon de Calais" Le Projet : Une création spectaculaire pour redorer l'image de Calais

C'est à la demande de la mairie de Calais que la Compagnie La Machine et François Delarozière ont créé son Dragon. À Calais, comme à Nantes et à Toulouse, le projet s'étend bien au-delà du grand spectacle de rue sur les trois jours du week-end de la Toussaint. Il s'agit d'une implantation beaucoup plus vaste et pérenne, en totale collaboration avec la ville (le financeur) et en cohésion avec les travaux d'aménagement du front de mer que celle-ci entreprend.



© Jordi Bover.
© Jordi Bover.
Le projet s'étale sur plusieurs années. Il a pour but de redéfinir l'architecture de tout le littoral calaisien. Il a aussi pour mission de remettre au grand jour le patrimoine architectural de cette ville dont l'image a été ternie par l'actualité dramatique de la jungle de Calais. Il s'agit également de faire de ce port (qui voit passer plus de 17 millions de personnes chaque année) une escale capable d'intéresser un tourisme de passage en lui donnant des infrastructures divertissantes et culturelles.

En ce qui concerne le Dragon de Calais, celui-ci a été conçu pour rester sur place et devenir un attrait culturel aussi bien qu'un objet de divertissement puisque, dès le 17 décembre prochain, le Dragon emportera sur son dos, pour un périple sur le front de mer, une cinquantaine de personnes à chaque balade.

Le projet établi avec la municipalité calaisienne n'en est ici qu'à sa première phase. À terme, d'ici quelques années, ce seront une dizaine de machines qui viendront rejoindre les zones du réaménagement balnéaire de la ville. Sauriens, iguanes et varans géants, eux aussi à même, pour certains, d'emporter des spectateurs sur leurs dos, s'ajouteront au paysage du front de mer et viendront animer d'autres lieux patrimoniaux.

© Pauline David.
© Pauline David.
Calais a depuis plusieurs années l'ambition de créer dans son enceinte des attraits culturels. Entre autres, la Cité de la Dentelle et de la Mode, inaugurée en 2009 dans une ancienne usine de dentelles. Celle-ci est alors devenue lieu de culture. On y découvre des expositions mais aussi les machines - les premières ont été importées d'Angleterre, il y a deux siècles - qu'un démonstrateur fait fonctionner devant le public. Ce sont des monstres mécaniques de plusieurs tonnes posés sur des planchers eux-mêmes soutenus par des colonnes en fonte.

Des pistons, des fils par centaines, des engrenages huilées au graphite, des cartes perforées comme celles des orgues de barbarie qui dirigent chaque passage des fils de chaîne. À l'époque, ces machines étaient actionnées par la vapeur. Il y a, dans ces machines industrielles, énormes et assourdissantes, créées pour fabriquer le tissus le plus fin et le plus délicat, comme une parenté involontaire avec le Dragon de François Delarozière : sa force, sa matière, sa démesure, ses éléments et l'infinie délicatesse qui s'en dégage.

© Pauline David.
© Pauline David.
Après un spectacle triomphal dans les rues de Calais… Le Dragon est visible dans son abri provisoire installé sur le front de mer de Calais. Dès le 17 décembre, il embarquera sur sa terrasse panoramique 50 passagers pour un tour de 20 minutes… une expérience unique au rythme de cet animal mécanique imaginé par François Delaroziere. Les réservations sont ouvertes dès le 9 décembre 2019.

Une société a été créée pour l'exploitation du dragon :
la Compagnie du Dragon,
201, Avenue Winston Churchill, Calais (62).
Tél. : 03 21 46 20 55.
>> compagniedudragon.com
>> Contact.

Le projet

Assemblage de la tête du dragon © Pauline David.
Assemblage de la tête du dragon © Pauline David.
Le projet met en scène plusieurs types de créatures dans différents lieux emblématiques de Calais. Les machines vivent et évoluent dans l’espace urbain. Elles interagissent avec leur environnement proche : le mobilier urbain, la circulation, les passants, créant ainsi un spectacle quotidien permanent.
Chaque machine est attachée à un lieu mais elle se déplace dans la ville, à la rencontre des autres machines.

I - Le Dragon de Calais sur le front de mer et à Risban
II - Les Varans de voyage au Dombunker
III - La famille des Iguanes au Fort Nieulay et Le Grand Iguane à Saint-Pierre


I - Fiche d’identité du dragon
Hauteur : 10 à 15 m.
Largeur : 5 à 17,5 m ailes déployées.
Longueur : 25 m.
Poids : 72 tonnes.
Vitesse : 0 à 4 km/h.
Fluides : eau, air, électricité, hydraulique.
Matériaux : bois, métal, cuir, toile, cuivre.
Effets : respiration, fumée, flamme, jet d'eau, son.
Manipulation : 4 à 17 personnes (spectacle).
Capacité : 50 à 60 personnes transportées.
Propulsion hybride.
Site internet : >> compagniedudragon.com

Est également prévu l'abri du dragon, modulable, lieu de repos quotidien de celui-ci. Le dragon vient se lover dans ce parapluie de verre, d’acier et de bois sculpté. Le soir, la serre laisse transparaître une douce lumière. Le Dragon est là qui veille sur le port.

II - Fiche d’identité des Varans
Hauteur : 6,5 m.
Largeur : 2,5 m.
Longueur : 13 m.
Poids : 20 à 25 tonnes.
Vitesse : 0 à 4 km/h.

III - Fiche d’identité des Iguanes
Hauteur : 0,9 à 1,50 m.
Largeur : 2 m.
Longueur : 4 à 6 m.
Poids : à déterminer.
Vitesse : 0 à 4 km/h.

Coût global de l'opération : 27 000 000 €.
Création d’emplois directs à l'issue du projet : 70.

>> "Le Dragon de Calais" Le Spectacle.

© Cie La Machine.
© Cie La Machine.

Bruno Fougniès
Mardi 12 Novembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com

Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021