La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Le Dragon de Calais" Le Spectacle : Naissance du Dragon de La Machine sur la plage de Calais

L'apparition s'est déroulée dans l'après-midi du vendredi 31 octobre, jour de la fête d'Halloween. Mais ce n'était ni un fantôme ni un mort-vivant qui gisait dans le sable, gros comme une baleine. Il évoque pourtant un squelette - si courant dans cette nuit de la peur - par certains côtés de son anatomie faite de saillies, de crêtes et de vertèbres mais on reconnaît surtout une créature mythologique échouée là comme jetée sur les rives d'un drôle de rêve.



© Angélique Lyleire.
© Angélique Lyleire.
Elle est inanimée cette créature, mais pas inerte. Régulièrement, de sourdes ondes sonores dispersent des ronflements énormes. Par moments, un crépitement sec accompagne une apparition de vapeur qui sort de ses naseaux comme un souffle dans un air froid. C'est un dragon d'une énorme taille, éclairée par des braseros qui jettent sur son visage aux yeux clos des ombres changeantes alimentant encore l'impression de vie endormie qui en émane.

Tout autour, la foule des curieux se presse alors que la nuit tombe. Des centaines de smartphones pointillent les ténèbres de leurs éclats bleutés, télévisuels, qui semblent vouloir renvoyer le monstre dans son univers virtuel et le faire échapper ainsi au réel.

Pourtant, ce réel n'est qu'à l'état de sculpture, œuvre d'art fascinante par sa taille et la finesse de ses détails : ses écailles de reptile, ses pattes griffues comme celles d'un aigle, ses ailes déplumées de chauve-souris, sa queue ressemblante à celles d'un scorpion. Un assemblage génétique délirant, fruit d'un scientifique fou puisant à dix espèces différentes les matériaux pour sa créature androgyne, fruit surtout de mythologies ancestrales nées aux quatre points cardinaux.

© Fred Collier/Ville de Calais.
© Fred Collier/Ville de Calais.
C'est dans cette profusion d'histoires et de croyances que François Delarozière a puisée pour créer sa nouvelle machine gigantesque pour la ville de Calais, comme il avait créé d'autres machines de spectacles pour les villes de Nantes, et plus récemment de Toulouse, sans compter les nombreuses autres créations qui arpentent le monde depuis vingt ans, de la Chine au Québec, en passant par le Japon, le Chili, l'Argentine…

La fabrication de ce mastodonte de 72 tonnes a demandé, aux ingénieurs et aux constructeurs de La Machine, des milliers d'heures de travail et d'inventivité d'autant que la créature, mélange d'espèces différentes, possède plus d'éléments vivants qu'un animal plus conventionnel : une queue et une tête flexibles et totalement articulés, des ailes capables de se déployer et de battre, des systèmes de propulsion pour animer les pattes et de quoi cracher de la fumée, de l'eau, du feu, du vent, car l'animal est symboliquement façonné par les trois élément : feu, eau, air.

Mais il s'agissait aussi pour les artistes de la compagnie de lui donner une carapace résistante aux conditions maritimes qu'il va devoir subir tout au long de sa vie : le sel, l'humidité, le vent. Ils ont choisi le bois pour réaliser les écailles de l'animal. Des écailles peintes de couleurs vives, harmonieuses, qui donnent au dragon des tons chatoyants et font complètement oublier toute la mécanique de métal qu'elles recouvrent. La technique particulière du lavis a été employé ici, en couches successives pour donner aux couleurs un effet de transparence mais également une solidité capable de résister aux intempéries.

© Jordi Bover.
© Jordi Bover.
Mais revenons au spectacle de rue qui a traversé Calais trois jours durant. Avec chaque jour, trois avancées du Dragon dans la ville et différentes épreuves qui l'attendaient, et autant de surprises pour les dizaines de milliers de spectateurs qui ont suivi son évolution. François Delarozière nous a raconté un conte : l'arrivée, la rencontre et l'adoption du dragon par la ville.

Un spectacle impressionnant par la taille mais aussi par l'extrême et étonnante douceur dont cette machine pourtant énorme est capable. Très vite, le regard oublie les rouages, les vérins hydrauliques et toute la technologie pour donner vie à la machine et en dégager une sorte d'empathie palpitante, un peu effrayante comme face à une divinité ou à un animal sauvage. Une fascination, en fait.

Tous les parcours sont accompagnés par un orchestre de dix musiciens juché sur des élévateurs. Une composition musicale créée spécialement pour le spectacle, entre musique classique, rock et vagues romantiques portées en particulier par le violoncelliste et la harpiste. C'est tout un environnement artistique humain qui participe également au spectacle. Ainsi les manipulateurs juchés sur le dos et la tête du dragon, tous vêtus de cache-poussière en peaux couleur beige, caramel, semblent eux aussi surgis d'un rêve d'aventure, faisant corps avec la machine comme de joyeux cavaliers des steppes sur des monstres d'acier : autant de capitaines Nemo guidant la machine.

© Fred Collier/Ville de Calais.
© Fred Collier/Ville de Calais.
En attendant la vie future du Dragon dans sa nouvelle ville, ce sont 400 000 spectateurs qui ont pu assister au spectacle durant ce weekend unique, sans compter peut-être les milliers de passagers qui, à bord des ferries quittant le port, ont aperçu au loin l'étrange animal crachant feu et vapeur surgir d'entre les immeubles de la ville.

Le spectacle de la Compagnie La Machine a eu lieu du 1er au 3 novembre 2019 dans les rues de Calais.

Après un spectacle triomphal dans les rues de Calais… Le Dragon est visible dans son abri provisoire installé sur le front de mer de Calais. Dès le 17 décembre, il embarquera sur sa terrasse panoramique 50 passagers par tour de 20 minutes… une expérience unique au rythme de cet animal mécanique imaginé par François Delaroziere. Les réservations sont ouvertes dès le 9 décembre 2019.

Une société a été créée pour l'exploitation du dragon :
la Compagnie du Dragon,
201, Avenue Winston Churchill, Calais (62).
Tél. : 03 21 46 20 55.
>> compagniedudragon.com
>> Contact.

>> "Le Dragon de Calais" Le Projet

© Cie La Machine.
© Cie La Machine.

Bruno Fougniès
Jeudi 14 Novembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019