La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Le Dragon de Calais" Le Spectacle : Naissance du Dragon de La Machine sur la plage de Calais

L'apparition s'est déroulée dans l'après-midi du vendredi 31 octobre, jour de la fête d'Halloween. Mais ce n'était ni un fantôme ni un mort-vivant qui gisait dans le sable, gros comme une baleine. Il évoque pourtant un squelette - si courant dans cette nuit de la peur - par certains côtés de son anatomie faite de saillies, de crêtes et de vertèbres mais on reconnaît surtout une créature mythologique échouée là comme jetée sur les rives d'un drôle de rêve.



© Angélique Lyleire.
© Angélique Lyleire.
Elle est inanimée cette créature, mais pas inerte. Régulièrement, de sourdes ondes sonores dispersent des ronflements énormes. Par moments, un crépitement sec accompagne une apparition de vapeur qui sort de ses naseaux comme un souffle dans un air froid. C'est un dragon d'une énorme taille, éclairée par des braseros qui jettent sur son visage aux yeux clos des ombres changeantes alimentant encore l'impression de vie endormie qui en émane.

Tout autour, la foule des curieux se presse alors que la nuit tombe. Des centaines de smartphones pointillent les ténèbres de leurs éclats bleutés, télévisuels, qui semblent vouloir renvoyer le monstre dans son univers virtuel et le faire échapper ainsi au réel.

Pourtant, ce réel n'est qu'à l'état de sculpture, œuvre d'art fascinante par sa taille et la finesse de ses détails : ses écailles de reptile, ses pattes griffues comme celles d'un aigle, ses ailes déplumées de chauve-souris, sa queue ressemblante à celles d'un scorpion. Un assemblage génétique délirant, fruit d'un scientifique fou puisant à dix espèces différentes les matériaux pour sa créature androgyne, fruit surtout de mythologies ancestrales nées aux quatre points cardinaux.

© Fred Collier/Ville de Calais.
© Fred Collier/Ville de Calais.
C'est dans cette profusion d'histoires et de croyances que François Delarozière a puisée pour créer sa nouvelle machine gigantesque pour la ville de Calais, comme il avait créé d'autres machines de spectacles pour les villes de Nantes, et plus récemment de Toulouse, sans compter les nombreuses autres créations qui arpentent le monde depuis vingt ans, de la Chine au Québec, en passant par le Japon, le Chili, l'Argentine…

La fabrication de ce mastodonte de 72 tonnes a demandé, aux ingénieurs et aux constructeurs de La Machine, des milliers d'heures de travail et d'inventivité d'autant que la créature, mélange d'espèces différentes, possède plus d'éléments vivants qu'un animal plus conventionnel : une queue et une tête flexibles et totalement articulés, des ailes capables de se déployer et de battre, des systèmes de propulsion pour animer les pattes et de quoi cracher de la fumée, de l'eau, du feu, du vent, car l'animal est symboliquement façonné par les trois élément : feu, eau, air.

Mais il s'agissait aussi pour les artistes de la compagnie de lui donner une carapace résistante aux conditions maritimes qu'il va devoir subir tout au long de sa vie : le sel, l'humidité, le vent. Ils ont choisi le bois pour réaliser les écailles de l'animal. Des écailles peintes de couleurs vives, harmonieuses, qui donnent au dragon des tons chatoyants et font complètement oublier toute la mécanique de métal qu'elles recouvrent. La technique particulière du lavis a été employé ici, en couches successives pour donner aux couleurs un effet de transparence mais également une solidité capable de résister aux intempéries.

© Jordi Bover.
© Jordi Bover.
Mais revenons au spectacle de rue qui a traversé Calais trois jours durant. Avec chaque jour, trois avancées du Dragon dans la ville et différentes épreuves qui l'attendaient, et autant de surprises pour les dizaines de milliers de spectateurs qui ont suivi son évolution. François Delarozière nous a raconté un conte : l'arrivée, la rencontre et l'adoption du dragon par la ville.

Un spectacle impressionnant par la taille mais aussi par l'extrême et étonnante douceur dont cette machine pourtant énorme est capable. Très vite, le regard oublie les rouages, les vérins hydrauliques et toute la technologie pour donner vie à la machine et en dégager une sorte d'empathie palpitante, un peu effrayante comme face à une divinité ou à un animal sauvage. Une fascination, en fait.

Tous les parcours sont accompagnés par un orchestre de dix musiciens juché sur des élévateurs. Une composition musicale créée spécialement pour le spectacle, entre musique classique, rock et vagues romantiques portées en particulier par le violoncelliste et la harpiste. C'est tout un environnement artistique humain qui participe également au spectacle. Ainsi les manipulateurs juchés sur le dos et la tête du dragon, tous vêtus de cache-poussière en peaux couleur beige, caramel, semblent eux aussi surgis d'un rêve d'aventure, faisant corps avec la machine comme de joyeux cavaliers des steppes sur des monstres d'acier : autant de capitaines Nemo guidant la machine.

© Fred Collier/Ville de Calais.
© Fred Collier/Ville de Calais.
En attendant la vie future du Dragon dans sa nouvelle ville, ce sont 400 000 spectateurs qui ont pu assister au spectacle durant ce weekend unique, sans compter peut-être les milliers de passagers qui, à bord des ferries quittant le port, ont aperçu au loin l'étrange animal crachant feu et vapeur surgir d'entre les immeubles de la ville.

Le spectacle de la Compagnie La Machine a eu lieu du 1er au 3 novembre 2019 dans les rues de Calais.

Après un spectacle triomphal dans les rues de Calais… Le Dragon est visible dans son abri provisoire installé sur le front de mer de Calais. Dès le 17 décembre, il embarquera sur sa terrasse panoramique 50 passagers par tour de 20 minutes… une expérience unique au rythme de cet animal mécanique imaginé par François Delaroziere. Les réservations sont ouvertes dès le 9 décembre 2019.

Une société a été créée pour l'exploitation du dragon :
la Compagnie du Dragon,
201, Avenue Winston Churchill, Calais (62).
Tél. : 03 21 46 20 55.
>> compagniedudragon.com
>> Contact.

>> "Le Dragon de Calais" Le Projet

© Cie La Machine.
© Cie La Machine.

Bruno Fougniès
Jeudi 14 Novembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020