La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Dortoir des Mouettes", le "je me souviens…" d'un passé recomposé

La Cie Intérieur Nuit - dont le nom se révèle en la circonstance tout sauf fortuit - s'ingénie à créer des ambiances propres à délivrer des textes d'auteurs contemporains (ou pas) via le dispositif "fabuleux" de l'Audio Spectacle. Confortablement installé dans des transats alignés sous une voute d'arceaux de noir tendu, l'imaginaire de chacun erre librement, bercé par le rythme du roman truculent d'Yvan Blanlœil. Qu'en est-il de la mémoire chaotique de "l'homme qui se souvient de sa mort", revisitant son existence tré-passée à l'aune des fragments épars de sa vie en dé-composition ?



© Karina Ketz.
© Karina Ketz.
La mort est affaire trop sérieuse pour la confier à de tristes croquemorts, englués dans des convenances mortelles. Dans les mots d'un homme sans tabou - double du défunt non encore refroidi et écho de l'auteur - le passé recomposé va rejaillir avec l'impertinence drolatique de celui qui n'a plus rien à (se) cacher, plus rien à (se) défendre. Se précipiteront alors des images sonores venant se bousculer l'une l'autre et témoignant chacune d'un épisode allègrement transfiguré par les filtres d'un objectif axé autour d'une idée fixe : "Où est le nid de ces oiseaux-là ?". Question qui, à y écouter de plus près, n'est pas plus stupide et arbitraire que l'existence humaine.

C'est incroyable comme la voix envoûtante de Yann Boudaud - acteur d'exception choisi naguère par Claude Régy pour être raccord avec ses univers - libère les mots de leur coque pour en extraire l'essence, la faire flotter jusqu'à nous, grâce à un dispositif sonore polyphonique. Loin des pesanteurs d'ici-bas, nous nous prenons alors à voguer dans un monde parallèle enivrant, cernés de toutes parts par la petite musique des mots sculptés dans l'espace-temps dont les barrières sont, du même coup, gommées. Et la magie opère d'autant plus que les oreilles, privées d'yeux, ont tout loisir de s'approprier à leur guise le texte distillé.

© Karina Ketz.
© Karina Ketz.
Défile à nos oreilles une bande sonore insoumise qui se plaît à mêler les souvenirs-écrans d'une existence déjà peu orthodoxe à la colorisation cinématographique du remake mémoriel. Ainsi, l'odeur de l'omelette aux pommes de terre brûlées, associée aux visites du mercredi de la dame patronnesse venant récompenser les mères indigentes, se colore-t-elle d'un commentaire doux-amer sur le sens de cette dévotion bien-pensante… visant à préparer les jeunes filles défavorisées à rencontrer des jeunes hommes pauvres comme elles afin de reproduire l'espèce. De même, le pieux mensonge de la grand-mère clamsée et montée au ciel devient-il l'occasion d'épingler l'impudence des parents prenant les enfants pour des imbéciles… Ce qui autorise ensuite les gouvernants, prenant les adultes pour des enfants, etc.

Chaos spatio-temporel où les bribes remontées de l'âge tendre percutent la conscience aiguisée de l'homme qui a vécu. Souvenirs du placement du jeune fugueur chez oncle et tante, conservateurs hyper coincés, provoquant l'attirance pour les jeux interdits projetés sur grand écran. De même le goût du théâtre lié aux premiers émois provoqués par les jeux de rôle improvisés sous un drap tendu avec la petite copine, pendant que les parents dînaient. Mais rien ne fut plus fondateur que l'expérience du cirque exhibant une fringante potiche au maillot collant laissant deviner des formes avantageuses. Les vocations pour les arts vivants trouvent leurs sources dans les eaux bénies de l'enfance, bouillonnante de désirs… Amen.

© Karina Ketz.
© Karina Ketz.
À leur suite, se précipitent nombre d'épisodes de la vie adulte, remasterisés par la mémoire vive d'une libre-pensée affranchie du poids surmoïque de la pensée commune. De Charybde en Scylla, le bon goût de mise se brise avec éclats, venant réveiller les consciences assoupies. Quant au mystère du dortoir des mouettes, il se perd au loin, très loin de ce blockhaus ensablé, quelque part dans l'océan… Expérience régénératrice que la mise en miettes du continuum spatio-temporel libère. L'humour échevelé renverse le (bon) sens, pour indiquer avec une lucidité mordante des directions inattendues…

Mais cette magie des mots, nous "surprenant" à jet continu, ne tient pas seulement à leur désarticulation sémantique. S'ils ont le pouvoir de subvertir notre raison, c'est que nos sens sont leurs alliés indéfectibles. Nos nuits intérieures deviennent écrans tactiles et nos oreilles se font pavillons de gramophones, amplifiant la tessiture des voix enregistrées. Voix magnétique de Yann Boudaud semblant s'adresser personnellement à chacun des spectateurs, réunis à certains moments par les vignettes - projetées sur grand écran - tels des flashs trouant l'obscurité pour faire effraction dans la sphère personnelle.

Et si l'immersion sensorielle créée par cette chronique jubilatoire d'une mort annoncée est sans fuite possible - confirmant là le beau titre de Pascal Quignard "Il se trouve que les oreilles n'ont pas de paupières" - nous ne nous en plaindrons aucunement, gagnés par le charme de cet Audio Théâtre à nul autre pareil.

"Le Dortoir des Mouettes"

Audio-théâtre.
D'après "L'homme qui se souvient de sa mort" d'Yvan Blanlœil, aux Éditions L'Ire des marges.
Adaptation et réalisation : Karina Ketz
Narration : Yann Boudaud.
Avec les voix de : Soazig Aaron, Morgan Boudaud, Delphine Cheverry, Anna Cooreman, Daniel Cooreman, Faïza Kaddour, Karina Ketz, Guy Labadens, Ewan Lelièvre, Jean-François Toulouse.
Musiques originales : Karina Ketz, Serge Korjanevski.
Vidéo : Laurent Rojol.
Réalisations techniques : Benoit Lepage, Vincent Bourgeau, Arnaud Sauvage, Léo Naillou.
Durée : 1 h 30.

Vu à l'occasion de l'une des présentations aux professionnels, jeudi 18 mars à 14 h et 16 h, et vendredi 19 mars à 10 h et 14 h, Atelier des Marches, Le Bouscat (33).

Création reportée en 2021/2022
Création aux Marches de l'Été, Le Bouscat (33), dans le cadre de la saison hors les murs du Glob'Théâtre, Bordeaux.
Festival du conte à Capbreton (40).

Yves Kafka
Jeudi 8 Avril 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024