La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Dortoir des Mouettes", le "je me souviens…" d'un passé recomposé

La Cie Intérieur Nuit - dont le nom se révèle en la circonstance tout sauf fortuit - s'ingénie à créer des ambiances propres à délivrer des textes d'auteurs contemporains (ou pas) via le dispositif "fabuleux" de l'Audio Spectacle. Confortablement installé dans des transats alignés sous une voute d'arceaux de noir tendu, l'imaginaire de chacun erre librement, bercé par le rythme du roman truculent d'Yvan Blanlœil. Qu'en est-il de la mémoire chaotique de "l'homme qui se souvient de sa mort", revisitant son existence tré-passée à l'aune des fragments épars de sa vie en dé-composition ?



© Karina Ketz.
© Karina Ketz.
La mort est affaire trop sérieuse pour la confier à de tristes croquemorts, englués dans des convenances mortelles. Dans les mots d'un homme sans tabou - double du défunt non encore refroidi et écho de l'auteur - le passé recomposé va rejaillir avec l'impertinence drolatique de celui qui n'a plus rien à (se) cacher, plus rien à (se) défendre. Se précipiteront alors des images sonores venant se bousculer l'une l'autre et témoignant chacune d'un épisode allègrement transfiguré par les filtres d'un objectif axé autour d'une idée fixe : "Où est le nid de ces oiseaux-là ?". Question qui, à y écouter de plus près, n'est pas plus stupide et arbitraire que l'existence humaine.

C'est incroyable comme la voix envoûtante de Yann Boudaud - acteur d'exception choisi naguère par Claude Régy pour être raccord avec ses univers - libère les mots de leur coque pour en extraire l'essence, la faire flotter jusqu'à nous, grâce à un dispositif sonore polyphonique. Loin des pesanteurs d'ici-bas, nous nous prenons alors à voguer dans un monde parallèle enivrant, cernés de toutes parts par la petite musique des mots sculptés dans l'espace-temps dont les barrières sont, du même coup, gommées. Et la magie opère d'autant plus que les oreilles, privées d'yeux, ont tout loisir de s'approprier à leur guise le texte distillé.

© Karina Ketz.
© Karina Ketz.
Défile à nos oreilles une bande sonore insoumise qui se plaît à mêler les souvenirs-écrans d'une existence déjà peu orthodoxe à la colorisation cinématographique du remake mémoriel. Ainsi, l'odeur de l'omelette aux pommes de terre brûlées, associée aux visites du mercredi de la dame patronnesse venant récompenser les mères indigentes, se colore-t-elle d'un commentaire doux-amer sur le sens de cette dévotion bien-pensante… visant à préparer les jeunes filles défavorisées à rencontrer des jeunes hommes pauvres comme elles afin de reproduire l'espèce. De même, le pieux mensonge de la grand-mère clamsée et montée au ciel devient-il l'occasion d'épingler l'impudence des parents prenant les enfants pour des imbéciles… Ce qui autorise ensuite les gouvernants, prenant les adultes pour des enfants, etc.

Chaos spatio-temporel où les bribes remontées de l'âge tendre percutent la conscience aiguisée de l'homme qui a vécu. Souvenirs du placement du jeune fugueur chez oncle et tante, conservateurs hyper coincés, provoquant l'attirance pour les jeux interdits projetés sur grand écran. De même le goût du théâtre lié aux premiers émois provoqués par les jeux de rôle improvisés sous un drap tendu avec la petite copine, pendant que les parents dînaient. Mais rien ne fut plus fondateur que l'expérience du cirque exhibant une fringante potiche au maillot collant laissant deviner des formes avantageuses. Les vocations pour les arts vivants trouvent leurs sources dans les eaux bénies de l'enfance, bouillonnante de désirs… Amen.

© Karina Ketz.
© Karina Ketz.
À leur suite, se précipitent nombre d'épisodes de la vie adulte, remasterisés par la mémoire vive d'une libre-pensée affranchie du poids surmoïque de la pensée commune. De Charybde en Scylla, le bon goût de mise se brise avec éclats, venant réveiller les consciences assoupies. Quant au mystère du dortoir des mouettes, il se perd au loin, très loin de ce blockhaus ensablé, quelque part dans l'océan… Expérience régénératrice que la mise en miettes du continuum spatio-temporel libère. L'humour échevelé renverse le (bon) sens, pour indiquer avec une lucidité mordante des directions inattendues…

Mais cette magie des mots, nous "surprenant" à jet continu, ne tient pas seulement à leur désarticulation sémantique. S'ils ont le pouvoir de subvertir notre raison, c'est que nos sens sont leurs alliés indéfectibles. Nos nuits intérieures deviennent écrans tactiles et nos oreilles se font pavillons de gramophones, amplifiant la tessiture des voix enregistrées. Voix magnétique de Yann Boudaud semblant s'adresser personnellement à chacun des spectateurs, réunis à certains moments par les vignettes - projetées sur grand écran - tels des flashs trouant l'obscurité pour faire effraction dans la sphère personnelle.

Et si l'immersion sensorielle créée par cette chronique jubilatoire d'une mort annoncée est sans fuite possible - confirmant là le beau titre de Pascal Quignard "Il se trouve que les oreilles n'ont pas de paupières" - nous ne nous en plaindrons aucunement, gagnés par le charme de cet Audio Théâtre à nul autre pareil.

"Le Dortoir des Mouettes"

Audio-théâtre.
D'après "L'homme qui se souvient de sa mort" d'Yvan Blanlœil, aux Éditions L'Ire des marges.
Adaptation et réalisation : Karina Ketz
Narration : Yann Boudaud.
Avec les voix de : Soazig Aaron, Morgan Boudaud, Delphine Cheverry, Anna Cooreman, Daniel Cooreman, Faïza Kaddour, Karina Ketz, Guy Labadens, Ewan Lelièvre, Jean-François Toulouse.
Musiques originales : Karina Ketz, Serge Korjanevski.
Vidéo : Laurent Rojol.
Réalisations techniques : Benoit Lepage, Vincent Bourgeau, Arnaud Sauvage, Léo Naillou.
Durée : 1 h 30.

Vu à l'occasion de l'une des présentations aux professionnels, jeudi 18 mars à 14 h et 16 h, et vendredi 19 mars à 10 h et 14 h, Atelier des Marches, Le Bouscat (33).

Création reportée en 2021/2022
Création aux Marches de l'Été, Le Bouscat (33), dans le cadre de la saison hors les murs du Glob'Théâtre, Bordeaux.
Festival du conte à Capbreton (40).

Yves Kafka
Jeudi 8 Avril 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021