La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Dortoir des Mouettes", le "je me souviens…" d'un passé recomposé

La Cie Intérieur Nuit - dont le nom se révèle en la circonstance tout sauf fortuit - s'ingénie à créer des ambiances propres à délivrer des textes d'auteurs contemporains (ou pas) via le dispositif "fabuleux" de l'Audio Spectacle. Confortablement installé dans des transats alignés sous une voute d'arceaux de noir tendu, l'imaginaire de chacun erre librement, bercé par le rythme du roman truculent d'Yvan Blanlœil. Qu'en est-il de la mémoire chaotique de "l'homme qui se souvient de sa mort", revisitant son existence tré-passée à l'aune des fragments épars de sa vie en dé-composition ?



© Karina Ketz.
© Karina Ketz.
La mort est affaire trop sérieuse pour la confier à de tristes croquemorts, englués dans des convenances mortelles. Dans les mots d'un homme sans tabou - double du défunt non encore refroidi et écho de l'auteur - le passé recomposé va rejaillir avec l'impertinence drolatique de celui qui n'a plus rien à (se) cacher, plus rien à (se) défendre. Se précipiteront alors des images sonores venant se bousculer l'une l'autre et témoignant chacune d'un épisode allègrement transfiguré par les filtres d'un objectif axé autour d'une idée fixe : "Où est le nid de ces oiseaux-là ?". Question qui, à y écouter de plus près, n'est pas plus stupide et arbitraire que l'existence humaine.

C'est incroyable comme la voix envoûtante de Yann Boudaud - acteur d'exception choisi naguère par Claude Régy pour être raccord avec ses univers - libère les mots de leur coque pour en extraire l'essence, la faire flotter jusqu'à nous, grâce à un dispositif sonore polyphonique. Loin des pesanteurs d'ici-bas, nous nous prenons alors à voguer dans un monde parallèle enivrant, cernés de toutes parts par la petite musique des mots sculptés dans l'espace-temps dont les barrières sont, du même coup, gommées. Et la magie opère d'autant plus que les oreilles, privées d'yeux, ont tout loisir de s'approprier à leur guise le texte distillé.

© Karina Ketz.
© Karina Ketz.
Défile à nos oreilles une bande sonore insoumise qui se plaît à mêler les souvenirs-écrans d'une existence déjà peu orthodoxe à la colorisation cinématographique du remake mémoriel. Ainsi, l'odeur de l'omelette aux pommes de terre brûlées, associée aux visites du mercredi de la dame patronnesse venant récompenser les mères indigentes, se colore-t-elle d'un commentaire doux-amer sur le sens de cette dévotion bien-pensante… visant à préparer les jeunes filles défavorisées à rencontrer des jeunes hommes pauvres comme elles afin de reproduire l'espèce. De même, le pieux mensonge de la grand-mère clamsée et montée au ciel devient-il l'occasion d'épingler l'impudence des parents prenant les enfants pour des imbéciles… Ce qui autorise ensuite les gouvernants, prenant les adultes pour des enfants, etc.

Chaos spatio-temporel où les bribes remontées de l'âge tendre percutent la conscience aiguisée de l'homme qui a vécu. Souvenirs du placement du jeune fugueur chez oncle et tante, conservateurs hyper coincés, provoquant l'attirance pour les jeux interdits projetés sur grand écran. De même le goût du théâtre lié aux premiers émois provoqués par les jeux de rôle improvisés sous un drap tendu avec la petite copine, pendant que les parents dînaient. Mais rien ne fut plus fondateur que l'expérience du cirque exhibant une fringante potiche au maillot collant laissant deviner des formes avantageuses. Les vocations pour les arts vivants trouvent leurs sources dans les eaux bénies de l'enfance, bouillonnante de désirs… Amen.

© Karina Ketz.
© Karina Ketz.
À leur suite, se précipitent nombre d'épisodes de la vie adulte, remasterisés par la mémoire vive d'une libre-pensée affranchie du poids surmoïque de la pensée commune. De Charybde en Scylla, le bon goût de mise se brise avec éclats, venant réveiller les consciences assoupies. Quant au mystère du dortoir des mouettes, il se perd au loin, très loin de ce blockhaus ensablé, quelque part dans l'océan… Expérience régénératrice que la mise en miettes du continuum spatio-temporel libère. L'humour échevelé renverse le (bon) sens, pour indiquer avec une lucidité mordante des directions inattendues…

Mais cette magie des mots, nous "surprenant" à jet continu, ne tient pas seulement à leur désarticulation sémantique. S'ils ont le pouvoir de subvertir notre raison, c'est que nos sens sont leurs alliés indéfectibles. Nos nuits intérieures deviennent écrans tactiles et nos oreilles se font pavillons de gramophones, amplifiant la tessiture des voix enregistrées. Voix magnétique de Yann Boudaud semblant s'adresser personnellement à chacun des spectateurs, réunis à certains moments par les vignettes - projetées sur grand écran - tels des flashs trouant l'obscurité pour faire effraction dans la sphère personnelle.

Et si l'immersion sensorielle créée par cette chronique jubilatoire d'une mort annoncée est sans fuite possible - confirmant là le beau titre de Pascal Quignard "Il se trouve que les oreilles n'ont pas de paupières" - nous ne nous en plaindrons aucunement, gagnés par le charme de cet Audio Théâtre à nul autre pareil.

"Le Dortoir des Mouettes"

Audio-théâtre.
D'après "L'homme qui se souvient de sa mort" d'Yvan Blanlœil, aux Éditions L'Ire des marges.
Adaptation et réalisation : Karina Ketz
Narration : Yann Boudaud.
Avec les voix de : Soazig Aaron, Morgan Boudaud, Delphine Cheverry, Anna Cooreman, Daniel Cooreman, Faïza Kaddour, Karina Ketz, Guy Labadens, Ewan Lelièvre, Jean-François Toulouse.
Musiques originales : Karina Ketz, Serge Korjanevski.
Vidéo : Laurent Rojol.
Réalisations techniques : Benoit Lepage, Vincent Bourgeau, Arnaud Sauvage, Léo Naillou.
Durée : 1 h 30.

Vu à l'occasion de l'une des présentations aux professionnels, jeudi 18 mars à 14 h et 16 h, et vendredi 19 mars à 10 h et 14 h, Atelier des Marches, Le Bouscat (33).

Création reportée en 2021/2022
Création aux Marches de l'Été, Le Bouscat (33), dans le cadre de la saison hors les murs du Glob'Théâtre, Bordeaux.
Festival du conte à Capbreton (40).

Yves Kafka
Jeudi 8 Avril 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022