La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Le Chainon Manquant... Le repérage pour vocation, la curiosité pour credo

19/09 au 23/09/2012, Le Chainon Manquant, Laval, Mayenne

En 1991, à l'initiative de Joël Breton et Pascal Gauvrit, alors respectivement directeur artistique et gérant du Réseau Orques-idées, naissait à Tours le Chainon Manquant. Les objectifs ? Établir une passerelle entre diffuseurs, programmateurs et artistes ; dévoiler de nouvelles propositions artistiques et de nouveaux talents au public...



Thierry Romanens © Mercedes Riedy.
Thierry Romanens © Mercedes Riedy.
Vingt et un ans après, ceux-ci ne semblent pas avoir changer et, avec soixante-huit compagnies ou artistes programmés cette année, le festival reste fidèle à ses principes : présenter des projets d’artistes dits "en découverte" qui ont besoin de trouver leur public et de bénéficier d’un développement grâce à la présence de professionnels.

Lorsque, en 91, le Chainon Manquant met en place ses 47 spectacles dans huit lieux différents (dont le Bateau Ivre, berceau du festival) de Tours, le pari est osé - voir l'article de la Revue du Spectacle de l'été 91 - mais le succès est immédiat : plus de 5 000 spectateurs et plus d'une centaine de professionnels présents. Aujourd'hui, après s'être déplacé de Tours à Cahors, puis à Figeac en repassant par Cahors l'année dernière, le festival s'installe sur les bords de La Mayenne à Laval.

"Larsen", Cie 220 Vols © JiF 2011.
"Larsen", Cie 220 Vols © JiF 2011.
Organisée par la Fédération des Nouveaux Territoires des Arts Vivants, (FNTAV), qui regroupe près de 300 équipements et projets culturelles (dans notamment 8 fédérations régionales), le Chainon a donc toujours pour ambition de soutenir et de présenter des artistes (chanson, musique, cirque, danse, conte, théâtre, humour, théâtre d'objet, arts de la rue) à des professionnels curieux de nouveaux talents, étant aussi un peu comme un salon des arts vivants, un salon des dénicheurs ouvert au grand public et donnant l’occasion au spectateur curieux de découvrir des spectacles... hors des sentiers rebattus.

En complément de la programmation "scénique" offrant au total 110 représentations réparties dans dix lieux (situés sur Laval et Changé), ce sont aussi des rencontres professionnelles qui se dérouleront du jeudi au samedi, chaque soir à partir de 19 h à l’Espace Régional (Square de Boston). Les thèmes à l'ordre du jour pour cette 21e édition : jeudi 20 septembre - en partenariat avec la Région des Pays de La Loire - "Aider l'emploi artistique : un dispositif pour les cafés cultures à l'essai en Pays de la Loire" ; vendredi 21 - en partenariat avec le Centre National des Variétés, de la Chanson et du Jazz (CNV) - "Diffuseurs/producteurs : quelle coopération pour les artistes en développement ?" ; samedi 22 septembre "Diffusion internationale : rencontre avec les programmateurs étrangers du Réseau AREA (Association des Réseaux d'Événements Artistiques)".

"La succulente histoire de Thomas Farcy", Cie du Thé à la Rue © G. Mesnager.
"La succulente histoire de Thomas Farcy", Cie du Thé à la Rue © G. Mesnager.
En parallèle du festival, le Chainon/FNTAV a mis en place, en collaboration avec la Région des Pays de la Loire, la première édition du "Chainon en Région". Ainsi, depuis le 5 septembre et jusqu'au 12 octobre, vingt spectacles programmés dans vingt lieux décentralisés en région des Pays de La Loire sont proposés aux publics. Cette opération permet de décentraliser sur cinq départements des spectacles repérés précédemment par l'ensemble du réseau et de développer le rayonnement du festival sur le territoire régional.

Plus de vingt après sa création, le Chainon Manquant reste une véritable vitrine nationale de l’activité du spectacle vivant en France, jouant, comme aux premiers jours, l'ouverture à toutes les esthétiques (musique, théâtre, danse, arts de la rue, etc.) et s'adressant à tous les publics (Jeune Public entre autres). Chaque année, plusieurs centaines de programmateurs se déplacent pour visionner des spectacles qui seront achetés et diffusés sur les saisons culturelles des adhérents. De nombreux artistes ou compagnies ont été révélés grâce à lui... et parfois même il a permis, en leur temps, la "remise en selle" d'artistes comme François Béranger, Paul Personne ou encore Gérard Blanchard... Mais ça, c'est une autre histoire !

Artistes/Compagnies programmés

Fouteurs de Joie © Sylvain Gripoix.
Fouteurs de Joie © Sylvain Gripoix.
● Chanson : Liz Van Deuq, Boby Lapointe Repiqué, Alexandre Poulin, Dimoné, David Delabrosse, Delphine Coutant, Mac Abbé et le Zombi Orchestra, Marie Kiss La Joue, Syrano, Sylvain Giro, Les Fouteurs de Joie, Yoanna, Zoufris Maracas, Liz Cherhal, Chtricky, Robinson, The Wackids, S Petit Nico, Mucho Corazon, Thierry Romanens.
● Musique : Applause, La Face Cachée des Sous bois, Boogers, Carina Salvado, World Kora Trio, Mazalda, Le Skeleton Band, Valentine's Day, Marcio Faraco, Mounira Mitchala, Kiss and Drive, This is the Hello Monster, Martin Harley, Le Philarmonique de la Roquette, Fanfare A la Gueule du Ch'val, Matt Andersen, Deluxe, Big Daddy Wilson, Cie Médiane, Isabeau et les chercheurs d’or.
● Cirque : Les Magnificos, Cie Ecorpsabulle, Cie 220 Vols, Silembloc Cie.
● Danse : Cie Ubi, Cie Sixième dimension, Cie Chaliwaté.
● Conte/Récit Musical : Patrice Kalla, Cie Kf Association.
● Théâtre/Humour : Didier Ferrari, Ali Bougheraba
● Théâtre d’objet : Cie du Thé à la Rue, La Tortue Noire.
● Théâtre : Ateliers de la Colline, Une Compagnie, Biblio Théâtre, Cie Filages, Cie Trio Mineur, Cie la Naïve, Cie du Deuxième, Cie Arts et Couleurs, Cie Lisa Klax.
● Audio Théâtre : Cie Intérieur Nuit.
● Arts de la rue : Cie Presque Siamoises, Théâtre de Caniveau-Socrate, Cie Jo Bitume, Anonima Teatro, Cie Reveida.

>> Informations complètes sur reseau-chainon.com

Avec l'aide de Jean Grapin.

"Je me sens bien", Cie 6eme dimension © David Schaffer.
"Je me sens bien", Cie 6eme dimension © David Schaffer.
Lire aussi les "Archives" de La Revue du Spectacle "version papier" :

>> Le Chaînon Manquant... Un outil de liaison.
>> Le Chaînon Manquant... Un outil de liaison (suite).

Gil Chauveau
Mercredi 5 Septembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle

Le théâtre, au-delà de la scène, du plateau, de l'expression et des mouvements de ses protagonistes, de la représentation imagée, symbolique, imaginée des décors, c'est le texte, les sons, la musique et la voix, les voix… Le théâtre peut donc être écouté… et a été écouté ! Dans l'exercice de son rôle patrimonial, la BnF (associée au CNRS) crée un site et une série de podcasts dédiés à la dimension acoustique de cet art.

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle
Le théâtre est bien évidemment un art évolutif, en perpétuelle mutation. La manière dont on le perçoit a changé quand lui-même bouleverse en permanence ses manières de représentation, ses codes, ses modes internes d'expression. Mais quel était-il au XXe siècle ? Comment l'a-t-on écouté ? Comment l'entendait-on ? Comment y parlait-on ?

La Bibliothèque nationale de France et le CNRS s'associent donc pour explorer, grâce à des archives exceptionnelles et souvent inédites, la diversité des voix et des sons du théâtre, ainsi que leurs évolutions dans la seconde moitié du XXe siècle. De Jean Vilar à Rosy Varte, en passant par Habib Benglia, Antoine Vitez ou encore Maria Casarès, on y découvre ou redécouvre les voix puissantes, profondes et singulières de celles et ceux qui ont marqué les différentes scènes françaises.

Sous l'influence de la radio, du cinéma, ou encore du cabaret, les scènes françaises se sont mises, dans les années cinquante-soixante, à exposer de nouvelles façons, plus accessibles, de dire les textes dramatiques, tandis qu'étaient explorés de nouveaux territoires de l'oralité. Ce sont ces différents aspects, novateurs à l'époque, que permet de découvrir le site "Entendre le théâtre".

Gil Chauveau
25/02/2020
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Un road-movie immobile, une épopée de l'autodérision

Leur tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
08/01/2020
Sortie à la Une

"Macbeth" Deux clowns donnent un éclat de rire à Shakespeare

C'est un petit bijou que ce spectacle. Le mariage réussi de deux grandes écoles apparemment éloignées : la tragédie élisabéthaine et l'art du clown. Politiques, conflits historiques, guerres et meurtres d'un côté, dérision, naïveté lumineuse, enfance et poésie de l'autre. Les deux mêlés font exploser le drame de Macbeth en feu d'artifice, entre rire et effroi.

"Macbeth", faut-il le rappeler, ce sont les trois célèbres sorcières surgies des brumes de la lande écossaise qui prédisent l'avenir royal au noble Macbeth, l'assassinat d'un roi pendant son sommeil, l'exil de ses fils, le meurtre de Banco, le rival désigné dans les prédictions, des apparitions et, enfin, une guerre sanglante. Aux manettes de cette machine, un couple : Macbeth et sa femme, lady Macbeth. Pas vraiment de quoi rire face à ces passions violentes : cupidité, trahison, remords. Seulement, lorsque les regards de clowns se posent sur la triste saleté de l'existence humaine, la perception des événements les plus noirs se transfigure.

Les deux clowns, Francis (Louis-Jean Corti) et Carpatte (Maria Zachenska), incarnent tous les personnages essentiels de la tragédie. Aucune partie de l'histoire ne manque. Chaque épisode est raconté, joué, et offert avec cette distance capable à la fois de percevoir le grave et d'en retirer dans le même temps le rire grandiose de la truculence. C'est du théâtre de clowns où le mime alterne avec le jeu issu de la comédie et la narration.

Mais comment s'étonner que cette manière de mettre en scène l'écriture de Shakespeare, lui qui n'a jamais cessé d'introduire dans la plupart de ses pièces, un fou, un bouffon, un clown ou un personnage tiré de la simplicité du peuple qui avec ses mots simples, ose dire ce que les autres n'osent pas. En cela, les deux clowns de cette histoire sont des passeurs entre ces héros tragiques et le public.

Bruno Fougniès
11/02/2020