La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Le Chainon Manquant... Le repérage pour vocation, la curiosité pour credo

19/09 au 23/09/2012, Le Chainon Manquant, Laval, Mayenne

En 1991, à l'initiative de Joël Breton et Pascal Gauvrit, alors respectivement directeur artistique et gérant du Réseau Orques-idées, naissait à Tours le Chainon Manquant. Les objectifs ? Établir une passerelle entre diffuseurs, programmateurs et artistes ; dévoiler de nouvelles propositions artistiques et de nouveaux talents au public...



Thierry Romanens © Mercedes Riedy.
Thierry Romanens © Mercedes Riedy.
Vingt et un ans après, ceux-ci ne semblent pas avoir changer et, avec soixante-huit compagnies ou artistes programmés cette année, le festival reste fidèle à ses principes : présenter des projets d’artistes dits "en découverte" qui ont besoin de trouver leur public et de bénéficier d’un développement grâce à la présence de professionnels.

Lorsque, en 91, le Chainon Manquant met en place ses 47 spectacles dans huit lieux différents (dont le Bateau Ivre, berceau du festival) de Tours, le pari est osé - voir l'article de la Revue du Spectacle de l'été 91 - mais le succès est immédiat : plus de 5 000 spectateurs et plus d'une centaine de professionnels présents. Aujourd'hui, après s'être déplacé de Tours à Cahors, puis à Figeac en repassant par Cahors l'année dernière, le festival s'installe sur les bords de La Mayenne à Laval.

"Larsen", Cie 220 Vols © JiF 2011.
"Larsen", Cie 220 Vols © JiF 2011.
Organisée par la Fédération des Nouveaux Territoires des Arts Vivants, (FNTAV), qui regroupe près de 300 équipements et projets culturelles (dans notamment 8 fédérations régionales), le Chainon a donc toujours pour ambition de soutenir et de présenter des artistes (chanson, musique, cirque, danse, conte, théâtre, humour, théâtre d'objet, arts de la rue) à des professionnels curieux de nouveaux talents, étant aussi un peu comme un salon des arts vivants, un salon des dénicheurs ouvert au grand public et donnant l’occasion au spectateur curieux de découvrir des spectacles... hors des sentiers rebattus.

En complément de la programmation "scénique" offrant au total 110 représentations réparties dans dix lieux (situés sur Laval et Changé), ce sont aussi des rencontres professionnelles qui se dérouleront du jeudi au samedi, chaque soir à partir de 19 h à l’Espace Régional (Square de Boston). Les thèmes à l'ordre du jour pour cette 21e édition : jeudi 20 septembre - en partenariat avec la Région des Pays de La Loire - "Aider l'emploi artistique : un dispositif pour les cafés cultures à l'essai en Pays de la Loire" ; vendredi 21 - en partenariat avec le Centre National des Variétés, de la Chanson et du Jazz (CNV) - "Diffuseurs/producteurs : quelle coopération pour les artistes en développement ?" ; samedi 22 septembre "Diffusion internationale : rencontre avec les programmateurs étrangers du Réseau AREA (Association des Réseaux d'Événements Artistiques)".

"La succulente histoire de Thomas Farcy", Cie du Thé à la Rue © G. Mesnager.
"La succulente histoire de Thomas Farcy", Cie du Thé à la Rue © G. Mesnager.
En parallèle du festival, le Chainon/FNTAV a mis en place, en collaboration avec la Région des Pays de la Loire, la première édition du "Chainon en Région". Ainsi, depuis le 5 septembre et jusqu'au 12 octobre, vingt spectacles programmés dans vingt lieux décentralisés en région des Pays de La Loire sont proposés aux publics. Cette opération permet de décentraliser sur cinq départements des spectacles repérés précédemment par l'ensemble du réseau et de développer le rayonnement du festival sur le territoire régional.

Plus de vingt après sa création, le Chainon Manquant reste une véritable vitrine nationale de l’activité du spectacle vivant en France, jouant, comme aux premiers jours, l'ouverture à toutes les esthétiques (musique, théâtre, danse, arts de la rue, etc.) et s'adressant à tous les publics (Jeune Public entre autres). Chaque année, plusieurs centaines de programmateurs se déplacent pour visionner des spectacles qui seront achetés et diffusés sur les saisons culturelles des adhérents. De nombreux artistes ou compagnies ont été révélés grâce à lui... et parfois même il a permis, en leur temps, la "remise en selle" d'artistes comme François Béranger, Paul Personne ou encore Gérard Blanchard... Mais ça, c'est une autre histoire !

Artistes/Compagnies programmés

Fouteurs de Joie © Sylvain Gripoix.
Fouteurs de Joie © Sylvain Gripoix.
● Chanson : Liz Van Deuq, Boby Lapointe Repiqué, Alexandre Poulin, Dimoné, David Delabrosse, Delphine Coutant, Mac Abbé et le Zombi Orchestra, Marie Kiss La Joue, Syrano, Sylvain Giro, Les Fouteurs de Joie, Yoanna, Zoufris Maracas, Liz Cherhal, Chtricky, Robinson, The Wackids, S Petit Nico, Mucho Corazon, Thierry Romanens.
● Musique : Applause, La Face Cachée des Sous bois, Boogers, Carina Salvado, World Kora Trio, Mazalda, Le Skeleton Band, Valentine's Day, Marcio Faraco, Mounira Mitchala, Kiss and Drive, This is the Hello Monster, Martin Harley, Le Philarmonique de la Roquette, Fanfare A la Gueule du Ch'val, Matt Andersen, Deluxe, Big Daddy Wilson, Cie Médiane, Isabeau et les chercheurs d’or.
● Cirque : Les Magnificos, Cie Ecorpsabulle, Cie 220 Vols, Silembloc Cie.
● Danse : Cie Ubi, Cie Sixième dimension, Cie Chaliwaté.
● Conte/Récit Musical : Patrice Kalla, Cie Kf Association.
● Théâtre/Humour : Didier Ferrari, Ali Bougheraba
● Théâtre d’objet : Cie du Thé à la Rue, La Tortue Noire.
● Théâtre : Ateliers de la Colline, Une Compagnie, Biblio Théâtre, Cie Filages, Cie Trio Mineur, Cie la Naïve, Cie du Deuxième, Cie Arts et Couleurs, Cie Lisa Klax.
● Audio Théâtre : Cie Intérieur Nuit.
● Arts de la rue : Cie Presque Siamoises, Théâtre de Caniveau-Socrate, Cie Jo Bitume, Anonima Teatro, Cie Reveida.

>> Informations complètes sur reseau-chainon.com

Avec l'aide de Jean Grapin.

"Je me sens bien", Cie 6eme dimension © David Schaffer.
"Je me sens bien", Cie 6eme dimension © David Schaffer.
Lire aussi les "Archives" de La Revue du Spectacle "version papier" :

>> Le Chaînon Manquant... Un outil de liaison.
>> Le Chaînon Manquant... Un outil de liaison (suite).

Gil Chauveau
Mercredi 5 Septembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019