La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La main de Leïla"… La passion amoureuse comme une ultime rébellion face à tous les despotismes

"La main de Leïla", Théâtre des Béliers Parisiens, Paris, puis en tournée

Haram Cinéma, salle clandestine, refuge des étreintes langoureuses sur grand écran où Leïla, bravant les interdits, trouvera l'amour et embrassera la vie aventureuse de Samir. Aïda Asgharzadeh, dont nous avions découvert et apprécié la plume vive et efficace avec "Les Vibrants", est de retour avec "La main de Leïla" (en coécriture avec Kamel Isker), vrai succès au festival Off d'Avignon qui ne se dément pas à Paris depuis fin septembre.



© Alejandro Guerrero.
© Alejandro Guerrero.
Sidi Fares 1987, au fond d'un garage, dans une clandestinité cinéphile, Samir dévoile les plus beaux baisers du 7e art sur une "toile" à l'expression populaire circonstanciée. Ainsi l'Haram Cinéma est né, édifié sur un héritage paternel de pellicules mythiques faisant la fronde à la censure gouvernementale. Bien qu'interdit aux femmes, la douce mais effrontée Leïla s'immisce dans ce lieu exempt de légalité et finira par concrétiser avec le jeune projectionniste les rapprochements filmiques suggérés sur l'écran. Avec, en arrière-plan, l'historique actualité des mouvements de révolte survenus notamment à Alger à l'automne 88, se tisse entre les amants une liaison enthousiaste, impétueuse, mais aussi tendre et parfois contrariée.

Le tableau dépeint par Aïda Asgharzadeh et Kamel Isker a des teintes douces acides et leur récit balance avec virtuosité entre une fable amoureuse, joliment abordée et bien écrite, prenant les aspects passionnés, parfois fougueux, parfois plus sensuels propre aux contes populaires perses, et une chronique documentée sur l'Algérie de la fin des années quatre-vingt apportant parfois une violence insidieuse dans les relations entre les protagonistes, certains alimentées d'une connaissance historique d'actions à l'inéluctable fin dramatique…

© Alejandro Guerrero.
© Alejandro Guerrero.
La pièce rayonne avec une étonnante aisance à la fois sur ces événements gravés dans l'Histoire algérienne (d'octobre 1988) et sur des instants marqués par l'intime, l'émotion ou l'expression des sentiments… tout en créant un canevas finement tramé par des ambiances colorées "ocre et havane" façon "Cinéma Paradiso", sous la bienveillance cinématographique d'un "Casablanca"* rêvé pour ses baisers "illégaux"… censurés par un rigorisme d’État.

Dans chacun des rôles endossés, Aïda Asgharzadeh, Kamel Isker, Azize Kabouche font montre d'une réelle justesse de jeu, nous donnant à voir - tant par les changements de voix ou à travers les costumes ou "déguisements" revêtus - des personnages truculents, audacieux, à la joyeuseté juvénile, charmeurs, sensuels ou autoritaires, menaçants, désespérés.

La réussite de cette proposition théâtrale résulte à la fois de la consistance des propos tenus, qu'ils soient légers, sérieux ou inquiétants, et de la fluidité des répliques au verbe affûté et aux quelques effets humoristiques piquants.

© Lisa Lesourd.
© Lisa Lesourd.
Régis Vallée, grâce à sa mise en scène rythmée, toute en précision et souplesse, fait s'enchaîner sans temps morts les différents lieux et les multiples situations, aidé en cela par un décor mobile, se métamorphosant sans cesse, généré par un dispositif - bourré d'astuces - fait de modules (cagettes en plastique) et d'accessoires (rideaux, tringles, bidons, etc.) qui ne peut trouver d'équivalence que dans l'ingéniosité d'un transformiste.

L'ensemble est virtuose dans tous ses compartiments, de la passion épique des deux amants face aux obstacles distillés par le père de la belle (colonel, représentation intransigeante du pouvoir) au final à l'issue sans espoir (mais n'est-ce pas là, depuis longtemps, et malheureusement, la permanence du trauma algérien), en passant par les séquences burlesques, voire hilarantes, militantes, "shéhérazadienne" ou encore familiale façon comédie italienne.

Une auteure comédienne à l'avenir très prometteur, des comédiens à la vitalité talentueuse pour une aventure mêlant avec intelligence mélodie langoureuse et composition militante sur un pays qu'on aimerait voir un jour se relever de ses blessures et souffler un nouveau vent de liberté à destination de son peuple.

*"Casablanca", film de Michael Curtiz (1942) avec Ingrid Bergman et Humphrey Bogart.

"La main de Leïla"

© Lisa Lesourd.
© Lisa Lesourd.
Texte : Aïda Asgharzadeh et Kamel Isker.
Mise en scène : Régis Vallée.
Avec : Aïda Asgharzadeh, Kamel Isker, Azize Kabouche.
Scénographie : Philippe Jasko.
Musique : Manuel Peskine.
Création lumière : Aleth Depeyre.
Costumes : Marion Rebmann.
Durée : 1 h 20.

Du 23 septembre au 12 novembre 2017.
Du mercredi au samedi à 19 h, dimanche à 15 h.
Du 15 novembre au 31 décembre 2017.
Du mercredi au samedi à 21 h, dimanche à 15 h.
Relâche le 19 novembre.
Théâtre des Béliers Parisiens, Paris 18e, 01 42 62 35 00.
>> theatredesbeliersparisiens.com

Tournée

© Lisa Lesourd.
© Lisa Lesourd.
20 janvier 2018 : Villeneuve-Saint-Georges (94).
23 janvier 2018 : Mont-de-Marsan (40).
25 janvier 2018 : Montaigu (85).
31 janvier 2018 : Margny-lès-Compiègne (60).
7 février 2018 : La Rochefoucault (16).
9 février 2018 : Villeparisis (77).
14 février 2018 : Tourlaville (50).
15 février 2018 : Granville (50).
16 février 2018 : Vitré (35).
22 février 2018 : Le Locle (CH).
1er mars 2018 : Sion ( CH).
2 mars 2018 : Sion (CH).
2 mars 2018 : Yverdon (CH).
Du 8 au 11 mars 2018 : Dubaï.
16 mars 2018 : Sainte-Geneviève-des-Bois (91).
27 mars 2018 : Saint-Raphael (83).
31 mars 2018 : Lezignan-Corbières (11).
14 avril 2018 : Val Bréon (77).
Du 16 au 21 avril 2018 : Corse.
27 avril 2018 : Saint-Priest-en-Jarez (42).
28 avril 2018 : Saint-Genest-Lerpt (42).
25 mai 2018 : Conflans-Sainte-Honorine (78).
31 juillet 2018 : Sarlat-la-Canéda (24).

Gil Chauveau
Jeudi 26 Octobre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020