Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

La magie opère à nouveau entre le théâtre européen et les royales demeures de la famille de Savoie

05/07 au 21/07/2013, Festival International "Teatro a Corte", Turin, Italie

Teatro a Corte quatorzième ! Quand les arts de la scène dialoguent avec l'architecture et les jardins de l'époque baroque, c'est à Turin - et dans les joyaux de la couronne alentour - que cela se passe. Une nouvelle fois, l'été italien sera marqué, dans le Piémont, par une rencontre riche et variée avec le théâtre européen... avec cette année les Pays-Bas en invité d'honneur et la thématique "Nouvelle Magie" en fil rouge...



"Lähtö" par WHS © WHS/Kalle Nio.
"Lähtö" par WHS © WHS/Kalle Nio.
Dirigé par Beppe Navello, conçu et réalisé par la Fondazione Teatro Piemonte Europa (dont il est le directeur et fondateur), Teatro a Corte est un festival qui présente sur 3 week-ends 20 compagnies de 9 nationalités différentes (Danemark, Finlande, France, Hongrie, Irlande, Italie, Pologne, Pays Bas, Royaume Uni), initie 14 premières italiennes, 1 vitrine hollandaise et propose 7 créations particulières aux sites... au cœur des splendides demeures royales du Piémont : Palais Royal de Venaria Reale, Château d'Aglié, Château de Racconigi, etc.

Après une passionnante année 2012 (voir nos différentes chroniques) où l'on a pu apprécier notamment des artistes du Royaume-Uni comme Gandini Juggling et Me and The Machine, cette nouvelle édition 2013 est placée sous le signe des échanges culturels avec les Pays-Bas.

"De nos jours" par le collectif Ivan Mosjoukine © Ivan Mosjoukine.
"De nos jours" par le collectif Ivan Mosjoukine © Ivan Mosjoukine.
La vitrine de Teatro a Corte traditionnellement dédiée à une nation d’Europe a porté son regard sur cinq artistes hollandais : formes différentes et métissées, danse, performing art, vidéo, théâtre d’improvisation. 2013 est l'occasion aussi pour Turin de célébrer, avec le Treaty of Utrecht Foundation, le 300e anniversaire du traité d’Utrecht qui a apporté la paix en Europe après la guerre de succession espagnole et renforcé le rôle du Piémont, moteur durant le siècle suivant de l’unification italienne.

Le fil rouge "artistique" de cette édition sera la "Nouvelle Magie", dernière déclinaison du cirque contemporain qui sera caractérisée par plusieurs créations françaises et qui a permis une étroite collaboration avec le festival TorinoDanza e du Circolo dei Lettori.

Entre nouvelle magie (celle du spectacle) et nouveau cirque se situe le jeune collectif Ivan Mosjoukine (quatre artistes "issus" du Centre National des Arts du Cirque) qui aura l'honneur de faire l'ouverture du festival (les 5 et 6 juillet) avec un spectacle "cirque de recherche", intitulé "De nos jours. [Notes on the circus]" dans lequel prennent vie 80 vignettes sur le thème du cirque pour réaliser un manifeste artistique déstabilisant, à la base duquel il y a un principe simple et clair : tout est montré dans l'acte, sans artifices ni effets spéciaux, parce que "tout-voir-est-magique".

Yann Frisch © Christophe Trouil.
Yann Frisch © Christophe Trouil.
Deux magiciens professionnels, le finlandais Kalle Nio et le français Yann Frish seront les représentants de marque "magie nouvelle". Tout d'abord le 6 juillet, Kalle Nio donnera en première nationale "Lӓhtö/Départ", sa dernière création, habile croisement entre cirque, danse, arts visuels et magie, nous parlant d'un couple en crise immergé dans un labyrinthe de miroirs, au milieu d'un salon bourgeois avec des habits volants et des meubles suspendus. Suivra, le samedi 13 juillet, le spectacle de Yann Frish, jeune talent français, vainqueur du championnat Européen de 2011 et de celui Mondial en 2012, auquel le festival donne "carte blanche" pour un projet dédié à la figure du clown qui se jouera au Château de Rivoli.

À l'inverse, un climat bucolique se dégage dans le cirque “poétique-agricole” de l’Atelier Lefeuvre & André (13 et 14 juillet) qui, dans "La Serre", petit joyau sur l'essence de l'art circassien, accueille les spectateurs sous une vraie serre, chapiteau de clown très écologique : deux jardiniers armés de brouettes et de pelles. Même atmosphère intime avec le Danois Karl Stets qui propose un cirque extravagant trempé dans le thriller et l'horreur, "Cuerdo" (13 et 14 juillet), dans lequel il est aux prises avec 3 cordes, 9 pièges à souris prêts à se déclencher et un gramophone. Et pour finir le cirque s'allie à la danse avec Yoann Bourgeois qui revient au festival (20 juillet) avec son nouveau travail "La balance de Lévité", une forme brève qui interroge le point où le corps s'élève dans les airs, sans points d'appui, et à ce moment précis tout devient possible.

"The Big Movement" de Dries Verhoeven © Dries Verhoeven.
"The Big Movement" de Dries Verhoeven © Dries Verhoeven.
La vitrine hollandaise sera représentée par différents projets "site spécifique", entre nature et espaces urbains. Dries Verhoeven dans “The Big Movement” (5,6,7 juillet) transformera le trafic de la piazza Castello et le fourmillement des passants en une chorégraphie qui raconte l'Occident vu par les yeux d'une fillette asiatique. Boukje Schweigman (5,6,7 juillet) dans "Blow" conduit le public dans un doux espace ancestral, fait de matériaux synthétiques, pour ensuite l'emmener de façon dantesque à "revoir les étoiles" grâce au splendide paysage d'une des demeures de la famille de Savoie.

Nick Steur (12 et 13 juillet) dans "Freeze ! - Answers are blowing in the wind" jouera avec la peur infantile qui habite chacun de nous, en lui faisant découvrir la nature et la simplicité d'une insolite ballade dans un bois ou dans les pièces d'un château. Alexandra Broeder (19 et 20 juillet) réalisera "WasteLand", un parcours spécial dans lequel la surprise et l'inattendu sont le vrai moteur des actions. Les Italiens Zerogrammi ont, eux, collaboré avec le festival Oerol, dans l'île hollandaise de Tershelling, pour la réalisation de "Trattato della Lontananza" (12 juillet), un événement spécial qui unira les deux festivals.

"The Animals and the Children Took to the Streets" par 1927 © 1927.
"The Animals and the Children Took to the Streets" par 1927 © 1927.
Très attendu du festival, les anglais de 1927 (de Londres) arrivent pour la première fois en Italie avec "The Animals and the Children Took to the Streets" (19 et 20 juillet), salué par la presse britannique comme “un spectacle à la beauté irrésistible”. De retour d'une tournée en Amérique, en Chine et en Russie, la jeune compagnie propose un fulgurant mélange de cinéma d'animation, de théâtre de figure et musical de chambre (avec de la musique en direct). De l'Irlande, on attend impatiemment Colin Dunne, avec le très réussi "Out of time" (7 juillet), une course à perdre le souffle dans la danse traditionnelle irlandaise revisitée par la contemporanéité.

Au programme aussi le Teatr Polski Bielsko de Pologne. Celui-ci présentera en première nationale le spectacle "Chewingum revolution" (jeudi 11 juillet) ; de Suisse, la compagnie József Trefeli (d'origine hongroise) présentera sa nouvelle création "JINX 103", proche du parcours de Colin Dunne pour son travail de combinaison entre la danse contemporaine et les danses traditionnelles hongroises. La musique ne manquera pas au festival avec le concert "Italiani" de trois piémontais doc : Giorgio Li Calzi (compositeur), Johnson Righeira (duo Righeira), Gian Luigi Carlone (saxophoniste de Banda Osiris) dans le fascinant cadre du Palais Royal de la Venaria Reale, le 14 juillet.

"La Serre" par l'Atelier Lefeuvre & André © Pierre Borasci.
"La Serre" par l'Atelier Lefeuvre & André © Pierre Borasci.
Du 5 au 21 juillet 2013.
Informations pour le public : +39 011.5119409.
Biglietteria di Palazzo Reale,
Piazzetta Reale 1, Torino.
Du mardi au jeudi de 15 h à 19 h, vendredi à dimanche de 10 h à 19 h.
Info : +39 0114362736.

InfoPiemonte :
Tous les jours de 10 h à 18 h,
Piazza Castello 165, Torino.

Service de navette gratuit de Turin (Piazza Castello) pour les sites des spectacles.
Réservation obligatoire.

>> teatroacorte.it
>> Programme du festival en anglais

Gil Chauveau
Lundi 1 Juillet 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020