La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

La magie opère à nouveau entre le théâtre européen et les royales demeures de la famille de Savoie

05/07 au 21/07/2013, Festival International "Teatro a Corte", Turin, Italie

Teatro a Corte quatorzième ! Quand les arts de la scène dialoguent avec l'architecture et les jardins de l'époque baroque, c'est à Turin - et dans les joyaux de la couronne alentour - que cela se passe. Une nouvelle fois, l'été italien sera marqué, dans le Piémont, par une rencontre riche et variée avec le théâtre européen... avec cette année les Pays-Bas en invité d'honneur et la thématique "Nouvelle Magie" en fil rouge...



"Lähtö" par WHS © WHS/Kalle Nio.
"Lähtö" par WHS © WHS/Kalle Nio.
Dirigé par Beppe Navello, conçu et réalisé par la Fondazione Teatro Piemonte Europa (dont il est le directeur et fondateur), Teatro a Corte est un festival qui présente sur 3 week-ends 20 compagnies de 9 nationalités différentes (Danemark, Finlande, France, Hongrie, Irlande, Italie, Pologne, Pays Bas, Royaume Uni), initie 14 premières italiennes, 1 vitrine hollandaise et propose 7 créations particulières aux sites... au cœur des splendides demeures royales du Piémont : Palais Royal de Venaria Reale, Château d'Aglié, Château de Racconigi, etc.

Après une passionnante année 2012 (voir nos différentes chroniques) où l'on a pu apprécier notamment des artistes du Royaume-Uni comme Gandini Juggling et Me and The Machine, cette nouvelle édition 2013 est placée sous le signe des échanges culturels avec les Pays-Bas.

"De nos jours" par le collectif Ivan Mosjoukine © Ivan Mosjoukine.
"De nos jours" par le collectif Ivan Mosjoukine © Ivan Mosjoukine.
La vitrine de Teatro a Corte traditionnellement dédiée à une nation d’Europe a porté son regard sur cinq artistes hollandais : formes différentes et métissées, danse, performing art, vidéo, théâtre d’improvisation. 2013 est l'occasion aussi pour Turin de célébrer, avec le Treaty of Utrecht Foundation, le 300e anniversaire du traité d’Utrecht qui a apporté la paix en Europe après la guerre de succession espagnole et renforcé le rôle du Piémont, moteur durant le siècle suivant de l’unification italienne.

Le fil rouge "artistique" de cette édition sera la "Nouvelle Magie", dernière déclinaison du cirque contemporain qui sera caractérisée par plusieurs créations françaises et qui a permis une étroite collaboration avec le festival TorinoDanza e du Circolo dei Lettori.

Entre nouvelle magie (celle du spectacle) et nouveau cirque se situe le jeune collectif Ivan Mosjoukine (quatre artistes "issus" du Centre National des Arts du Cirque) qui aura l'honneur de faire l'ouverture du festival (les 5 et 6 juillet) avec un spectacle "cirque de recherche", intitulé "De nos jours. [Notes on the circus]" dans lequel prennent vie 80 vignettes sur le thème du cirque pour réaliser un manifeste artistique déstabilisant, à la base duquel il y a un principe simple et clair : tout est montré dans l'acte, sans artifices ni effets spéciaux, parce que "tout-voir-est-magique".

Yann Frisch © Christophe Trouil.
Yann Frisch © Christophe Trouil.
Deux magiciens professionnels, le finlandais Kalle Nio et le français Yann Frish seront les représentants de marque "magie nouvelle". Tout d'abord le 6 juillet, Kalle Nio donnera en première nationale "Lӓhtö/Départ", sa dernière création, habile croisement entre cirque, danse, arts visuels et magie, nous parlant d'un couple en crise immergé dans un labyrinthe de miroirs, au milieu d'un salon bourgeois avec des habits volants et des meubles suspendus. Suivra, le samedi 13 juillet, le spectacle de Yann Frish, jeune talent français, vainqueur du championnat Européen de 2011 et de celui Mondial en 2012, auquel le festival donne "carte blanche" pour un projet dédié à la figure du clown qui se jouera au Château de Rivoli.

À l'inverse, un climat bucolique se dégage dans le cirque “poétique-agricole” de l’Atelier Lefeuvre & André (13 et 14 juillet) qui, dans "La Serre", petit joyau sur l'essence de l'art circassien, accueille les spectateurs sous une vraie serre, chapiteau de clown très écologique : deux jardiniers armés de brouettes et de pelles. Même atmosphère intime avec le Danois Karl Stets qui propose un cirque extravagant trempé dans le thriller et l'horreur, "Cuerdo" (13 et 14 juillet), dans lequel il est aux prises avec 3 cordes, 9 pièges à souris prêts à se déclencher et un gramophone. Et pour finir le cirque s'allie à la danse avec Yoann Bourgeois qui revient au festival (20 juillet) avec son nouveau travail "La balance de Lévité", une forme brève qui interroge le point où le corps s'élève dans les airs, sans points d'appui, et à ce moment précis tout devient possible.

"The Big Movement" de Dries Verhoeven © Dries Verhoeven.
"The Big Movement" de Dries Verhoeven © Dries Verhoeven.
La vitrine hollandaise sera représentée par différents projets "site spécifique", entre nature et espaces urbains. Dries Verhoeven dans “The Big Movement” (5,6,7 juillet) transformera le trafic de la piazza Castello et le fourmillement des passants en une chorégraphie qui raconte l'Occident vu par les yeux d'une fillette asiatique. Boukje Schweigman (5,6,7 juillet) dans "Blow" conduit le public dans un doux espace ancestral, fait de matériaux synthétiques, pour ensuite l'emmener de façon dantesque à "revoir les étoiles" grâce au splendide paysage d'une des demeures de la famille de Savoie.

Nick Steur (12 et 13 juillet) dans "Freeze ! - Answers are blowing in the wind" jouera avec la peur infantile qui habite chacun de nous, en lui faisant découvrir la nature et la simplicité d'une insolite ballade dans un bois ou dans les pièces d'un château. Alexandra Broeder (19 et 20 juillet) réalisera "WasteLand", un parcours spécial dans lequel la surprise et l'inattendu sont le vrai moteur des actions. Les Italiens Zerogrammi ont, eux, collaboré avec le festival Oerol, dans l'île hollandaise de Tershelling, pour la réalisation de "Trattato della Lontananza" (12 juillet), un événement spécial qui unira les deux festivals.

"The Animals and the Children Took to the Streets" par 1927 © 1927.
"The Animals and the Children Took to the Streets" par 1927 © 1927.
Très attendu du festival, les anglais de 1927 (de Londres) arrivent pour la première fois en Italie avec "The Animals and the Children Took to the Streets" (19 et 20 juillet), salué par la presse britannique comme “un spectacle à la beauté irrésistible”. De retour d'une tournée en Amérique, en Chine et en Russie, la jeune compagnie propose un fulgurant mélange de cinéma d'animation, de théâtre de figure et musical de chambre (avec de la musique en direct). De l'Irlande, on attend impatiemment Colin Dunne, avec le très réussi "Out of time" (7 juillet), une course à perdre le souffle dans la danse traditionnelle irlandaise revisitée par la contemporanéité.

Au programme aussi le Teatr Polski Bielsko de Pologne. Celui-ci présentera en première nationale le spectacle "Chewingum revolution" (jeudi 11 juillet) ; de Suisse, la compagnie József Trefeli (d'origine hongroise) présentera sa nouvelle création "JINX 103", proche du parcours de Colin Dunne pour son travail de combinaison entre la danse contemporaine et les danses traditionnelles hongroises. La musique ne manquera pas au festival avec le concert "Italiani" de trois piémontais doc : Giorgio Li Calzi (compositeur), Johnson Righeira (duo Righeira), Gian Luigi Carlone (saxophoniste de Banda Osiris) dans le fascinant cadre du Palais Royal de la Venaria Reale, le 14 juillet.

"La Serre" par l'Atelier Lefeuvre & André © Pierre Borasci.
"La Serre" par l'Atelier Lefeuvre & André © Pierre Borasci.
Du 5 au 21 juillet 2013.
Informations pour le public : +39 011.5119409.
Biglietteria di Palazzo Reale,
Piazzetta Reale 1, Torino.
Du mardi au jeudi de 15 h à 19 h, vendredi à dimanche de 10 h à 19 h.
Info : +39 0114362736.

InfoPiemonte :
Tous les jours de 10 h à 18 h,
Piazza Castello 165, Torino.

Service de navette gratuit de Turin (Piazza Castello) pour les sites des spectacles.
Réservation obligatoire.

>> teatroacorte.it
>> Programme du festival en anglais

Gil Chauveau
Lundi 1 Juillet 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"L'Écume des jours"… Étonnant et détonnant !

C'est une pièce renversante montée par Claudie Russo-Pelosi à partir d'un roman qui l'est tout autant même si, de son vivant, Boris Vian n'a pas connu la popularité et la reconnaissance qu'il obtiendra ensuite. Dans une mise en scène qui s'appuie aussi sur quelques-unes de ses chansons, sur l'un de ses poèmes et sur le jazz de Duke Ellington, bousculé par un rap, l'amour entre Chloé et Colin prend une tonalité presque surréaliste en écho au style de l'artiste.

© Les Joues Rouges.
Boris Vian (1920-1959), l'homme aux mille qualités artistiques et aux mille vies. Scientifique, démarrant sa vie professionnelle à l'AFNOR (Agence Française de NORmalisation), musicien, écrivain, nouvelliste, chroniqueur, chanteur, poète, dramaturge, critique musical, directeur artistique, Satrape du collège de Pataphysique, il a touché, marqué et influencé différents domaines de l'art. Grand animateur de Saint-Germain-des-Prés où il a été l'un des premiers musiciens du célèbre Tabou, il avait pour passion le jazz et a joué un moment en tant que trompettiste dans le groupe de Claude Luter (1923-2006). Il a influencé des artistes comme Gainsbourg (1928-1991) par ses compositions et ses interprétations. Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, il a écrit aussi des romans, de type américain, dont le plus connu, "J'irai cracher sur vos tombes" (1946), lui a valu autant la célébrité que les ennuis fiscaux.

Mettre en scène un roman est toujours un exercice de réécriture et celui que la troupe "Les Joues Rouges" effectue de "L'Écume des jours" (1946) donne à l'œuvre une lecture théâtrale vive, condensée et musicale. Le roman a eu une reconnaissance tardive, bien après la mort de l'écrivain et bien qu'il ait eu l'appui de Raymond Queneau (1903-1976) et de Jean-Paul Sartre (1905-1980) lors de sa parution. Il a été écrit très rapidement, de mars à mai 1946. C'est une histoire d'amitiés, de désirs, d'amours, de maladie, de mort, de solitude et de couples autour, entre autres, de Chloé (Lou Tilly) et Colin (Ethan Oliel), de Chick (Stéphane Piller) et Alise (Aurore Streich).

Safidin Alouache
04/08/2022
Spectacle à la Une

"L'Alchimiste" Un bien joli voyage théâtral !

Dans une création théâtrale du célèbre roman de Paulo Coelho, le metteur en scène comédien Benjamin Bouzy réussit à créer, dans une simple mais belle scénographie, un voyage autant intérieur qu'extérieur de Santiago, en quête de sa vérité, qui découvre le monde avec ses secrets, ses trésors et ses surprises.

© Matthieu Lionnard.
C'est le mariage d'un conte philosophique, celui de "L'Alchimiste" ("O Alquimista", 1988) de Paulo Coelho et du théâtre, mis en scène par Benjamin Bouzy. À la recherche de sa légende personnelle, pour reprendre les termes de l'auteur brésilien, avec son langage du cœur, ses signes et à la découverte de l'âme du monde, le berger andalou Santiago (Benjamin Bouzy) nous mène du Maroc vers les pyramides d'Égypte en passant par le Sahara. C'est un véritable concentré de poésie et d'actions.

La voix claire, sans tension durant toute la représentation, Santiago porte avec lui le "mektoub", à savoir "ce qui est écrit" comme un parfum de fatalité plein d'espoir. Bien avant qu'il réalise ce que c'est réellement, il l'habite avec quiétude et parfois inquiétude dans les multiples événements qu'il vit. Sa voix, durant ceux-ci, fait l'écho d'une certaine fragilité à la fois poétique et naïve.

L'histoire est racontée au fil de l'eau par deux conteurs, Myriam Anbare et Fabien Floris, qui jouent aussi, à eux deux, tous les autres rôles. Seul Benjamin Bouzy reste dans son personnage. Cette découpe entre conte et actions, récit et situations donnent à la pièce une double dimension avec la parole et l'écrit, le théâtre et le roman. Les actions s'enchaînent dans des tableaux avec, pour chacun, leur décor et leur ambiance. Nous sommes ainsi projetés dans un ailleurs situé dans plusieurs lieux avec un récit qui se décline sous différentes conjugaisons.

Safidin Alouache
06/09/2022
Spectacle à la Une

"Le Dépôt Amoureux" Ou l'art de revisiter de façon tout autant scientifique qu'humoristique le mystère de l'amour et du désamour

Associer avec justesse et inventivité une narration légèrement décalée - du fait de la transposition du traumatisme de la rupture amoureuse d'un patient nommé Noé dans le milieu hospitalier puis dans un centre de rééducation du cœur - et la danse, dont les chorégraphies exprimées peuvent nous mener, selon les interprétations de chacun, dans les méandres du cerveau où s'affrontent les sentiments opposés issus du chagrin d'amour, ou plus exactement de la maladie intitulée ici avec humour… le "Separatus Brutus", telle est la folle création théâtrale, ludique, dynamique et cocasse de la Cie Tout le monde n'est pas normal… Et on veut bien le croire !

© Festival Toi, moi and Co & Ema Martin.
Sur scène, un patient accoutré en mode opératoire d'un linge blanc et entouré de blouses tout aussi blanches qu'on imagine être celles d'une chirurgienne et de quelques autres personnels de santé. L'opéré, Noé, naufragé du cœur après avoir navigué sur l'arche du bonheur, a subi une rupture tout aussi cardiaque que mentale, maladie connue sous le nom évocateur - bien qu'à consonance latine - de "Separatus Brutus".

L'opération chirurgicale est représentée de façon abstraite par le retrait de filaments rouges dans le dos de notre dépité amoureux sous anesthésie. Énumération des actes pratiqués et des suites prévues, envisagés en usant de termes scientifiques propres à consolider la véracité de l'acte médical. C'est la première fois que Noé est atteint de ce mal. Dans son cas, l'annonce de la "fracturation" s'est faite sur l'oreiller avec malheureusement pour lui l'option "rester amoureux" ! Noé, rescapé, survivant, d'un naufrage sentimental.

Diagnostiquer, narrer comme s'il s'agissait d'une opération cardiaque, à cœur "en mal d'amour" ouvert. Après l'intervention vient le temps de la convalescence, direction un centre de rééducation du cœur faisant aussi office d'unité expérimentale de recherche sur le "Separatus Brutus". Dans ce lieu, véritable "dépôt amoureux", on imagine aisément un hangar dans lequel on retrouve des personnages errant comme des âmes en peine. Noé va donc y faire des rencontres nocturnes, issus de son imaginaire… ou pas !

Gil Chauveau
21/09/2022