La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

La machine de Turing… Sexe et secret d'État

La pièce de Benoît Solès, dans une mise en scène qui mêle narration et temps présent, met en lumière la vie d'un savant dont l'Histoire avait oublié les faits d'armes ayant permis d'accélérer la victoire des alliés durant la Seconde Guerre mondiale.



© Émilie Brouchon.
© Émilie Brouchon.
Alan Turing (1912-1954) est peu connu du grand public. Il fut le quasi-inventeur de l'informatique en y créant ses prémisses avec la machine de Turing (1936) et joua un rôle majeur durant la Seconde Guerre mondiale dans le domaine de la cryptanalyse.

Héros oublié du peuple des ombres, pour reprendre l'expression de Malraux (1901-1976) en hommage à la résistance lors de son discours (19 décembre 1964) d'intronisation au Panthéon de Jean Moulin (1899-1943), il réussit à déchiffrer les messages nazis envoyés par la machine Enigma. L'Histoire n'a que rarement de la gratitude, le Pouvoir jamais. Traîné devant les tribunaux anglais pour affaires de mœurs car homosexuel, il fut condamné en 1952 et préféra la castration chimique pour éviter la prison.

Sur les planches, deux protagonistes se font face dans une relation basée sur la tension et la suspicion. On s'embrasse aussi dans des débats amoureux. Il y a trois moments forts, ceux du récit, du trouble et de l'émotion, dans lesquels les protagonistes ont une nature, un profil différent selon les situations.

© Émilie Brouchon.
© Émilie Brouchon.
La mise en scène de Tristan Petitgirard laisse apparaître, en avant-scène, le positionnement narratif du principal protagoniste. Alan Turing (Benoît Solès) est vu au travers de deux échelles de temps, l'une au présent et l'autre au passé, basculant de l'une à l'autre via des ruptures de jeu, comme si les événements devenaient révolus et que le mode récitatif s'ancrait au milieu de ceux-ci, faisant ainsi du savant l'orateur de son propre destin. Amaury de Crayencourt incarne différents personnages allant d'un amoureux passager à celui accablant Turing au tribunal, jusqu'à celui d'un représentant de police. Il est autant la loi que la victime blanchie.

Les événements deviennent historiques via la narration. L'émotion est ainsi autre car Turing est le propre conteur de ceux-ci, passant ainsi d'un être vivant à celui d'une légende inscrite dans l'Histoire. Le "je" prend les commandes, le "il" n'intervient presque jamais. Nous le découvrons avec sa difficulté d'expression, sa timidité, ses maladresses, ses tics corporels dévoilant un être en proie à une fragilité mais assumant son identité sexuelle. Il n'avait jamais caché son orientation sexuelle à une époque où l'homosexualité était considérée comme perversion et passible de lourdes condamnations.

© Émilie Brouchon.
© Émilie Brouchon.
Nombre d'historiens pensent que Turing aurait fait abréger de deux années la Seconde Guerre mondiale. Difficile de spéculer là-dessus mais il a sans doute sauvé des centaines de milliers voire des millions de vies. Les dossiers ont été déclassifiés et son rôle considérable est connu depuis seulement une vingtaine d'années. Le 24 décembre 2013, la reine Elisabeth II signe un acte royal de clémence déclarant sa condamnation "injuste et discriminatoire" et son visage ornera en 2022 les billets anglais de 50 £. Juste récompense d'un homme qui a bousculé ce grand conflit mondial et ensuite la vie de chacun d'entre nous.

"La machine de Turing"

© Fabienne Rappeneau.
© Fabienne Rappeneau.
Pièce de Benoît Soles, inspirée par la pièce "Breaking the code", de Hugh Withemore, basée sur "Alan Turing The Enigma" d'Andrew Hodges.
Mise en scène : Tristan Petitgirard.
Assistante mise en scène : Anne Plantey.
Avec : Benoît Soles ou Matyas Simon, Amaury de Crayencour ou Éric Pucheu.
Décor : Olivier Prost.
Costumes : Virginie H.
Lumières : Denis Schlepp.
Musique : Romain Trouillet.
Vidéo : Mathias Delfau.
Durée du spectacle : 1 h 30.

Jusqu'au 4 janvier 2020.
Du mardi au samedi à 21 h.
Théâtre Michel, Paris 8e, 01 42 65 35 02.
>> theatre-michel.fr

Safidin Alouache
Vendredi 9 Août 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020