La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

La Revue Du Spectacle a 22 ans et trois mois… Bientôt une Révolution s’annonce !

Il y a tout juste 22 ans (le 1er avril 1989), La Revue Du Spectacle naissait. Un "fou-passionné", du nom de Gil Chauveau, avait décidé, avec une équipe composée d’abord d’une poignée de personnes, de créer le premier magazine destiné à l'ensemble du spectacle vivant.



La Revue Du Spectacle a 22 ans et trois mois… Bientôt une Révolution s’annonce !
Jusque-là, un même support ne parlait pas à la fois de théâtre et de cirque, de chanson et d’arts de la rue. Disons qu’en 1989, ce n’était pas encore une pratique entrée dans les mœurs que de considérer une pièce de la Comédie Française au même titre que les spectacles du clown Buffo. Dès les premiers numéros, elle s'adressa à la fois aux professionnels du Spectacle et au grand public, ce dernier se trouvant plus concerné lorsque le magazine fut diffusé en kiosque. Depuis quelques années, le support papier n’existe plus et la RDS est devenue un site (loi du marché oblige !).

Aujourd’hui, la RDS s’est offert un lifting, anciens et nouveaux rédacteurs ont concocté quelques bonnes surprises prévues pour la rentrée de septembre : entre autres s’annonce la création de nouvelles rubriques passionnantes, interactives et surtout… innovantes ! Entre web radio et vidéo, contenu de qualité et coups de gueule, la rentrée va être riche.

Enfin, l’avantage de la maturité, c’est qu’on a une histoire et surtout des archives qu’on a envie de vous faire partager. Pour fêter cet anniversaire du 1er juillet, un article (à titre exceptionnel sous cette forme) vous est présenté. Plus tard, une rubrique "archives" sera mise place.

Il s'agit ici d'une interview, accompagnée d'un article sur Léo Ferré, à l’occasion d’un numéro spécial sorti entre décembre 1990 et janvier 1991. Comment résister au plaisir de fêter notre anniversaire en compagnie d'un tel Monsieur ? On espère que vous partagerez avec autant d'émotion que nous cette (re)lecture... Sheila Louinet.

"Léo Ferré : le vieux copain"

Première de couverture du magazine La Revue du Spectacle, n°spécial de décembre 90 et janvier 91
Première de couverture du magazine La Revue du Spectacle, n°spécial de décembre 90 et janvier 91
Léo Ferré est de nouveau présent sur tous les tableaux. Un récital au TLP Dejazet, un nouvel album quasi lyrique avec l'Orchestre Symphonique de Milan et son "Opéra du pauvre" mis en scène par le Zygom Théâtre.
Avec dans l'âme le souvenir de ses vieux copains.


Égal à lui-même, le lion s'est à nouveau dressé sur la scène du TLP qu'il fréquente régulièrement "par amour et amitié" depuis 1983.
Son nouveau spectacle comprend l'intégralité des chansons du compact et commence avec un texte en forme de règlement de compte : Vison l'éditeur. Comme toujours Ferré passe des chansons au piano et aux chansons accompagnées par bande. Le travail effectué avec l'orchestre symphonique est colossal et une ré-écoute des chansons chez soi, après le spectacle, est un véritable plaisir.
Le discours de Léo Ferré est toujours plein d'amour et de respect, du respect de l'autre, du respect de la poésie et de l'amitié.
Rencontré, il y a quelque temps à Tours, par Christian Panvert, celui-ci nous livre les réflexions de cette entrevue.




Pages 4 et 5 du magazine La Revue du Spectacle, n°spécial de décembre 90 et janvier 91
Pages 4 et 5 du magazine La Revue du Spectacle, n°spécial de décembre 90 et janvier 91
CP. - On vous a dit un jour "Léo, tu es anarchiste et pourtant tu t'arrêtes au feu rouge". Être anarchiste, c'est respecter ceux qui passent au vert ?

Léo Ferré - Je me respecte et je respecte l'autre avant toute chose. Si je décide de vivre en cité, il faut que je fasse attention à l'autre. Je ne suis pas anarchiste, je suis quelqu'un qui aime. C'est tout et c'est différent. Ça ne perd rien de faire l'effort d'aimer l'autre, et ça arrange tout.

C P. - Si Rimbaud existait encore, ferait-il du rock ?

L. F. - Je crois plutôt qu'il cracherait dessus avant de s'en aller. Le rock n'est qu'une musique à la gloire du percussionniste. Je dis percussionniste parce que je suis musicien. Mais certains disent batteur. C'est péjoratif … Le rock n'est qu'une musique à la gloire du batteur.

C P. - La folie est-elle la marque indélébile de la vérité ?

L. F. - La folie, c'est de ne pas être dans la rue avec les autres, c'est de ne pas être dans le texte, c'est aussi croire au Père Noël de l'intelligence.

CP. - Pour Léo Ferré "la musique est la charrette qui véhicule la poésie dans l'oreille de tous" ?

L. F. - Je m'en suis rendu compte en 1957 lorsque j'ai sorti un disque pour le centenaire des "Fleurs du mal". Beaucoup de gens ont découvert Baudelaire grâce à ce disque. Actuellement plus personne ne lit la poésie. Si Baudelaire, Rimbaud, Verlaine vivaient à l’heure actuelle, on les aurait appelés des auteurs-compositeurs-interprètes. (rire) "

CP. - Un jour Victor Hugo a pourtant écrit "interdit de déposer de la musique le long de mes vers"

L F. - C'est pour cela que je n'ai jamais chanté Hugo. Je crois qu'il avait fait ça contre Béranger (le chansonnier) parce qu'il avait mis de la musique sur ses vers. Je n'étais pas content quand je l'ai appris. Il m'emmerde ce type. Ce que j'aurai eu à lui répondre serait "défense de mettre des vers sur ma musique".

"L'opéra du pauvre"

Pages 4 et 5 du magazine La Revue du Spectacle, n°spécial de décembre 90 et janvier 91
Pages 4 et 5 du magazine La Revue du Spectacle, n°spécial de décembre 90 et janvier 91
Léo Ferré, lui, semble beaucoup plus tolérant. L'Opéra du pauvre dont "la mise en scène n'était pas à envisager" en est l'exemple flagrant. Cet opéra, que Ferré avait enregistré sur disque, n'avait jamais été monté. Un jour, Franck Ramon vient lui demander l'autorisation de le mettre en scène. Ferré, séduit par la passion du toulousain donne son accord. Commence, là, une longue aventure qui enthousiasmera Ferré et qui aboutira sur la scène du TLP du 27 novembre au 9 décembre.
"Ils ont réinventé mon œuvre !" déclara-t-il. Pour en arriver là, Frank Ramon et le Zygom Théâtre ont remué ciel et terre. Après avoir obtenu l'autorisation de Ferré accompagnée d'une seule consigne, ne toucher ni au texte, ni à la musique, ils vont se battre pendant quatre ans pour monter l'opéra avec de superbes décors, des costumes appropriés à l'ambiance du spectacle et une vingtaine de comédiens et techniciens. La première aura lieu, en présence de Léo Ferré, le 29 mars 1989 à Castres. C'est le succès et le pari est gagné. Ferré est convaincu et il écrira à Hervé Trinquier, le directeur du TLP pour lui faire part de son sentiment et pour essayer de monter la pièce à Paris.
Mais qu'est-ce que cet opéra hors du commun que Ferré n'imaginait pas sur scène ?

La Nuit, soupçonnée d'avoir supprimé la Dame Ombre, est amenée devant le juge d'instruction aux fins d'inculpation de meurtre. Elle ne peut répondre qu'en présence de son avocat, le Hibou, bien sûr ... Il y a plusieurs témoins à charge qui affirment avoir vu la Dame Nuit supprimer la Dame Ombre, juste comme le soleil se couchait entre chien et loup. L'ennui pour l'instruction est qu'on ne retrouve pas la disparue - morte ou vive - et qu'on ne peut faire supporter à la Nuit que des présomptions, très lourdes, certes, mais insuffisantes. Les témoins à décharge viennent, nombreux, dire tout le bien que leur fait Dame Nuit, et ce sont eux qui finalement l'emporteront, au petit jour, dès que le soleil pointera et que l'ombre réapparaîtra s'enfuyant avec eux ... empaillés comme des hiboux ...

La mise en scène de F. Ramon donne à ce texte une véritable dimension de théâtre poétique. Tout est construit autour d'une même ambiance, celle d'un jugement où la nuit est à la barre des accusés. Le décor composé de volumes cubiques permet aux comédiens d'évoluer, monter et descendre suivant le jeu et leur position hiérarchique du moment. Les costumes de Marithe et François Girbaud donnent une seconde peau à chacun des personnages-animaux qui interviennent tout au long du procès. Tous ceux qui aiment Ferré et son œuvre retrouveront dans cette adaptation son univers. Le parti de proposer cette pièce à Paris est forcément risqué puisque Ferré ne fait pas parti du spectacle. C'est là le pari du Zygom théâtre, du TLP et de Léo. Alors pari tenu !
G. CHAUVEAU et C.PANVERT pour l'interview.

Vendredi 1 Juillet 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022