La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"La Belle Hélène" au Châtelet, cocus en stock à Sparte

Nouvelle production au Théâtre du Châtelet de "La Belle Hélène", la pochade Second Empire de Jacques Offenbach, jusqu'au 22 juin 2015. Un spectacle très réussi grâce au duo Corsetti/Sorin à la mise en scène et à un plateau vocal en folie dominé par la grande mezzo Gaëlle Arquez.



© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
Cette "Belle Hélène" qui faisait au (premier) siècle dernier les délices annuelles des théâtres de nos provinces, et dont les airs comiques sont encore dans toutes les mémoires (mais si ! "Je suis l'époux de la reine, pou de la reine, pou de la reine" chanté par le cocu Ménélas - comme chacun sait depuis Homère), est une œuvre réjouissante du plus français des compositeurs allemands Jacques Offenbach, né Jacob O. Jean-Luc Choplin y voit l'ancêtre du musical dont s'est fait une spécialité son théâtre. Le Châtelet l'a donc tout naturellement choisie pour clore en beauté la saison.

Créé en 1864 au Théâtre des Variétés pour faire se gondoler le bourgeois parvenu du Second Empire, l'opéra bouffe - voire même opérette - reprend la recette du plus gros succès d'Offenbach, "Orphée aux Enfers" : une musique tantôt pompière tantôt délicate sur un livret au sujet graveleux à peine voilé par la parodie mythologique. Certains critiques (et Zola dans Nana) crièrent au scandale mais le succès fut indéniable et on se rua en bandes dans le monde entier pour admirer les formes avantageuses d'Hélène/Hortense Schneider séduite par le beau Pâris déguisé en berger et la déconfiture de "l'époux de la reine" de Sparte, Ménélas. À Paris, on ne bouda pas non plus son plaisir : treize ans après le coup d'État de ce Jupin (1) de Napoléon III, on pouvait commencer à se détendre. La belle Hélène ne chante-t-elle pas "C'est la fatalité/Allons souper !".

© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
L'œuvre est drolatique, divertissante et parfois les beautés de la mélodie font vraiment mouche mais admettons-le complètement inepte. Heureusement, quand un duo créatif s'empare de la mise en scène et que les chanteurs ne sont pas en reste, le public moderne passe une très bonne soirée… n'était un orchestre poussif.

Multipliant les anachronismes loufoques et les allusions souriantes "queer", Giorgio Barberio Corsetti et son complice Pierrick Sorin recyclent leur dispositif vidéo déjà apprécié dans "Pop'péa" et "La Pietra del paragone", spectacles donnés au Châtelet par le passé. Au moyen de maquettes et d'incrustations vidéo, la scène est projetée sur des écrans géants donnant à voir les chanteurs dans les décors et les attitudes les plus folles. Comme si les personnages d'un tableau pompier de Thomas Couture, genre "Les Romains de la décadence", s‘animaient soudain sous nos yeux en une vraie frénésie burlesque. C'est du meilleur effet.

© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
Dominant la production de sa beauté torride et de sa voix royale, Gaëlle Arquez est une Hélène rêvée, autant à l'aise avec les difficultés de la partition (il en est) qu'avec le brio de son personnage - caractérisé ici quelque part entre l'Audrey Hepburn de "Vacances romaines" et une cocotte façon "Les Feux de l'amour". Les autres chanteurs sont plutôt à l'avenant. On rit beaucoup aux facéties des grotesques Calchas, Ménélas et Agamemnon ("Le roi barbu qui s'avance, bu qui s'avance, bu qui s'avance") - irrésistibles Jean-Philippe Lafont, Gilles Ragon et Marc Barrard. Si l'accent du ténor turc Merto Sungu gêne dans les passages parlés, son chant et son allant finissent par emporter notre adhésion (même si un zeste d'ennui pointe au milieu du second acte, la faute au livret). Seul bémol, l'Oreste du contre-ténor américain Kangmin Justin Kim - encore dans un rôle de garnement après son Orlosky à l'Opéra Comique (2) - qui bredouille chant et paroles dans un français plus qu'approximatif. C'est Offenbach qu'on assassine.

(1) Jupiter c'est "Jupin" dans le livret.
(2) Dans "La Chauve-Souris" de Johann Strauss.

© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
Spectacle vu le 2 juin 2015.
Jusqu'au 22 juin 2015.
Lundi, mercredi et vendredi à 20 h, dimanche 14 à 16 h, dimanche 21 à 15 h.
Sur Arte en direct le 21 juin à 15 h et sur concert.arte.tv à partir du 22 juin.
Retransmis sur France Musique le 27 juin à 19 h.

Théâtre du Châtelet, 01 40 28 28 40.
2, rue Edouard Colonne, Paris 1er.
>> chatelet-theatre.com

"La Belle Hélène" (1864).
Opéra-bouffe en trois actes.
Musique de Jacques Offenbach (1819-1880).
Livret de H. Meilhac et L. Halévy.
Durée : 2 h 40 avec entractes.

© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
Lorenzo Viotti, direction musicale.
Giorgio Barberio Corsetti et Pierrick Sorin, mise en scène, scénographie et vidéo.
Cristian Taraborrelli, costumes.
Raphaëlle Boitel, chorégraphie.
Gianluca Cappelletti, lumières.

Gaëlle Arquez, Hélène reine de Sparte.
Merto Sungu, Pâris fils de Priam.
Gilles Ragon, Ménélas roi de Sparte.
Marc Barrard, Agamemnon roi d'Argos.
Jean-Philippe Lafont, Calchas grand augure de Jupiter.
Kangmin Justin Kim, Oreste fils d'Agamemnon.
Mark van Arsdale, Achille roi de Phtiotide.
Raphaël Brémard, Ajax I roi de Salamine.
Franck Lopez, Ajax II roi des Locriens.
Jennifer Michel, Bacchis suivante d'Hélène.
Je Ni Kim, Parthoenis courtisane.
Rachel Redmond, Léoena courtisane.
Olivier Podesta, Philocôme (rôle parlé).
Renaud de Rugy, Euthyclès (rôle parlé).

Orchestre Prométhée.
Chœur du Châtelet.
Alexandre Piquion, Chef de chœur.

Christine Ducq
Mercredi 10 Juin 2015


1.Posté par Pufajol le 28/06/2015 10:29 (depuis mobile)
Spectacle visible sur Arte concert: http://concert.arte.tv/fr/la-belle-helene-au-theatre-du-chatelet

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019