La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"La Belle Hélène" au Châtelet, cocus en stock à Sparte

Nouvelle production au Théâtre du Châtelet de "La Belle Hélène", la pochade Second Empire de Jacques Offenbach, jusqu'au 22 juin 2015. Un spectacle très réussi grâce au duo Corsetti/Sorin à la mise en scène et à un plateau vocal en folie dominé par la grande mezzo Gaëlle Arquez.



© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
Cette "Belle Hélène" qui faisait au (premier) siècle dernier les délices annuelles des théâtres de nos provinces, et dont les airs comiques sont encore dans toutes les mémoires (mais si ! "Je suis l'époux de la reine, pou de la reine, pou de la reine" chanté par le cocu Ménélas - comme chacun sait depuis Homère), est une œuvre réjouissante du plus français des compositeurs allemands Jacques Offenbach, né Jacob O. Jean-Luc Choplin y voit l'ancêtre du musical dont s'est fait une spécialité son théâtre. Le Châtelet l'a donc tout naturellement choisie pour clore en beauté la saison.

Créé en 1864 au Théâtre des Variétés pour faire se gondoler le bourgeois parvenu du Second Empire, l'opéra bouffe - voire même opérette - reprend la recette du plus gros succès d'Offenbach, "Orphée aux Enfers" : une musique tantôt pompière tantôt délicate sur un livret au sujet graveleux à peine voilé par la parodie mythologique. Certains critiques (et Zola dans Nana) crièrent au scandale mais le succès fut indéniable et on se rua en bandes dans le monde entier pour admirer les formes avantageuses d'Hélène/Hortense Schneider séduite par le beau Pâris déguisé en berger et la déconfiture de "l'époux de la reine" de Sparte, Ménélas. À Paris, on ne bouda pas non plus son plaisir : treize ans après le coup d'État de ce Jupin (1) de Napoléon III, on pouvait commencer à se détendre. La belle Hélène ne chante-t-elle pas "C'est la fatalité/Allons souper !".

© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
L'œuvre est drolatique, divertissante et parfois les beautés de la mélodie font vraiment mouche mais admettons-le complètement inepte. Heureusement, quand un duo créatif s'empare de la mise en scène et que les chanteurs ne sont pas en reste, le public moderne passe une très bonne soirée… n'était un orchestre poussif.

Multipliant les anachronismes loufoques et les allusions souriantes "queer", Giorgio Barberio Corsetti et son complice Pierrick Sorin recyclent leur dispositif vidéo déjà apprécié dans "Pop'péa" et "La Pietra del paragone", spectacles donnés au Châtelet par le passé. Au moyen de maquettes et d'incrustations vidéo, la scène est projetée sur des écrans géants donnant à voir les chanteurs dans les décors et les attitudes les plus folles. Comme si les personnages d'un tableau pompier de Thomas Couture, genre "Les Romains de la décadence", s‘animaient soudain sous nos yeux en une vraie frénésie burlesque. C'est du meilleur effet.

© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
Dominant la production de sa beauté torride et de sa voix royale, Gaëlle Arquez est une Hélène rêvée, autant à l'aise avec les difficultés de la partition (il en est) qu'avec le brio de son personnage - caractérisé ici quelque part entre l'Audrey Hepburn de "Vacances romaines" et une cocotte façon "Les Feux de l'amour". Les autres chanteurs sont plutôt à l'avenant. On rit beaucoup aux facéties des grotesques Calchas, Ménélas et Agamemnon ("Le roi barbu qui s'avance, bu qui s'avance, bu qui s'avance") - irrésistibles Jean-Philippe Lafont, Gilles Ragon et Marc Barrard. Si l'accent du ténor turc Merto Sungu gêne dans les passages parlés, son chant et son allant finissent par emporter notre adhésion (même si un zeste d'ennui pointe au milieu du second acte, la faute au livret). Seul bémol, l'Oreste du contre-ténor américain Kangmin Justin Kim - encore dans un rôle de garnement après son Orlosky à l'Opéra Comique (2) - qui bredouille chant et paroles dans un français plus qu'approximatif. C'est Offenbach qu'on assassine.

(1) Jupiter c'est "Jupin" dans le livret.
(2) Dans "La Chauve-Souris" de Johann Strauss.

© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
Spectacle vu le 2 juin 2015.
Jusqu'au 22 juin 2015.
Lundi, mercredi et vendredi à 20 h, dimanche 14 à 16 h, dimanche 21 à 15 h.
Sur Arte en direct le 21 juin à 15 h et sur concert.arte.tv à partir du 22 juin.
Retransmis sur France Musique le 27 juin à 19 h.

Théâtre du Châtelet, 01 40 28 28 40.
2, rue Edouard Colonne, Paris 1er.
>> chatelet-theatre.com

"La Belle Hélène" (1864).
Opéra-bouffe en trois actes.
Musique de Jacques Offenbach (1819-1880).
Livret de H. Meilhac et L. Halévy.
Durée : 2 h 40 avec entractes.

© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
Lorenzo Viotti, direction musicale.
Giorgio Barberio Corsetti et Pierrick Sorin, mise en scène, scénographie et vidéo.
Cristian Taraborrelli, costumes.
Raphaëlle Boitel, chorégraphie.
Gianluca Cappelletti, lumières.

Gaëlle Arquez, Hélène reine de Sparte.
Merto Sungu, Pâris fils de Priam.
Gilles Ragon, Ménélas roi de Sparte.
Marc Barrard, Agamemnon roi d'Argos.
Jean-Philippe Lafont, Calchas grand augure de Jupiter.
Kangmin Justin Kim, Oreste fils d'Agamemnon.
Mark van Arsdale, Achille roi de Phtiotide.
Raphaël Brémard, Ajax I roi de Salamine.
Franck Lopez, Ajax II roi des Locriens.
Jennifer Michel, Bacchis suivante d'Hélène.
Je Ni Kim, Parthoenis courtisane.
Rachel Redmond, Léoena courtisane.
Olivier Podesta, Philocôme (rôle parlé).
Renaud de Rugy, Euthyclès (rôle parlé).

Orchestre Prométhée.
Chœur du Châtelet.
Alexandre Piquion, Chef de chœur.

Christine Ducq
Mercredi 10 Juin 2015


1.Posté par Pufajol le 28/06/2015 10:29 (depuis mobile)
Spectacle visible sur Arte concert: http://concert.arte.tv/fr/la-belle-helene-au-theatre-du-chatelet

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022