La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"La Belle Hélène" au Châtelet, cocus en stock à Sparte

Nouvelle production au Théâtre du Châtelet de "La Belle Hélène", la pochade Second Empire de Jacques Offenbach, jusqu'au 22 juin 2015. Un spectacle très réussi grâce au duo Corsetti/Sorin à la mise en scène et à un plateau vocal en folie dominé par la grande mezzo Gaëlle Arquez.



© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
Cette "Belle Hélène" qui faisait au (premier) siècle dernier les délices annuelles des théâtres de nos provinces, et dont les airs comiques sont encore dans toutes les mémoires (mais si ! "Je suis l'époux de la reine, pou de la reine, pou de la reine" chanté par le cocu Ménélas - comme chacun sait depuis Homère), est une œuvre réjouissante du plus français des compositeurs allemands Jacques Offenbach, né Jacob O. Jean-Luc Choplin y voit l'ancêtre du musical dont s'est fait une spécialité son théâtre. Le Châtelet l'a donc tout naturellement choisie pour clore en beauté la saison.

Créé en 1864 au Théâtre des Variétés pour faire se gondoler le bourgeois parvenu du Second Empire, l'opéra bouffe - voire même opérette - reprend la recette du plus gros succès d'Offenbach, "Orphée aux Enfers" : une musique tantôt pompière tantôt délicate sur un livret au sujet graveleux à peine voilé par la parodie mythologique. Certains critiques (et Zola dans Nana) crièrent au scandale mais le succès fut indéniable et on se rua en bandes dans le monde entier pour admirer les formes avantageuses d'Hélène/Hortense Schneider séduite par le beau Pâris déguisé en berger et la déconfiture de "l'époux de la reine" de Sparte, Ménélas. À Paris, on ne bouda pas non plus son plaisir : treize ans après le coup d'État de ce Jupin (1) de Napoléon III, on pouvait commencer à se détendre. La belle Hélène ne chante-t-elle pas "C'est la fatalité/Allons souper !".

© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
L'œuvre est drolatique, divertissante et parfois les beautés de la mélodie font vraiment mouche mais admettons-le complètement inepte. Heureusement, quand un duo créatif s'empare de la mise en scène et que les chanteurs ne sont pas en reste, le public moderne passe une très bonne soirée… n'était un orchestre poussif.

Multipliant les anachronismes loufoques et les allusions souriantes "queer", Giorgio Barberio Corsetti et son complice Pierrick Sorin recyclent leur dispositif vidéo déjà apprécié dans "Pop'péa" et "La Pietra del paragone", spectacles donnés au Châtelet par le passé. Au moyen de maquettes et d'incrustations vidéo, la scène est projetée sur des écrans géants donnant à voir les chanteurs dans les décors et les attitudes les plus folles. Comme si les personnages d'un tableau pompier de Thomas Couture, genre "Les Romains de la décadence", s‘animaient soudain sous nos yeux en une vraie frénésie burlesque. C'est du meilleur effet.

© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
Dominant la production de sa beauté torride et de sa voix royale, Gaëlle Arquez est une Hélène rêvée, autant à l'aise avec les difficultés de la partition (il en est) qu'avec le brio de son personnage - caractérisé ici quelque part entre l'Audrey Hepburn de "Vacances romaines" et une cocotte façon "Les Feux de l'amour". Les autres chanteurs sont plutôt à l'avenant. On rit beaucoup aux facéties des grotesques Calchas, Ménélas et Agamemnon ("Le roi barbu qui s'avance, bu qui s'avance, bu qui s'avance") - irrésistibles Jean-Philippe Lafont, Gilles Ragon et Marc Barrard. Si l'accent du ténor turc Merto Sungu gêne dans les passages parlés, son chant et son allant finissent par emporter notre adhésion (même si un zeste d'ennui pointe au milieu du second acte, la faute au livret). Seul bémol, l'Oreste du contre-ténor américain Kangmin Justin Kim - encore dans un rôle de garnement après son Orlosky à l'Opéra Comique (2) - qui bredouille chant et paroles dans un français plus qu'approximatif. C'est Offenbach qu'on assassine.

(1) Jupiter c'est "Jupin" dans le livret.
(2) Dans "La Chauve-Souris" de Johann Strauss.

© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
Spectacle vu le 2 juin 2015.
Jusqu'au 22 juin 2015.
Lundi, mercredi et vendredi à 20 h, dimanche 14 à 16 h, dimanche 21 à 15 h.
Sur Arte en direct le 21 juin à 15 h et sur concert.arte.tv à partir du 22 juin.
Retransmis sur France Musique le 27 juin à 19 h.

Théâtre du Châtelet, 01 40 28 28 40.
2, rue Edouard Colonne, Paris 1er.
>> chatelet-theatre.com

"La Belle Hélène" (1864).
Opéra-bouffe en trois actes.
Musique de Jacques Offenbach (1819-1880).
Livret de H. Meilhac et L. Halévy.
Durée : 2 h 40 avec entractes.

© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
© Théâtre du Châtelet/Marie-Noëlle Robert.
Lorenzo Viotti, direction musicale.
Giorgio Barberio Corsetti et Pierrick Sorin, mise en scène, scénographie et vidéo.
Cristian Taraborrelli, costumes.
Raphaëlle Boitel, chorégraphie.
Gianluca Cappelletti, lumières.

Gaëlle Arquez, Hélène reine de Sparte.
Merto Sungu, Pâris fils de Priam.
Gilles Ragon, Ménélas roi de Sparte.
Marc Barrard, Agamemnon roi d'Argos.
Jean-Philippe Lafont, Calchas grand augure de Jupiter.
Kangmin Justin Kim, Oreste fils d'Agamemnon.
Mark van Arsdale, Achille roi de Phtiotide.
Raphaël Brémard, Ajax I roi de Salamine.
Franck Lopez, Ajax II roi des Locriens.
Jennifer Michel, Bacchis suivante d'Hélène.
Je Ni Kim, Parthoenis courtisane.
Rachel Redmond, Léoena courtisane.
Olivier Podesta, Philocôme (rôle parlé).
Renaud de Rugy, Euthyclès (rôle parlé).

Orchestre Prométhée.
Chœur du Châtelet.
Alexandre Piquion, Chef de chœur.

Christine Ducq
Mercredi 10 Juin 2015


1.Posté par Pufajol le 28/06/2015 10:29 (depuis mobile)
Spectacle visible sur Arte concert: http://concert.arte.tv/fr/la-belle-helene-au-theatre-du-chatelet

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022