La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

La 7e fonction du langage... Qui a tué Roland Barthes ?

"La 7e fonction du langage", en tournée

Avec le roman de Laurent Binet, Sylvain Maurice nous emmène dans un univers où les protagonistes sont des intellectuels phares qui ont marqué leur époque dans une course-poursuite à la recherche d'une vérité qui n'en est peut-être pas une.



© Elizabeth Carecchio.
© Elizabeth Carecchio.
Mais quelle est donc cette septième fonction ? Pour nous éclairer, les six fonctions du langage du linguiste Roman Jakobson (1896-1982) sont convoquées dès le début de l'enquête. C'est une pièce digne d'un polar avec un commissaire qui n'entend rien à la sémiologie.

Cette méconnaissance, qui peut être celle du spectateur, est drôle car elle crée une distance avec les intellectuels qu'il interroge. De ce déphasage, où la non-compréhension est clairement assumée, se crée une distance entre le personnage et ce qui lui est demandé, à savoir comprendre. Sa mission première ? Transformer un accident de voiture qui a tué Roland Barthes (1915-1980) en meurtre politique. J'arrête là pour ne pas déflorer la trame.

Pascal Martin-Gravel, dans le rôle du commissaire Bayard, l'incarne avec charisme autant dans la voix, le visage, que les attitudes, inspirées de l'inspecteur Columbo. Roland Barthes (Manuel Vallade) est dans une articulation un peu trop ostentatoire avec, parfois, de la nervosité.

© Elizabeth Carecchio.
© Elizabeth Carecchio.
Constance Larrieu interprète plusieurs rôles masculins, dont celui de Foucault. Ainsi, les mots, les propos sont sujets à une césure entre leur organe vocal et le discours prononcé, comme une disjonction au travers d'un déphasage des propos d'un homme dit par une femme. Ce qui frappe dès les premières répliques est la voix, en lieu et place d'une présence autre.

Puis le tassement se fait entre la personne qui porte le propos et le propos lui-même qui se rejoignent pour démystifier son contenu. Le tour de passe-passe est plus que réussi car le timbre "intellectuel" de la pièce est noyé dans une bonne dose d'humour. Le metteur en scène Sylvain Maurice joue ainsi de cette diversion d'identité pour nourrir une dramaturgie où l'intrigue n'est jamais à bout de souffle.

La musique est très présente avec des percussions côté jardin et des claviers côté court. Les chansons font partie aussi de l'univers scénique faisant une césure dans la pièce avec des lumières un peu sombres qui créent une atmosphère mystérieuse.

© Elizabeth Carecchio.
© Elizabeth Carecchio.
La scénographie découpe la scène en trois espaces avec, dans un premier, la musique, située aux extrémités, et nos protagonistes, partageant les deux autres moitiés en s'affrontant comme dans un espace d'interrogation. Car tout est interrogation entre le pourquoi du comment d'un accident de voiture qui a tué l'un des intellectuels phares du structuralisme et la recherche d'un manuscrit égaré qui n'a peut-être jamais existé.

On jongle avec les théories, les éclairages linguistiques. Durant l'enquête, on y découvre Michel Foucault (1926-1984), Philippe Sollers, Kristeva Julia et Umberto Eco (1932-2016), auteur qui ne pouvait être ignoré dans la recherche d'un manuscrit secret qui aurait disparu. L'heureuse inspiration de son roman "Le Nom de la rose" (1980) est plus qu'évidente.

"La 7e fonction du langage"

© Elizabeth Carecchio.
© Elizabeth Carecchio.
D'après le roman de Laurent Binet (Prix du roman Fnac et Prix Interallié).
Adaptation et mise en scène : Sylvain Maurice.
Assistanat à la mise en scène : Nicolas Laurent.
Avec : Constance Larrieu, Sébastien Lété, Pascal Martin-Granel, Manuel Peskine, Manuel Vallade.
Musique : Manuel Peskine.
Scénographie et lumières : Éric Soyer.
Vidéo : Renaud Rubiano et Loïs Drouglazet.
Costumes : Marie La Rocca.
Dès 15 ans.
Durée : 1 h 30.

A été joué du 8 au 25 novembre 2017 au Théâtre de Sartrouville.

© Elizabeth Carecchio.
© Elizabeth Carecchio.
Tournée
Du 12 au 15 décembre : Comédie de Béthune - Centre Dramatique National, Béthune (62).
Du 20 au 23 mars 2018 : Théâtre de Dijon-Bourgogne - Centre Dramatique National, Parvis Saint-Jean, Dijon (21).
27 et 28 mars 2018 : Espace des Arts – Scène nationale, Chalon-sur-Saône (71).

Safidin Alouache
Jeudi 30 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020