La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

L'amour, comme une possibilité envisagée pour déconstruire l’innommable et reconstruire l'être

"L'amour existe", À La Folie Théâtre, Paris

Parler au théâtre de sujets difficiles, douloureux, monstrueux même car touchant aux viols, aux tortures, aux crimes d'êtres innocents que sont les enfants n'est pas chose aisée... "L'amour existe" de Mitch Hooper y réussit grâce à un texte intelligemment et subtilement construit, par le remarquable jeu - sans excès et parfaitement maîtrisé - de deux comédiens étonnamment "habités" par leur personnage et une mise en scène des plus sobres, toute en retenue et nuances.



© Emma Barthere.
© Emma Barthere.
Ce dont parle la pièce "L'amour existe" ne prête pas à sourire et aurait plutôt tendance à nous faire penser que nous allons passer une soirée des plus noires et des plus déprimantes. Car, au détour de ce qui pourrait être qu'un banal interrogatoire consécutif à un accident de voiture, va être révéler tout doucement, presque tranquillement au début, le plus affreux des crimes : le meurtre d'un enfant après viol et torture de celui-ci.

Crimes atroces, horribles, pervers... dit comme ça, voilà qui pourrait sérieusement plomber l'ambiance. Mais l'approche de l'interrogatoire mené au début sur un mode presque anodin par une femme (est-elle enquêtrice, psychologue, profiler ?) posant des questions simples sur sa vie à un homme semblant souffrir d'amnésie suite à son accident ne laisse pas augurer de la suite. Et c'est ainsi que, tout doucement, subtilement, les questions se font plus précises, plus investigatrices, parfois "maternelles". Et l'on comprend que se construit l'histoire d'un homme traumatisé, violenté, mais enfermé dans son déni pour survivre à la gravité de ses agissements... ceux d'un être qui est passé de victime à bourreau.

© Emma Barthere.
© Emma Barthere.
Curieusement, le choix de Mitch Hooper de débuter ce voyage vers la vérité par une situation banale, presque neutre - bien que portant déjà en son sein le doute, l'ombre de l'innommable réalité - ne désamorce pas la gravité des actes qui sont petit à petit dévoilés mais, par une principe de déconstruction, permet d'amener progressivement et d'envisager l'origine du mal, la cause de son déni... Et de poser des questions essentiels face à ce type de crimes inavouables, impardonnables : Sommes-nous définis par nos actes ? Ne nous détruisons-nous pas en donnant la mort ? L'amour existe-t-il pour tout le monde ?

Ces questions qui, paisiblement, prennent corps - avec une résonance certes "policière" mais toujours finement bienveillante - arrivent crescendo au fur et à mesure de l'avancée de l'interrogatoire... Et la réussite de cette "montée en puissance" est indéniablement due au jeu intense, dense et tout en intériorité maîtrisée de Florence Gout et Patrick Della Torre. Ce dernier, entre attitude enfantine et attitude traumatique, à la diction parfois saccadée, nous montre - sans excès mais avec beaucoup de présence - les différentes facettes de ce mécanisme intérieur qui l'ont conduit de l'enfant maltraité à l'adulte maltraitant. Florence Gout, quant à elle, use d'une palette remarquable d'attitudes, de sentiments. De mi-investigatrice à mi-moralisatrice en passant par la femme compréhensive, la mère bienveillante, elle joue l'ensemble de la gamme avec souplesse, virtuosité, la sobriété intelligente de la mise en scène laissant judicieusement la place à leurs partitions.

L'une des qualités de "L'amour existe" est d'éviter les pièges de l'exposition spectaculaire de l'horreur, du pathos surdimensionné, pour aborder ce drame - long cheminement de l'enfant victime à l'enfant bourreau – avec toute la délicatesse, la finesse d'un auteur qui use de l'écriture pour poser les vrais questions, éclairer certains éléments de réponses, sans à aucun moment être tenté de porter un jugement définitif, ou éventuellement d'excuser les actes commis.

"L'amour existe"

© Emma Barthere.
© Emma Barthere.
Texte : Mitch Hooper.
Mise en scène : Christine Casile et Thierry Mourjan.
Avec : Florence Gout et Patrick Della Torre.
Musique : Thierry Mourjan.
Durée : 1 h 05.

Spectacle du 30 août au 21 octobre 2012.
Jeudi, vendredi et samedi à 21 h 30, dimanche à 18 h.
À La Folie Théâtre, Paris 11e, 01 43 55 14 80.
>> folietheatre.com

Gil Chauveau
Lundi 24 Septembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020