Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

"L'affaire Moussorgsky" Comment les "Tableaux d'une exposition" deviennent une conte fantastique…

Sur scène, ils sont quatre instrumentistes. Un pianiste, un contrebassiste, un batteur-percussionniste et un saxophoniste-bruiteur. Une formation de jazz. Mais ce n'est pas un concert auquel vous allez assister. Au-dessus d'eux, un vaste écran sur lequel vont être projetés les dessins et les dessins animés. Puis un gardien de musée va entrer : casquette, veste galonnée, air bonace. Il va être votre guide et le héros de cette aventure extraordinaire qui s'ouvre, au piano, sur un air de musique classique.



© Vincent d'Eaubonne.
© Vincent d'Eaubonne.
On y reviendra régulièrement à cet air, cette pièce pour piano composée en 1874 par Modest Petrovich Mussorgsky. On l'entendra au fil du spectacle, sous sa forme originale mais aussi avec les accents et les tempos de son adaptation en jazz. C'est l'idée musicale de ce spectacle : adapter l'œuvre de Moussorgsky pour un quartet de jazz.

Au départ, les dix morceaux des "Tableaux d'une exposition" avaient été écrits par Moussorgsky en hommage à un ami peintre, Viktor Hartman, disparu prématurément à 39 ans. Il s'inspire alors de certaines toiles et croquis du peintre et compose ces dix pièces pour piano. En naît cette œuvre colorée qui semble raconter dix paysages différents, un peu rêvés, un peu fantasmagoriques.

Le spectacle présenté ici utilise les moyens scéniques et visuels pour faire de ce voyage musical une épopée à travers le monde et le siècle. Alain Pierre, à l'écriture et aux arrangements, a inventé une histoire qui prend sa source aux différents thèmes des tableaux : l'histoire d'un gardien de musée, à Saint-Pétersbourg, qui se réveille soudain dans une salle où tous les tableaux de l'exposition ont été dérobés. Il se penche alors au-dessus d'un cadre et tombe, telle Alice, de l'autre côté.

© Vincent d'Eaubonne.
© Vincent d'Eaubonne.
L'histoire fantastique commence alors, racontée avec talent par Olivier Clenet qui incarne ce pauvre gardien, mais aussi par toute la composition musicale réorchestrée sur des rythmes jazz et également par les projections d'œuvres graphiques sur l'écran qui domine la scène. Trois modes narratifs pour une aventure vive et imagée.

Les créateurs du spectacle ont fait appel à quatre dessinateurs pour la partie graphique. De très belles animations qui ne sont pas seulement des illustrations mais des moments complets de narrations soutenus par l'orchestre. Et l'on glisse ainsi avec souplesse et virtuosité des sons, aux visuels et aux mots, ce qui fait de ce spectacle un moment complet pour les sens. Sans oublier la part d'imaginaire et la part d'histoire puisque cette course à la poursuite des tableaux disparus nous entraîne de la Russie prérévolutionnaire, au Paris des années folles, jusqu'à New York et l'Ellis Island qui a vu débarquer la plupart des migrants européens vers les États-Unis au siècle dernier.

On y croise également Mephisto, Baba Yaga et d'autres personnages aussi hauts en couleur que l'est ce spectacle vif, musical, inventif à la fois, d'une très belle qualité et totalement accessible pour tous, petits ou grands.

C'est dans l'orchestration symphonique réalisée par Maurice Ravel en 1922 que l'œuvre est la plus jouée et enregistrée.

"L'affaire Moussorgsky"

Conte musical jazz.
D'après "Tableaux d'une exposition" de Modest Moussorgski.
Direction musicale, flûte, saxophones, compositions et arrangements : Alain Pierre.
Avec Olivier Clenet, conteur et comédien.
Arrangements, piano, orgue : Thomas Mayeras.
Contrebasse : Jean-François Vincendeau.
Batterie : Bertrand Dabo.
Avec la participation : Moussia Sacré, voix de Baba Yaga.
Dessinateurs : Charlie Cuif, Sébastien Danguy des Déserts, Christophe Fauconnet, Raphaël Lerays.
Direction d'acteur : Florence Joubert.
Costumes : Martine Ritz.
Orchestre Les 5000 doigts du docteur K - Compagnie À toute vapeur.
Durée : 1 heure.
Tout public à partir de 8 ans.

A été représenté les 21 et 22 septembre 2019 à l'Amphithéâtre de la Cité de la Musique - Philharmonie de Paris.

Tournée 2019/2020.
23 octobre 2019 : Festival Jazz pour tous, Théâtre d'Angers, Angers (49).
7 février 2020 (14 h 30 et 20 h 30) : Festival Jazz en Phase, Espace Capellia, La Chapelle-sur-Erdre (44).
Le spectacle venant de se créer, d'autres dates sont en cours de construction.
>> cieatoutevapeur.com

© Vincent d'Eaubonne.
© Vincent d'Eaubonne.

Bruno Fougniès
Mardi 1 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021