La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

L’Empire des Rastelli : Finance demi-écrémée

Vendre du lait et vendre du vent, ce n’est pas forcément le même métier. C’est ce que nous montre Andrea Molaioli, en s’attaquant à l’affaire Parmalat, énorme scandale transalpin - parmi d’autres - du début des années 2000. Une histoire italienne, mais 100 % mondialisée.



"Il Gioiellino" © Gianni Fiorito.
"Il Gioiellino" © Gianni Fiorito.
C’est bien beau de produire du lait, encore faut-il réussir à en faire son beurre. C’est tout le problème d’Amanzio Rastelli, fondateur et P-DG de Leda, ex-PME provinciale devenue géant mondial de l’agroalimentaire. Après avoir transformé en laiterie la charcuterie héritée de son père, Rastelli a gravi tous les échelons de l’entrepreneuriat pour parvenir, au début des années quatre-vingt-dix, au seuil d’un monde en plein bouleversement économique - ouverture des marchés de l’Est après la chute de l’URSS - et d’une Italie qui se lance, pleine d’enthousiasme, dans les folies Berlusconiennes. Et c’est là que la donne change.

Car pour se maintenir à flot et ne pas sombrer, pour que Leda reste, du moins en apparence, ce "petit bijou" - traduction du titre original, Il Gioiellino, et expression favorite de Rastelli pour parler de son entreprise - qui fait la fierté de son créateur-directeur depuis quarante ans, il ne suffit plus de quelques relations choisies, d’enveloppes glissées dans les bonnes poches, de renvois d’ascenseurs politiques et de petites fantaisies comptables. Il faut toujours corrompre et magouiller, bien sûr, mais plus gros, plus loin. Il faut se "diversifier", y compris dans des domaines qui vous sont parfaitement étrangers. Il faut entrer en bourse et jouer le jeu autodestructeur de la finance mondiale. Il faut multiplier les faux en écriture, empiler les sociétés écrans, connaître par cœur la liste de tous les paradis fiscaux, savoir tricher en plusieurs langues… Pour tout cela, Rastelli compte sur son fidèle bras droit, l’indéfectible Ernesto Botta, directeur financier et pilier du groupe, bourreau de travail froid et introverti, mais à la fidélité sans borne.

Remo Girone, "Il Gioiellino" © Gianni Fiorito.
Remo Girone, "Il Gioiellino" © Gianni Fiorito.
Le "héros" du film, bien entendu, ce n’est pas l’entrepreneur, mais lui, Botta, l’acteur de l’ombre, le comptable austère sans qui l’entreprise n’est rien, celui qui maquille les chiffres, monte les échafaudages financiers et règne sur une petite troupe d’employés et de cadres qui ont une foi aveugle en leur patron paternaliste - lequel se révèlera bien plus retors qu’il n’en a l’air. Incarné à la perfection par Toni Servillo, homme de théâtre - une trentaine de mises-en-scène au compteur - venu sur le tard au cinéma, Botta est le cœur du système. Mais d’un système qui lui échappe, qu’il ne contrôle plus, où il a toujours un faux bilan de retard. Le chien de garde sait se battre contre des renards, mais il a un peu de mal avec les piranhas. Trop rapides, et puis l’eau n’est pas vraiment son élément…

Ce que raconte L’Empire des Rastelli, c’est évidemment le scandale Parmalat, en 2003, son krach de 14 milliards d’euros et ses 135 00 petits porteurs ruinés. Mais c’est aussi toute l’histoire de l’industrie italienne de ces vingt dernières années. Une industrie en majorité constituée de PME familiales, pas toujours à l’aise dans un univers où l’essentiel n’est plus de produire et de vendre, mais de faire croire. Comment réussir dans la mondialisation quand on est, au fond, des petits commerçants, des notables de province, des bricoleurs de la magouille - voir le faux bilan au Tipp-Ex - ? Être un joueur de poker qui n’a peur d’aucun bluff suffit-il pour remporter le tournoi de Las Vegas ? Est ce que l’expérience dans la traite des vaches suffit pour gérer un club de football, des chaînes de télévision, des villages-vacances ?

Toni Servillo, "Il Gioiellino" © Gianni Fiorito.
Toni Servillo, "Il Gioiellino" © Gianni Fiorito.
On peut en rêver, dans un pays où un escroc immobilier devient président du Conseil - "il" est d’ailleurs au centre d’une courte mais réjouissante scène où, bien qu’absent de l’image, "il" imprègne chaque élément du décor. Mais arrive un moment où le rêve s’arrête d’un coup sec et où l’on tombe du lit. Où l’on se rend compte que l’on est anachronique. On a beau refuser de se rendre - émouvant épilogue sur fond de générique final, où l’on comprend que Botta s’est acharné, seul, jusqu’au bout -, on a beau refuser la réalité, la maquiller outrageusement, elle s’impose.

C’est d’ailleurs une constante, dans l’absurde tourbillon de la finance spéculative : il arrive toujours un moment où la réalité s’impose à tous ceux qui pensaient maîtriser le jeu. Car il est, au fond, immaîtrisable. On s’en aperçoit aujourd’hui, alors que banques, traders, instituts financiers, grands argentiers, hommes politiques, pédalent sans fin comme des hamsters, enfermés dans une roue qu’ils ont eux-mêmes construite. Avec son monde des affaires observé à hauteur d’homme, ses personnages hypnotisés par un mirage qui ne cesse de les attirer même quand il les détruit, L’Empire des Rastelli tombe à pic. Cette histoire de faillite frauduleuse rendue inévitable par l’acharnement et l’aveuglement pourrait presque servir, pour peu qu’on la sorte de son contexte strictement italien, de parabole à l’actualité.

Toni Servillo © Gianni Fiorito.
Toni Servillo © Gianni Fiorito.
● L’Empire des Rastelli (Il Gioiellino),
un film de Andrea Molaioli.
Scénario : Ludovica Rampoldi, Gabriele Romagnoli, Andrea Molaioli.
Avec : Toni Servillo, Remo Girone, Sarah Felberbaum, Lino Guanciale, Fausto Maria Sciarappa, Lisa Galantini, Vanessa Compagnucci.
Musiques : Teho Teardo.
En salles le 28 décembre 2011.

Gérard Biard
Vendredi 16 Décembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019