La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

L’Empire des Rastelli : Finance demi-écrémée

Vendre du lait et vendre du vent, ce n’est pas forcément le même métier. C’est ce que nous montre Andrea Molaioli, en s’attaquant à l’affaire Parmalat, énorme scandale transalpin - parmi d’autres - du début des années 2000. Une histoire italienne, mais 100 % mondialisée.



"Il Gioiellino" © Gianni Fiorito.
"Il Gioiellino" © Gianni Fiorito.
C’est bien beau de produire du lait, encore faut-il réussir à en faire son beurre. C’est tout le problème d’Amanzio Rastelli, fondateur et P-DG de Leda, ex-PME provinciale devenue géant mondial de l’agroalimentaire. Après avoir transformé en laiterie la charcuterie héritée de son père, Rastelli a gravi tous les échelons de l’entrepreneuriat pour parvenir, au début des années quatre-vingt-dix, au seuil d’un monde en plein bouleversement économique - ouverture des marchés de l’Est après la chute de l’URSS - et d’une Italie qui se lance, pleine d’enthousiasme, dans les folies Berlusconiennes. Et c’est là que la donne change.

Car pour se maintenir à flot et ne pas sombrer, pour que Leda reste, du moins en apparence, ce "petit bijou" - traduction du titre original, Il Gioiellino, et expression favorite de Rastelli pour parler de son entreprise - qui fait la fierté de son créateur-directeur depuis quarante ans, il ne suffit plus de quelques relations choisies, d’enveloppes glissées dans les bonnes poches, de renvois d’ascenseurs politiques et de petites fantaisies comptables. Il faut toujours corrompre et magouiller, bien sûr, mais plus gros, plus loin. Il faut se "diversifier", y compris dans des domaines qui vous sont parfaitement étrangers. Il faut entrer en bourse et jouer le jeu autodestructeur de la finance mondiale. Il faut multiplier les faux en écriture, empiler les sociétés écrans, connaître par cœur la liste de tous les paradis fiscaux, savoir tricher en plusieurs langues… Pour tout cela, Rastelli compte sur son fidèle bras droit, l’indéfectible Ernesto Botta, directeur financier et pilier du groupe, bourreau de travail froid et introverti, mais à la fidélité sans borne.

Remo Girone, "Il Gioiellino" © Gianni Fiorito.
Remo Girone, "Il Gioiellino" © Gianni Fiorito.
Le "héros" du film, bien entendu, ce n’est pas l’entrepreneur, mais lui, Botta, l’acteur de l’ombre, le comptable austère sans qui l’entreprise n’est rien, celui qui maquille les chiffres, monte les échafaudages financiers et règne sur une petite troupe d’employés et de cadres qui ont une foi aveugle en leur patron paternaliste - lequel se révèlera bien plus retors qu’il n’en a l’air. Incarné à la perfection par Toni Servillo, homme de théâtre - une trentaine de mises-en-scène au compteur - venu sur le tard au cinéma, Botta est le cœur du système. Mais d’un système qui lui échappe, qu’il ne contrôle plus, où il a toujours un faux bilan de retard. Le chien de garde sait se battre contre des renards, mais il a un peu de mal avec les piranhas. Trop rapides, et puis l’eau n’est pas vraiment son élément…

Ce que raconte L’Empire des Rastelli, c’est évidemment le scandale Parmalat, en 2003, son krach de 14 milliards d’euros et ses 135 00 petits porteurs ruinés. Mais c’est aussi toute l’histoire de l’industrie italienne de ces vingt dernières années. Une industrie en majorité constituée de PME familiales, pas toujours à l’aise dans un univers où l’essentiel n’est plus de produire et de vendre, mais de faire croire. Comment réussir dans la mondialisation quand on est, au fond, des petits commerçants, des notables de province, des bricoleurs de la magouille - voir le faux bilan au Tipp-Ex - ? Être un joueur de poker qui n’a peur d’aucun bluff suffit-il pour remporter le tournoi de Las Vegas ? Est ce que l’expérience dans la traite des vaches suffit pour gérer un club de football, des chaînes de télévision, des villages-vacances ?

Toni Servillo, "Il Gioiellino" © Gianni Fiorito.
Toni Servillo, "Il Gioiellino" © Gianni Fiorito.
On peut en rêver, dans un pays où un escroc immobilier devient président du Conseil - "il" est d’ailleurs au centre d’une courte mais réjouissante scène où, bien qu’absent de l’image, "il" imprègne chaque élément du décor. Mais arrive un moment où le rêve s’arrête d’un coup sec et où l’on tombe du lit. Où l’on se rend compte que l’on est anachronique. On a beau refuser de se rendre - émouvant épilogue sur fond de générique final, où l’on comprend que Botta s’est acharné, seul, jusqu’au bout -, on a beau refuser la réalité, la maquiller outrageusement, elle s’impose.

C’est d’ailleurs une constante, dans l’absurde tourbillon de la finance spéculative : il arrive toujours un moment où la réalité s’impose à tous ceux qui pensaient maîtriser le jeu. Car il est, au fond, immaîtrisable. On s’en aperçoit aujourd’hui, alors que banques, traders, instituts financiers, grands argentiers, hommes politiques, pédalent sans fin comme des hamsters, enfermés dans une roue qu’ils ont eux-mêmes construite. Avec son monde des affaires observé à hauteur d’homme, ses personnages hypnotisés par un mirage qui ne cesse de les attirer même quand il les détruit, L’Empire des Rastelli tombe à pic. Cette histoire de faillite frauduleuse rendue inévitable par l’acharnement et l’aveuglement pourrait presque servir, pour peu qu’on la sorte de son contexte strictement italien, de parabole à l’actualité.

Toni Servillo © Gianni Fiorito.
Toni Servillo © Gianni Fiorito.
● L’Empire des Rastelli (Il Gioiellino),
un film de Andrea Molaioli.
Scénario : Ludovica Rampoldi, Gabriele Romagnoli, Andrea Molaioli.
Avec : Toni Servillo, Remo Girone, Sarah Felberbaum, Lino Guanciale, Fausto Maria Sciarappa, Lisa Galantini, Vanessa Compagnucci.
Musiques : Teho Teardo.
En salles le 28 décembre 2011.

Gérard Biard
Vendredi 16 Décembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020