La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

J. Edgar : le bureau des affaires obscures

Quand l’incarnation de l’inspecteur Harry se penche sur la vie de l’inventeur des "Incorruptibles", c’est bien plus qu’une histoire de flics qui nous est racontée. Clint Eastwood et John Edgar Hoover étaient évidemment faits pour se rencontrer. Au cinéma, en tout cas.



Leornado DiCaprio et Clint Eastwood © 2011 Warner Bros.
Leornado DiCaprio et Clint Eastwood © 2011 Warner Bros.
Il est des films qui semblent n’avoir attendu qu’un réalisateur, et un seul, pour voir le jour. "J. Edgar" est de ceux-ci. Difficile en effet de trouver personnage plus "eastwoodien" que le fondateur du FBI, véritable concentré d’ambiguïtés politiques et intimes. Ambiguïtés que Clint Eastwood déroule avec soin, sans naturellement chercher à en lever aucune, tout au long d’un récit fait d’allers et retours temporels qui sont autant d’étapes dans la construction de l’homme John Edgar et de la légende Hoover. Son homosexualité, refoulée mais bien vécue – platoniquement ? -, au centre des polémiques entourant le film, n’étant qu’un des éléments du puzzle. Et pas obligatoirement le plus déterminant.

Résumons. En 1919, John Edgar Hoover, jeune diplômé en droit aux dents démesurées et à l’antibolchevisme chevillé au corps, n’a que 24 ans lorsqu’il est nommé directeur de la General Intelligence Division du département de la Justice. Il en sort cinq ans plus tard pour prendre la tête du Bureau of Investigation, qui deviendra en 1935 le Federal Bureau of Investigation, qu’il dirigera jusqu’à sa mort, en 1972, après avoir vu défiler huit présidents à la Maison Blanche.

Naomi Watts et Leornado DiCaprio © 2011 Warner Bros.
Naomi Watts et Leornado DiCaprio © 2011 Warner Bros.
Au cours de sa vie, partagée entre l’édification de la première agence fédérale de lutte contre le crime organisé, le montage de dossiers compromettants sur les personnalités publiques et l’écriture de sa propre hagiographie, Hoover n’aura eu que quatre amours, auxquels il sera resté fidèle jusqu’au bout : une Amérique dont il ne saisira pas les évolutions sociétales - son obsession paranoïaque du péril communiste lui interdira de voir en Martin Luther King autre chose qu’un agitateur rouge… -, une mère puritaine et abusive avec qui il vivra jusqu’au dernier souffle de celle-ci, une secrétaire particulière dont il ne se séparera jamais et à qui il confiera le soin de détruire ses précieux dossiers secrets et, enfin, Clyde Tolson, son ami, confident et sans doute amant, indéfectible bras droit dont il fera son légataire universel.

© 2011 Warner Bros.
© 2011 Warner Bros.
Dire que John Edgar Hoover n’était que paradoxes est un euphémisme. Introverti sexuel presque maladif mais fréquentant assidûment les stars dévergondées d’Hollywood, homme de l’ombre mais mégalo tirant la couverture à lui et cherchant en permanence les flashs des journalistes, réactionnaire inoxydable mais défenseur acharné d’un fédéralisme centralisateur qui ferait de lui aujourd’hui l’ennemi juré des républicains des tea party… Avec le FBI, il met en place un système de fichage tentaculaire doublé d’une implacable machine à broyer quiconque est soupçonné de menées antiaméricaines, mais il invente aussi la police scientifique et rationalise les méthodes de lutte contre la criminalité.

Car sa créature, à laquelle il a dédié son existence, lui ressemble, évidemment. Et il la protège autant que lui-même. Ses barbouzeries et ses dossiers, constitués dans le but de faire pression sur ses adversaires, permettront avant tout à son agence de garder une certaine indépendance, quelles que soient la couleur et les idées politiques des présidents élus à la Maison Blanche. Témoin, ce passage récurent, du plus haut comique, qui ponctue chaque changement de président : J.E. Hoover est convoqué dans le bureau ovale, en règle générale pour une remise à plat du rôle du FBI. Parfois, il est même question du remplacement de son directeur. Une entrevue avec "dossier chaud" sous le bras plus tard, il est reconduit dans ses fonctions avec carte blanche... Au début du film, Roosevelt accueille le jeune loup d’un très sec "Entrez, Mr Hoover". À la fin, c’est avec un "Hi Edgar" désabusé que Nixon accueille, sans illusions, l’homme le plus puissant du pays…

Leornado DiCaprio et Armie Hammer © 2011 Warner Bros.
Leornado DiCaprio et Armie Hammer © 2011 Warner Bros.
Eastwood, on s’en doute, se régale de cette dualité, construisant un personnage à la fois détestable et émouvant, antipathique et attachant, grandiose et pathétique, dangereux et salutaire. Pour finalement, au détour d’une scène presque anodine entre Hoover et Clyde Tolson vieillissants, nous dire qu’il ne faut pas forcément croire ce qu’il vient de nous montrer pendant deux heures, et que son film, après tout, ne pourrait n’être qu’une manipulation supplémentaire…

Pied de nez réjouissant d’un acteur-créateur qui, à bientôt 83 ans, avec derrière lui soixante ans de carrière et trente-deux réalisations au compteur, n’a plus rien à prouver. Les esthètes qui ne voyaient dans son inspecteur Harry qu’un salopard d’extrême-droite ont pris leur retraite de critiques respectables ou retourné leur veste depuis longtemps. Il peut, désormais, s’amuser ouvertement avec cette ambiguïté qu’il a toujours lui-même cultivée, s’attachant à n’être, au fond, jamais où on l’attendait vraiment.

© 2011 Warner Bros.
© 2011 Warner Bros.
Épaulé par un DiCaprio époustouflant, y compris sous son maquillage de momie, Clint Eastwood signe donc un biopic qui ne ressemble à aucun autre, ni portrait à charge d’un personnage pour le moins controversé, ni statue élevée à un héros national, et encore moins biographie molle ne sachant sur quelle chaise poser son cul. Bien au contraire, dans la forme comme dans le fond, "J. Edgar" assume et épouse la personnalité complexe de son "héros", ses zones obscures, sa volonté de brouiller les cartes.

Hoover a servi - ou plutôt s’est servi de - huit présidents, a fait espionner des millions d’Américains, des plus anonymes aux plus célèbres, n’a pas fréquenté que des citoyens à l’honnêteté irréprochable, et peut être vu comme le précurseur des "Experts", de la politique spectacle et des "plombiers" du Watergate, entre autres... Dans cette vie étonnante, Eastwood ne cherche pas une vérité historique, mais l’essence d’un homme qui a traversé la quasi-totalité de l’Histoire du XXe siècle - à part la chute de l’URSS et Ben Laden, il n’a pas raté grand chose - en y participant très activement.

Naomi Watts © 2011 Warner Bros.
Naomi Watts © 2011 Warner Bros.
Qu’il s’agisse de réalité ou de fiction, le réalisateur de "Invictus" semble de plus en plus convaincu que l’on ne peut comprendre le sens des événements que si l’on comprend la nature des hommes qui y prennent part. À l’heure de l’information instantanée qui vide les faits de leur signification et des Wikileaks divers qui dévident des "révélations" comme on dévide de la saucisse, c’est réconfortant. Clint Eastwood est peut être un dinosaure. Mais un dinosaure doté d’un cerveau bien moins reptilien que nombre d’homo sapiens dernier cri.

Leornado DiCaprio et Judi Dench © 2011 Warner Bros.
Leornado DiCaprio et Judi Dench © 2011 Warner Bros.
● J. Edgar
Production et réalisation : Clint Eastwood.
Scénario : Dustin Lance Black.
Musique : Clint Eastwood.
Directeur de la photographie : Tom Stern.
Avec : Leonardo DiCaprio, Naomi Watts, Armie Hammer, Judi Dench, Lea Thompson, Ed Westwick.
En salles depuis le 11 janvier 2012.

Gérard Biard
Mercredi 1 Février 2012

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021