La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Irina Brook et Shakespeare... Comme on aime !

Un joli pari que fait là Irina Brook en créant "En attendant le songe". Adaptation cocasse et drôlissime de "Songe d’une nuit d’été" (de Shakespeare) qui mise avant tout sur le talent de ses comédiens. Cette pièce, qui se veut au plus proche du public, connaît un franc succès depuis 2007. On comprend pourquoi… et c’est largement mérité !



En attendant le songe © Patrick Lazic
En attendant le songe © Patrick Lazic
Voilà du théâtre comme on adore ! Trois bouts de ficelle, des costumes de fortune (faits de sacs poubelles et de vêtements de récupération) et (surtout !) le talent énorme de sept comédiens masculins pour nous jouer un peu plus de vingt personnages, tout sexe confondu. Gageure, diriez-vous ? Non. Voilà un beau pied de nez aux grosses machines théâtrales.

Pitreries, situations grotesques, moqueries en tout genre, tricks et trucs… À aucun moment on ne s’éloigne de la verve Shakespearienne. Tous les ingrédients sont bel et bien là pour nous faire vivre un peu plus d’une heure trente de pur bonheur. Sept techniciens, en jeans et tee-shirts noirs, se retrouvent sur un plateau vide parce que (disent-ils) comédiens et décors sont restés coincés à l’aéroport d’Athènes (on sourit déjà du choix géographique). Malgré cela, ils décident de quand même jouer la comédie de Shakespeare : deux couples d'amoureux transis, une dispute entre le roi et la reine des "faeries" (Obéron et Titania), une troupe de comédiens amateurs ("les Artisans") et qui, eux-mêmes, préparent une pièce pour le mariage entre le Duc d’Athènes, Thésée, et la reine des Amazones, Hippolyta. Entre changements de lieux (d’un palais royal à une forêt magique, et inversement), actions multiples et situations abracadabrantes, les sept techniciens vont avoir du pain sur la planche. Le défi est en effet de taille…

En attendant le songe © Patrick Lazic
En attendant le songe © Patrick Lazic
Et magnifiquement relevé ! Entre autre un Puck (Hovnatan Avedikan) truculent, une Héléna (Christian Péllisier en pagne rose et turban) ridicule à souhait et des "Artisans" qui deviennent pour le coup de véritables ouvriers. Avec trois fois rien, de la mise en scène aux comédiens, des costumes aux accessoires, se niche une pépinière de trouvailles et de talents. Mais pour rendre hommage à cette belle brochette de comédiens, il faudrait tous les nommer. Absolument impossible quand on sait qu’ils remplissent jusqu’à deux à trois rôles chacun et que les situations s’enchaînent à un rythme infernal. Aucune fausse note, une gestuelle réglée comme du papier à musique, une justesse de ton impeccable… L’énergie est détonante.

En ayant la bonne idée de ne compter que sur la virtuosité de ses comédiens, Irina Brook traduit un Shakespeare terriblement humain. Concoctée avec les moyens du bord, cette pièce est du pur jus maison, haute en couleur et drolatique dans laquelle, tous ensemble, ils sont arrivés à créer beaucoup de magie avec très peu d’artifice… Comme quoi, on peut s’appeler Irina Brook et revenir à l’essentiel ! Chapeau bas quand on réalise un si bel hommage à Shakespeare et au théâtre.

"En attendant le songe", d'après "Songe d'une nuit d'été"

En attendant le songe © Patrick Lazic
En attendant le songe © Patrick Lazic
(Vu le 24 mai 2011)

Texte : William Shakespeare.
Traduction et adaptation : Marie-Paule Ramo.
Mise en scène : Irina Brook.
Avec : Hovnatan Avedikian, Jerry Di Giacomo, Emmanuel Guillaume, Gérald Papasian, Christian Pélissier, Augustin Ruhabura.
Régie plateau et rôle de Philostrate : Philippe Jasko.
Création son et lumière : Thibault Ducros.

Du 19 mai au 10 juillet 2011.
Attention dernière semaine !
Du mardi au samedi à 21 h, matinées les samedi et dimanche 15 h.
Petit Théâtre de Paris, Paris 9e.
Réservation : 01 42 80 01 81.
http://www.theatredeparis.com/

Vendredi 3 Juin 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020