La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•In 2022• "Dans ce jardin qu'on aimait" Sois bénie, ô ma douleur… Entre deuil, solitude et ouverture, la danse nuptiale du chant du monde…

Il est des correspondances troublantes… Ce soir, entre les deux platanes monumentaux de la scène à ciel ouvert du Cloître des Célestins - écho d'un jardin de presbytère -, la magie de "La Rive dans le noir", présentée en 2016 par les mêmes Pascal Quignard et Marie Vialle, se rappelle à nous… Si de vrais oiseaux dressés, un grand-duc et un échassier noir, étaient alors conviés sur l'autre scène, là ce sont leurs chants aux gammes infinies qui accompagneront les "Ombres errantes" du pasteur Simeon et de sa fille Rosemund.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Lorsqu'un homme, fût-il pasteur, voit brutalement se dérober l'objet de son désir (sa jeune femme aimée), qui plus est dans une circonstance où la vie résulte de cette mort (naissance de leur petite fille, Rosemund), c'est le monde qui s'écroule… Dès qu'il apparaît, incarné poétiquement par Yann Boudaud - superbe - utilisant le registre millimétré de la retenue pour exprimer l'inexprimable d'une douleur que les mots n'ont pouvoir de transmettre tant l'indicible résiste à toute tentative d'articulation langagière. Immobile, un bras seul battant la mesure, le regard fixe, il va détacher un à un les mots d'un récit "désaffecté" qui le contient.

Comme au ralenti, il énoncera le baptême de sa fille et l'enterrement de sa femme, deux événements concomitants, deux lèvres inconciliables d'une plaie à vif. Alors, les cendres encore chaudes de l'urne funéraire confiées au cours d'eau coulant au bas du jardin, la vie encore tiède de la défunte éparpillée au fil du courant, il fuira ce présent "im-pensable". Rapatriant ses pensées dans le monde clos des souvenirs heureux, il convoquera des fragments érotiques appartenant désormais au passé… Elle, se déshabillant, sa longue robe tombant sur ses fines chevilles, le dévoilement de ses petits seins blancs qu'il aimait tant. Éros, même "en images", le préserve d'un naufrage annoncé.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Heureusement, il y a ce jardin, lui, bien vivant… ce jardin où ils ont été heureux, où chaque plante, chaque arbrisseau, chaque cri d'oiseau surtout lui rappelle sa présence. En parallèle, elle, sa fille - jouée avec grâce et profondeur par Marie Vialle - traverse leur espace commun, un arrosoir à la main, rayonnante de jeunesse. Elle ressemble à s'y tromper à son épouse disparue… Insupportable ce rappel pour celui qui va jusqu'à se frapper afin de faire revenir le passé, afin de sentir son épouse désirée lovée dans les replis de sa peau. Refusant de laisser "mourir sa mort", il devient dur et ordonne à sa fille de partir de leur maison familiale.
Dès lors, la scène est partagée en deux.

Elle, "côté jardin", rejoindra New York où elle donnera des cours de musique, rêvera d'être éperdument aimée ; mais très vite les ritournelles inventées ne la sauveront aucunement de la solitude la cernant de ses cercles concentriques. Lui, "côté cour", amendera son jardin des souvenirs engrangés, notera frénétiquement sur des carnets les mélodies exponentielles des gazouillements ou autres sons ; son "bonheur rétroactif" et sa passion ornithologique ne pourront pour autant l'extraire d'une solitude réelle, autant voulue qu'enfermant.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
La passion commune de la fille et du père pour le chant des oiseaux et les bruits du monde (l'eau gouttant dans un seau, le courant d'air s'engouffrant dans les vêtements) finira par les réunir à nouveau dans le territoire partagé de leur jardin sonore. Ce lieu hautement investi en tant que trait d'union entre l'enfermement du deuil, de la solitude, et l'ouverture sur un nouveau territoire sonore à conquérir, sera celui d'une œuvre à accomplir en commun : la publication des "Notes de la forêt sauvage" consignées méticuleusement par le père.

On assistera alors à un battle tourbillonnant, gigantesque, où chacun clamera un nom d'oiseau, des dizaines et des dizaines, des plus connus aux plus exotiques, dans un mouvement vertigineux, enivrant. Ils imiteront les volatiles, rivalisant de cris aigus, mélodiques, discordants, saccadés, une myriade d'oiseaux se met à vivre. Et ce, avec une telle énergie, une telle conviction animale que l'on en vient à douter que sous l'effet de la maitresse-chanteuse qu'est Marie Vialle, la fille et le père ne soient devenus eux-mêmes oiseaux dans une volière géante…

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Un texte à l'écriture ensorceleuse, de celle qui vous saisit au-delà de la conscience par les sonorités qui font vibrer le(s) sens. Deux interprètes de haut vol, Marie Vialle, définitivement femme-oiseau, et Yann Boudaud, l'acteur fétiche de Claude Régy, et qui s'en souvient magistralement dans sa manière si particulière de délivrer les mots de leur gangue pour leur donner l'envol. Une scénographie au sol de cuivre miroitant sous l'effet des lumières changeantes de la nature et des âmes associées… Pour tout dire, une harmonie philharmonique propre à enchanter le réel.

Vu le samedi 9 juillet pour la première au Cloître des Célestins.

"Dans ce jardin qu'on aimait"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Spectacle créé le 9 juillet 2022 au Festival d'Avignon.
D'après le roman de Pascal Quignard.
Adaptation: David Tuaillon et Marie Vialle.
Conception et mise en scène : Marie Vialle.
Avec : Yann Boudaud, Marie Vialle.
Collaboration à la mise en scène : Éric Didry.
Scénographie et costumes : Yvett Rotscheid.
Son : Nicolas Barillot.
Lumière : Joël Hourbeigt.
Travail vocal et musical : Dalila Khatir.
Production : Compagnie Sur le bout de la langue.
Durée : 1 h 30.

•Avignon In 2022•
Du 9 au 16 juillet.
Tous les jours à 22 h, relâche le mardi.
Cloître des Célestins, place des Corps-Saints, Avignon.
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

Tournée
Du 17 au 18 novembre 2022 : Le Bois de l'Aune, Aix-en-Provence (13).
Du 23 au 25 novembre 2022 : Le Liberté - scène nationale, Châteauvallon, Toulon (83).
Du 30 novembre au 2 décembre 2022 : Théâtre National de Nice, Nice (06).
Du 16 janvier au 2 février 2023 : Théâtre de la Bastille, Paris.
Du 8 au 11 février 2023 : Théâtre Garonne, Toulouse (31).
Du 28 mars au 7 avril 2023 : Théâtre des Célestins, Lyon (69).
Du 11 au 12 avril 2023 : La Comète, Châlons-en-Champagne (51).

Yves Kafka
Mercredi 13 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022