La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•Off 2022• "Cartable" Cahier journal d'une maîtresse-femme-orchestre…

On connaissait le petit Nicolas et sa bande de joyeux copains, Alceste le gros qui mange tout le temps, Clotaire le dernier de la classe, Agnan le chouchou de la maîtresse, Joachim le rêveur, Marie-Edwige qui est très chouette même si c'est une fille… Goscinny et Sempé les ont immortalisés dans les années soixante. Mais on ne connaissait pas encore Mme Tapis, professeure des écoles et sa nouvelle classe de CE1… Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Ewann, l'hyperactif fabulateur, Pierre, son acolyte sous influence, Justin, l'élève parfait, Lonna, la fille à problèmes, et Marie, la rêveuse dans les nuages, n'ont rien à leur envier. Tout aussi remuants et ingérables que leurs aînés, ils vont "agrémenter" la vie de leur chère maîtresse.



© Pauline Saubesty.
© Pauline Saubesty.
Être maîtresse, la doxa populaire se plaît à clamer que c'est le plus beau métier du monde… Oui, si on veut… Mais pourquoi ce métier alors - du moins en maternelle et primaire - est-il en quasi-totalité exercé par la gent féminine ? Les hommes laisseraient-ils par pure bonté aux femmes la part royale des métiers ? À moins que le salaire ne soit pas assez attractif… et la tâche jugée pas assez noble pour que les rejetons du patriarcat puissent s'y intéresser.

D'emblée, on entre dans l'antre de la machinerie pédagogique… Soit une (vraie) salle de classe réduite à son expression la plus rudimentaire : une chaise, avec laquelle la performeuse jouera, peuplant de ses interprétations époustouflantes l'espace nu pour le saturer de vie. Elle sera tour à tour les personnages traversant ce lieu témoin d'une comédie humaine effervescente. Des enfants aux collègues, à l'inspecteur de l'Éducation nationale, elle fera vivre ce monde de l'éducation avec justesse et humour, témoignant d'une empathie à toutes épreuves.

© Pauline Saubesty.
© Pauline Saubesty.
"Bonjour les enfants, vous avez passé de bonnes vacances ?" Le ouiii prononcé en chœur est perturbé par une première voix bougonne : "Trop nulles mes vacances ! Le centre de loisirs avec même pas de jeux vidéo !". Une autre voix, très "adaptée" celle-ci, s'inquiète de savoir si de nouveaux livres concernant la tragédie grecque seront disponibles dans le coin bibliothèque, ce à quoi un autre élève rétorque que les Wapiti, c'est pas pour lui, y'a trop de mots… Cet échange initial des plus "vivants" est accompagné de bruits répétitifs émis par une élève que les livres avec ou sans mots ennuient profondément, elle, elle préfère jouer avec le mécanisme de son stylo, ce qui énerve passablement sa gentille maîtresse jusqu'à lui faire perdre son sourire.

Quand vient le moment de distribuer aux élèves une fiche de renseignements, elle doit se rendre à l'évidence : la traitresse de photocopieuse n'a rien imprimé… Sauvée par la récréation ? Pas vraiment. Celui qui mange des feuilles, qui devrait être pris en charge, mais qui ne l'est pas, les parents étant dans le déni de ses difficultés et, de toute façon, il n'y a plus de place avec la psychologue avant février, vu les suppressions de postes. Celle qu'il faut surveiller, qui saute par-dessus le grillage et même que son instit, une année, s'est retrouvé aux urgences pour avoir voulu la rattraper.

© Pauline Saubesty.
© Pauline Saubesty.
Bref, un aperçu kaléidoscopique du quotidien ordinaire d'une classe et de sa cour de récréation… Suivra encore la récitation de poèmes où Justin, l'élève modèle, toujours le premier à se porter volontaire, délivrera avec gestes impeccables sa composition personnelle à la gloire de l'école et de la "maîtresse qui nous enchante", aussitôt suivi de la lunaire Marie… qui elle a complètement oublié ce qu'elle avait préparé. Ewann, monté sur ressorts, lui fera son show en éructant son poème à la gloire de la guerre… vite interrompu par le trou de mémoire qui fait rouler à terre le poète maudit. Quant à Lonna, crispée et travaillée autant par la rage intérieure d'un père absent que par les quolibets de ses gentilles camarades ("Cet âge est sans pitié", dixit La Fontaine), elle laissera échapper une phrase-poème sans rime : "Tu me manques…".

S'ajoute à ce tableau d'une journée ordinaire, la cohabitation avec une collègue dépressive, hypocondriaque, épuisée et un brin fouille-merde tant pour combler le désert de son existence elle se nourrit du malheur des autres. Heureusement qu'il y a l'électron libre d'Ewann, toujours impliqué dans les bons "coups", pour distraire la maîtresse. Certes, il est un peu lourd dans ses justifications - "ah non maîtresse je te jure, c'est pas moi qui l'ai mordu, c'est lui qui est venu se cogner contre mes dents !" - auxquelles, avec un humour désarmant, la maîtresse répondra, laissant une porte de sortie poétique au fautif : "Soit tu n'es pas très malin de te faire accuser pour rien, soit tu es un menteur qui fait rêver…".

© Pauline Saubesty.
© Pauline Saubesty.
Entre élève ingérable à gérer, enfant malheureuse pouvant donner des poings pour soulager sa rage intérieure, moquerie des petites filles modèles, la maîtresse jongle pour rassurer son monde par sa présence d'adulte bienveillante autant que ferme. Elle aura aussi affaire à la sacrosainte visite de l'Inspecteur de l'Éducation Nationale dissertant sur les processus cognitifs, les objectifs opérationnels au service des fondamentaux, sur la nécessaire différenciation pédagogique, "bla bla bla" jargonique bien éloigné de la réalité du vécu au quotidien… Heureusement, il y aura la kermesse de sortie qui, au-delà du stress de son organisation, libèrera le souffle cacophonique de chacun, communiant dans le même plaisir d'avoir vécu finalement une belle année.

Une seule en scène de Gloria Da Queija… qui n'en est pas un, tant le foisonnement de portraits plus vrais que nature a peuplé l'espace de la représentation. Belle énergie que celle de cette performeuse, très inspirée par le sujet…

Vu le dimanche 24 juillet à L'Espace Alya, Avignon.

"Cartable"

© Pauline Saubesty.
© Pauline Saubesty.
Texte : Gloria Da Queija et Vincent Toujas.
Mise en scène : Vincent Toujas.
Avec : Gloria Da Queija.
Régisseur : Tom Rojouan.
Par la Cie Toujours Là.
À partir de 7 ans.
Durée : 1 h 15.

•Avignon Off 2022•
Du 7 au 28 juillet 2022.
Tous les jours à 20 h 45, relâche le mardi.
L'Espace Alya, Salle B, 31 bis, rue Guillaume Puy, Avignon.
Réservations : 04 90 27 38 23.
>> alyatheatre.com

Yves Kafka
Samedi 30 Juillet 2022


1.Posté par le clézio le 25/02/2024 21:53
Bonjour
Je joue"votre corps me parle" toute la durée de festival OFF et j'aimerais savoir comment avoir un article sur voter page?

Bien cordialement
Marine 0766151901

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023