La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•Off 2022• "Cartable" Cahier journal d'une maîtresse-femme-orchestre…

On connaissait le petit Nicolas et sa bande de joyeux copains, Alceste le gros qui mange tout le temps, Clotaire le dernier de la classe, Agnan le chouchou de la maîtresse, Joachim le rêveur, Marie-Edwige qui est très chouette même si c'est une fille… Goscinny et Sempé les ont immortalisés dans les années soixante. Mais on ne connaissait pas encore Mme Tapis, professeure des écoles et sa nouvelle classe de CE1… Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Ewann, l'hyperactif fabulateur, Pierre, son acolyte sous influence, Justin, l'élève parfait, Lonna, la fille à problèmes, et Marie, la rêveuse dans les nuages, n'ont rien à leur envier. Tout aussi remuants et ingérables que leurs aînés, ils vont "agrémenter" la vie de leur chère maîtresse.



© Pauline Saubesty.
© Pauline Saubesty.
Être maîtresse, la doxa populaire se plaît à clamer que c'est le plus beau métier du monde… Oui, si on veut… Mais pourquoi ce métier alors - du moins en maternelle et primaire - est-il en quasi-totalité exercé par la gent féminine ? Les hommes laisseraient-ils par pure bonté aux femmes la part royale des métiers ? À moins que le salaire ne soit pas assez attractif… et la tâche jugée pas assez noble pour que les rejetons du patriarcat puissent s'y intéresser.

D'emblée, on entre dans l'antre de la machinerie pédagogique… Soit une (vraie) salle de classe réduite à son expression la plus rudimentaire : une chaise, avec laquelle la performeuse jouera, peuplant de ses interprétations époustouflantes l'espace nu pour le saturer de vie. Elle sera tour à tour les personnages traversant ce lieu témoin d'une comédie humaine effervescente. Des enfants aux collègues, à l'inspecteur de l'Éducation nationale, elle fera vivre ce monde de l'éducation avec justesse et humour, témoignant d'une empathie à toutes épreuves.

© Pauline Saubesty.
© Pauline Saubesty.
"Bonjour les enfants, vous avez passé de bonnes vacances ?" Le ouiii prononcé en chœur est perturbé par une première voix bougonne : "Trop nulles mes vacances ! Le centre de loisirs avec même pas de jeux vidéo !". Une autre voix, très "adaptée" celle-ci, s'inquiète de savoir si de nouveaux livres concernant la tragédie grecque seront disponibles dans le coin bibliothèque, ce à quoi un autre élève rétorque que les Wapiti, c'est pas pour lui, y'a trop de mots… Cet échange initial des plus "vivants" est accompagné de bruits répétitifs émis par une élève que les livres avec ou sans mots ennuient profondément, elle, elle préfère jouer avec le mécanisme de son stylo, ce qui énerve passablement sa gentille maîtresse jusqu'à lui faire perdre son sourire.

Quand vient le moment de distribuer aux élèves une fiche de renseignements, elle doit se rendre à l'évidence : la traitresse de photocopieuse n'a rien imprimé… Sauvée par la récréation ? Pas vraiment. Celui qui mange des feuilles, qui devrait être pris en charge, mais qui ne l'est pas, les parents étant dans le déni de ses difficultés et, de toute façon, il n'y a plus de place avec la psychologue avant février, vu les suppressions de postes. Celle qu'il faut surveiller, qui saute par-dessus le grillage et même que son instit, une année, s'est retrouvé aux urgences pour avoir voulu la rattraper.

© Pauline Saubesty.
© Pauline Saubesty.
Bref, un aperçu kaléidoscopique du quotidien ordinaire d'une classe et de sa cour de récréation… Suivra encore la récitation de poèmes où Justin, l'élève modèle, toujours le premier à se porter volontaire, délivrera avec gestes impeccables sa composition personnelle à la gloire de l'école et de la "maîtresse qui nous enchante", aussitôt suivi de la lunaire Marie… qui elle a complètement oublié ce qu'elle avait préparé. Ewann, monté sur ressorts, lui fera son show en éructant son poème à la gloire de la guerre… vite interrompu par le trou de mémoire qui fait rouler à terre le poète maudit. Quant à Lonna, crispée et travaillée autant par la rage intérieure d'un père absent que par les quolibets de ses gentilles camarades ("Cet âge est sans pitié", dixit La Fontaine), elle laissera échapper une phrase-poème sans rime : "Tu me manques…".

S'ajoute à ce tableau d'une journée ordinaire, la cohabitation avec une collègue dépressive, hypocondriaque, épuisée et un brin fouille-merde tant pour combler le désert de son existence elle se nourrit du malheur des autres. Heureusement qu'il y a l'électron libre d'Ewann, toujours impliqué dans les bons "coups", pour distraire la maîtresse. Certes, il est un peu lourd dans ses justifications - "ah non maîtresse je te jure, c'est pas moi qui l'ai mordu, c'est lui qui est venu se cogner contre mes dents !" - auxquelles, avec un humour désarmant, la maîtresse répondra, laissant une porte de sortie poétique au fautif : "Soit tu n'es pas très malin de te faire accuser pour rien, soit tu es un menteur qui fait rêver…".

© Pauline Saubesty.
© Pauline Saubesty.
Entre élève ingérable à gérer, enfant malheureuse pouvant donner des poings pour soulager sa rage intérieure, moquerie des petites filles modèles, la maîtresse jongle pour rassurer son monde par sa présence d'adulte bienveillante autant que ferme. Elle aura aussi affaire à la sacrosainte visite de l'Inspecteur de l'Éducation Nationale dissertant sur les processus cognitifs, les objectifs opérationnels au service des fondamentaux, sur la nécessaire différenciation pédagogique, "bla bla bla" jargonique bien éloigné de la réalité du vécu au quotidien… Heureusement, il y aura la kermesse de sortie qui, au-delà du stress de son organisation, libèrera le souffle cacophonique de chacun, communiant dans le même plaisir d'avoir vécu finalement une belle année.

Une seule en scène de Gloria Da Queija… qui n'en est pas un, tant le foisonnement de portraits plus vrais que nature a peuplé l'espace de la représentation. Belle énergie que celle de cette performeuse, très inspirée par le sujet…

Vu le dimanche 24 juillet à L'Espace Alya, Avignon.

"Cartable"

© Pauline Saubesty.
© Pauline Saubesty.
Texte : Gloria Da Queija et Vincent Toujas.
Mise en scène : Vincent Toujas.
Avec : Gloria Da Queija.
Régisseur : Tom Rojouan.
Par la Cie Toujours Là.
À partir de 7 ans.
Durée : 1 h 15.

•Avignon Off 2022•
Du 7 au 28 juillet 2022.
Tous les jours à 20 h 45, relâche le mardi.
L'Espace Alya, Salle B, 31 bis, rue Guillaume Puy, Avignon.
Réservations : 04 90 27 38 23.
>> alyatheatre.com

Yves Kafka
Samedi 30 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022