La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•Off 2022• "Surexpositions (Patrick Dewaere)", une vie (d'artiste) en pente douce…

Il est des noms qui cristallisent à eux seuls les affects et jugements les plus passionnés, comme si les surexpositions qui furent les leurs irradiaient bien après leur disparition. Patrick Deweare a vécu comme il a joué, confondant sa vie personnelle et sa vie d'artiste dans les mêmes exigences de liberté portées jusqu'à leur incandescence. Les rôles de paumés, losers, rebelles, qu'il endossait à l'envi étaient comme une seconde peau. Marion Aubert et Julien Rocha, entourés de leurs quatre complices au plateau, s'emparent de cette matière en fusion, non pour en livrer un biopic sulfureux, mais pour donner à voir les fragments d'un discours amoureux dont il serait le combustible.



01 © Julien Bruhat.
01 © Julien Bruhat.
Sur une scène convertie en studio de cinéma, la caméra (notre œil) participe du tournage à rebours de séquences phares éclairant une trajectoire de trente-cinq années hors normes, volant en éclats un début d'après-midi de juillet 1982. Aucune nostalgie sacramentelle ici mais, dans l'esprit même du sujet abordé, un foutoir délicieux, bouillonnant de séquences truculentes interprétées par quatre acteurs jouant tous les rôles… Patrick Deweare à la mèche rebelle et à la moustache soulignant un sourire mélancolique lourd de rage rentrée, Miou Miou, la jeune femme libérée, menant son jeu sans entrave, Gérard Depardieu, affublé de son pif conséquent, Coluche et son nez rouge, Romain Bouteille et son col roulé, Bertrand Blier et sa pipe, Jeanne Moreau et son phrasé, etc., tous ces avatars enjoués vont faire revivre leur modèle original.

Construit comme des zooms successifs autour de focales mythiques - "Les Valseuses", "La Meilleure façon de marcher", "Série Noire", etc. -, les scènes sont rejouées à vue de manière décalée. Remake de la séquence de Miou Miou au lit avec Patrick et Gérard dans "Les Valseuses", les deux garçons pantalon sur les talons et cul à l'air se précipitant sur elle, un morceau d'anthologie "réhabilité" avec humour en direct pour mieux faire entendre la liberté exceptionnelle de l'époque soixante-huitarde où les femmes avaient conquis le droit de jouir (ou pas) à leur guise. Lorsque l'on sait que l'acteur était alors (mais pas que) "en couple" avec Miou Miou et qu'un an après elle le quitterait en toute liberté pour le beau Julien Clerc, rupture au point de départ d'une dégringolade annoncée, le relief de la scène hilarante d'érotisme délié devient autre. Vivre jusqu'à en mourir…

© Remi Blasquez.
© Remi Blasquez.
Il est vrai qu'être né dans les coulisses d'un théâtre, alors que sa mère actrice venait de sortir de scène, constitue une entrée fracassante dans la prédestination d'un homme acteur, "né dans les poubelles d'un théâtre", dira-t-il, le nom de son père lui étant inconnu. Les trois comédiens campant superbement le trio des valseuses - Pierrot/Patrick, Jean-Claude/Gérard et Marie-Ange/Miou Miou - échangent sur cette époque où "on ne parlait pas politique, mais où on était politique", de cette époque où Bertrand Blier (épais favoris, lunettes et pipe en main), le réalisateur iconoclaste, explique qu'il voulait tout bonnement "faire dérailler la France" encore bien coincée. "Les rôles n'étaient pas joués, on les vivait". Et l'actrice jouant Miou Miou de traverser le plateau, sautillante, libre comme l'air, culotte à la main et fesses à l'air.

D'autres clins d'œil encore pleins de malices libertaires verront Jeanne Moreau, jouant une femme abîmée par la vie, se donner du bon temps avec les deux garçons des "Valseuses" avant de se tirer en coulisses une balle dans le vagin. Ou encore les deux compères songeurs, leur ligne plongée dans un seau, entendre Miou Miou leur raconter innocemment comment elle a réussi à jouir avec un autre… avant de se faire déverser leurs seaux d'eau sur son ingénue frimousse.

L'idée de la virilité dans les années soixante, où l'homosexualité était rangée dans la catégorie des maladies mentales, sera épinglée sur le plateau par Claude Miller, costume et larges lunettes : "Patrick, jouant dans "La meilleure façon de marcher" le viril Marc, surprenant Philippe, le corps enserré dans sa robe rouge, était authentique et comme toujours dans l'excès". Quand il s'agira du "Juge Fayard", Yves Boisset lui confiera tout naturellement le rôle du Sheriff, redresseur de torts aux méthodes musclées pour s'attaquer aux gens de pouvoir. Comme dans "Coup de tête" de Jean-Jacques Annaud où il sera le footballeur maudit qui réussira à régler son compte à la crapule vedette.

© Remi Blasquez.
© Remi Blasquez.
Enfin, le tournage de "Série Noire" d'Alain Corneau où Patrick Dewaere lui exprime son désir de "se barrer de ce film de merde, deux types paumés (lui, Franck Poupart le minable représentant de commerce à l'étroit dans sa vie, et Marie Trintignant, la séduisante et perdue Mona) dans un film de paumés". Et la scène culte où il cogne sa tête contre la voiture, si elle apparaît si vraie, c'est qu'il s'est réellement projeté sur le capot… Sur le tournage, Alain Corneau confie encore que "Dewaere était comme possédé, semblait ne faire qu'un avec Frank. Il n'hésitait pas à utiliser ses souffrances les plus profondes pour donner vie au personnage, confondant de manière permanente réalité et fiction".

Quant à l'ultime coup d'éclat de celui qui a brûlé sa vie, il est à placer encore sous l'égide du romanesque d'une ultime séparation sentimentale de cet homme blessé en quête d'amour et de reconnaissance. Ce soir, sur le plateau d'un théâtre, Patrick Dewaere a sans doute eu l'audience qu'il aurait toujours souhaité avoir : non pas être célébré comme un acteur écorché vif, mais être reconnu pour ce qu'il était, un homme fragile et sensible. Et ce grâce à l'intelligence tout aussi sensible de la Compagnie le Souffleur de Verre.

Vu le mercredi 27 juillet à La Factory, Théâtre de L'Oulle, Avignon.

"Surexpositions (Patrick Dewaere)"

Texte : Marion Aubert.
Mise en scène : Julien Rocha.
Avec : Margaux Desailly, Fabrice Gaillard, Johanna Nizard, Cédric Veschambre.
Dramaturgie : Émilie Beauvais, Julien Rocha.
Scénographie : Clément Dubois.
Création sonore : Benjamin Gibert.
Création lumière : Nicolas Galland.
Régie générale : Clément Breton.
Régie lumière : Nicolas Galland, en alternance avec Amandine Robert et Alexandre Schreiber.
Régie son et vidéo : Julien Lemaire, en alternance avec Yann Sandeau.
Costumes : Marie-Fred Fillion.
Perruques : Cécile Kretschmar.
Par la Cie Le Souffleur de Verre.
À partir de 16 ans.
Durée : 1 h 50.

•Avignon Off 2022•
Du 7 au 30 juillet 2022.
Tous les jours à 21 h 40, relâche le lundi.
La Factory, Théâtre de L'Oulle, 19, place Crillon (en juillet), Avignon.
Tél. : 09 74 74 64 90.
>> theatredeloulle.com

Tournée
Du 13 au 23 octobre 2022 : Théâtre Les Célestins, Lyon (69).
10 décembre 2022 : La Chartreuse, Villeneuve-lez-Avignon (30).
3 avril 2023 : Théâtre de Châtillon, Châtillon (92).
6 et 7 avril 2023 : Les Quinconces, Vals-Les Bains (07).
13 avril 2023 : Le Carreau, Forbach (57).
Saison 2023-2024 (en cours) : MC2, Grenoble (38).

Yves Kafka
Dimanche 31 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022