La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• La Trilogie des contes immoraux (Pour Europe) L'empire des "sens"…

Après cette chevauchée fantastique de trois heures ininterrompues qui nous a menés de l'apparente placide "Maison mère" à l'opéra flamboyant du "Temple Père" débordant de prétention phallique, pour se retrouver à "La rencontre interdite" ouvrant une brèche dans un paysage colonisé par les forces sataniques de l'oppression, on se retrouve comme hébétés après un grand choc… Secoués de part en part par un déluge d'émotions visuelles et acoustiques, on a du mal à reprendre pied tant nos sens ont été "affolés" pour nous donner accès… au sens ordinairement invisible des organisations sociétales pérennes.



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
"Les Bâtisseurs d'empire" de Boris Vian trouvent, sur le plateau du monde tragi-burlesque de Phia Ménard, un écho démultiplié. L'architecture des trois volets de "Pour Europe" est reliée par le désir insatiable, depuis que le monde est monde, de construire un toit commun pour rendre l'humanité habitable… À ceci près que nombre de bâtisseurs d'empire utilisent les plans à leur seul usage, faisant délibérément fi du bien commun, nécessitant alors des opprimés la capacité de destruction, autre étape éminemment nécessaire dans la construction d'un monde qui "tienne debout" les êtres humains rassemblés.

"Construire déconstruire", couple de forces antagonistes s'étayant l'une l'autre et produisant des synergies porteuses, selon les rapports en présence, d'ouvertures démocratiques ou, aux antipodes, d'enfermements totalitaires. Ainsi, du premier tableau de la construction d'une gigantesque maison en carton qui s'avèrera être une réplique au dixième du prestigieux Parthénon, résonnant dans la conscience collective comme le lieu mythique où est née au Ve siècle avant notre ère la démocratie athénienne si imparfaite, eut-elle été. Inlassablement, avec la minutie et la détermination d'une adepte d'un jeu de constructions, une Athéna version punk (bottes hautes, collant résille, short de cuir noir et blouson clouté) s'applique à découper, déplier, replier, scotcher et tronçonner le carton gigantesque recouvrant le plateau pour "l'élever" à sa fonction de Temple d'Athéna.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
De ses efforts réitérés, contrariés parfois par la fantaisie d'un vent espiègle, émergera la "chambre des femmes célibataires ou demeure des vierges" (traduction de Parthénon en grec ancien). L'Athéna contemporaine contemplera longtemps son œuvre, la couvant du regard… avant qu'un déluge torrentiel s'abattant des cintres finisse par saper le carton des murs imbibés d'eau jusqu'à ce qu'effondrement s'ensuive. Ainsi, il en va de la destinée de "Maison mère" construite par une femme-déesse de la sagesse, protectrice de la Cité, et s'écroulant sous l'effet de la colère de Zeus. Foudre à la main et grondement de tonnerre sur le plateau, le Dieu des Dieux passablement irrité qu'une femme ait pu oser lui porter ombre sur la scène d'un théâtre en construisant un tel édifice, détruit des coulisses l'œuvre impie.

Dans les ruines noyées de "Maison mère", accompagnées de lamentos envoûtants, d'étranges créatures revêtues de combinaisons noires les confondant dans la masse d'un sous-peuple vont s'employer à faire disparaître les restes de la construction "éphé-mère". Dans ce paysage crépusculaire de fin d'un monde, leurs gestes chorégraphiés se répètent mécaniquement avant qu'ils ne s'agenouillent devant l'Impératrice surgie d'un monumental anneau barrant le fond de scène. Dès lors, portés par les airs et les chants d'un opéra flamboyant dont les accents furieux déchireront les tympans, ils n'auront de cesse d'assembler servilement les panneaux de la gigantesque tour dont le dernier étage défiera le sens commun en se perdant au-delà des cintres.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Monde d'excès, à la hiérarchie pyramidale, où les esclaves sont soumis corps et âme au pouvoir absolu d'une Impératrice bâtisseuse poussant des cris d'extase orgasmique à chaque élévation de la tour. Offrant alors majestueusement à ses sujets les dernières cales pour fixer les panneaux entre eux, elle s'impose comme le Grand Horloger de ce chantier géant parcouru en tous sens et en toutes hauteurs - prodigieux les acteurs acrobates évoluant à plus de dix mètres du sol - par les fourmis bâtisseuses. Architecte mystique, elle psalmodie des formules liturgiques à la gloire de ce "Temple Père" consacrant le pouvoir vertical qu'est le sien, pouvoir qu'elle n'autorise personne à contester, seule l'adoration de sa personne est de mise.

Pour en terminer avec le pouvoir démentiel des "Patriarches" de tous poils, un troisième volet réserve la surprise de "La Rencontre interdite", celle avec le public de la salle "éclairée". Une créature échappée de la Tour - Phia Ménard - nue dans la vérité de sa nature de femme, se dirigera vers nous, nous invitant du regard à la suivre. Se retournant alors vers l'immense rideau de toile tombé sur le Temple Père, désormais réduit à son obsolescence programmée, elle accomplira avec notre complicité - nous sommes tous derrière elle… - l'acte libérateur attendu depuis des siècles…

Fresque homérique convoquant des ressources plastiques, musicales et corporelles hors normes pour les mettre au service d'une dramaturgie aux résonances tragiques, "La trilogie des contes immoraux" est un monument à verser au patrimoine d'une humanité en panne de pensée révolutionnaire… de pensée tout court. La trame, le drame, donne à voir avec force comment la toxicité du patriarcat et de son double, le pouvoir libéral, ne peuvent qu'aboutir à vouloir leur destruction. Phia Ménard, dans le droit fil de ce qu'elle est, une femme artiste engagée corps et âme dans ce qui fait théâtre, réussit pleinement ici son nouveau pari esthétique, dramaturgique… et politique.

"La trilogie des contes immoraux (Pour Europe)"

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
"Maison Mère", "Temple Père", "La Rencontre interdite"
Texte, scénographie, mise en scène : Phia Ménard.
Assistante à la mise en scène : Clarisse Delile.
Dramaturgie : Jonathan Drillet.
Avec : Fanny Alvarez, Rémy Balagué, Inga Huld Hákonardóttir, Erwan Ha Kyoon Larcher, Élise Legros, Phia Ménard.
Lumière : Éric Soyer, Gwendal Malard.
Son : Ivan Roussel, Mateo Provost.
Costumes : Fabrice Ilia Leroy, Yolène Guais.
Matières : Pierre Blanchet, Rodolphe Thibaud.
Construction, accessoires : Philippe Ragot.
Régie générale de création : François Aubry dit Moustache.
Régie plateau : François Aubry, Pierre Blanchet, David Leblanc, Rodolphe Thibaud, Félix Löhmann et Philippe Marie.
Compagnie Non Nova - Phia Ménard.
Durée : 3 h sans entracte.

•Avignon In 2021•
Du 19 au 25 juillet 2021.
À 17 h, relâche le 22 juillet.
Opéra Confluence, Avignon (84).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

Tournée
24 au 26 août 2021 : Wiener Festwochen, Wien (Autriche).
8 au 10 octobre 2021 : Le Quai - CDN Angers Pays de la Loire, Angers (49).
15 au 16 décembre 2021 : CDN Orléans - Centre-Val de Loire, Orléans (45).
6 au 12 janvier 2022 : MC93, Bobigny (93).
28 au 29 janvier 2022 : TANDEM - Scène nationale Arras-Douai, Douai (59).
4 au 5 février 2022 : deSingel, Anvers (Belgique).
4 au 5 mars 2022 : Scène Nationale du Sud-Aquitain, Bayonne (64).
18 au 19 mars 2022 : Espace Malraux, Chambéry (73).
24 au 25 mars 2022 : Les Quinconces-L'Espal, Le Mans (72).
30 au 31 mars 2022 : Le Grand R, La Roche-sur-Yon (85).
28 avril au 5 mai 2022 : TNB - Théâtre National de Bretagne, Rennes (35).

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.

Yves Kafka
Mercredi 21 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021