La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•In 2019• Macbeth Philosophe L'illusion tragique portée à son incandescence

"Est-ce que c'est moi qui fais mon destin ? Est-ce mon destin qui me fait ?" s'interroge Macbeth, le héros fou, poète maudit de William Shakespeare, en proie à la réalisation des prophéties des trois sorcières. La question en soi touche à l'essence même de la condition humaine, mais lorsqu'elle emprunte, pour se faire entendre, les voix à l'unisson des huit acteurs de l'atelier théâtre du Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet, cette interrogation princeps acquiert un volume démultiplié par le parcours des actants, jusqu'à résonner longtemps entre les murs monumentaux de La Chartreuse.



© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Lorsque Olivier Py, fidèle à son engagement au service d'une "politique d'accessibilité de la culture à tous les publics", réalise en actes (théâtraux) son discours en proposant avec Enzo Verdet, son complice artistique, un travail suivi avec les pensionnaires du centre pénitentiaire autour de l'œuvre monde de William Shakespeare, cela donne Hamlet, en 2017, et Macbeth Philosophe, cette année. Et ce qui vaut de la démarche tient - avant tout - à la réussite artistique de l'affaire.

Interprétant "la pièce écossaise" - longtemps non jouée parce que réputée porter malheur - avec une fougue sans retenue, les acteurs détenus font littéralement exploser le texte traduit dans une langue sans concessions par Olivier Py. Leurs voix - peut-être un peu trop, même si, sans aucun doute, cela fait partie du contrat artistique - s'enflent pour faire chœur afin de délivrer les paroles convoquant le déchaînement des meurtres perpétrés "sous influence".

Car, cette tragédie, sans doute la plus noire du natif de Stratford, pousse jusqu'à la nausée les répercussions du désir de pouvoir lorsque celui-ci trouve dans des appuis inattendus l'occasion de flamber. Macbeth était un général loyal et vaillant au service de Duncan, roi d'Écosse. Ne venait-il pas de mettre en déroute les armées norvégiennes soutenues par un félon dont, pour récompense, il venait d'hériter des mains de son Roi du titre de thane de Cawdor ?

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Mais il aura suffi qu'il entende le bruit des sirènes - en l'occurrence les incantations prédictives de Trois sorcières croisées dans les landes - pour que se réveille en lui un irrépressible désir de puissance, déclenchant, dans son esprit faible, un processus imparable de folies meurtrières accompagnées d'hallucinations douloureuses. Il faut dire que Lady Macbeth sera, dans cette fièvre funeste qui s'empare de lui, une alliée déterminante. Attisant les braises de son aspiration démente à devenir le maître absolu du Royaume, elle fera tomber les derniers remparts de sa pauvre raison.

Macbeth rentre en cela en écho - du moins peut-on à notre tour risquer "le prédire" - avec des éléments de l'itinéraire des acteurs. Non pas dans l'extrême violence, dont Macbeth est la première victime en tant qu'acteur impuissant de sa propre destruction à l'œuvre… Mais dans l'épuisement du symbolique les ayant, un temps, fait confondre l'illusion des rêves inassouvis avec la réalisation "coûte que coûte" de ces insatisfactions ne trouvant pour se dire d'autres issues qu'un passage à l'acte.

Et lorsque la raison émergera des brumes funestes où elle sombre pour le malheur de tous, lorsque cessera l'influence mortifère de sa lady engluée jusqu'à en mourir elle-même dans la culpabilité du sang collé à ses mains rougies par les crimes en cascade, il sera trop tard. Les deux dernières prédictions qui, croyait-il, le rendaient invulnérable, se réaliseront : "la forêt" (sous la forme de guerriers dissimulés derrière des branches feuillues) marchera vers lui et un homme non né d'une femme (naissance par césarienne) lui portera le coup fatal, libérant ainsi le peuple d'Écosse du tyran sanguinaire.

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Édifiante en soi, cette histoire dans laquelle l'illusion entraîne le tragique de destinées frappées par le malheur, sa portée est d'autant plus forte que sa mise en jeu en renforce grandement l'impact. En effet, le dispositif scénique inventé immerge les acteurs, surgissant des deux extrémités de l'immense Chartreuse, parmi les spectateurs rangés de part et d'autre de la travée centrale. Ce faisant, est rendu "palpable" leur corps dont les tensions resurgissent jusqu'à nous dans la proximité que nous entretenons avec eux.

Quant à la contrainte imposée de fait par la présence d'acteurs exclusivement masculins, Olivier Py et Enzo Verdet ont su la transformer en un atout : Lady Macbeth devient ainsi le double intérieur de son mari torturé, elle "est" en chair et en os sa folie incarnée. Dire que l'on est touché par cette proposition artistique tonitruante (les acteurs, sans micro, développent une force vocale exceptionnelle), donnerait au bas mot une pâle idée du choc ressenti face à la réception de cet objet artistique porté par de vrais acteurs, engagés dans un combat qui dépasse, certes, le cadre de la simple représentation.

C'est peut-être sans doute là, à cet endroit précis où le Théâtre révèle les puissances tragiques à l'œuvre en chacun, que "se joue" la réussite de ce très beau travail. Au théâtre, les mots sont des actions.

Spectacle créé le 10 juillet au Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet.

"Macbeth Philosophe"

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
D'après William Shakespeare.
Traduction et adaptation : Olivier Py.
Avec les participants de l'atelier théâtre du Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet : Christian, Mohamed, Mourad, Olivier, Philippe, Redwane, Samir, Youssef.
Ateliers de création théâtrale dirigés par : Olivier Py et Enzo Verdet.
Production Festival d'Avignon.
avec le soutien de la Fondation M6, du Fonds interministériel de prévention pour la délinquance / Ministère de l'Intérieur
en collaboration avec la Direction de l'Administration pénitentiaire
Durée : 1 h.

•Avignon In 2019•
A été représenté le 17 juillet à 15 h, les 18 et 19 juillet à 11 h et 15 h
La Chartreuse-CNES
58, Rue de la République,
Villeneuve-lès-Avignon.
Réservations : 04 90 14 14 14.
>> festival-avignon.com

Yves Kafka
Samedi 20 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019