La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•In 2019• Macbeth Philosophe L'illusion tragique portée à son incandescence

"Est-ce que c'est moi qui fais mon destin ? Est-ce mon destin qui me fait ?" s'interroge Macbeth, le héros fou, poète maudit de William Shakespeare, en proie à la réalisation des prophéties des trois sorcières. La question en soi touche à l'essence même de la condition humaine, mais lorsqu'elle emprunte, pour se faire entendre, les voix à l'unisson des huit acteurs de l'atelier théâtre du Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet, cette interrogation princeps acquiert un volume démultiplié par le parcours des actants, jusqu'à résonner longtemps entre les murs monumentaux de La Chartreuse.



© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Lorsque Olivier Py, fidèle à son engagement au service d'une "politique d'accessibilité de la culture à tous les publics", réalise en actes (théâtraux) son discours en proposant avec Enzo Verdet, son complice artistique, un travail suivi avec les pensionnaires du centre pénitentiaire autour de l'œuvre monde de William Shakespeare, cela donne Hamlet, en 2017, et Macbeth Philosophe, cette année. Et ce qui vaut de la démarche tient - avant tout - à la réussite artistique de l'affaire.

Interprétant "la pièce écossaise" - longtemps non jouée parce que réputée porter malheur - avec une fougue sans retenue, les acteurs détenus font littéralement exploser le texte traduit dans une langue sans concessions par Olivier Py. Leurs voix - peut-être un peu trop, même si, sans aucun doute, cela fait partie du contrat artistique - s'enflent pour faire chœur afin de délivrer les paroles convoquant le déchaînement des meurtres perpétrés "sous influence".

Car, cette tragédie, sans doute la plus noire du natif de Stratford, pousse jusqu'à la nausée les répercussions du désir de pouvoir lorsque celui-ci trouve dans des appuis inattendus l'occasion de flamber. Macbeth était un général loyal et vaillant au service de Duncan, roi d'Écosse. Ne venait-il pas de mettre en déroute les armées norvégiennes soutenues par un félon dont, pour récompense, il venait d'hériter des mains de son Roi du titre de thane de Cawdor ?

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Mais il aura suffi qu'il entende le bruit des sirènes - en l'occurrence les incantations prédictives de Trois sorcières croisées dans les landes - pour que se réveille en lui un irrépressible désir de puissance, déclenchant, dans son esprit faible, un processus imparable de folies meurtrières accompagnées d'hallucinations douloureuses. Il faut dire que Lady Macbeth sera, dans cette fièvre funeste qui s'empare de lui, une alliée déterminante. Attisant les braises de son aspiration démente à devenir le maître absolu du Royaume, elle fera tomber les derniers remparts de sa pauvre raison.

Macbeth rentre en cela en écho - du moins peut-on à notre tour risquer "le prédire" - avec des éléments de l'itinéraire des acteurs. Non pas dans l'extrême violence, dont Macbeth est la première victime en tant qu'acteur impuissant de sa propre destruction à l'œuvre… Mais dans l'épuisement du symbolique les ayant, un temps, fait confondre l'illusion des rêves inassouvis avec la réalisation "coûte que coûte" de ces insatisfactions ne trouvant pour se dire d'autres issues qu'un passage à l'acte.

Et lorsque la raison émergera des brumes funestes où elle sombre pour le malheur de tous, lorsque cessera l'influence mortifère de sa lady engluée jusqu'à en mourir elle-même dans la culpabilité du sang collé à ses mains rougies par les crimes en cascade, il sera trop tard. Les deux dernières prédictions qui, croyait-il, le rendaient invulnérable, se réaliseront : "la forêt" (sous la forme de guerriers dissimulés derrière des branches feuillues) marchera vers lui et un homme non né d'une femme (naissance par césarienne) lui portera le coup fatal, libérant ainsi le peuple d'Écosse du tyran sanguinaire.

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Édifiante en soi, cette histoire dans laquelle l'illusion entraîne le tragique de destinées frappées par le malheur, sa portée est d'autant plus forte que sa mise en jeu en renforce grandement l'impact. En effet, le dispositif scénique inventé immerge les acteurs, surgissant des deux extrémités de l'immense Chartreuse, parmi les spectateurs rangés de part et d'autre de la travée centrale. Ce faisant, est rendu "palpable" leur corps dont les tensions resurgissent jusqu'à nous dans la proximité que nous entretenons avec eux.

Quant à la contrainte imposée de fait par la présence d'acteurs exclusivement masculins, Olivier Py et Enzo Verdet ont su la transformer en un atout : Lady Macbeth devient ainsi le double intérieur de son mari torturé, elle "est" en chair et en os sa folie incarnée. Dire que l'on est touché par cette proposition artistique tonitruante (les acteurs, sans micro, développent une force vocale exceptionnelle), donnerait au bas mot une pâle idée du choc ressenti face à la réception de cet objet artistique porté par de vrais acteurs, engagés dans un combat qui dépasse, certes, le cadre de la simple représentation.

C'est peut-être sans doute là, à cet endroit précis où le Théâtre révèle les puissances tragiques à l'œuvre en chacun, que "se joue" la réussite de ce très beau travail. Au théâtre, les mots sont des actions.

Spectacle créé le 10 juillet au Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet.

"Macbeth Philosophe"

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
D'après William Shakespeare.
Traduction et adaptation : Olivier Py.
Avec les participants de l'atelier théâtre du Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet : Christian, Mohamed, Mourad, Olivier, Philippe, Redwane, Samir, Youssef.
Ateliers de création théâtrale dirigés par : Olivier Py et Enzo Verdet.
Production Festival d'Avignon.
Avec le soutien de la Fondation M6, du Fonds interministériel de prévention pour la délinquance / Ministère de l'Intérieur
en collaboration avec la Direction de l'Administration pénitentiaire
Durée : 1 h.

•Avignon In 2019•
A été représenté le 17 juillet à 15 h, les 18 et 19 juillet à 11 h et 15 h
La Chartreuse-CNES
58, Rue de la République,
Villeneuve-lès-Avignon.
Réservations : 04 90 14 14 14.
>> festival-avignon.com

Yves Kafka
Samedi 20 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021







Partenariat



À découvrir

"Gloucester Time, Matériau Shakespeare, Richard III" Crimes et machinations, une histoire de rois… interprétée "royalement"

D'abord le souffle puissant d'un dramaturge d'exception, William Shakespeare, pour s'emparer au XVIe siècle des combats fratricides opposant trente ans durant la famille des York à celle des Lancaster, avant que l'un d'eux, Richard duc de Gloucester, ne les surpasse en perfidie machiavélique… Puis un metteur en scène, Matthias Langhoff, pour, à la fin du XXe siècle, monter ce drame atemporel… Enfin, deux acteurs embarqués dans la première aventure, Frédérique Loliée et Marcial Di Fonzo Bo, pour remonter sur les planches en reprenant vingt-cinq années plus tard la mise en scène de leur mentor… Voilà de quoi est fait ce bouillonnant "Matériau Shakespeare".

© Christophe Raynaud de Lage.
D'emblée, on est immergé dans un décor fabuleux devenu, en 2022, une curiosité à lui seul. En effet, l'époque privilégiant les plateaux quasi-nus pour des raisons autant esthétiques que financières, on n'est pas peu surpris de découvrir une gigantesque machinerie de treuils et autres parquets inclinés commandés à vue par des techniciens faisant dérober sous les pieds des protagonistes le sol qui, au propre comme au figuré, à chaque instant risque de les engloutir. Jusqu'à la Tour de Londres que l'on devine en haut du monumental escalier, au-dessus du pont-levis. Une machinerie exceptionnelle propre à rendre compte des machinations qui vont déferler trois heures durant devant nos yeux fascinés…

Comme à l'époque du théâtre élisabéthain où celui-ci était lieu de rencontres festives, tout commence par un défilé d'invités qui, verre à la main, portable vissé à l'oreille, cameramen filmant la scène, rejoignent sourires de circonstance accrochés aux lèvres "le décor"… À l'exception cependant de la veuve d'Henri VI, bannie du royaume, qui sera, elle, évacuée manu militari par les agents de sécurité du théâtre, elle et son cabas plastique griffé "Bordeaux" où elle a entassé vaille que vaille quelques objets personnels… Ainsi est créé un continuum temporel, dévoilant au-delà des cinq siècles qui les séparent les coulisses des jeux de massacre pour la conquête du pouvoir… À quelques nuances près certes, quoique, en 2022…

Yves Kafka
14/02/2022
Spectacle à la Une

"Black Mountain" Polar psychologique théâtral tout terrain !

Polar tendu sur la trahison et le pardon, entre thriller d'horreur et dissection psychologique d'un rapport humain… Entre Rebecca et Paul… Lui a trahi, ils veulent faire le point, mais la tension monte… "Je pense que je veux que tu aies mal. Je suis désolé mais c'est ce que je veux. Je veux que tu aies réellement mal."

© Caroline Ablain.
Rebecca et Paul se sont isolés dans une cabane à la montagne… pour tenter de sauver leur couple, pour faire le point après une trahison encore ardente. À moins que l’un des deux ait d’autres projets en tête. Ils ont décidé de se retrouver seuls, à l’écart du monde, de s’offrir du temps et de l’espace pour être honnêtes et s’écouter. À moins qu’ils ne soient pas seuls.

Après "Nature morte dans un fossé", précédent succès du groupe Vertigo, "Black Mountain" de Brad Birch est dans la même lignée, un spectacle noir mais non dénué d'humour, avec suspense et ambiances légèrement horrifiques… dans une forme légère pour s'adapter à toutes types de lieux.

Ici, Guillaume Doucet, Bérangère Notta et Alice Vannier du groupe Vertigo ont respecté les volontés (didascalies) de l'auteur en matière de scénographie. Ainsi on découvre un décor minimaliste avec pour seule structure délimitant l'espace un cube composé de ses seules arêtes (sans parois), mais matérialisé en fond par un mur de planches de bois simplement percé d'une fenêtre rectangulaire avec un rideau noir, seul élément composé, concret, suggérant la cuisine.

Dominique Debeauvais
08/04/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022