La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•In 2019• Macbeth Philosophe L'illusion tragique portée à son incandescence

"Est-ce que c'est moi qui fais mon destin ? Est-ce mon destin qui me fait ?" s'interroge Macbeth, le héros fou, poète maudit de William Shakespeare, en proie à la réalisation des prophéties des trois sorcières. La question en soi touche à l'essence même de la condition humaine, mais lorsqu'elle emprunte, pour se faire entendre, les voix à l'unisson des huit acteurs de l'atelier théâtre du Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet, cette interrogation princeps acquiert un volume démultiplié par le parcours des actants, jusqu'à résonner longtemps entre les murs monumentaux de La Chartreuse.



© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Lorsque Olivier Py, fidèle à son engagement au service d'une "politique d'accessibilité de la culture à tous les publics", réalise en actes (théâtraux) son discours en proposant avec Enzo Verdet, son complice artistique, un travail suivi avec les pensionnaires du centre pénitentiaire autour de l'œuvre monde de William Shakespeare, cela donne Hamlet, en 2017, et Macbeth Philosophe, cette année. Et ce qui vaut de la démarche tient - avant tout - à la réussite artistique de l'affaire.

Interprétant "la pièce écossaise" - longtemps non jouée parce que réputée porter malheur - avec une fougue sans retenue, les acteurs détenus font littéralement exploser le texte traduit dans une langue sans concessions par Olivier Py. Leurs voix - peut-être un peu trop, même si, sans aucun doute, cela fait partie du contrat artistique - s'enflent pour faire chœur afin de délivrer les paroles convoquant le déchaînement des meurtres perpétrés "sous influence".

Car, cette tragédie, sans doute la plus noire du natif de Stratford, pousse jusqu'à la nausée les répercussions du désir de pouvoir lorsque celui-ci trouve dans des appuis inattendus l'occasion de flamber. Macbeth était un général loyal et vaillant au service de Duncan, roi d'Écosse. Ne venait-il pas de mettre en déroute les armées norvégiennes soutenues par un félon dont, pour récompense, il venait d'hériter des mains de son Roi du titre de thane de Cawdor ?

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Mais il aura suffi qu'il entende le bruit des sirènes - en l'occurrence les incantations prédictives de Trois sorcières croisées dans les landes - pour que se réveille en lui un irrépressible désir de puissance, déclenchant, dans son esprit faible, un processus imparable de folies meurtrières accompagnées d'hallucinations douloureuses. Il faut dire que Lady Macbeth sera, dans cette fièvre funeste qui s'empare de lui, une alliée déterminante. Attisant les braises de son aspiration démente à devenir le maître absolu du Royaume, elle fera tomber les derniers remparts de sa pauvre raison.

Macbeth rentre en cela en écho - du moins peut-on à notre tour risquer "le prédire" - avec des éléments de l'itinéraire des acteurs. Non pas dans l'extrême violence, dont Macbeth est la première victime en tant qu'acteur impuissant de sa propre destruction à l'œuvre… Mais dans l'épuisement du symbolique les ayant, un temps, fait confondre l'illusion des rêves inassouvis avec la réalisation "coûte que coûte" de ces insatisfactions ne trouvant pour se dire d'autres issues qu'un passage à l'acte.

Et lorsque la raison émergera des brumes funestes où elle sombre pour le malheur de tous, lorsque cessera l'influence mortifère de sa lady engluée jusqu'à en mourir elle-même dans la culpabilité du sang collé à ses mains rougies par les crimes en cascade, il sera trop tard. Les deux dernières prédictions qui, croyait-il, le rendaient invulnérable, se réaliseront : "la forêt" (sous la forme de guerriers dissimulés derrière des branches feuillues) marchera vers lui et un homme non né d'une femme (naissance par césarienne) lui portera le coup fatal, libérant ainsi le peuple d'Écosse du tyran sanguinaire.

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Édifiante en soi, cette histoire dans laquelle l'illusion entraîne le tragique de destinées frappées par le malheur, sa portée est d'autant plus forte que sa mise en jeu en renforce grandement l'impact. En effet, le dispositif scénique inventé immerge les acteurs, surgissant des deux extrémités de l'immense Chartreuse, parmi les spectateurs rangés de part et d'autre de la travée centrale. Ce faisant, est rendu "palpable" leur corps dont les tensions resurgissent jusqu'à nous dans la proximité que nous entretenons avec eux.

Quant à la contrainte imposée de fait par la présence d'acteurs exclusivement masculins, Olivier Py et Enzo Verdet ont su la transformer en un atout : Lady Macbeth devient ainsi le double intérieur de son mari torturé, elle "est" en chair et en os sa folie incarnée. Dire que l'on est touché par cette proposition artistique tonitruante (les acteurs, sans micro, développent une force vocale exceptionnelle), donnerait au bas mot une pâle idée du choc ressenti face à la réception de cet objet artistique porté par de vrais acteurs, engagés dans un combat qui dépasse, certes, le cadre de la simple représentation.

C'est peut-être sans doute là, à cet endroit précis où le Théâtre révèle les puissances tragiques à l'œuvre en chacun, que "se joue" la réussite de ce très beau travail. Au théâtre, les mots sont des actions.

Spectacle créé le 10 juillet au Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet.

"Macbeth Philosophe"

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
D'après William Shakespeare.
Traduction et adaptation : Olivier Py.
Avec les participants de l'atelier théâtre du Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet : Christian, Mohamed, Mourad, Olivier, Philippe, Redwane, Samir, Youssef.
Ateliers de création théâtrale dirigés par : Olivier Py et Enzo Verdet.
Production Festival d'Avignon.
Avec le soutien de la Fondation M6, du Fonds interministériel de prévention pour la délinquance / Ministère de l'Intérieur
en collaboration avec la Direction de l'Administration pénitentiaire
Durée : 1 h.

•Avignon In 2019•
A été représenté le 17 juillet à 15 h, les 18 et 19 juillet à 11 h et 15 h
La Chartreuse-CNES
58, Rue de la République,
Villeneuve-lès-Avignon.
Réservations : 04 90 14 14 14.
>> festival-avignon.com

Yves Kafka
Samedi 20 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021