La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•In 2019• Macbeth Philosophe L'illusion tragique portée à son incandescence

"Est-ce que c'est moi qui fais mon destin ? Est-ce mon destin qui me fait ?" s'interroge Macbeth, le héros fou, poète maudit de William Shakespeare, en proie à la réalisation des prophéties des trois sorcières. La question en soi touche à l'essence même de la condition humaine, mais lorsqu'elle emprunte, pour se faire entendre, les voix à l'unisson des huit acteurs de l'atelier théâtre du Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet, cette interrogation princeps acquiert un volume démultiplié par le parcours des actants, jusqu'à résonner longtemps entre les murs monumentaux de La Chartreuse.



© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Lorsque Olivier Py, fidèle à son engagement au service d'une "politique d'accessibilité de la culture à tous les publics", réalise en actes (théâtraux) son discours en proposant avec Enzo Verdet, son complice artistique, un travail suivi avec les pensionnaires du centre pénitentiaire autour de l'œuvre monde de William Shakespeare, cela donne Hamlet, en 2017, et Macbeth Philosophe, cette année. Et ce qui vaut de la démarche tient - avant tout - à la réussite artistique de l'affaire.

Interprétant "la pièce écossaise" - longtemps non jouée parce que réputée porter malheur - avec une fougue sans retenue, les acteurs détenus font littéralement exploser le texte traduit dans une langue sans concessions par Olivier Py. Leurs voix - peut-être un peu trop, même si, sans aucun doute, cela fait partie du contrat artistique - s'enflent pour faire chœur afin de délivrer les paroles convoquant le déchaînement des meurtres perpétrés "sous influence".

Car, cette tragédie, sans doute la plus noire du natif de Stratford, pousse jusqu'à la nausée les répercussions du désir de pouvoir lorsque celui-ci trouve dans des appuis inattendus l'occasion de flamber. Macbeth était un général loyal et vaillant au service de Duncan, roi d'Écosse. Ne venait-il pas de mettre en déroute les armées norvégiennes soutenues par un félon dont, pour récompense, il venait d'hériter des mains de son Roi du titre de thane de Cawdor ?

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Mais il aura suffi qu'il entende le bruit des sirènes - en l'occurrence les incantations prédictives de Trois sorcières croisées dans les landes - pour que se réveille en lui un irrépressible désir de puissance, déclenchant, dans son esprit faible, un processus imparable de folies meurtrières accompagnées d'hallucinations douloureuses. Il faut dire que Lady Macbeth sera, dans cette fièvre funeste qui s'empare de lui, une alliée déterminante. Attisant les braises de son aspiration démente à devenir le maître absolu du Royaume, elle fera tomber les derniers remparts de sa pauvre raison.

Macbeth rentre en cela en écho - du moins peut-on à notre tour risquer "le prédire" - avec des éléments de l'itinéraire des acteurs. Non pas dans l'extrême violence, dont Macbeth est la première victime en tant qu'acteur impuissant de sa propre destruction à l'œuvre… Mais dans l'épuisement du symbolique les ayant, un temps, fait confondre l'illusion des rêves inassouvis avec la réalisation "coûte que coûte" de ces insatisfactions ne trouvant pour se dire d'autres issues qu'un passage à l'acte.

Et lorsque la raison émergera des brumes funestes où elle sombre pour le malheur de tous, lorsque cessera l'influence mortifère de sa lady engluée jusqu'à en mourir elle-même dans la culpabilité du sang collé à ses mains rougies par les crimes en cascade, il sera trop tard. Les deux dernières prédictions qui, croyait-il, le rendaient invulnérable, se réaliseront : "la forêt" (sous la forme de guerriers dissimulés derrière des branches feuillues) marchera vers lui et un homme non né d'une femme (naissance par césarienne) lui portera le coup fatal, libérant ainsi le peuple d'Écosse du tyran sanguinaire.

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Édifiante en soi, cette histoire dans laquelle l'illusion entraîne le tragique de destinées frappées par le malheur, sa portée est d'autant plus forte que sa mise en jeu en renforce grandement l'impact. En effet, le dispositif scénique inventé immerge les acteurs, surgissant des deux extrémités de l'immense Chartreuse, parmi les spectateurs rangés de part et d'autre de la travée centrale. Ce faisant, est rendu "palpable" leur corps dont les tensions resurgissent jusqu'à nous dans la proximité que nous entretenons avec eux.

Quant à la contrainte imposée de fait par la présence d'acteurs exclusivement masculins, Olivier Py et Enzo Verdet ont su la transformer en un atout : Lady Macbeth devient ainsi le double intérieur de son mari torturé, elle "est" en chair et en os sa folie incarnée. Dire que l'on est touché par cette proposition artistique tonitruante (les acteurs, sans micro, développent une force vocale exceptionnelle), donnerait au bas mot une pâle idée du choc ressenti face à la réception de cet objet artistique porté par de vrais acteurs, engagés dans un combat qui dépasse, certes, le cadre de la simple représentation.

C'est peut-être sans doute là, à cet endroit précis où le Théâtre révèle les puissances tragiques à l'œuvre en chacun, que "se joue" la réussite de ce très beau travail. Au théâtre, les mots sont des actions.

Spectacle créé le 10 juillet au Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet.

"Macbeth Philosophe"

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
D'après William Shakespeare.
Traduction et adaptation : Olivier Py.
Avec les participants de l'atelier théâtre du Centre pénitentiaire Avignon-Le Pontet : Christian, Mohamed, Mourad, Olivier, Philippe, Redwane, Samir, Youssef.
Ateliers de création théâtrale dirigés par : Olivier Py et Enzo Verdet.
Production Festival d'Avignon.
Avec le soutien de la Fondation M6, du Fonds interministériel de prévention pour la délinquance / Ministère de l'Intérieur
en collaboration avec la Direction de l'Administration pénitentiaire
Durée : 1 h.

•Avignon In 2019•
A été représenté le 17 juillet à 15 h, les 18 et 19 juillet à 11 h et 15 h
La Chartreuse-CNES
58, Rue de la République,
Villeneuve-lès-Avignon.
Réservations : 04 90 14 14 14.
>> festival-avignon.com

Yves Kafka
Samedi 20 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022