La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Il Prigioniero" et "Das Gehege" à La Monnaie, des opéras pour conjurer l'enfer

La Monnaie (De Munt) propose, jusqu'au 27 janvier 2018, une nouvelle production de deux opéras des XXe et XXIe siècles réunis pour la première fois à la scène, "Il Prigioniero" de Luigi Dallapiccola et "Das Gehege" de Wolfgang Rihm. Un puissant spectacle qui fera date grâce à une équipe artistique d'une rare cohésion.



"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
Dans la belle production d'Andrea Breth, metteure en scène allemande célébrée (à raison) dans la patrie de Goethe (et dans le splendide théâtre rénové de La Monnaie), deux opéras composés à cinquante années de distance sont présentés pour la première fois dans une même soirée.

Quand Luigi Dallapiccola termine l'orchestration de son deuxième opéra "Il Prigioniero" (Le Prisonnier) en 1948 (il est créé en 1950), quatre petites années nous séparent de la naissance d'un des autres compositeurs majeurs du XXe siècle, Wolfgang Rihm - qui écrit au début du XXIe siècle "Das Gehege" (L'Enclos) donné à la suite sur la scène bruxelloise.

Beaucoup d'éléments rapprochent ces deux cris, tragique pour le premier, féroce pour le second, par leur durée, par leur incursion dans les géhennes réelles ou fantasmées de l'horreur moderne, par leur teneur politique et philosophique. On se souvient que l'opéra de L. Dallapiccola, mettant en scène la tentative d'évasion d'un prisonnier, a été monté à Paris en 2008 (40 ans après sa création française) avec "L'Ode à Napoléon" d'A. Schönberg, tandis que la "Scène nocturne" de W. Rihm lui a été commandée par le Bayerische Staatsoper pour faire pendant à la "Salomé" de Richard Strauss (tous deux donnés en 2006).

"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
C'est donc bien une première à La Monnaie, pour un spectacle qui a donné lieu à une intense réflexion des plus fertiles. Dans des décors jumeaux dupliquant des cages (une magnifique scénographie ténébreuse traversée des lumières très travaillées d'Alexander Koppelmann), le Prisonnier torturé par l'Inquisiteur (de Dallapiccola) devient le double de la Femme enfermée dans un enclos avec un aigle (de Rihm). Deux consciences malheureuses (mais la Femme semble tour à tour victime et bourreau) dont la proposition conjointe permet à Andrea Breth de livrer une forte méditation sur la privation de liberté (physique et mentale), l'espérance comme torture et les soubresauts de l'Histoire.

Le Geôlier inquiétant à souhait de John Graham-Hall (se révélant être aussi l'Inquisiteur) est devenu un dictateur du XXe siècle et les deux Prêtres que croise le Prisonnier au cours de son évasion seront tour à tour figurants de tableaux qui par exemple rappellent l'horreur des photos de cadavres qu'on traîne dans un camp de concentration ou l'enfermement symétrique des gardiens (les excellents Guillaume Antoine et Julian Hubbard).

"Das Gehege" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Das Gehege" © B. Ulhig/La Monnaie.
Idée phare et forte : les mêmes chanteurs se retrouvent dans le deuxième opus, composé à partir des dernières pages d'une pièce de Botho Strauss ("Schlusschor"). Dans le rôle de la Mère du Prisonnier et de la Femme à l'Aigle, la jeune soprano Angeles Blancas Gulin est éblouissante, de même que le baryton Georg Nigl est comme toujours exceptionnel.

La soprano espagnole comme le baryton allemand livrent une incarnation brûlante, invraisemblablement casse-cou. Dans le beau tissu sonore de Dallapiccola, Georg Nigl porte au plus niveau d'intelligence et d'expressivité le sprechstimme hérité de la Seconde École de Vienne. Dans un climat d'angoisse et de désespoir, le langage musical se déploie avec une beauté et une puissance inouïes, obtenues (outre les séries dodécaphoniques assez libres) par l'écriture de mouvements mélodiques conjoints et, entre autres, les interventions enregistrées des chœurs (des coulisses), ces Intermezzi Corale sonorisés confondants.

Devenu une des trois incarnations silencieuses d'animaux étranges (mi-hommes, mi-aigles), le baryton allemand (avec G. Antoine et J. Hubbard) se prête après l'entracte au jeu de mort initié par la Femme de l'opéra de W. Rihm, dans un ballet sauvage et ironique.

"Das Gehege" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Das Gehege" © B. Ulhig/La Monnaie.
Cette Femme qu'incarne donc A. Blancas Gulin (après sa ballata hallucinée orfèvre au début du "Prigioniero"), est la maîtresse de ce chant impur appelé par la partition : des cris rauques aux élans lyriques straussiens sans oublier le style parlé-chanté. Soutenus par un Orchestre Symphonique de La Monnaie sensuel, magistral dans les plages méditatives comme dans les exaspérations sonores, aux interventions solistes superlatives grâce au chef français Franck Ollu, ces chanteurs sont tout simplement inoubliables.

À la Philharmonie de Paris, le 17 février 2018, le baryton Georg Nigl est attendu pour un hommage au compositeur Pascal Dusapin. La production d'Andrea Breth et Franck Ollu sera reprise cette année à Stuttgart avec la même distribution.

Du 16 au 27 janvier 2018.

Théâtre de la Monnaie - De Munt.
5 Place de la Monnaie, Bruxelles.
Tél. : + 32 2 229 12 00.
>> lamonnaie.be

"Il Prigioniero" (1950) - "Das Gehege" (2006).
Opéra en un prologue et un acte - Scène nocturne.
Luigi Dallapiccola & Wolfgang Rihm.
Livrets respectivement en italien et en allemand par L. Dallapiccola & Botho Strauss.
Surtitrage en flamand et en français.
Durée : 2 h avec un entracte.

Franck Ollu, direction musicale.
Andrea Breth, mise en scène.
Martin Zehetgruber, décors.
Nina von Mechow, costumes.
Alexander Koppelmann, éclairages.
Sergio Morabito, dramaturgie.

"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Il Prigioniero".
Angeles Blancas Gulin, La Madre.
Georg Nigl, Il Prigioniero.
John Graham-Hall, Il Carceriere/Il Grande Inquisitore.
Julian Hubbard, Primo Sacerdote.
Guillaume Antoine, Secondo Sacerdote.

"Das Gehege".
Angeles Blancas Gulin, Die Frau.

Orchestre Symphonique et Chœurs de la Monnaie.
Académie des Chœurs de la Monnaie.
Benoît Giaux, chef des chœurs.

Christine Ducq
Lundi 22 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







Partenariat



À découvrir

"Gloucester Time, Matériau Shakespeare, Richard III" Crimes et machinations, une histoire de rois… interprétée "royalement"

D'abord le souffle puissant d'un dramaturge d'exception, William Shakespeare, pour s'emparer au XVIe siècle des combats fratricides opposant trente ans durant la famille des York à celle des Lancaster, avant que l'un d'eux, Richard duc de Gloucester, ne les surpasse en perfidie machiavélique… Puis un metteur en scène, Matthias Langhoff, pour, à la fin du XXe siècle, monter ce drame atemporel… Enfin, deux acteurs embarqués dans la première aventure, Frédérique Loliée et Marcial Di Fonzo Bo, pour remonter sur les planches en reprenant vingt-cinq années plus tard la mise en scène de leur mentor… Voilà de quoi est fait ce bouillonnant "Matériau Shakespeare".

© Christophe Raynaud de Lage.
D'emblée, on est immergé dans un décor fabuleux devenu, en 2022, une curiosité à lui seul. En effet, l'époque privilégiant les plateaux quasi-nus pour des raisons autant esthétiques que financières, on n'est pas peu surpris de découvrir une gigantesque machinerie de treuils et autres parquets inclinés commandés à vue par des techniciens faisant dérober sous les pieds des protagonistes le sol qui, au propre comme au figuré, à chaque instant risque de les engloutir. Jusqu'à la Tour de Londres que l'on devine en haut du monumental escalier, au-dessus du pont-levis. Une machinerie exceptionnelle propre à rendre compte des machinations qui vont déferler trois heures durant devant nos yeux fascinés…

Comme à l'époque du théâtre élisabéthain où celui-ci était lieu de rencontres festives, tout commence par un défilé d'invités qui, verre à la main, portable vissé à l'oreille, cameramen filmant la scène, rejoignent sourires de circonstance accrochés aux lèvres "le décor"… À l'exception cependant de la veuve d'Henri VI, bannie du royaume, qui sera, elle, évacuée manu militari par les agents de sécurité du théâtre, elle et son cabas plastique griffé "Bordeaux" où elle a entassé vaille que vaille quelques objets personnels… Ainsi est créé un continuum temporel, dévoilant au-delà des cinq siècles qui les séparent les coulisses des jeux de massacre pour la conquête du pouvoir… À quelques nuances près certes, quoique, en 2022…

Yves Kafka
14/02/2022
Spectacle à la Une

"Black Mountain" Polar psychologique théâtral tout terrain !

Polar tendu sur la trahison et le pardon, entre thriller d'horreur et dissection psychologique d'un rapport humain… Entre Rebecca et Paul… Lui a trahi, ils veulent faire le point, mais la tension monte… "Je pense que je veux que tu aies mal. Je suis désolé mais c'est ce que je veux. Je veux que tu aies réellement mal."

© Caroline Ablain.
Rebecca et Paul se sont isolés dans une cabane à la montagne… pour tenter de sauver leur couple, pour faire le point après une trahison encore ardente. À moins que l’un des deux ait d’autres projets en tête. Ils ont décidé de se retrouver seuls, à l’écart du monde, de s’offrir du temps et de l’espace pour être honnêtes et s’écouter. À moins qu’ils ne soient pas seuls.

Après "Nature morte dans un fossé", précédent succès du groupe Vertigo, "Black Mountain" de Brad Birch est dans la même lignée, un spectacle noir mais non dénué d'humour, avec suspense et ambiances légèrement horrifiques… dans une forme légère pour s'adapter à toutes types de lieux.

Ici, Guillaume Doucet, Bérangère Notta et Alice Vannier du groupe Vertigo ont respecté les volontés (didascalies) de l'auteur en matière de scénographie. Ainsi on découvre un décor minimaliste avec pour seule structure délimitant l'espace un cube composé de ses seules arêtes (sans parois), mais matérialisé en fond par un mur de planches de bois simplement percé d'une fenêtre rectangulaire avec un rideau noir, seul élément composé, concret, suggérant la cuisine.

Dominique Debeauvais
08/04/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022