La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Il Prigioniero" et "Das Gehege" à La Monnaie, des opéras pour conjurer l'enfer

La Monnaie (De Munt) propose, jusqu'au 27 janvier 2018, une nouvelle production de deux opéras des XXe et XXIe siècles réunis pour la première fois à la scène, "Il Prigioniero" de Luigi Dallapiccola et "Das Gehege" de Wolfgang Rihm. Un puissant spectacle qui fera date grâce à une équipe artistique d'une rare cohésion.



"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
Dans la belle production d'Andrea Breth, metteure en scène allemande célébrée (à raison) dans la patrie de Goethe (et dans le splendide théâtre rénové de La Monnaie), deux opéras composés à cinquante années de distance sont présentés pour la première fois dans une même soirée.

Quand Luigi Dallapiccola termine l'orchestration de son deuxième opéra "Il Prigioniero" (Le Prisonnier) en 1948 (il est créé en 1950), quatre petites années nous séparent de la naissance d'un des autres compositeurs majeurs du XXe siècle, Wolfgang Rihm - qui écrit au début du XXIe siècle "Das Gehege" (L'Enclos) donné à la suite sur la scène bruxelloise.

Beaucoup d'éléments rapprochent ces deux cris, tragique pour le premier, féroce pour le second, par leur durée, par leur incursion dans les géhennes réelles ou fantasmées de l'horreur moderne, par leur teneur politique et philosophique. On se souvient que l'opéra de L. Dallapiccola, mettant en scène la tentative d'évasion d'un prisonnier, a été monté à Paris en 2008 (40 ans après sa création française) avec "L'Ode à Napoléon" d'A. Schönberg, tandis que la "Scène nocturne" de W. Rihm lui a été commandée par le Bayerische Staatsoper pour faire pendant à la "Salomé" de Richard Strauss (tous deux donnés en 2006).

"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
C'est donc bien une première à La Monnaie, pour un spectacle qui a donné lieu à une intense réflexion des plus fertiles. Dans des décors jumeaux dupliquant des cages (une magnifique scénographie ténébreuse traversée des lumières très travaillées d'Alexander Koppelmann), le Prisonnier torturé par l'Inquisiteur (de Dallapiccola) devient le double de la Femme enfermée dans un enclos avec un aigle (de Rihm). Deux consciences malheureuses (mais la Femme semble tour à tour victime et bourreau) dont la proposition conjointe permet à Andrea Breth de livrer une forte méditation sur la privation de liberté (physique et mentale), l'espérance comme torture et les soubresauts de l'Histoire.

Le Geôlier inquiétant à souhait de John Graham-Hall (se révélant être aussi l'Inquisiteur) est devenu un dictateur du XXe siècle et les deux Prêtres que croise le Prisonnier au cours de son évasion seront tour à tour figurants de tableaux qui par exemple rappellent l'horreur des photos de cadavres qu'on traîne dans un camp de concentration ou l'enfermement symétrique des gardiens (les excellents Guillaume Antoine et Julian Hubbard).

"Das Gehege" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Das Gehege" © B. Ulhig/La Monnaie.
Idée phare et forte : les mêmes chanteurs se retrouvent dans le deuxième opus, composé à partir des dernières pages d'une pièce de Botho Strauss ("Schlusschor"). Dans le rôle de la Mère du Prisonnier et de la Femme à l'Aigle, la jeune soprano Angeles Blancas Gulin est éblouissante, de même que le baryton Georg Nigl est comme toujours exceptionnel.

La soprano espagnole comme le baryton allemand livrent une incarnation brûlante, invraisemblablement casse-cou. Dans le beau tissu sonore de Dallapiccola, Georg Nigl porte au plus niveau d'intelligence et d'expressivité le sprechstimme hérité de la Seconde École de Vienne. Dans un climat d'angoisse et de désespoir, le langage musical se déploie avec une beauté et une puissance inouïes, obtenues (outre les séries dodécaphoniques assez libres) par l'écriture de mouvements mélodiques conjoints et, entre autres, les interventions enregistrées des chœurs (des coulisses), ces Intermezzi Corale sonorisés confondants.

Devenu une des trois incarnations silencieuses d'animaux étranges (mi-hommes, mi-aigles), le baryton allemand (avec G. Antoine et J. Hubbard) se prête après l'entracte au jeu de mort initié par la Femme de l'opéra de W. Rihm, dans un ballet sauvage et ironique.

"Das Gehege" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Das Gehege" © B. Ulhig/La Monnaie.
Cette Femme qu'incarne donc A. Blancas Gulin (après sa ballata hallucinée orfèvre au début du "Prigioniero"), est la maîtresse de ce chant impur appelé par la partition : des cris rauques aux élans lyriques straussiens sans oublier le style parlé-chanté. Soutenus par un Orchestre Symphonique de La Monnaie sensuel, magistral dans les plages méditatives comme dans les exaspérations sonores, aux interventions solistes superlatives grâce au chef français Franck Ollu, ces chanteurs sont tout simplement inoubliables.

À la Philharmonie de Paris, le 17 février 2018, le baryton Georg Nigl est attendu pour un hommage au compositeur Pascal Dusapin. La production d'Andrea Breth et Franck Ollu sera reprise cette année à Stuttgart avec la même distribution.

Du 16 au 27 janvier 2018.

Théâtre de la Monnaie - De Munt.
5 Place de la Monnaie, Bruxelles.
Tél. : + 32 2 229 12 00.
>> lamonnaie.be

"Il Prigioniero" (1950) - "Das Gehege" (2006).
Opéra en un prologue et un acte - Scène nocturne.
Luigi Dallapiccola & Wolfgang Rihm.
Livrets respectivement en italien et en allemand par L. Dallapiccola & Botho Strauss.
Surtitrage en flamand et en français.
Durée : 2 h avec un entracte.

Franck Ollu, direction musicale.
Andrea Breth, mise en scène.
Martin Zehetgruber, décors.
Nina von Mechow, costumes.
Alexander Koppelmann, éclairages.
Sergio Morabito, dramaturgie.

"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Il Prigioniero".
Angeles Blancas Gulin, La Madre.
Georg Nigl, Il Prigioniero.
John Graham-Hall, Il Carceriere/Il Grande Inquisitore.
Julian Hubbard, Primo Sacerdote.
Guillaume Antoine, Secondo Sacerdote.

"Das Gehege".
Angeles Blancas Gulin, Die Frau.

Orchestre Symphonique et Chœurs de la Monnaie.
Académie des Chœurs de la Monnaie.
Benoît Giaux, chef des chœurs.

Christine Ducq
Lundi 22 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019