La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Il Prigioniero" et "Das Gehege" à La Monnaie, des opéras pour conjurer l'enfer

La Monnaie (De Munt) propose, jusqu'au 27 janvier 2018, une nouvelle production de deux opéras des XXe et XXIe siècles réunis pour la première fois à la scène, "Il Prigioniero" de Luigi Dallapiccola et "Das Gehege" de Wolfgang Rihm. Un puissant spectacle qui fera date grâce à une équipe artistique d'une rare cohésion.



"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
Dans la belle production d'Andrea Breth, metteure en scène allemande célébrée (à raison) dans la patrie de Goethe (et dans le splendide théâtre rénové de La Monnaie), deux opéras composés à cinquante années de distance sont présentés pour la première fois dans une même soirée.

Quand Luigi Dallapiccola termine l'orchestration de son deuxième opéra "Il Prigioniero" (Le Prisonnier) en 1948 (il est créé en 1950), quatre petites années nous séparent de la naissance d'un des autres compositeurs majeurs du XXe siècle, Wolfgang Rihm - qui écrit au début du XXIe siècle "Das Gehege" (L'Enclos) donné à la suite sur la scène bruxelloise.

Beaucoup d'éléments rapprochent ces deux cris, tragique pour le premier, féroce pour le second, par leur durée, par leur incursion dans les géhennes réelles ou fantasmées de l'horreur moderne, par leur teneur politique et philosophique. On se souvient que l'opéra de L. Dallapiccola, mettant en scène la tentative d'évasion d'un prisonnier, a été monté à Paris en 2008 (40 ans après sa création française) avec "L'Ode à Napoléon" d'A. Schönberg, tandis que la "Scène nocturne" de W. Rihm lui a été commandée par le Bayerische Staatsoper pour faire pendant à la "Salomé" de Richard Strauss (tous deux donnés en 2006).

"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
C'est donc bien une première à La Monnaie, pour un spectacle qui a donné lieu à une intense réflexion des plus fertiles. Dans des décors jumeaux dupliquant des cages (une magnifique scénographie ténébreuse traversée des lumières très travaillées d'Alexander Koppelmann), le Prisonnier torturé par l'Inquisiteur (de Dallapiccola) devient le double de la Femme enfermée dans un enclos avec un aigle (de Rihm). Deux consciences malheureuses (mais la Femme semble tour à tour victime et bourreau) dont la proposition conjointe permet à Andrea Breth de livrer une forte méditation sur la privation de liberté (physique et mentale), l'espérance comme torture et les soubresauts de l'Histoire.

Le Geôlier inquiétant à souhait de John Graham-Hall (se révélant être aussi l'Inquisiteur) est devenu un dictateur du XXe siècle et les deux Prêtres que croise le Prisonnier au cours de son évasion seront tour à tour figurants de tableaux qui par exemple rappellent l'horreur des photos de cadavres qu'on traîne dans un camp de concentration ou l'enfermement symétrique des gardiens (les excellents Guillaume Antoine et Julian Hubbard).

"Das Gehege" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Das Gehege" © B. Ulhig/La Monnaie.
Idée phare et forte : les mêmes chanteurs se retrouvent dans le deuxième opus, composé à partir des dernières pages d'une pièce de Botho Strauss ("Schlusschor"). Dans le rôle de la Mère du Prisonnier et de la Femme à l'Aigle, la jeune soprano Angeles Blancas Gulin est éblouissante, de même que le baryton Georg Nigl est comme toujours exceptionnel.

La soprano espagnole comme le baryton allemand livrent une incarnation brûlante, invraisemblablement casse-cou. Dans le beau tissu sonore de Dallapiccola, Georg Nigl porte au plus niveau d'intelligence et d'expressivité le sprechstimme hérité de la Seconde École de Vienne. Dans un climat d'angoisse et de désespoir, le langage musical se déploie avec une beauté et une puissance inouïes, obtenues (outre les séries dodécaphoniques assez libres) par l'écriture de mouvements mélodiques conjoints et, entre autres, les interventions enregistrées des chœurs (des coulisses), ces Intermezzi Corale sonorisés confondants.

Devenu une des trois incarnations silencieuses d'animaux étranges (mi-hommes, mi-aigles), le baryton allemand (avec G. Antoine et J. Hubbard) se prête après l'entracte au jeu de mort initié par la Femme de l'opéra de W. Rihm, dans un ballet sauvage et ironique.

"Das Gehege" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Das Gehege" © B. Ulhig/La Monnaie.
Cette Femme qu'incarne donc A. Blancas Gulin (après sa ballata hallucinée orfèvre au début du "Prigioniero"), est la maîtresse de ce chant impur appelé par la partition : des cris rauques aux élans lyriques straussiens sans oublier le style parlé-chanté. Soutenus par un Orchestre Symphonique de La Monnaie sensuel, magistral dans les plages méditatives comme dans les exaspérations sonores, aux interventions solistes superlatives grâce au chef français Franck Ollu, ces chanteurs sont tout simplement inoubliables.

À la Philharmonie de Paris, le 17 février 2018, le baryton Georg Nigl est attendu pour un hommage au compositeur Pascal Dusapin. La production d'Andrea Breth et Franck Ollu sera reprise cette année à Stuttgart avec la même distribution.

Du 16 au 27 janvier 2018.

Théâtre de la Monnaie - De Munt.
5 Place de la Monnaie, Bruxelles.
Tél. : + 32 2 229 12 00.
>> lamonnaie.be

"Il Prigioniero" (1950) - "Das Gehege" (2006).
Opéra en un prologue et un acte - Scène nocturne.
Luigi Dallapiccola & Wolfgang Rihm.
Livrets respectivement en italien et en allemand par L. Dallapiccola & Botho Strauss.
Surtitrage en flamand et en français.
Durée : 2 h avec un entracte.

Franck Ollu, direction musicale.
Andrea Breth, mise en scène.
Martin Zehetgruber, décors.
Nina von Mechow, costumes.
Alexander Koppelmann, éclairages.
Sergio Morabito, dramaturgie.

"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Il Prigioniero" © B. Ulhig/La Monnaie.
"Il Prigioniero".
Angeles Blancas Gulin, La Madre.
Georg Nigl, Il Prigioniero.
John Graham-Hall, Il Carceriere/Il Grande Inquisitore.
Julian Hubbard, Primo Sacerdote.
Guillaume Antoine, Secondo Sacerdote.

"Das Gehege".
Angeles Blancas Gulin, Die Frau.

Orchestre Symphonique et Chœurs de la Monnaie.
Académie des Chœurs de la Monnaie.
Benoît Giaux, chef des chœurs.

Christine Ducq
Lundi 22 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019