La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Gloucester Time, Matériau Shakespeare, Richard III" Crimes et machinations, une histoire de rois… interprétée "royalement"

D'abord le souffle puissant d'un dramaturge d'exception, William Shakespeare, pour s'emparer au XVIe siècle des combats fratricides opposant trente ans durant la famille des York à celle des Lancaster, avant que l'un d'eux, Richard duc de Gloucester, ne les surpasse en perfidie machiavélique… Puis un metteur en scène, Matthias Langhoff, pour, à la fin du XXe siècle, monter ce drame atemporel… Enfin, deux acteurs embarqués dans la première aventure, Frédérique Loliée et Marcial Di Fonzo Bo, pour remonter sur les planches en reprenant vingt-cinq années plus tard la mise en scène de leur mentor… Voilà de quoi est fait ce bouillonnant "Matériau Shakespeare".



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
D'emblée, on est immergé dans un décor fabuleux devenu, en 2022, une curiosité à lui seul. En effet, l'époque privilégiant les plateaux quasi-nus pour des raisons autant esthétiques que financières, on n'est pas peu surpris de découvrir une gigantesque machinerie de treuils et autres parquets inclinés commandés à vue par des techniciens faisant dérober sous les pieds des protagonistes le sol qui, au propre comme au figuré, à chaque instant risque de les engloutir. Jusqu'à la Tour de Londres que l'on devine en haut du monumental escalier, au-dessus du pont-levis. Une machinerie exceptionnelle propre à rendre compte des machinations qui vont déferler trois heures durant devant nos yeux fascinés…

Comme à l'époque du théâtre élisabéthain où celui-ci était lieu de rencontres festives, tout commence par un défilé d'invités qui, verre à la main, portable vissé à l'oreille, cameramen filmant la scène, rejoignent sourires de circonstance accrochés aux lèvres "le décor"… À l'exception cependant de la veuve d'Henri VI, bannie du royaume, qui sera, elle, évacuée manu militari par les agents de sécurité du théâtre, elle et son cabas plastique griffé "Bordeaux" où elle a entassé vaille que vaille quelques objets personnels… Ainsi est créé un continuum temporel, dévoilant au-delà des cinq siècles qui les séparent les coulisses des jeux de massacre pour la conquête du pouvoir… À quelques nuances près certes, quoique, en 2022…

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
L'entrée en jeu du jeune Richard, futur III du nom, ôte tout doute sur la mécanique interne qui bande ses ressorts. D'une lucidité avérée tant sur lui-même (il se sait manquer de "majesté", lui avec qui la nature n'a pas vraiment été généreuse), que sur ses congénères dont les familles respectives sont connues pour être des serials killers (cf. les meurtres en chaîne de la Guerre des Deux Roses où les York et les Lancaster se tuent comme qui rigole), il n'aura de cesse de trucider tous ceux et celles susceptibles de se mettre au travers du chemin le menant au trône.

Mais, meurtrier aux mains sales, là n'est pas son plus grand talent… Ce qui fait de lui un être exceptionnel de noirceur poussée à son incandescence, il faut le chercher du côté de sa capacité machiavélique à renverser les situations avec lesquelles il joue avec l'habileté d'un joueur d'échecs chevronné. Dans ce rôle, Marcial Di Fonzo Bo excelle, très à l'aise dans sa capacité à revêtir avec un naturel flippant le costume de ce "génial" orateur prédateur.

Que l'on en juge sur pièces… Richard, une fois s'être débarrassé "proprement" de ses deux frères (George de Clarence étant le premier dans l'ordre de la succession de leur autre frère, Édouard IV mourant, sera enfermé dans la Tour de Londres suite à une calomnie orchestrée, avant d'être poignardé sur ses ordres), réservera le même sort aux "deux bâtards de la Tour", ses deux neveux (les deux princes héritiers, fils d'Édouard IV), étouffés par ses hommes de main après avoir été déclarés illégitimes. Mais, mon bon Monsieur, on ne prend jamais assez de précautions, morts ils seront encore moins susceptibles de briguer la place qu'il lorgne.

Non content d'assumer, sans vergogne aucune, son rôle de "nettoyeur", Richard se (com)plaît à rouler magistralement dans la farine ses victimes avec un art de la parole à faire pâlir de jalousie les plus grands philosophes scolastiques. Ainsi, pour devenir roi, il convaincra de l'épouser, Lady Anne, pourtant en rage contre lui… Il faut dire qu'il vient tout juste d'envoyer à trépas son mari (le Prince de Galles, Édouard - et oui chez ces gens-là on porte le même prénom de père en fils en y ajoutant seulement un chiffre, cela certes peut rendre plus claires les successions, mais ne facilite aucunement notre compréhension… - fils d'Henri VI) et son beau-père (le roi Henri VI).

Avec un cynisme peu commun, en toute tranquillité, l'acteur endossant le rôle avec un naturel sans failles, se tourne vers le public pris comme confident : "Moi qui ai tué le Prince charmant Édouard, moi qui ne vaut pas la moitié de lui, moi qui ai tué de plus le beau-père, qui trouverais-je à mes côtés pour soutenir mon dessein d'épouser la veuve… à part le diable". Il épousera donc Lady Anne avec son consentement - les voies du Seigneur Maître étant impénétrables - avant de, le vent de l'Histoire tournant, l'envoyer à trépas, elle aussi.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mais son art de duper ses victimes atteint son point d'orgue, lorsqu'il échafaude le plan ô combien douteux de convaincre sa belle-sœur Élisabeth, dont, faut-il le rappeler, il a occis deux de ses jeunes enfants sur l'autel de son irrésistible marche vers le trône, ce qui mérite, il est vrai, quelques "sacrifices", de lui donner en mariage sa troisième enfant, sa fille nommée elle aussi Élisabeth (cf. remarque plus haut), sœur des deux princes héritiers assassinés par ses bons soins. Il se confie à nouveau à nous… "Tu lui dis, ce qui est vrai : tu as éliminé ton frère, le duc de Clarence, en plus de ses deux fils à elle… Ce qui est fait est fait… Tu ajoutes : tu peux en réparation épouser sa fille pour honorer sa lignée. Ainsi tu enterres ses deux fils dans le ventre de sa fille…". Et… ça marche ! À peine Élisabeth, après avoir validé sa demande, a-t-elle tourné les talons, qu'il s'exclame : "Adieu folle qui se laisse ainsi flouer".

Mais les Dieux veillent… et les prophéties de Marguerite - la folle veuve au cabas - se réaliseront d'abord dans un cauchemar apparaissant par une sombre nuit à Richard, ensuite dans la réalité d'un champ de bataille mettant un terme à conforter ses ambitions "royales". Et il aura beau proférer dans un dernier élan de bravoure "Un cheval ! Un cheval pour mon royaume" afin de croiser l'épée avec celui qui va lui ravir son mariage avec Élisabeth, les dés qui, comme chacun sait, n'abolissent jamais le hasard, sont définitivement jetés…

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Et quand sur le plateau, débarrassé du cadavre de qui s'était rêvé roi pour longtemps, mais encore fumant des visions de la tête d'un noble traître exhibée à bout de bras, ou encore du corps démembré du duc de Clarence noyé dans un seau de vin, la troupe de jeunes comédiens pressés autour de leurs emblématiques aînés, vient saluer, on est aux anges… d'avoir assisté à une saga diablement meurtrière. Le crime exercé avec tant de talent devient pur réjouissement, surtout lorsqu'il est interprété si "royalement". Pour peu, on se serait cru convié à une représentation du théâtre élisabéthain…

Vu le samedi 5 février dans le cadre des représentations ayant eu lieu du 1er au 5 février 2022 au TnBA - Grande salle Vitez à Bordeaux.

"Gloucester Time, Matériau Shakespeare, Richard III"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Création 2021 - 2022.
Texte : William Shakespeare.
Reprise de la mise en scène de Matthias Langhoff (1995) par Frédérique Loliée et Marcial Di Fonzo Bo.
Nouvelle traduction : Olivier Cadiot.
Conseillère à la traduction : Sophie Mckeown.
Avec : Manuela Beltrán Marulanda, Nabil Berrehil, Michele De Paola, Marcial Di Fonzo Bo, Isabel Aimé Gonzáles Sola, Victor Lafrej, Kévin Lelannier, Frédérique Loliée, Margot Madec, Anouar Sahraoui, Arnaud Vrech.
Collaboratrice artistique : Marianne Ségol-Samoy.
Décor et costumes : Catherine Rankl.
Assistante aux costumes : Charlotte Le Gall.
Lumière : Laurent Bénard.
Perruques, masques : Cécile Kretschmar.
Maquillages, Maurine Baldassarl, Cécile Kretschmar
Décor construit par les ateliers de la Comédie de Caen sous la direction de Carine Fayola.
Durée estimée : 2 h 45.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Du 12 au 15 mai 2022.
Jeudi et vendredi à 20 h, samedi à 19 h et dimanche à 15 h.
La Villette, Grande Halle, Espace Charlie Parker, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> https://lavillette.com/

Yves Kafka
Lundi 14 Février 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022