La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Gelsomina" Quand le film culte s'invite au théâtre avec une majestueuse simplicité

Enfant naïve, Gelsomina a été vendue par sa mère à un Hercule de foire brutal, Zampano. Ensemble, ils sillonnent les routes d'Italie, de village en village, menant la vie âpre des forains. Zampano ne cesse de rudoyer Gelsomina. Elle éprouve cependant un certain attachement pour lui. Avec l'arrivée d'un autre saltimbanque, Il Matto, le "fou funambule", l'épopée va brusquement virer dans le drame.



© Rachele Casseta.
© Rachele Casseta.
Pari osé que celui-ci : adapter au théâtre "La Strada", le film culte de Federico Fellini ! Mais, depuis de nombreuses années, rien n'arrête Pierrette Dupoyet, auteure traduite et jouée dans le monde entier, comédienne au talent immensément reconnu et qui en a fait l'adaptation. "Je portais ce personnage de Gelsomina en moi depuis longtemps et, à un moment de ma vie, le coucher sur papier est devenu une évidence", Pierrette Dupoyet.

Grand bien lui en a pris, elle qui s'intéresse à des thèmes forts et des personnages qui ne laissent personne indifférent. Encore fallait-il trouver la comédienne qui puisse interpréter le rôle de Gelsomina. Et, comme une évidence, là aussi, Nina Karacosta s'est imposée alors que pourtant, plusieurs comédiennes se sont frottées à l'interprétation de cette enfant naïve et abandonnée par sa fratrie.

"Avec Nina Karacosta, on effleure quelque chose de mystérieux, plus intense que d'autres comédiennes ayant interprété le rôle, comme si la pureté du personnage lui conférait une force intérieure permettant de tout braver", précise Pierrette Dupoyet.

© Rachele Casseta.
© Rachele Casseta.
Ce propos de l'auteur devient une tangible réalité dès les premières secondes de la pièce, alors que la comédienne apparaît sur le plateau, vêtue d'un informe manteau gris, pieds nus et que son regard intense nous transporte immédiatement très loin de la Folie Théâtre. Comme un coup de baguette magique ! Quelque chose d'indéfinissable opère, qui ne lâchera pas le public durant toute la représentation.

Est-ce son accent grec si charmant, semblable à un onguent suave qui vient se coller à notre peau et envahir notre âme ? Ses gestes et son jeu si minutieusement interprétés qui convoquent avec grande justesse la naïveté de l'héroïne en particulier, mais également des autres personnages interprétés comme Zampano ou encore la religieuse du monastère ? Ou toute autre chose qui relève tout simplement du talent ?

Nous étions dubitative à l'idée d'assister à une adaptation de ce film culte du cinéma italien réalisé en 1954 par le maître Fellini, film qui emporte, comme peu d'autres, notre adhésion sans faille. Cela dit, il s'agit là d'une libre adaptation par Pierrette Dupoyet et rien ne présageait que l'ambiance de ce 4ᵉ film du réalisateur serait totalement retranscrite.

Et pourtant. Tout semble y être ! Sublimé, qui plus est, par le talent hautement poétique de l'écriture, surtout lorsqu'il s'agit des mots de Gelsomina, l'héroïne toute en immense humanité et sensibilité. Pierrette Dupoyet sait saisir, à nulle autre pareille, la corde sensible de ses personnages et les explorer jusqu'au tréfonds de leur âme.

"Un jour, moi aussi, je serai rouquine et je rirai avec une bouche pleine de rouge à lèvres."
"Le fou funambule faisait claquer ses souliers pour s'entendre être beau. Il voulait vivre aussi, mais ne connaissait pas le mode d'emploi."
"Les mots, ça va souvent là où on ne veut pas qu'ils aillent."


Nous pourrions multiplier les illustrations qui font, encore une fois, la part belle au talent sans faille de l'auteure de la pièce et à sa magistrale interprétation par la comédienne.

Toute l'humanité débordante de l'héroïne de "La Strada" est convoquée dans cette profonde et si sensible adaptation théâtrale qui, à certains égards, n'est pas sans nous rappeler que, de nos jours, des dizaines et des dizaines de jeunes, ou de moins jeunes Gelsomina, arpentent les routes d'Italie ou d'autres pays au péril de leur vie, exilés, abandonnés, mais vivants, tant bien que mal.

© Rachele Casseta.
© Rachele Casseta.
"Lui et moi, on avait compris qu'on marchait sur le même fil."

À la Folie Théâtre, le public, lui aussi, marche sur le fil d'une grande poésie : celui tendu avec brio par la collaboration majestueuse de Pierrette Dupoyet, Nina Karacosta et du grand Fellini.

L'évocation de l'amour entre Gelsomina et le fou funambule, sous la plume magistrale de Pierrette Dupoyet, réunit à elle seule tous les plus beaux poèmes jamais écrits à ce sujet...

"Gelsomina"

© Rachele Casseta.
© Rachele Casseta.
Texte : Pierrette Dupoyet.
Librement adapté du film "La Strada" de Federico Fellini.
Mise en scène : Driss Touati.
Avec : Nina Karacosta.
Création lumières : Xavier Duthu.
Chorégraphie : Claire Gérald.
Assistants musique (trompette) : Ignacio Ferrera, Michel Barré.
Costume : Pascaline Suty.

Du 7 janvier au 5 mai 2024.
Dimanche à 19 h.
La Folie Théâtre, Paris 11e, 01 43 55 14 80.
>> folietheatre.com

Brigitte Corrigou
Vendredi 26 Janvier 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024