La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

François Bourcier, oriflamme dans le vent

Connaissez-vous François Bourcier ? Comédien génial et metteur en scène magistral, il n’a pas attendu Stéphane Hessel pour s’indigner et se servir de son art pour secouer les consciences et réveiller les valeurs humaines assoupies. Formé à la Rue Blanche puis au Conservatoire National, ancien de la Comédie Française, François Bourcier a réalisé une trentaine de mises en scène et il est professeur au Sudden Théâtre.



"Sacco et Vanzetti", Dau et Catella © Caroline Coste.
"Sacco et Vanzetti", Dau et Catella © Caroline Coste.
Stakhanoviste perfectionniste, il a présenté pas moins de sept mises en scène durant le dernier festival d’Avignon, dont trois spectacles dans lesquels il jouait ! Son travail force le respect et l’admiration. Homme accessible et attachant, artiste grandiose et exigeant, son talent n’a peut-être d’égal que son éthique. Coup de projecteur.

Ma première rencontre avec son travail se déroula au Théâtre du Chêne Noir pendant le Off 2009. Un coup de foudre comme il en existe peu, une claque monumentale qui m’avait laissé sonné, les yeux brillants : "Sacco et Vanzetti", une pièce écrite par Alain Guyard sur l’histoire des deux célèbres ouvriers américains anarchistes. Pour incarner ces deux êtres broyés injustement par un capitalisme en crise, Bourcier avait choisi de mettre en scène Dau et Catella, duo d’humoristes exquis et excellents comédiens, dont le talent méritait une meilleure reconnaissance du grand public. Une part du génie de Bourcier est sans doute de réussir des chef-d’œuvres en ne possédant pas le dixième du budget d’une création de l’Odéon…

Jacques Dau et Jean-Marc Catella © Caroline Coste.
Jacques Dau et Jean-Marc Catella © Caroline Coste.
La scénographie ici se résumait à six chaises et un grand drap blanc, accompagnés d’une création lumière particulièrement belle. Comme toujours, de l’économie de moyen, du goût, de la finesse, des lumières très travaillées, auxquelles s’ajoutent un texte fort et une interprétation parfaite : voilà l’exacte marque de fabrique du travail de François Bourcier. Que demander de mieux ? Dau et Catella trouvaient dans ce spectacle l’occasion rêvée de démontrer l’étendue de leur talent et Bourcier celle de servir encore une fois un thème qui lui est cher : l’anarchie. La vraie, l’intelligente…

Un peu plus tard, je suis tombé sur une affiche dans Paris annonçant une représentation unique de "Barricades" au Théâtre Mouffetard. Le parfait duo Bourcier/Guyard avait encore frappé très fort ! Tous les comédiens, qui forment une troupe homogène et excellente, sont issus des cours de Bourcier au Sudden Théâtre et ont créé leur compagnie à l’occasion de ce spectacle. Voilà maintenant trois ans de suite qu’ils font salle comble au festival d’Avignon.

Alors que "Sacco et Vanzetti" traduisait l’incarcération dans une très grande tension, mais aussi un esthétisme et une densité dramatique très poussés, François Bourcier propose au contraire ici une mise en scène explosive et survitaminée pour ces "Barricades" libertaires qui nous transmettent un peu du souffle incroyable de mai 68. Comme il est beau et bon le théâtre qui s’engage à nourrir notre esprit et notre réflexion ! Comme il est revigorant ! Ce spectacle, tout comme ses personnages, sort du lot, de la "trajectoire" habituelle, il éclabousse, il déchire carcans et vêtements dans une tornade d’énergie et de révolte. C’est brillant, généreux, réjouissant, accessible et pas démagogique. Bref, c’est exactement du Bourcier.

À ce stade de l’article, vous me prenez peut-être pour un fou, ou tout au moins vous pensez que j’abuse légèrement dans l’éloge. Venez et voyez ! François Bourcier est un phénomène particulièrement connu du festival Off d’Avignon où il attire les foules. Et au diable les euphémismes ! Pour une fois qu’un artiste combine son génie, son éthique et sa réelle humanité, il mérite ô combien cette humble mise en lumière dans nos colonnes. Et ce n’est pas fini.

"La Délation sous l’occupation", François Bourcier © Caroline Coste.
"La Délation sous l’occupation", François Bourcier © Caroline Coste.
En effet, si je l’avais admiré à deux reprises comme metteur en scène, je n’avais pas encore vu le François Bourcier acteur. Et je suis resté bouche bée. Son diptyque "Lettres de délation" et "Résister c’est exister" fait partie des quelques triomphes écrasants du festival d’Avignon, partant dans de grandes tournées entre chaque été. Et pour la troisième année consécutive, il refusait encore du monde tous les jours.

Le premier opus est tiré du livre d’André Halimi, "La Délation sous l’occupation", et il en signe la mise en scène aux côtés de Renato Ribeiro et Isabelle Starkier. Il s’entoure également des prestigieuses voix off de Catherine Allégret, Jean-Claude Dreyfus et Francis Lalanne. Après le succès de ce spectacle sur la collaboration et la bassesse humaine, Bourcier en crée le pendant positif, "Résister c’est exister", mettant cette fois en scène la résistance et les héros du quotidien. La pièce est écrite par Alain Guyard à partir de témoignages authentiques, et les voix off sont celles d’Éveline Buyle, Daniel Mesguich et Stéphane Freiss. La mise en scène, cette fois, est signée Isabelle Starkier uniquement.

"Résister c'est exister", François Bourcier © Caroline Coste.
"Résister c'est exister", François Bourcier © Caroline Coste.
Ces deux "seul en scène", déjà disponibles en DVD, sont de réels chefs-d’œuvre. Le genre de spectacles dont la perfection vous éclate au visage pour mieux se graver dans votre mémoire. La presse ne s’y trompe pas, les adjectifs tombent en cascade. Comment vous décrire la force de ces spectacles, l’émotion qu’ils procurent, la façon qu’ils ont de vous saisir à la gorge et d’emplir tout votre être ? À combien de spectacles vous êtes-vous déjà levé avec la salle entière dès le premier salut pour applaudir frénétiquement tandis que les larmes roulent encore sur vos joues ?

Le comédien offre une performance époustouflante, incarnant magistralement plusieurs dizaines de personnages dans une construction dramaturgique sans défaut. Ces spectacles sont une leçon de théâtre, d’interprétation, d’intelligence. Ils atteignent un cap qui semble parfois si loin, celui de l’adéquation parfaite entre le fond et la forme, et entre les talents qui composent le spectacle vivant : texte bouleversant, interprétation éblouissante, mise en scène grandiose, scénographie ingénieuse, lumières splendides, musiques galvanisantes, changements de costumes impressionnants. Tout. Tout est parfait.

Je me tais. Comme doit se taire un critique devant un modèle trop réussi pour pouvoir lui rendre justice convenablement. Mais n’oubliez pas le nom de François Bourcier, car il fait partie des grands du théâtre d’aujourd’hui.

Mickaël Duplessis
Jeudi 25 Août 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022